Autels des morts : l'héritage changeant d'une tradition mexicaine

Réception : 3 mai 2022

Acceptation : 6 juillet 2022

Résumé

La vidéo est le résultat d'une enquête sur les effets, les adaptations et les déplacements subis par la tradition du jour des morts au Mexique en novembre de la première année de la pandémie de covid-19. À cette époque, les cérémonies publiques de ce jour, considérées comme un patrimoine national immatériel, avaient été annulées. Nous avons réalisé une enquête en ligne pour savoir quels seraient les effets de cette culture de l'isolement sur la tradition du Jour des Morts : la tradition cesserait-elle, ou évoluerait-elle vers de nouveaux usages, lieux et expressions ? Et quelles nouvelles utilisations créatives de la tradition émergeraient, dans quels nouveaux médias serait-elle exécutée ? Avec les données obtenues à partir de 720 questionnaires et 280 photographies reçues des autels des morts, nous avons réalisé une vidéo pour expliquer les déplacements physiques, les changements esthétiques et les nouvelles significations avec lesquelles la pratique de cette tradition a été renouvelée.

Mots clés : , , , ,

autels des morts : l'héritage changeant d'une tradition mexicaine

La vidéo est le résultat d'une enquête sur les effets, les adaptations et les déplacements subis par la tradition du Jour des Morts au Mexique pendant le mois de novembre de la première année de la pandémie de covid-19. À cette époque, les cérémonies publiques de la Journée des morts, considérées comme un patrimoine national immatériel, avaient été annulées. Nous avons réalisé une enquête en ligne pour savoir quels seraient les effets de l'isolement sur la tradition du Jour des Morts : la tradition cesserait-elle ou se déplacerait-elle ou muterait-elle vers de nouveaux usages, lieux et expressions ? Et quelles nouvelles utilisations créatives de la tradition émergeraient et dans quels nouveaux médias seraient-elles réalisées ? Avec les données obtenues à partir de 720 questionnaires et 280 photographies reçues des autels des morts, nous avons réalisé une vidéo pour expliquer les déplacements spatiaux, les changements esthétiques et les nouveaux sens avec lesquels la pratique de cette tradition mexicaine ancestrale a été renouvelée.

Mots clés : Rituel, autels des morts, patrimoine, Mexique, covid-19.


Journée des morts : le patrimoine immatériel du Mexique pour le monde entier

Pour les locaux comme pour les étrangers, l'une des particularités de la culture mexicaine est sa façon de célébrer les morts. Sans entrer dans le débat sur la primauté des racines mésoaméricaines ou de la tradition catholique, nous reconnaissons que la fête est un héritage culturel syncrétique (Broda, 2003 : 114) qui combine la vision du monde préhispanique (Broda, 1991) avec la tradition catholique du jour des morts (Malvido, 2006). Ces deux traditions ont fusionné et, à ce jour, elles sont célébrées dans tout le Mexique les 1er et 2 novembre, et les deux significations cosmologiques subsistent.

La célébration du jour des morts est née comme un rituel qui jette des ponts entre le monde souterrain (mésoaméricain) et l'idée du purgatoire (catholique) et le monde des vivants. Dans 41 groupes ethniques du Mexique, la tradition est préservée et célébrée avec une grande intensité, liée au cycle agraire et comme élément intégrateur de la communauté, maintenant la continuité de la tradition orale par le biais de l'héritage familial.

Aujourd'hui, cette tradition

n'est plus seulement une coutume ancienne dans les villages et une pratique culturelle des Mexicains, mais un rituel ayant une valeur et une validité aux yeux des cultures du monde entier. Ces nouveaux développements nous amènent à réinterpréter ce rituel, à essayer de comprendre quelles sont les significations, dans la polysémie de valeurs que, comme tous les rituels, il contient, qui rendent aujourd'hui encore plus précieuse la participation des individus et des groupes à cette grande manifestation culturelle (Arizpe, 2009 : 66).

Arizpe affirme que le consumérisme et la mondialisation ont eu un impact sur la rupture des liens entre rituels et institutions, entre traditions et cultures. Mais en même temps, il se demande pourquoi certains rituels sociaux renaissent dans le monde d'aujourd'hui. Notre recherche vise à trouver des réponses à ces déplacements, qui sont sensibles à un autre axe de transformation : celui d'une pandémie mondiale.

