Inégalités de genre dans le nord du Mexique

    Reçu le 26 février 2018

    Acceptation : 6 janvier 2019

    Les études de genre dans le nord du Mexique à l'aube du XXIe siècle

    Silvia López Estrada et Cirila Quintero Ramírez (coord.)2014 El Colegio de la Frontera Norte, Tijuana, 376 p.

    Ce livre rassemble différents spécialistes qui offrent un aperçu intéressant des conditions sociales, économiques et politiques dans lesquelles vivent les femmes du nord du Mexique, dans une perspective de genre. Le livre offre au lecteur des informations détaillées sur des recherches menées avec une rigueur académique, mais dans un langage accessible à un public de non-spécialistes. Le texte aborde des thèmes classiques et constitutifs du domaine des études de genre tels que la division sociale du travail, la famille, la violence, la construction des significations, le pouvoir, la participation et la représentation politique.

    L'introduction présente un état des lieux des études sur le genre dans le nord du Mexique en se basant sur deux axes analytiques, l'un se référant à la recherche ayant une forte tradition dans la production académique de la région, et l'autre aux thèmes émergents et en cours de consolidation. Ces axes organisent les 13 chapitres du livre.

    Le premier groupe traite de la diversité des familles, de leurs réseaux sociaux et de leurs mécanismes d'organisation, du travail des femmes et de son impact sur l'utilisation du temps et les soins à domicile, ainsi que du vieillissement des femmes dans des conditions vulnérables. Outre ces questions, la participation des femmes aux partis et aux syndicats dans le Nord est l'une des caractéristiques historiques de la région. Le deuxième groupe comprend des études qui sont apparues à la fin des années 1990 et qui se sont progressivement consolidées, comme la santé maternelle et reproductive, les identités ethniques urbaines et la présence des femmes dans les zones rurales par le biais de recherches sur la discrimination et le contrôle de l'État par le biais d'aides à la politique sociale.

    Ces axes thématiques permettent un croisement suggestif entre les inégalités de genre et les inégalités sociales et économiques dans différents domaines de la vie des femmes et des hommes dans le nord du Mexique. De même, les auteurs du livre tissent des dimensions analytiques sous différentes perspectives disciplinaires, puisque des sociologues, des psychologues et des anthropologues collaborent à l'ouvrage. Ce sont des spécialistes qui écrivent sur ceux qui ont acquis un certain pouvoir et une certaine autonomie, mais en même temps, ils offrent un débat intéressant sur la construction et les limites du concept de genre dans les contextes régionaux.

    Ainsi, les catégories classiques telles que les unités domestiques et les stratégies de survie, qui ont permis de comprendre les dynamiques familiales pendant les crises économiques des dernières décennies, sont désormais abordées dans le cadre de nouvelles approches fondées sur les inégalités entre les hommes et les femmes. Les concepts relatifs à la division sexuelle du travail, à la double journée de travail et à la compatibilité entre les sphères de la production et de la reproduction sont également discutés aujourd'hui dans la perspective de la conciliation du travail et de la coresponsabilité dans la vie familiale.

    Une question qui revient tout au long de l'ouvrage est la suivante : pourquoi étudier le nord du Mexique ? Selon le Conseil national de la population (Conapo), la région nord est composée de six États : Baja California, Sonora, Chihuahua, Coahuila, Nuevo León et Tamaulipas, qui se distinguent par leur industrie, leur agriculture et leurs services. Le nord est connu pour son caractère industrieux et sa forte insertion des femmes sur le marché du travail, comme l'illustrent les travailleuses des maquiladoras, par exemple. Cette image contraste avec le faible niveau de vie de ces femmes et leur forte exposition à l'insécurité et à la violence. Il ne s'agit pas seulement de sang et de balles, mais aussi de violence émotionnelle, économique et sexuelle, exercée sur des milliers de femmes pour des raisons de genre et qui les place dans une situation d'exclusion structurelle.

