Le mur frontalier à Tijuana. Traces photographiques des offrandes/interventions artistiques à la mémoire des migrants morts 1999-2021

L'installation a eu lieu à la fin du mois d'octobre. Elle était placée en grandes lettres sur un support en bois, avec la légende Alto a Guardián en lettres capitales.

Guillermo Alonso Meneses

El Colegio de la Frontera Norte, Tijuana, Mexique.

orcid:

Guillermo Alonso Meneses, Playas de Tijuana, 1999, automne.

Les images proviennent d'un film (diapositive) et de photos imprimées, ultérieurement scannées, obtenues avec un appareil photo analogique Minolta DYNAX 500 si Reflex, avec un zoom 28-80 AF. Elles correspondent à l'une des premières interventions artistiques sur le mur de Playas de Tijuana, réalisée à l'occasion du 5e anniversaire du lancement de l'opération Gatekeeper/Guardian 1994-1999. L'installation a eu lieu à la fin du mois d'octobre. De grandes lettres étaient placées sur un support en bois, avec les mots "alto a guardián" en lettres capitales. À l'intérieur de chaque lettre étaient dessinés des dizaines de crânes en calaca ; le calaca ou crâne apparaît comme un élément iconographique et symbolique important. Et séparément, sur la droite, plusieurs panneaux de bois peints en blanc ont été installés avec les noms, l'origine et l'âge - ou la légende "non identifié" - de 473 migrants décédés au cours de ces 5 premières années. L'installation avec les noms n'était pas sans rappeler le mémorial des vétérans du Vietnam à Washington D.C., où les noms de milliers de personnes ayant participé à la guerre du Vietnam et à d'autres conflits en Asie du Sud-Est sont inscrits sur un mur de granit noir. Comme souvent auparavant, seuls les noms des victimes et leur puissant souvenir restent exposés au public.


Guillermo Alonso Meneses, bulevar de l'aéroport, 2000 et 2004.

Cette image a été prise avec un appareil photo numérique Kodak cx7430 le 29 mai 2004. Dans le Via Crucis de l'an 2000, où la route de l'aéroport tourne avant d'atteindre Colonia Libertad, une installation a été réalisée avec une croix centrale où une figure faite de pantalon et de chemise représentait un migrant crucifié. De part et d'autre, on trouve trois petites croix blanches portant les années 1995 à 2000 et, en bas, le nombre de migrants tués chaque année à la frontière gardée par l'opération Guardián. Le mur est celui d'origine, peint en rouge ; et bien qu'on ne puisse pas le voir dans son intégralité, sous l'installation a été peinte la légende : "combien d'autres ?".


Cercueils

Guillermo Alonso Meneses, boulevard de l'aéroport, 2003.

Une autre installation dans la même zone, à mi-chemin entre la Colonia Libertad et le bâtiment principal de l'aéroport, à côté de l'autoroute, a été réalisée par l'artiste de Baja California Alberto Caro. Fin octobre 2003, il a installé neuf cercueils peints de couleurs et de motifs différents, sur chacun desquels il a peint l'année, le nombre de victimes et verticalement : "Deaths". Plus tard, un dixième cercueil a été ajouté avec la légende écrite en noir : " combien de plus ? " Et en 2004, sur ce dernier, trois panneaux blancs ont été placés avec l'année 2004, le nombre de décès, qui était de 373, et verticalement : " décès ". L'installation de cercueils est une singularité iconographique, elle représente la mort des migrants, et les statistiques reflètent les victimes secourues et identifiées qui sont celles qui parviennent à un enterrement digne. Son impact visuel est renforcé par son symbolisme évident, en liant factuellement le mur à la mort et en le transformant en nécro-artefact d'une nécropolitique opprobreuse (nécropolitique au sens descriptif, et non au sens de la catégorie analytique proposée par Mbembe). Pris avec l'appareil photo numérique Kodak cx7430 le 29 mai 2004.


Guillermo Alonso MenesesLes passages à niveau le long du boulevard ou de la route menant à l'aéroport de Tijuana et en descendant vers Colonia Libertad., 2003 a 2004.