Plus récemment, les autels des morts se sont émancipés des festivités rurales du Jour des Morts et, comme le définit Claudio Lomnitz (2006), sont devenus "une pierre angulaire de l'identité nationale". La fête a acquis de nouvelles significations et sa ritualité s'est transformée au fur et à mesure qu'elle s'adaptait à de nouveaux contextes tels que les contextes urbains et transnationaux ; elle a pris de nouvelles significations, telles que sa folklorisation en tant que symboles du sentiment patriotique dans les écoles et les bureaux publics, sa commercialisation et sa publicité liées à l'Année européenne de l'égalité des chances. marketing de différentes marques et produits ; leur spectacularisation dans des parades, des films et des productions médiatiques (Lomnitz, 2006). Le meilleur exemple est la récente invention de la parade du Jour des Morts à Mexico, influencée par un film de James Bond, qui a répandu sa spectacularisation non seulement dans la capitale mais dans toutes les villes. Cette nouvelle stylisation hollywodense a fait que la pratique s'est étendue à de nouveaux contextes urbains et même internationaux. En bref, il s'agit d'une pratique qui a subi de nombreuses transformations et adaptations, et il était donc raisonnable de penser à l'impact de la pandémie sur de nouvelles adaptations.

La tradition a changé, mais elle n'est pas morte. Les autels ont amplifié leurs significations, mais ils n'ont pas été vidés de leur sens. Par exemple, dans les foyers urbains, des offrandes aux morts sont mises en place et pratiquées avec une signification cosmologique liée à l'expérience avec les âmes et au lien avec le surnaturel (Semán, 2020) ; Des bougies sont allumées pour éclairer le chemin des morts, des papel picado colorés sont décorés, des arcs de fleurs de cempasúchil sont placés comme une porte vers ce monde, et de la nourriture et des boissons sont offertes pour divertir les morts, que ce soit pour suivre le sens animiste de la tradition qui consiste à attirer les morts pour qu'ils vivent sur ce plan matériel avec les êtres chers vivants, ou simplement pour poursuivre la coutume de se souvenir de ceux qui sont partis. 

Le fait est que les autels des morts sont désormais une tradition que s'approprient de nombreux Mexicains, indépendamment de leur âge ou de leur condition ethnique ou sociale, ainsi qu'un rituel admiré par le monde entier pour ses couleurs intenses, pour l'extravagance des catrinas et des crânes, ou comme élément décoratif. Il a même été considéré comme l'un des patrimoines culturels les plus anciens et les mieux préservés, et c'est pour cette raison qu'il a été reconnu par la Commission européenne. unesco comme patrimoine immatériel de l'humanité en 2008.1

Sans aucun doute le sceau unesco a eu de nouveaux impacts car "soudainement, ce n'est plus seulement une ancienne coutume dans les villages, et une pratique culturelle des Mexicains, mais un rituel avec une valeur et une validité aux yeux de la culture du monde entier" (Arizpe 2009 : 66). Mais en même temps qu'elle s'est mondialisée, elle a été valorisée par les Mexicains et a été reconnue comme le patrimoine de tous les Mexicains, même si, comme nous le verrons plus loin, cela ne signifie pas que tous les Mexicains la pratiquent, ni qu'ils le font de la même manière. 

Notes sur la recherche

La recherche a été menée au moment de la pandémie mondiale, il était donc nécessaire de générer un instrument de recherche en ligne qui serait adapté aux conditions de confinement et de fermeture des espaces publics résultant des mesures sanitaires visant à minimiser les effets de la pandémie d'ici à la fin de 2020.2 Cette année correspondait à l'apogée de ses effets : les célébrations publiques et collectives du jour des morts avaient été annulées, les cimetières étaient fermés, les écoles et les places publiques et commerciales étaient fermées. Il y avait une politique stricte de confinement à domicile. Simultanément, la pandémie faisait déjà des victimes. Les malades ont été soumis à des mesures d'isolement et la mort a laissé, outre la douleur de la disparition des êtres chers, de profondes blessures émotionnelles dues à la solitude.

Face à cette situation, nous nous demandons quels seraient les effets de cette culture de l'isolement sur la tradition du Jour des Morts, la plus valorisée en tant que patrimoine immatériel du Mexique : la tradition cesserait-elle, serait-elle déplacée ou muterait-elle vers de nouveaux usages, lieux et expressions ? Dans ce dernier cas, quels seraient les déplacements, quels seraient les nouveaux supports utilisés et quelles seraient les nouvelles utilisations créatives de la tradition ?

Nous avons émis l'hypothèse que l'enfermement privatiserait la fête et sa signification publique et sociale vers l'assemblage domestique et familial des autels des morts, qui trouverait également une nouvelle fenêtre de sociabilité dans les réseaux socio-numériques contemporains. Nous voulions même voir si les personnes qui n'avaient jamais été habituées à cette pratique y auraient recours.