    Cette exclusion est vécue comme une inégalité, qui est influencée par trois facteurs présents dans le nord du Mexique, selon les coordinatrices de l'ouvrage, Silvia López et Cirila Quintero. Le premier fait référence à la crise économique qui est devenue structurelle sur les marchés du travail locaux ; le deuxième facteur est le conservatisme présent dans les politiques publiques sur les droits sexuels et reproductifs ; et enfin, l'augmentation de la violence à l'encontre des femmes dans de nombreuses villes frontalières.

    L'hypothèse avancée par les coordinateurs de l'ouvrage est que les inégalités sociales et économiques accentuent l'état de vulnérabilité des femmes. Cette hypothèse est reflétée dans les nombreuses recherches qui ont été menées sur le nord du Mexique au cours des 25 dernières années. L'analyse de ces travaux par les auteurs a abouti à la rédaction de l'ouvrage Les études de genre dans le nord du Mexique à l'aube du 21e siècle, publié par El Colegio de la Frontera Norte.

    Les haches traditionnelles dans les études sur le nord du Mexique

    Les auteurs de l'ouvrage souscrivent à l'hypothèse susmentionnée. Margarita Bejarano, dans son ouvrage "Inequality in the use of time : gender analysis of care work", identifie certains effets différenciés entre les hommes et les femmes. Ainsi, 95% des femmes font du travail domestique contre 76% des hommes, bien que les hommes fassent plus de travail extra-domestique et consacrent trois fois plus de temps à cette activité. Mais ce sont elles qui assument l'aide et les soins aux personnes dépendantes dans le ménage, en particulier les femmes âgées de 40 à 70 ans. Dans un contexte de vieillissement de la population et d'augmentation de la participation économique des femmes, la demande de soins augmente. C'est pourquoi l'auteur propose la conception de politiques publiques qui ont un impact sur la réduction des tensions pour les aidants à domicile.

    Que se passe-t-il lorsque les femmes vieillissent ? Pendant longtemps, le Mexique a été considéré comme un pays de jeunes, mais aujourd'hui, la population a commencé à vieillir et le nord du Mexique ne fait pas exception. Dans son ouvrage intitulé "Las mujeres adultas en Ciudad Juárez : sus luchas por vivir un 'buen envejecimiento' y sobrevivir hasta mayores edades en 2008", Pavel Roel Gutiérrez analyse les services mis à la disposition des personnes âgées pour leur permettre de vivre une vieillesse digne, en particulier dans le groupe des femmes âgées de 55 à 65 ans à Ciudad Juárez. L'auteur a identifié la dévalorisation, la marginalisation et la ségrégation de ce groupe d'âge dans la société locale et dans leurs propres foyers. Les dynamiques productives du nord du Mexique ont influencé les femmes à être valorisées en tant que marchandises pour le travail, de sorte qu'en vieillissant, elles perdent de leur valeur. Cependant, les conditions de vieillissement varient en fonction du statut social, de l'éducation, de l'expérience professionnelle et de la capacité d'épargne, mais que se passerait-il s'il n'y avait pas de ressources pour faire face au vieillissement ?

    À cet égard, Céline Jarquín analyse les "Pionniers des nouvelles périphéries du Mexique. Mecanismos familiares, redes de solidaridad y género" (Pionniers des nouvelles périphéries du Mexique. Mécanismes familiaux, réseaux de solidarité et genre), qui aborde les coûts sociaux et de genre de l'acquisition d'un logement dans les complexes d'habitation. Grâce à des récits de vie et à une enquête menée auprès de 500 ménages, l'étude montre que les hommes assument le rôle de pourvoyeurs, ce qui implique pour eux de longs trajets pour se rendre au travail depuis leurs nouvelles habitations périphériques. Les femmes, quant à elles, sont confinées dans des logements minuscules et assument les tâches domestiques et l'éducation des enfants. Cependant, la restriction du temps et de l'espace fait qu'il est difficile pour les hommes de vivre avec leur environnement, et ils ont des difficultés à accéder à un travail rémunéré, ce qui remet en question le coût familial de l'obtention d'un logement.