Des croix, un instrument romain de torture et d'exécution répandu dans le monde latin de l'Antiquité et re-signifié dans le christianisme comme un symbole du Christ [versalitas]inri[/versalitas], un symbole sacré de rédemption et de pardon, ont été placées sur le mur frontalier pour rappeler/dénoncer la mort des migrants. "Quand quelqu'un meurt, sa famille porte une croix avec son nom sur sa tombe" (Smith). Aussi parce que deux des célébrations originales étaient les posadas de Noël (la Vierge Marie enceinte et Saint Joseph comme migrants) et le chemin de croix de la semaine sainte catholique. Depuis au moins 1997, il y a un comptage annuel, et pour chaque décès recensé, une croix blanche a été placée avec des informations sur une personne identifiée ou avec la légende "non identifié". Le détail de la croix comporte le nom et l'âge d'une jeune victime et une carte postale reprenant le motif principal de l'affiche Playas 2003. Pris avec l'appareil photo numérique Kodak cx7430, mai 2004.


Installation de Sore et de necro-expositeur

Guillermo Alonso Meneses, le boulevard de l'aéroport et les limites de Colonia Libertad, respectivement., 2004.

En 2004, en plus de placer une centaine de croix blanches sur le boulevard de l'aéroport, Michael Schnorr et d'autres membres de BAW/TAF ont peint sur quatre panneaux, ancrés à intervalles réguliers au mur frontalier et dans les espaces entre eux, la représentation d'une plaie saignante accompagnée d'une phrase lourde de sens : "La frontière... une plaie ouverte". Gloria Anzaldúa avait écrit : "La frontière américano-mexicaine est une plaie ouverte où le tiers monde se heurte au premier et saigne. Et avant qu'une croûte ne se forme, elle fait une nouvelle hémorragie, le sang de deux mondes fusionnant pour former un troisième pays - une culture frontalière" (1987 : 25). Le nécro-exposant, tel une vitrine et un reliquaire de dépouilles mortelles, consiste en un meuble où se trouvent encore quelques fleurs de souci fanées et séchées (la photo date de plusieurs jours après le Jour des Morts en 2004). Derrière, comme toile de fond scénographique, une immense fleur de souci au centre de laquelle, comme une strophe d'un crâne, on lit : "non identifiés... par leur gouvernement oubliés". Sur le sol, à gauche de l'image, on peut voir un panneau datant de 2004 sur lequel on peut lire : "Gardien, ici tout a commencé... dix ans plus tard, 3000 morts ont été atteints". Sur la croix au-dessus, une fleur fanée de la dernière célébration et une carte postale avec le motif principal de l'affiche Playas 2004. Cette installation a été réalisée à l'endroit même où se trouvait, il y a des années, la croix avec le migrant crucifié. Pris avec l'appareil photo numérique Kodak cx7430, mai 2004.


Guillermo Alonso MenesesPlayas de Tijuana, 2004.

L'année 2004 a été marquée par le dixième anniversaire de l'opération Border Patrol Guardian, le 1er octobre, au cours de laquelle environ 3 000 victimes ont été tuées. L'installation artistique commémorative se composait de trois toiles (4,2 mètres de long sur 2,5 mètres de haut) et d'une planche de bois de "triplay" (2,5 mètres de long sur 2,5 mètres de haut), ancrée au mur, représentant un calaca assis dans un paysage désertique au pied d'un saguaro, tenant deux gallons vides symbolisant la mort par déshydratation et chaleur dans les déserts. Sur les bâches complémentaires était inscrit le crâne "Gardien... ici ça a commencé". Dix ans plus tard, 3000 personnes sont mortes". L'installation a été peinte par Todd Stands et Susan Yamagata, et financée par le CRLAF dirigé par Claudia Smith et la Coalición Pro Defensa del Migrante. Les éléments emblématiques de l'iconographie sont la calaca (un squelette à mi-corps) et le gallon d'eau vide symbolisant la soif et la mort par déshydratation dans le désert. Augé a noté : "Les mémoires sont modelées par l'oubli comme la mer modèle les contours du rivage" (1998:12). Les images montrent également comment la paroi d'acier, après plus d'une décennie, s'effrite sous le pouvoir corrosif du salpêtre de la mer, pulvérisant l'acier en rouille. Une autre métaphore de la dialectique mémoire/oubli. Pris avec l'appareil photo numérique Kodak cx7430, mai 2004.