La recherche est apparue comme une intervention conjoncturelle qui a pris la priorité dans les trajectoires de recherche suivies par les deux auteurs. D'une part, nous avions tous deux étudié l'impact de la transculturation causée par l'intensité des flux et des échanges culturels engendrés par la dynamique de la mondialisation sur différents rituels syncrétiques considérés comme des héritages mexicains de longue date, comme les danses Conchero (De la Torre et Gutiérrez Zúñiga, 2017), le bain temazcal (De la Torre et Gutiérrez Zúñiga, 2016) et les rituels dans les sites archéologiques mexicains (De la Torre et Gutiérrez Zúñiga, 2021). D'autre part, nous étions également intéressés par les effets de la pandémie sur les déplacements et les reconfigurations dans les manières de vivre le religieux (De la Torre et Gutiérrez Zúñiga, 2020) et la fête des morts nous a donné l'occasion de continuer à trouver des réponses.3 Enfin, le sujet s'est également articulé avec les agendas individuels. De la Torre menait une recherche sur les autels domestiques et la religiosité vécue (De la Torre et Salas, 2020), tandis que Gutiérrez Zúñiga s'engageait dans une étude sur la diversité religieuse dans les écoles, dans la réalité de laquelle la célébration des morts était une tradition qui générait des tensions avec les minorités religieuses de plus en plus présentes dans la société (Gutiérrez Zúñiga, 2021).

En raison de restrictions sanitaires, il était impossible de mener un travail de terrain en face à face, nous avons donc conçu une enquête en ligne pour recueillir des données sur les significations de la pratique des autels pendant les festivités de 2020. Cette enquête a été diffusée selon une stratégie "boule de neige" par email et sur nos médias sociaux pendant dix jours autour de la date, et nous avons obtenu 720 questionnaires valides.4 Le questionnaire comprenait trois sections : des données générales sur les répondants (non nommés) ; la pratique des autels ; et une section consacrée aux enseignants dans les écoles. Nous avons combiné des options ouvertes, fermées et à choix multiples, selon les besoins de notre analyse. Nous avons également décidé de demander des photographies des autels afin d'étudier leurs transformations matérielles, esthétiques et symboliques, et avec les 280 images reçues, nous avons pu constituer une archive photographique qui nous a permis d'observer un très large éventail de types d'autels, avec lesquels nous nous sommes donné pour tâche de construire des typologies en fonction de leurs composants, en fonction des lieux où ils sont placés, en fonction de leurs esthétiques valorisées comme des matérialités qui impriment des sens contrastés et génèrent des sensations différentes (Meyer, 2019).

Un autre matériau alternatif consistait à capturer et à systématiser ensuite les contenus diffusés sur les réseaux socionumériques (principalement Facebook, Instagram et WhatsApp). Les technologies offrent un nouveau support de socialisation dans lequel émerge une nouvelle tendance à virtualiser l'autel. Nous avons découvert qu'au cours de la pandémie, la tradition voulait que l'on télécharge des photos des autels personnels des morts pour les partager avec les amis et la famille. Ces publications sont souvent accompagnées de légendes, d'explications et de messages, c'est pourquoi il s'agissait d'un matériel d'étude très riche sur le renouvellement des formes et la valeur accordée à l'installation d'autels des morts médiatisés par des plateformes numériques.

Bien qu'il ait été initialement prévu que l'enquête fournisse la matière première centrale de l'analyse, les archives de photographies d'autels domestiques et d'autels numériques obtenues se sont avérées être l'un des principaux outils de travail au cours de la recherche, nous permettant une lecture visuelle des stratégies de visibilité culturelle (Martín Barbero et Rey, 2001). Les photos nous ont fourni des "paysages imaginaires de notre époque [qui ont] une présence effective dans la vie quotidienne des sujets sociaux" (Bueno Fischer, 2006 : 174). Nous avons consacré six mois de travail au catalogage des images ; la participation d'Emilia Díaz Corona, assistante de recherche, a été très précieuse dans cette tâche.

Principaux résultats de la recherche

Qui a répondu au questionnaire ?

Notre échantillon se composait de 720 personnes pratiquant des autels des morts, appartenant pour la plupart à une classe moyenne urbaine très éduquée. Si nous examinons leur profession, nous constatons que les enseignants (29,7%), les étudiants (14,3%) et les universitaires (8,5%) représentent plus de la moitié de l'échantillon, et que les professionnels représentent 20,8%. Si l'on regarde leur scolarité, on constate que 9 sur 10 ont une formation universitaire (undergraduate 49,7% et postgraduate 39%). Cette configuration d'échantillonnage est à prévoir en raison de la nature même de l'outil en ligne choisi, qui suppose une qualité d'accès à internet et un appareil supportant le questionnaire, ce qui dans notre pays impose un biais considérable si l'on considère que selon le recensement 2020, 44,2% des ménages mexicains disposent d'un ordinateur et 60,6% ont accès à internet, tandis que 72% des Mexicains âgés de six ans ou plus sont des utilisateurs d'internet (voir figure 1).inegi, 2020). La participation des membres du Réseau de chercheurs sur le phénomène religieux au Mexique a été un facteur important dans notre stratégie d'échantillonnage "boule de neige", qui a permis de multiplier les points de départ pour la diffusion du questionnaire sur l'ensemble du territoire national. Nous avons pu "sortir" de la région du Centre-Ouest (avec 54,31 TTP1T des questionnaires) et même explorer ses utilisations à l'étranger (6,11 TTP1T des répondants ne vivent pas au Mexique). L'échantillon était composé de 80,41 PT1T de femmes ; les groupes d'âge étaient variés : 601 PT1T étaient constitués de proportions similaires de 26-35, 36-45 et 46-55 ans, le groupe des 36-45 ans étant le plus important (241 PT1T). Cependant, la proportion des 17-25 ans était également considérable, avec 17,2% de l'échantillon, similaire à celle des 56-65 ans avec 14% (le reste ayant plus de 65 ans). Nous avons également constaté une grande diversité de religion parmi les pratiquants : 57% se sont déclarés catholiques, 22,1% se considèrent comme "spirituels sans église", et 14% sont athées (le reste étant composé d'un nombre minime d'autres religions).

