Sweet Saints : Dévotions à Cosmas et Damian à Rio de Janeiro, Brésil

Renata Menezes

est professeur au département d'anthropologie du musée national de l'université fédérale de Rio de Janeiro (ufrj). Doctorat (2004) et maîtrise (1996) en anthropologie sociale du programme d'études supérieures en anthropologie sociale du Musée national, ufrj (ppgas/mn/ufrj). Coordinateur du laboratoire d'anthropologie du jeu et du sacré au musée national (Ludens). Chercheur au Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico - Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico-.cnpq et le "Cientista do Nosso Estado" de Faperj. renata.menezes@mn.ufrj.br

Morena Freitas

est anthropologue à la Surintendance de l'Institut du patrimoine historique et artistique national (iphan) à Sergipe, Brésil. Chercheur au Laboratoire d'anthropologie du ludique et du sacré (Ludens/...).mn/ufrj). Docteur en anthropologie sociale de l'université fédérale de Rio de Janeiro. morebmfreitas@gmail.com

Lucas Bártolo

D. du programme d'études supérieures en anthropologie sociale au Musée national de l'Université fédérale de Rio de Janeiro (ppgas/mn/ufrj), Brésil. Chercheur au Laboratoire d'anthropologie du jeu et du sacré (Ludens/...).mn/ufrj). Maîtrise en anthropologie sociale de l'université fédérale de Rio de Janeiro. bartolo.lucas@mn.ufrj.br


Affiche de l'exposition virtuelle Doux Saints : Dévotions à Cosimo et Damian à Rio de Janeiro

Leear Martiniano, 2020


Pendant les mois de septembre et d'octobre, Cosme, Damien, Doum et les ibejadas circulent et sont exposés dans les magasins religieux.

Thiago Oliveira, 2015. 


Dès le début du mois de septembre, les vitrines annoncent l'arrivée de la saison des saints bonbons. Jusqu'au 25 octobre, jour de Crispim et Crispiniano, en passant par le 12 octobre, jour des enfants, un calendrier festif et religieux s'établit dans la ville de Rio de Janeiro autour de la célébration de l'enfance. Dans les boutiques d'articles religieux, les images d'Ibejadas, Cosme, Damião et Doum sont les plus recherchées pendant cette période, où les terreiros et les églises sont utilisés pour célébrer les enfants.


La saison des sucreries sur les marchés

Thiago Oliveira, 2015.


Les douceurs typiques de Cosme y Damián

Thiago Oliveira, 2015. 


Bonbons blancs, bonbons typiques, bonbonnières, bonbons traditionnels, bonbons industrialisés, bonbons faits maison... Bienvenue dans le monde incroyable des bonbons ! Bonbons à la noix de coco, soupir, paçocajujube, sucette, bonbon au lait, cacahuètes (pé de moleque) et le potiron. Nombre de ces friandises n'apparaissent sur les étals qu'une fois par an, en septembre : ce sont les friandises typiques de Cosme y Damián. 


Certains aiment offrir plus que des friandises, notamment des jouets.

Thiago Oliveira, 2015. 

Dans les célébrations organisées par un groupe plus large de fidèles - dans la rue ou dans des clubs de quartier - ou par la communauté d'un quartier, la présence d'une personne ou d'un groupe de personnes est nécessaire. terreiroPar exemple, les jouets peuvent être plus spéciaux, comme des bicyclettes et des voitures télécommandées, et des activités récréatives et des jeux sont programmés tout au long de la journée. Les distributions prennent une dimension caritative lorsque des fournitures scolaires, de la nourriture et des vêtements sont également donnés.


L'assemblage nécessite le développement d'une technique, sans pour autant renoncer à l'affection.

Thiago Oliveira, 2015.


La technique d'assemblage est un apprentissage familial, dans la plupart des cas par la lignée maternelle. 

Thiago Oliveira, 2015, Vaz Lobo.


À la maison, les familles s'organisent généralement en chaîne de montage : les bonbons sont sortis des paquets et posés sur la table, et chacun est chargé d'en mettre un ou plusieurs dans un sac, qui passe de main en main jusqu'à la personne chargée de le fermer à l'aide d'une agrafeuse ou d'un ruban. Idéalement, chaque sac doit contenir la même quantité et le même type de bonbons que les autres, afin qu'aucun enfant ne soit lésé. Et les saints veillent ! Mais les sacs ne doivent pas être montés trop longtemps à l'avance, car les bonbons risquent de fondre. Une fois les sacs remplis et scellés, il est temps de séparer ceux qui iront au voisin, au neveu, à la fille de l'ami du travail. Certains offrent depuis des décennies, d'autres commencent maintenant, pour saluer l'arrivée d'un bébé, et d'autres encore poursuivent des pratiques héritées de leurs ancêtres.


Bien au-delà des friandises, les sacs Cosme y Damián contiennent aussi des promesses, des traditions familiales et des souvenirs d'enfance. 