    Un autre aspect de la vulnérabilité est abordé par Gabriela Zamora et Sandra Mancinas dans "Divorce : visions féminines et masculines". Ce travail nous permet d'observer la diversité des familles à travers le divorce et le fait qu'une conséquence commune est que les femmes assument le rôle de chef de famille, ce qui augmente leur état de vulnérabilité. L'étude recueille des voix féminines et masculines sur le divorce à Nuevo León, qui reflètent les stéréotypes sur le rôle des mères et des pères dans les familles. Le divorce n'implique pas seulement des procédures judiciaires pour la garde des enfants, mais il endommage également les liens affectifs entre parents et enfants et entraîne une détérioration du bien-être social de la famille.

    Il met également en évidence la question de la participation politique des femmes comme l'une des principales contributions à la perspective de genre et aux processus de citoyenneté, car elle revalorise l'action collective des femmes en dehors des schémas traditionnels. Et, d'un chemin vers la réalisation des conditions d'égalité, non sans obstacles patriarcaux et institutionnels. Dans ce sens, Rosario Varela, dans son article "Género y reglas del juego en el proceso electoral de 2009. Une perspective comparative", a analysé la LXIe législature de la Chambre des députés en fonction du genre après 2009 et dans le contexte de la réforme pour la réalisation des quotas de genre. L'auteur a identifié le poids du PRI (Parti révolutionnaire institutionnel) dans les pratiques institutionnelles d'accès au pouvoir politique, en particulier dans le cas de Coahuila et de Tamaulipas, où elle a observé une plus grande capacité à gagner des sièges pour ce parti mais une moindre intégration des femmes dans la législature. Ainsi, les quotas de genre se sont avérés être davantage un mécanisme de redistribution des gains politiques des hommes et des femmes entre les différents partis qu'un processus de réduction des inégalités de genre dans l'arène politique.

    Dans le même ordre d'idées, Clementina García et Elizabeth Toscano décrivent "la participation des femmes aux fonctions publiques au sein des partis politiques dans l'État de Basse-Californie" et constatent que les femmes députées sont plus actives dans les initiatives législatives ou les réformes, mais que 79% des commissions sont occupées par des hommes. En outre, elles étaient réparties dans des commissions féminisées telles que le tourisme, l'égalité des sexes, l'assistance sociale, la communication sociale et les relations publiques.

    Pour le Sinaloa, Azalia López a réalisé une étude historique des femmes dans la politique de l'État (1940-1950). Les associations de femmes ont été le moteur du droit de vote et ont promu l'incorporation de lois favorisant la participation politique des femmes. Cet effort a permis aux femmes de voter aux élections municipales de 1938 et de reconnaître leur compétence politique. Dans le même ordre d'idées, Mercedes Zúñiga, Elizabeth Cejudo et Leyla Acedo analysent la participation syndicale des travailleuses de la couture et des légumes à Sonora (1915-1954). Ces études montrent les possibilités de militantisme des femmes dans les organisations syndicales et les partis politiques, mais elles reconnaissent aussi un fort travail de socialisation et de politisation qui commence dès le plus jeune âge, comme le montre l'étude d'Aidé Grijalva et Martha Lilia Mancilla sur les souvenirs familiaux et les itinéraires de vie de la militante Guadalupe Sánchez de Mexicali, en Basse-Californie.

    Lya Niño trouve d'autres sources alternatives de pouvoir pour les femmes et analyse la resignification de l'identité ethnique comme une forme d'autonomisation des vendeurs de rue mixtèques dans la ville de Tijuana. L'auteur affirme que le capital social est fondamental pour affronter les processus politiques, qu'elle documente avec le groupe d'étude, démystifiant l'idée que le pouvoir n'est possible que par des moyens institutionnels ou partisans. Les Mixtèques ont développé un certain pouvoir social grâce au soutien de leur groupe ethnique et à leurs stratégies de négociation avec les autorités locales. Mais ces ressources sociales, symboliques et culturelles peuvent être volatiles, discontinues et fragmentées.