Bien que le profil des répondants soit biaisé, il constitue un échantillon riche et varié pour explorer les transformations contemporaines de cette tradition basée sur son utilisation principalement parmi la classe moyenne urbaine, et plus particulièrement parmi les internautes ayant un niveau d'éducation élevé. Elle montre également qu'elle ne correspond pas seulement à une pratique confessionnelle liée au catholicisme populaire, mais qu'elle a acquis une valeur de patrimoine culturel national qui traverse différents groupes et orientations religieux, y compris ceux de conviction athée.

Comment l'autel a-t-il été pratiqué pendant la pandémie ?

Les autels sont pratiqués dans la mesure où ils sont importants pour les individus, les institutions et les groupes. Bien que la majorité d'entre eux déclarent le faire "depuis leur enfance" (47,5%) - ce qui nous indique qu'ils sont profondément enracinés -, une proportion significative le fait depuis le décès d'un proche (18,8%) et depuis "qu'ils ont leur propre logement" (10,8%). D'autres encore, puisqu'ils ont eu des enfants (7.8%). En d'autres termes, de nombreuses personnes adoptent la coutume dès qu'elle acquiert une signification spécifique dans leur cycle de vie. Il est clair que le montage d'autels est une activité de socialisation familiale et scolaire importante : la famille (51,4%) et l'école (41,7%) ont été mentionnées comme les principaux lieux où les personnes ont appris à monter des autels, mais il était également important d'apprendre à monter des autels en regardant des films, en écoutant la radio ou à travers les réseaux sociaux (10,1%). En d'autres termes, la reproduction de la tradition ne se fait pas seulement par les institutions, mais aussi par les médias.

A la question de savoir à qui l'autel est dédié, la réponse a été majoritairement en faveur des membres de la famille.

Mais la dédicace à un animal de compagnie se distingue également, dénotant l'importance croissante des animaux de compagnie dans la vie affective des familles urbaines de la classe moyenne. Il est également clair que l'autel n'est plus seulement façonné par les croyances chrétiennes et spécifiquement catholiques sur l'âme et le purgatoire, mais par de nouveaux imaginaires qui assimilent les non-humains à des êtres vivants, en particulier chez les plus jeunes.

Graphique 1 : A qui les autels ont-ils été dédiés (en pourcentage) ? Source : Base de données du questionnaire "Altars de muerto 2020", conçu par les auteurs. Élaboration du graphique : Emilia Díaz Corona Centeno. N=720 (réponses non exclusives).

A la question : Pourquoi est-il important d'ériger un autel, les réponses suivantes ont été données (réponses non exclusives) :

Graphique 2 : Quelle est l'importance des autels des morts (en pourcentage) ? Source : Base de données du questionnaire en ligne "Altares de muerto 2020", conçu par les auteurs. Élaboration du graphique : Emilia Díaz Corona Centeno. N=720 (réponses non exclusives).

Nous avons remarqué comment les premières mentions de plus de 50% font référence au fait de "remercier et se souvenir des êtres chers", au maintien des "traditions de nos ancêtres" et au fait qu'il s'agit d'un "héritage culturel mexicain". Comme ces réponses n'étaient pas exclusives (chaque personne interrogée pouvait en marquer autant qu'elle le souhaitait), nous avons pu observer que ces significations étaient souvent liées : la tradition est une ressource disponible dans notre répertoire culturel pour se souvenir de nos morts et, en même temps, elle est appréciée pour faire partie de ce qui nous identifie en tant que Mexicains. Seuls 26% (un peu plus d'un tiers) lui donnent une signification animiste, déclarant que son importance réside dans le contact avec les morts. Il est très peu question de "foi" ou d'"obligation" dans l'ensemble, ce qui confirme son caractère culturel plutôt que religieux, résultat d'un processus de sécularisation. Cette caractéristique aurait pu être explorée en connaissant les éléments matériels utilisés pour assembler l'autel.