11 ans de gardiennage et d'autel

Guillermo Alonso MenesesPlayas de Tijuana, 2005.

Les photos ont été prises avec un appareil numérique Kodak cx7430, octobre/novembre 2005. Cette année-là, on remarque l'installation de bâches synthétiques avec des photos et des noms imprimés commémorant onze années d'opérations de la Border Patrol dans la région, ainsi que l'autel de cette année-là placé contre la clôture sur le sable de la plage. On remarque les cempasúchil, les braceros pour brûler le copal, les calacas en bonbons et les bougies. Derrière une peinture sur le thème du désert qui dépeint ironiquement la présence de justiciers civils parmi les "morts". 2005 a été l'année du mouvement de chasse aux migrants connu sous le nom de Minuteman. Le mur irrégulier et imparfait que l'on peut voir a été construit pour remplacer celui d'origine. Des mois plus tard, il a été reconstruit.


Portes frontalières

Guillermo Alonso MenesesPlayas de Tijuana, 2005.

En 2005, une installation de trois tableaux représentant trois portes utilisées pour la "Posada del Migrante" a été installée sur la clôture rénovée de Playas, à côté du phare. Après cette célébration, ils ont été emmenés sur la plage près du phare. Deux portes sont fermées, symbolisant les effets du mur et de la surveillance, la troisième est ouverte, mais donne sur les déserts mortels de la frontière, un piège mortel. Chaque tableau mesure 2,5 mètres de long sur 1 mètre de large. Les auteurs sont Todd Stands et Susan Yamagata. Financé par le CRLAF et la Coalición Pro Defensa del Migrante. La photo a été prise avec un appareil photo numérique Kodak cx7430.


Protestation contre la Minuteman

Guillermo Alonso Meneses, Playas de Tijuana, 2005.

Au printemps 2005, une manifestation s'est déroulée aux États-Unis contre le projet de loi sur la protection de l'environnement. MinutemenIls n'avaient rien à voir avec les organisations pro-migrants de Tijuana. Le lieu est le parc binational Parque de la Amistad/Frienship Park depuis 1971, où se trouve la borne frontière. Les croix en papier sont un rappel des migrants tombés au combat. Sur un panneau d'affichage, quelqu'un a peint : "Faites des amis, pas de barrières". Au fil des jours, le vent n'a laissé aucune trace. Un autre jour, quelqu'un a accroché une bannière synthétique avec le slogan "No al muro de la muerte/ No Border Wall". Pris avec un appareil photo numérique Kodak cx7430, mai 2005.


Le jour des morts

Guillermo Alonso MenesesPlayas de Tijuana, 2007.

En 2007, une installation en bois a été réalisée, mais une tempête de vent à Santana l'a fait tomber quelques jours plus tard. L'œuvre tridimensionnelle a été construite en bois, puis peinte avec des crânes ou des calacas portant des noms sur le front, représentant les plus de 400 migrants décédés depuis le début de l'année. Il s'agissait d'une œuvre collective réalisée par des étudiants de l'atelier d'arts frontaliers du Southwestern College de Chula Vista, à San Diego, une institution à laquelle Schnorr était associé.

L'iconographie est formée de calacas qui ont quelque chose des crânes d'un "Tzompantli" et de la "Catrina", cette dernière avec une esthétique allant de José Guadalupe Posada à Diego Rivera, a pris un tour de vis. Mais si ces manifestations ont des racines authentiquement américaines qui remontent à avant 1492 ou au Mexique des XIXe et XXe siècles, le fait est que le culte des morts ou la symbolisation religieuse et profane des crânes est très ancien. Belting nous dit que les crânes dits de Jéricho découverts il y a plus de 4000 ans, qui ont été recouverts d'une couche de chaux puis peints, sont des images de mort, quelle que soit la quantité de peinture (Belting, 2007 : 181). Ces calacas, cependant, entrelacent l'image de la mort avec la vie de la mémoire. Pris avec un appareil photo numérique Casio EXP600.