Thiago Oliveira, 2015.


Le sachet à l'effigie des saints jumeaux est considéré comme le plus traditionnel, qu'il soit en papier ou en plastique.

Lucas Bártolo, 2016.


Pour beaucoup, les saints participent également à la fête en mangeant les friandises. On offre également des cocadas, des suspiros, des bonbons à la citrouille, etc. De nombreux autels de Cosme et Damián contiennent des bonbons et des boissons gazeuses en guise d'offrande.

Le fait d'être associé à la orixás Les jumeaux, Cosmas et Damian mangent également la nourriture des dieux. En plus des sucreries, les saints mangent caruru, omolocum, acarajé et du poulet. À la maison ou au terreiros.


Offrandes à Cosme, Damien et Doum dans un magasin d'articles religieux.

Thiago Oliveira, 2015.


Offrandes aux saints dans l'Église catholique romaine

Renata Menezes, 2012.


Offrandes aux saints e orixás dans un terreiro 

Lucas Bártolo, 2016, Cavalcanti.


Le grand jour approche. Les billets et les invitations sont distribués afin d'éviter les foules et d'alterner la distribution dans le quartier. Les informations sur les maisons qui distribuent les sacs de bonbons circulent parmi les enfants, qui commencent à dessiner une carte émotionnelle (et sucrée) de la ville.

En groupe, sous la conduite de l'aîné ou même d'un adulte, les enfants quittent la maison de bonne heure et passent la journée à parcourir les rues, à courir après les friandises. La fête dessine une carte affective de la ville, délimitée par des lieux de bonbons forts ou faibles, proches ou éloignés de la maison, où il y a de bons ou de mauvais sachets. Les sachets sont distribués aux portes, sur les places, dans les églises et les sanctuaires, dans les écoles, les jardins d'enfants et les orphelinats, à pied ou en voiture. Les familles se réunissent pour boire et offrir des friandises. Certains aiment célébrer ce jour comme s'il s'agissait de l'anniversaire des saints jumeaux, en ouvrant la maison et en dressant une table avec des gâteaux, du guarana, du blanc-manger et des sucreries. Dans de petits sacs ou sur les tables, les friandises sont, le 27, la nourriture des saints et des enfants. Le jour de Cosme et Damien est une expérience ludique de la ville.

Courir après les bonbons : une expérience ludique de la ville

Correio da Manhã/Arquivo Nacional, septembre 1971. 

Thiago Oliveira, 2015.


Tôt le matin, le bruit des premières baskets qui s'élancent dans les rues annonce le début d'une nouvelle journée, celle du 27 septembre. C'est un moment extraordinaire où les enfants prennent une autonomie qu'ils n'auront sans doute vraiment que lorsqu'ils ne seront plus des enfants. En groupe, sous la conduite de l'aîné ou même d'un adulte, les enfants quittent la maison tôt le matin et passent la journée à courir dans les rues, ou plutôt à courir après les bonbons.

Dans plusieurs quartiers de la ville, nous trouvons des modèles de regroupement qui peuvent être comparés à de vieilles photos, comme celle ci-dessous. Il y a un schéma qui semble se répéter, un mouvement d'enfants dans les rues de la ville qui met en mouvement les adultes et les enfants.


La fête comme moment d'échange anonyme et généreux (et doux) avec l'inconnu 

Pilier d'Isabela, 2013.


"Je donnerai les friandises à la porte aux enfants des rues. C'est ce que nous répondent de nombreux fidèles lorsque nous leur demandons comment ils vont faire leur fête. La Journée Cosmas et Damien met l'accent sur la relation entre la maison et la rue et met en suspens ses limites. C'est un moment d'échange anonyme et généreux avec l'inconnu.

Parmi les différentes façons de donner des friandises, la plus répandue est la distribution à travers les portes des maisons et des bâtiments. Les fidèles essaient d'organiser une file d'attente, en donnant la préférence aux enfants sur les genoux et aux femmes enceintes, mais en général, il y a une petite agitation devant les maisons. Une autre pratique populaire consiste à "jeter les bonbons en avant", en les lançant par-dessus le mur dans la petite foule. Certains donateurs se distinguent précisément par cette pratique, lançant non seulement des bonbons, mais aussi des jouets et de l'argent.


Récapitulation des résultats de la journée

Thiago Oliveira, 2015.

Mentir sur son âge, ne pas être reconnu lorsqu'on essaie d'obtenir deux sachets dans la même maison, savoir où se trouvent les meilleurs sachets, demander des bonbons au nom d'un prétendu petit frère ou d'une prétendue petite sœur... sont autant d'astuces que les enfants utilisent pour obtenir le plus grand nombre de bonbons. Cela fait partie du jeu pour faire plier les adultes qui préviennent : "Il y a un sac pour tout le monde ! je ne donne des bonbons qu'aux petits enfants ! Celui qui sort avec quelqu'un n'est plus un enfant.