Le graphique montre que neuf autels sur dix étaient composés d'images de défunts, de nourriture ou de boisson, de fleurs (cempasúchil ou cordon d'évêque) et de bougies. Nous pourrions dire qu'il s'agit des éléments essentiels avec lesquels se conjugue cet assemblage matériel à la mémoire des morts ; à l'exception des fleurs mentionnées ci-dessus, nous pouvons observer que ces éléments peuvent être obtenus dans pratiquement n'importe quel contexte (même à l'étranger), à partir duquel chaque praticien peut consacrer l'effort qu'il souhaite à leur construction : des plus élaborés (comme nous le verrons plus loin) à ceux disposés de manière désinvolte. En deuxième position se trouveraient les crânes et le papel picado, dans pratiquement huit autels sur dix, ce qui les place comme des éléments majoritairement associés et pratiquement constitutifs de l'autel et qui, contrairement aux précédents, sont spécifiques à cette date et leur utilisation implique leur acquisition pendant la période des fêtes, ou leur stockage. Ces articles sont couramment vendus sur les marchés et dans les papeteries, et de plus en plus de supermarchés en proposent également, ce qui témoigne de leur production en masse. Les éléments utilisés dans moins de la moitié des autels sont également importants pour notre analyse. Les objets du défunt, utilisés dans près de la moitié des autels, sont des reliques qui nous parlent de la volonté de le rendre présent, d'autant plus lorsqu'il s'agit d'objets d'usage courant, et sont même compatibles avec un sens animiste de cette assemblée. Le copal, quant à lui, est lié à l'attirail rituel d'origine préhispanique, et son utilisation est presque aussi étendue que celle des objets du défunt. La rareté de l'assemblage virtuel ressort : nous n'avons trouvé que huit cas dans l'ensemble de l'échantillon, ce qui correspond à 0,1% du total, ce qui révèle l'importance de la matérialité dans cette pratique. Des images religieuses de saints, de Christs et de vierges apparaissent dans un peu plus d'un tiers des autels, confirmant à la fois l'aspect religieux de leur origine catholique et leur sécularisation actuelle. Nous reviendrons sur ce dernier point plus tard.

Éléments de l'autel (en pourcentages). Source : Base de données du questionnaire en ligne "Altars de muerto 2020", conçu par les auteurs. Élaboration du graphique : Emilia Díaz Corona Centeno. N=720 (réponses non exclusives).

Sur l'autel, on fait différentes combinaisons d'éléments qui sont simplement significatifs pour les gens, au-delà de quelque canon patrimonial. On trouve ainsi du quartz, des pierres, des minéraux et des "trucs d'Halloween", en principe une tradition d'origine anglo-américaine que précisément les institutions gouvernementales de la culture et le système d'éducation publique ont essayé de contrecarrer (en fait, la moitié des pratiquants de l'autel des morts ont déclaré ne pas avoir d'activités d'Halloween).

Nous avons examiné de plus près l'utilisation d'éléments religieux et avons constaté que les images les plus fréquentes sont : les crucifix et la Vierge de Guadalupe dans environ deux autels sur dix ; Jésus et divers saints catholiques dans environ un autel sur dix. Il est également important de noter l'utilisation d'images sacrées en dehors de la tradition catholique, comme des divinités préhispaniques (2.6%), ce qui peut être le signe d'une recherche d'authenticité indigène dans cette pratique (comme c'est le cas pour d'autres d'origine préhispanique, comme le temazcal ou la danse conchero-aztèque). Dans certains cas, on retrouve des divinités ou des représentations orientales et la sainte mort, ce qui témoigne de la grande plasticité de cette tradition. Il convient de mentionner que 137 personnes ont déclaré qu'elles n'avaient pas mis d'"image religieuse" dans la liste générale des éléments d'autel, mais lorsqu'on leur a posé la question spécifique "Avez-vous des images de saints, d'êtres surnaturels ou de divinités sur votre autel ? Cela suggère qu'ils les considèrent comme sacrés, mais pas religieux, une distinction intéressante à la lumière du nombre croissant de personnes qui se considèrent comme spirituelles, mais pas membres d'une église ou d'une tradition religieuse spécifique (Encreer/Rifrem, 2016).

Une fois l'autel installé, il est utilisé de différentes manières : "en prendre soin (le nettoyer, allumer des bougies)" et "se souvenir du défunt en famille ou en groupe" ont été mentionnés dans la moitié des cas. En effet, la mise en place de l'autel est une activité éminemment familiale dans la moitié des cas, à l'instar des décorations de Noël. Trois personnes sur dix ont déclaré l'avoir assemblé seules. Deux personnes sur dix ont déclaré prier devant l'autel.