Croix

Guillermo Alonso Meneses, Playas de Tijuana, Octobre/novembre 2009.

L'une des interventions artistiques les plus ambitieuses, les plus marquantes et les plus significatives a été l'installation du Jour des Morts de 2009, à l'occasion du 15e anniversaire de l'opération Guardian. La Coalición Pro Defensa del Migrante et le CRLAF ont soutenu la proposition de Susan Yamagata et Michael Schnorr de construire, peindre et placer 5100 croix blanches, une pour chacun des décès de migrants traversant la frontière au cours de la période 1994-2009. Les croix ont été placées le jour des morts sur une partie du mur devant le phare sur une longueur de près de 50 mètres, et sur un côté le crâne écrit sur un tableau avec un cadre de fleurs fraîches de cempasúchil : "En quinze ans de Gardiennage, plus de 5.100 morts vont". Au sommet se trouvaient encore les portes du désert de 2005. Les installations artistiques n'étaient pas seulement un rituel annuel, entrelacé comme elles l'étaient avec le calendrier annuel des célébrations catholiques, mais elles avaient aussi quelque chose d'une certaine manière. Miccantlamanalli (offrandes des morts). Pris avec un appareil photo numérique Panasonic DMC-TZ4.


Artiste de rue canadien

Guillermo Alonso MenesesPlayas de Tijuana, 2010.

En décembre 2010, toute la clôture de Playas de Tijuana au niveau du phare a été remplacée ; c'était une table rase. Le lieu est devenu méconnaissable et les interventions artistiques qui coexistaient quelques semaines auparavant ont été détruites. La première intervention sur le mur actuel a été réalisée par un artiste canadien. Le sujet est un panneau de signalisation situé au début des autoroutes au sud de San Diego ; il représente trois membres d'une famille traversant une route. La technique utilisée est celle du pochoir. Prises avec un appareil photo numérique Pentax Reflex k-r et un téléobjectif AF 18-200 mm.


Guillermo Alonso Meneses, Playas de Tijuana, Octobre/novembre 2010.

En 2010, la peinture commémorative de Susan Yamagata caricature le shérif du comté de Maricopa, en Arizona, Joe Arpaio, connu pour son traitement dur et indigne des migrants capturés. Elle coïncide dans l'espace avec la fresque Border Angels, A Desert Gate de 2005 et les croix de 2009. Certains jours, ils mettent en place des calacas d'environ deux mètres. Une juxtaposition d'éléments a commencé à se produire, annonçant la lutte pour l'espace qui allait plus tard se dérouler et saturer le mur au milieu de 2021. Quelque chose qui se produit habituellement dans l'art de la rue dans des espaces privilégiés et contestés. Prises avec un appareil photo numérique Pentax Reflex k-r et un téléobjectif AF 18-200 mm.


Murale

Guillermo Alonso MenesesPlayas de Tijuana, 2010.

En 2010, un graffiti intitulé Border Angels [Boder Angels est une organisation pro-migrants aux États-Unis], avec des figures humaines stylisées peintes en blanc avec une croix rouge à l'intérieur, se distingue. L'ensemble rappelle l'iconographie et les traits de l'artiste de rue new-yorkais Keith Haring. L'œuvre a pour slogan : "Pas un mort de plus ! Reformer maintenant !" Il a été signé par P. Breu. À cette époque, l'espace n'était pas contesté par d'autres artistes ou militants et les œuvres pouvaient coexister dans l'espace sans être totalement juxtaposées. Pris avec un appareil photo numérique Panasonic DMC-TZ4.


Guillermo Alonso Meneses, Playas de Tijuana, 2012.