    Cette réalité contraste avec celle des femmes universitaires, comme le montrent Veronika Sieglin, María Zúñiga et María Elena Ramos, qui identifient les stéréotypes et les formes de discrimination dans les universités publiques de Monterrey. De nombreuses femmes professeurs sont confrontées à des processus épuisants liés à des exigences de productivité dans un contexte où elles sont peu responsabilisées.

    Thèmes émergents dans les études sur le nord du Mexique

    La deuxième partie de l'ouvrage aborde les questions de santé sexuelle et reproductive, d'identités de genre et de ruralité. La santé génésique, maternelle et infantile a été largement étudiée dans le cas du nord du Mexique, dans le cadre de recherches menées à la fois au El Colegio de Sonora et au El Colegio de la Frontera Norte. Elizabeth Cueva fait le point sur la production de la santé maternelle dans la région, en se penchant sur les domaines de l'action des femmes et des conditions d'accès à la santé. Elle identifie comment la collaboration et le conflit sont des axes importants pour comprendre comment les femmes enceintes font face à un contexte de conditions déficientes en matière d'éducation et de services de santé. En particulier, les femmes pauvres des quartiers pauvres de la ville de Matamoros, dans l'État de Tamaulipas, assument souvent leurs propres soins en vertu de certaines valeurs et représentations, en raison de leur exclusion des services de santé.

    Dans les zones rurales du nord du Mexique, les questions de genre et de développement rural revêtent une grande importance, en particulier à Mexicali, La Laguna Coahuila et Matamoros, où les questions agricoles sont toujours d'actualité. Les femmes rurales sont confrontées à des exigences qui les discriminent dans l'accès aux programmes sociaux. Lourdes Romero et Érika Soto documentent ce problème à travers le régime foncier et la distribution des aides du Procampo dans la région de Lagunera (Coahuila-Durango). Ces programmes favorisent davantage les hommes que les femmes, puisque seuls 25% des bénéficiaires du programme sont des femmes, ce qui donne un plus grand pouvoir économique et décisionnel aux hommes.

    Colophon

    Le genre est un ensemble d'impacts sur la matérialité du monde social, économique et politique des femmes, que l'on retrouve de manière transversale dans les chapitres de l'ouvrage. Mais au-delà de l'identification d'un effet académique de la perspective de genre, les études du livre nous permettent de reconnaître principalement les implications pour les femmes dans un contexte d'exclusion permanente, qui à court terme ont fini par avoir un impact sur la violence de genre complexe.

    L'ouvrage dans son ensemble représente un processus de mise en évidence des problèmes sociaux liés aux asymétries entre les hommes et les femmes, bien que les auteurs donnent la priorité aux nombreuses inégalités féminines. Dans ce cadre, des efforts sont faits pour reconnaître les diverses pratiques et identités dans différents contextes régionaux tels que le nord du Mexique.

    La possibilité d'analyse offerte par le livre réside dans le dialogue entre les disciplines et les champs d'étude, qui favorise un dialogue conceptuel et disciplinaire avec des références analytiques connexes et des moments historiques clés. Toutefois, les outils permettant de comprendre les expériences sexospécifiques, tels que la classe, l'appartenance ethnique, l'âge et les capacités corporelles, sont considérés comme allant de soi dans les études de cas, car les auteurs choisissent une stratégie interprétative qui présente et décrit des situations particulières qui perpétuent l'inégalité.

    Susciter l'intérêt
    Notifier
    guest

    0 Commentaires
    Retour d'information sur Inline
    Voir tous les commentaires

    Institutions

    ISSN : 2594-2999.

    encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

    Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

    Télécharger dispositions légales complet

    EncartesVol. 7, No. 13, mars 2024-septembre 2024, est une revue académique numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, No. 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte Norte, A. C.., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexique, Tél. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tel. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tel. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Hébergé à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière mise à jour : 25 mars 2024.
    fr_FRFR