L'utilisation des médias sociaux est désormais une forme importante de pratique des autels : près de quatre répondants sur dix ont déclaré avoir pris une photo de leur autel et l'avoir partagée sur les médias sociaux. Cela contraste avec l'utilisation très limitée des plates-formes virtuelles pour la mise en place des autels, mentionnée plus haut. En d'autres termes, ces ressources sont utilisées pour la diffusion de l'autel, mais ne se substituent pas à son assemblage physique. Cette modalité était particulièrement compatible avec les restrictions sanitaires dérivées de la pandémie, qui ont probablement empêché les célébrations communautaires consistant à "inviter la famille ou les voisins à manger", qui ont été rapportées dans deux cas sur dix. Interrogés sur les adaptations faites "par covid-19" (sans préciser si c'est par peur de la contagion ou en raison d'une interdiction sanitaire), près de la moitié des personnes interrogées (47,4%) ont déclaré avoir procédé à une adaptation quelconque ; les plus signalées étaient le changement de lieu, sa réalisation dans une "taille réduite ou plus simple", "sans visite", ou "en tenant compte des mesures sanitaires". Ces réponses indiquent un déplacement de la tradition vers l'espace domestique et sa privatisation.

Conception vidéo

Avec le matériel obtenu, nous avons décidé de créer l'essai audiovisuel intitulé "Los altares de muerto : patrimonio cambiante de una tradición", car c'était le support idéal pour rendre compte des variétés esthétiques et matérielles avec lesquelles s'expriment les mutations de la tradition. De mai à novembre 2021, nous avons bénéficié de l'aide de Germán Torres, un étudiant en cinéma, que nous avons pu engager grâce au financement du programme de bourses de techniques de recherche de la Commission européenne. ciesas. Nous nous sommes donc lancés dans une aventure de collaboration entre chercheurs et créateurs. Dans un premier temps, les chercheurs ont été chargés d'élaborer un scénario audiovisuel permettant de diffuser les connaissances obtenues dans le cadre de la recherche avec l'écriture d'un texte narratif, l'insertion des images des autels reçus et l'utilisation de fonds musicaux recréant les contextes sonores des traditions des autels.

Le scénario entrelace quatre ressources : la narration en offLes résultats et les conclusions du chercheur ; les témoignages qui décrivent les images qui illustrent ou accompagnent la narration ; les séquences d'images et le son pour mettre les images en musique ou créer une atmosphère contextuelle.

Nous avions du matériel photographique, nous n'avions pas de vidéo, et nous pensions que cela alourdirait le documentaire ; c'est alors que nous avons eu recours à l'outil de l'animation. Final Cut Pro X pour donner du dynamisme grâce à l'utilisation d'effets spéciaux et rompre ainsi avec le caractère statique des photographies. Cet outil nous a également permis de mettre l'accent sur l'aspect visuel des photographies elles-mêmes, ce qui nous a permis d'intervenir pour renforcer le cadrage intentionnel et la mise au point, en montrant les éléments spécifiques qui composent chaque type d'autel et en soulignant leurs contrastes. De cette façon, nous avons pu utiliser le matériel de manière prolifique, en isolant différents éléments des photographies afin de pouvoir observer les composants et leurs différentes esthétiques entre les différents autels.

Le scénario se compose de quatre blocs thématiques. Une introduction est consacrée à la contextualisation de l'assemblage des autels en tant que tradition syncrétique à double facette : indigène et catholique.

Le premier bloc, "Les autels en période de covid"L'objectif de l'exposition est de réfléchir à la manière dont le Jour des Morts et la tradition de l'assemblage d'autels ont été affectés par l'enfermement social résultant de la pandémie causée par l'épidémie de grippe aviaire. covid-19. Il explique également les conditions dans lesquelles la recherche a été menée et justifie l'utilisation d'une enquête en ligne comme outil.

Le bloc deux, "Transformations de la tradition", présente les différents usages fonctionnels acquis par les autels des morts. Le troisième bloc, "Styles et esthétique", était consacré à la présentation des esthétiques identifiées par les chercheurs dans les archives photographiques obtenues. L'analyse de l'esthétique à travers les photographies nous a permis de cataloguer la diversité des styles et, avec elle, de remarquer les différentes significations fonctionnelles des autels des morts actuels, parmi lesquels nous décrivons ceux qui sont utilisés comme dispositifs de mémoire familiale, ceux qui sont pratiqués dans le système de religiosité vécue qui relie le monde des vivants avec des êtres surhumains (dévotionnel catholique), la reconversion marchande des autels en modèles de marketing et de consommation de masse, les resymbolisations qui les déplacent vers d'autres traditions spirituelles ou ésotériques, l'autonomie stratégique qui s'approprie la tradition d'ériger des autels comme un "lieu de résistance" (Richard, 2006) : 107), tout comme les installations resémantisées par des collectifs qui dénoncent les morts sans justice comme les féminicides, les disparitions ou les morts dues à la violence. Le bloc quatre, "Lieux et significations", était consacré à l'exploration de comment, où et à qui sont dédiés les autels des morts, montrant ainsi leur adaptabilité à de nouveaux contextes et circonstances. Les autels sont réalisés dans les cimetières, les cuisines, les maisons, les écoles, à l'étranger, dans la rue, dans les magasins, et finalement nous en avons reçu un d'un groupe de paramédicaux spécialisés dans le transfert de covid-19 qui a effectivement adapté une ambulance pour la transformer en autel des morts. Chacun de ces lieux génère de nouvelles énonciations qui, en se délocalisant, transforment le sens même de la pratique funéraire.