En 2012, on peut dire qu'il s'agissait de la dernière grande installation artistique de ces collectifs qui luttent pour la défense et la mémoire des migrants, pour le jour des morts. La nouvelle clôture n'avait pas encore succombé à la peinture de ceux qui se battent pour avoir l'espace pour faire leur marque. L'endroit choisi était en face du phare, près de la borne de la frontière internationale. Un calaca géant et 18 crânes, de 1995 à 2012, ont été installés, et à leurs pieds un petit autel avec des offrandes. Ainsi qu'un panneau portant la légende : " Gardien... ici ça a commencé. 18 ans plus tard, 5 800 morts atteints ". L'opération Guardián a duré 18 ans ; plus de 18 ans de lutte. Parrainée par la Coalición Pro Defensa del Migrante, l'installation a été créée par les artistes de San Diego Susan Yamagata et Todd Stands. L'installation était sans doute l'aboutissement d'une époque ; Michael Schnorr était décédé la même année. Pris avec un appareil photo numérique Panasonic DMC-TZ4.


Déportés vétérans. Autres revendications et commémorations.

Guillermo Alonso MenesesPlayas de Tijuana, Février 2013.

Les déportations ont commencé à augmenter au cours du second mandat de Bill Clinton et ont augmenté au cours des mandats de Bush Jr. et Obama. À l'été 2013, des vétérans militaires déportés ont uni leurs forces et ont peint une peinture murale à côté du Parque de la Amistad/Friendship Park, à côté du phare, à Playas de Tijuana. Elle est née en souvenir des anciens combattants déportés, dont certains étaient morts sans pouvoir rentrer aux États-Unis. Sa présence et son essor coïncident avec une période de déclin des installations traditionnelles de migrants morts. Prises avec un appareil photo numérique Pentax Reflex k-r et un téléobjectif AF 18-200 mm.


Déportés 2019 restaurant la fresque, avant et après

Guillermo Alonso Meneses, Playas de Tijuana, Février 2022.

Six ans après la première intervention des anciens combattants déportés sur la clôture de Playas de Tijuana, la détérioration de la peinture et du métal était déjà évidente. Il était également évident que la surface du mur à cet endroit était saturée de graffitis et d'interventions de toutes sortes. Les images montrent sa restauration. Après deux décennies, avec différents changements qui l'ont transformé matériellement, l'endroit n'était plus un coin solitaire et abandonné où quelques fois par an on commémorait les migrants morts. Il s'était métamorphosé en un lieu emblématique. Pris avec un appareil photo numérique Panasonic DMC-TZ4.


Le mur comme site touristique

Guillermo Alonso Meneses, 2019.

Le processus de métamorphose que le mur a subi à Playas de Tijuana et qui l'a transformé en une scène iconique, a rapidement commencé à attirer les touristes locaux, nationaux et américains, ainsi que ceux d'autres latitudes comme la Chine. Le mur a été remodelé et reconstruit. On peut dire qu'il n'y a plus d'espace pour que les interventions artistiques d'il y a quelques années se manifestent seules. La remarque de Belting a été réalisée, il y a des lieux qui deviennent des lieux photographiques (2007 : 268). Dès ses débuts, le mur a attiré des regards au-delà de ceux des activistes, des artistes et des passants, il s'est normalisé comme un objet-lieu qui attire les appareils photographiques et ceux qui regardent derrière eux. Cela s'était déjà produit avec le mur de Berlin. Pris avec un appareil photo numérique Panasonic DMC-TZ4.


Guillermo Alonso Meneses, le mur sur le boulevard près de l'aéroport, 2021, et Playas de Tijuana, 2022.

Ces dernières années, le mur, tant à Playas de Tijuana que sur le boulevard parallèle à l'aéroport, a subi d'importants changements. Personne ne reconnaîtrait les tronçons où étaient accrochés des croix, des interventions artistiques et des graffitis rappelant les migrants morts et d'autres injustices. Il en va de même pour le mur de Playas de Tijuana sur la portion de plusieurs centaines de mètres de l'océan. La photo 73 montre la saturation des interventions, la photo 74 contraste avec la première photo de cet essai, la photo 75 montre un migrant sautant par-dessus le mur avec une échelle métallique. Après 30 ans, on saute toujours par-dessus le mur. Les efforts et le travail des militants, des artistes et des organisations qui ont lutté pendant des décennies contre l'oubli se sont évaporés. Bientôt, il ne restera plus que des photographies. Pris avec un Iphone SE et un appareil photo numérique Panasonic DMC-TZ4.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × un =