La fête est une tradition ludique et religieuse qui consiste en un grand jeu

Lucas Bártolo, 2014.


Les sourires des enfants sont, pour certains, la grande récompense de la fête..

Thiago Oliveira, 2015.

Pilier d'Isabela, 2013.


Le sourire des enfants est, pour certains, la grande récompense de la fête - si l'on voulait parler des intérêts possibles du don de bonbons, il apparaîtrait certainement comme la principale rétribution souhaitée pour l'acte de donner. Mais les enfants ne sont pas seulement des invités à la fête : des enfants multiples et divers font aussi la fête. Si avec les adultes, les enfants apprennent à être reconnaissants pour les sachets qu'ils ont gagnés et aussi à les distribuer, c'est en compagnie d'amis qu'ils développent les astuces pour prendre des bonbons, notamment pour les prendre plusieurs fois dans la même maison. 

Certains aiment célébrer ce jour comme s'il s'agissait de l'anniversaire des saints, en ouvrant la maison et en dressant une table avec des gâteaux, de la guarana, du manjar, des bonbons et de nombreuses boules colorées. Les friandises ne peuvent être offertes aux invités qu'après avoir chanté joyeux anniversaire à Cosme et Damien et servi les sept enfants rassemblés autour du gâteau. À ces tables, la présence de jumeaux est considérée comme une bénédiction. La séquence de photos montre que de nombreuses familles procèdent ainsi depuis des décennies.


Une célébration domestique pour Cosme et Damien

Collection personnelle de Glória Amaral, 1990 (date estimée).


L'anniversaire des saints 

Lucas Bártolo, 2014.

Thiago Oliveira, 2015.


Neuvaines, messes, baptêmes et processions rythment le programme des églises des différentes branches du catholicisme (romain, orthodoxe, copte) qui accueillent des milliers de fidèles le 27 septembre, lesquels distribuent également des friandises, des jouets et de la nourriture aux enfants et aux personnes dans le besoin. Dans de nombreuses traditions religieuses, la pratique de la charité et de l'aide est une valeur fondamentale et, le jour de Cosmas et Damian, les dons effectués dans ces espaces sont une manière de mettre ces valeurs en pratique.


Don de jouets et de nourriture à l'église catholique orthodoxe Saint-Georges, Saint-Cosmas et Saint-Damien

Thiago Oliveira, 2015.


Personnages multiformes, Cosimo et Damian peuvent être présentés comme des martyrs catholiques, des médecins et des jumeaux, orixás africains, enfants protecteurs ou enfants entités, parmi d'autres conceptions qui apparaissent également en combinaison. Ils sont présents dans de nombreux panthéons, avec des spécificités dans chacun de ces contextes.

Au Brésil, la dévotion aux saints a été associée aux traditions africaines de culte des jumeaux, l'hybridation avec les Ibejis étant particulièrement remarquable, orixás les enfants protecteurs des jumeaux dans la tradition yoruba. C'est à partir de l'approche de Cosme et Damian sur les Ibeji que leurs fonctions ont été redéfinies : de protecteurs des médecins et pharmaciens à protecteurs des enfants, des doubles naissances et de la santé des jumeaux. Dans l'univers religieux brésilien, les saints sont liés à l'enfance, d'où la distribution de friandises aux enfants pour les célébrer.


Dans les églises catholiques, les saints peuvent être jeunes ou vieux, des jumeaux identiques ou différents.

Thiago Oliveira, 2015.

Ana Ranna, 2013.


Les saints sont maintenant au nombre de trois. Idowú, frère cadet des jumeaux yorubas Ibeji, ici au Brésil Doum, frère de Cosme et Damián. 

Thiago Oliveira, 2015


Ibejis, les orixás ninõs de la tradition yoruba, protecteurs des ninõs et des jumeaux.

Lucas Bártolo, 2015.


Les saints sont maintenant au nombre de trois. Idowú, frère cadet des jumeaux yorubas Ibeji, ici au Brésil Doum, frère de Cosme et Damián. 

Thiago Oliveira, 2015


La douceur sacrée des enfants

Morena Freitas, 2016.

La douceur sacrée des saints, des ibejadas et des enfants est vénérée avec des soupirs, des cocadas, des bonbons, des gâteaux et du guaraná. Cette douceur sent, sonne, colore, fait fondre nos mains, envahit nos nez et nos bouches ; et sentir cette douceur, c'est sentir les enfants.


La dévotion aux saints implique une communication intense à travers les regards, les gestes, les mots et les choses, et implique de l'affection, des émotions et des désirs. La dévotion va donc bien au-delà des sacs de bonbons..

Lucas Bártolo, 2019.

Thiago Oliveira, 2015


Les multiples formes que prend cette dévotion expriment la diversité culturelle du Brésil. Cosme et Damian dans la littérature du cordel et du carnaval.

Thiago Oliveira, 2015.

Lucas Bártolo, 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 + 7 =