Avec tout le matériel obtenu, nous avons pu reconnaître le large éventail de sites et de significations pratiqués à travers les autels. Ces dimensions matérielles parlent en premier lieu de la plasticité de la pratique pour s'adapter à de nouveaux contextes et circonstances, probablement l'une des clés de sa permanence. Mais d'autre part, leur recontextualisation parle aussi de nouvelles appropriations à des fins différentes, toutes liées à la mort et aux morts.

Conclusions

Même si la pandémie de covid-19 a entraîné l'annulation des cérémonies publiques qui affectaient la tradition des autels des morts sur les places, dans les écoles, les cimetières et les bureaux, la tradition n'a pas été interrompue, mais déplacée vers l'espace domestique. Ce qui est intéressant, c'est de découvrir que cela ne s'est pas traduit par une privatisation de la pratique, car l'internet, par le biais des réseaux socio-numériques, est devenu un espace où les photographies des autels familiaux des morts étaient partagées. C'est un indice très significatif à plusieurs points de vue, que nous développons ci-dessous :

  1. Notre échantillon s'est avéré significatif pour apprécier la tradition chez les internautes. Un constat important s'avère être le fait que les nouvelles technologies n'éliminent pas les traditions, mais qu'elles constituent au contraire une nouvelle plateforme de visibilité et de socialisation.
  2. Le passage à l'internet ne s'est pas fait par les outils virtuels qu'offre cette plateforme, mais c'est la médiation de la photographie capturant les assemblages physiques qui a catapulté cette pratique dans les technologies de l'information et de la communication (tique). Les réseaux sociaux sont devenus le nouveau moyen de socialisation.
  3. Cela nous amène à réfléchir sur l'importance de la matérialité et du régime esthétique des montages, car ce sont eux qui insèrent la tradition dans le nouveau régime de la vidéo-sphère, la rendant valide dans les nouvelles conditions de transmission des médias culturels.
  4. La tradition du jour des morts s'est détachée des supports traditionnels des communautés ethniques et religieuses (ce qui ne veut pas dire qu'elle n'est pas encore pratiquée dans ces milieux). La coutume s'est multipliée et étendue à de nouveaux secteurs qui lui confèrent des significations culturelles renouvelées, une esthétique de classe et des usages culturels. La patrimonialisation patriotique et les médiatisations des cultures de divertissement et de consommation ont fait de la tradition une icône nationale et l'ont soustraite aux contrôles traditionnels et communautaires des pratiques. Aujourd'hui, il n'existe pas de norme ou de convention unique pour son assemblage ; il existe diverses sources qui modélisent et promeuvent des styles et des contenus avec lesquels la tradition est redéfinie et réinventée. En ce sens, elle est loin d'être moribonde ; au contraire, elle est plus dynamique que jamais, mais plus ouverte à différentes appropriations et reformulations.
  5. Les médiations issues des cultures mass media réactivent à leur tour la plasticité et les usages et appropriations de cette tradition. Contrairement à ce que plusieurs sociologues ont affirmé sur le sort des signes de consommation en tant que paquets vides de sens et de mémoire, les autels des morts sont une tradition où différentes mémoires sont réinscrites, différentes fonctionnalités qui vont du marché et de la spectacularisation, à l'appropriation de leurs assemblées comme discours politique pour mettre en évidence différentes revendications liées à la mort : morts injustes, meurtres réduits au silence, féminicides, disparitions, etcetera.

Les autels des morts ont réussi à s'adapter aux conditions imposées par la pandémie, c'est pourquoi nous pouvons conclure qu'ils continueront à être le patrimoine le plus apprécié des Mexicains car ils offrent une matérialité symbolique qui nous permet de traverser l'incertitude, de relier les mondes invisibles aux mondes visibles, d'accueillir les affections et de générer une proximité avec les absents. L'autel est une machine à remonter le temps qui nous permet de nous recréer de manière cyclique en rendant possible une réinscription mutuelle entre le présent et le passé, sans qu'ils aient besoin de s'annuler l'un l'autre.

Bibliographie

Arizpe, Lourdes (2009). El patrimonio cultural inmaterial de México. Rites et festivités. Le Mexique : conaculta.

Broda, Johanna (1991). "Cosmovisión y observación de la naturaleza : el ejemplo del culto a los cerros en Mesoamérica", in Johanna Broda, Stanislaw Iwaniszewski et Lucrecia Maupomé (ed.), Arqueoastronomía y etnoastronomía en Mesoamérica. Mexique : Universidad Nacional Autónoma de México, pp. 461-500.

- (2003). "La ritualidad mesoamericana y los procesos de sincretismo y reelaboración simbólica después de la conquista. Graffylia : Revista de la Facultad de Filosofía y Letras, pp. 14-27.

Bueno Fischer, Rosa Ma. (2006). "El ejercicio de ver : medios y educación", dans Inés Dussel et Daniela Gutiérrez (comp.), Educar la mirada. Políticas y pedagogías de la imagen. Buenos Aires : Manantial, pp. 165-178.

De la Torre, Renée et Cristina Gutiérrez Zúñiga (2016). "El temazcal : un rituel prehispánico transculturalizado por redes alternativas espirituales". Ciencias Sociales y Religión/Ciências Sociais e Religião, vol. 18, no. 24, pp. 153-172. https://doi.org/10.22456/1982-2650.63841

- (2017). Mismos pasos nuevos caminos : transnacionalización de la danza conchera. Guadalajara : El Colegio de Jalisco et ciesas.

- (2020). "covid-19 : la pandémie comme catalyseur de la vidéogravure". Spirale. Estudios sobre Estado y Sociedad, vol. 28, no. 78-79, pp. 167-213. https://doi.org/10.32870/eees.v28i78-79.7205.

- (2021). "Las ruinas arqueológicas de México : arenas donde se disputa el patrimonio". Ciencias Sociales y Religión/Ciências Sociais e Religião, vol. 23, pp. 1-35. https://doi.org/10.20396/csr.v23i00.15006

- et Anel V. Salas (2020). "Autels que nous voyons, significations que nous ne connaissons pas : subsistance matérielle de la religiosité vécue". Encartes, vol. 3. núm. 5, pp. 206-226. https://doi.org/10.29340/en.v3n5.141

Encreer/rifrem (2016). Enquête nationale sur les pratiques et croyances religieuses au Mexique. Extrait de http://rifrem.mx/encreer, consulté le 9 août 2022.

Gutiérrez Zúñiga, Cristina (2021). "Modelos de convivencia en transición : la escuela pública y la diversidad religiosa", in Renée de la Torre et Pablo Semán (ed.), Religiones y espacios públicos en América Latina. Buenos Aires : criques et clacsop. 135-161.

Institut national des statistiques et de la géographie (inegi) (2020, 14 mai). Statistiques sur la Journée mondiale de l'internet (17 mai) [communiqué de presse]. Extrait de https://www.inegi.org.mx/contenidos/saladeprensa/aproposito/2020/eap_internet20.pdf, consulté le 9 août 2022.

Lomnitz, Claudio (2006). Idée de la mort au Mexique. Mexique : Fondo de Cultura Económica.

Malvido, Elsa (2006). " La festividad de Todos Santos, Fieles Difuntos y su altar de muertos en México, patrimonio "intangible" de la humanidad. Patrimonio cultural y turismo - Cuadernos, núm. 16, pp. 41-56.

Martín Barbero, Jesús et Germán Rey (2001). Os exercices do ver. Hegemonía audiovisual e ficção televisiva. São Paulo : senac.

Meyer, Birgit (2019). Cómo as Coisas importan. Uma abordagem amterila da religião. Porto Alegre : ufrgs Rédacteur en chef.

Richard, Nelly (2006). "Estudios visuales y política de la mirada", dans Inés Dussel et Daniela Gutiérrez (comp.), Educar la mirada. Políticas y pedagogías de la imagen. Buenos Aires : Manantial, pp. 97-112.

Semán, Pablo (2020). Vivir la fe. Buenos Aires : Siglo xxi.


Renée de la Torre est titulaire d'un doctorat en anthropologie sociale. Professeur de recherche à l ciesas Ouest. Niveau de chercheur national iii. Cofondateur du réseau de chercheurs du phénomène religieux au Mexique (Red de Investigadores del Fenómeno Religioso en México).rifrem) et collaborateur au sein de son comité académique. Sujet de recherche : étude de la diversité religieuse au Mexique. Elle a récemment publié le livre Changement religieux à Guadalajara. Profils et comportements sur trois décennies (1996-2016).El Colegio de Jalisco/Universidad de Guadalajara, 2020.

Cristina Gutiérrez Zúñiga est titulaire d'un doctorat en sciences sociales. Professeur chercheur à temps plein à l'Université de Guadalajara. Chercheur national de niveau II. Thèmes de recherche : diversification et pluralisation religieuse au Mexique, diversité religieuse dans les écoles publiques. En 2020, elle a publié : " Reconfiguration religieuse au Mexique : enquête nationale sur les croyances et les pratiques, 2016 ", dans . Boussole sociale, 67(3), 349-371.

S'abonner à
Notifier
guest
0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires

Institutions

ISSN : 2594-2999.

encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

Télécharger dispositions légales complet

EncartesVol. 5, n° 10, septembre 2022-février 2023, est une revue universitaire numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, n° 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte, A. C..., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexico, Tel. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tél. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tél. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Accueilli à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière modification : 22 septembre 2022.
fr_FRFR