(In)sécurité et genre en Amérique latine : stratégies, pratiques et culture1

Réception : 13 juin 2022

Acceptation : 14 juillet 2022

J'avais 11 ans et un gars qui passait à vélo m'a serré la poitrine. Une dame dans la rue m'a reproché de porter ce chemisier.

Dans un bus longue distance, je me suis réveillée avec la main d'un homme barbu sous ma jupe, ses doigts entre mes jambes.

Dans le métro, un abruti m'a touché partout et s'est masturbé. Personne ne m'a aidé, même si j'ai pleuré et crié. J'avais 16 ans.

Un jour, j'en ai eu marre et je lui ai donné un coup de coude, tout le monde m'a regardé et pas lui.

Au cours de mes 9 années passées dans le trolleybus, j'ai tellement honte que je ne suis pas capable de le partager publiquement (Reina, 2016).

Ce sont cinq des plus de cent mille témoignages qui se sont accumulés en quelques semaines suite à l'appel twitter #MiPrimerAcoso, publié en mars 2016, peu avant le 8 mars, c'est-à-dire la première grande marche contre la violence de genre qui a été organisée dans vingt villes du Mexique. Il est facile de percevoir le niveau de violence de chacune de ces expériences qui ont sans doute marqué à jamais la mémoire de ces filles et de ces jeunes femmes, leurs géographies de la peur, les parcours autorisés, les lieux et les moments où leurs corps féminins ne semblaient pas à leur place.

C'est ainsi que la plupart des femmes de ce pays, où ces dernières années les féminicides et les disparitions forcées ont pris des proportions tragiques, grandissent et sont éduquées, c'est-à-dire apprennent à vivre en ville. Toutefois, le harcèlement sexuel des femmes dans la rue n'est pas seulement un phénomène mexicain, ni même latino-américain. En juin 2015, l'université de Cornell et Hollaback ! un mouvement international contre le harcèlement sexuel de rue - basé sur 16 600 entretiens avec des femmes dans vingt-deux pays, a conclu qu'entre 80 et 90% d'entre elles ont été victimes de harcèlement sexuel dans les espaces publics, 84% d'entre elles l'ont vécu avant l'âge de 17 ans (The Worker Institut, 2015). Toutefois, s'il s'agit d'un phénomène mondial, chaque pays, voire chaque ville, a, sinon ses propres expressions, du moins ses propres intensités et fréquences : 95% des femmes argentines ont déclaré avoir été harcelées pour la première fois avant l'âge de 17 ans ; 79% des femmes canadiennes ont déclaré avoir été harcelées par un homme ou un groupe d'hommes ; 47% des femmes indiennes ont déclaré avoir été victimes d'un exhibitionniste ; 80% des femmes sud-africaines ont changé leur façon de s'habiller pour éviter le harcèlement de rue ; 66% des femmes allemandes ont déclaré avoir été touchées ou caressées par des inconnus (The Worker Institute, 2015).

Le phénomène est également loin d'être nouveau. Le harcèlement sexuel des femmes et des filles dans les espaces publics - des regards et des mots obscènes aux attouchements, en passant par le viol, le fémicide et les disparitions forcées (ONU Femmes, 2019) - est aussi vieux qu'il est voilé et normalisé, ce qui explique pourquoi il est si difficile de parler des tendances en termes quantitatifs. Ce n'est que récemment, avec d'autres types de violence à l'égard des femmes, qu'elle a commencé à être rendue visible par des mouvements féministes importants et variés, interconnectés à l'échelle mondiale. Dans plusieurs pays d'Amérique latine, la légalisation de l'avortement ainsi que les manifestations et la législation en faveur d'une société sans violence à l'égard des femmes figurent parmi les réalisations les plus significatives des mouvements sociaux contemporains. Grâce à cela, le harcèlement de rue est devenu un point non seulement d'attention, mais aussi de tension et de polarisation entre le monde universitaire, la société, les médias, les législateurs et les décideurs.

Dans ce contexte, la recherche féministe a été fructueuse dans l'étude de la relation entre les femmes et la ville. Dans les Amériques, certains des principaux centres d'intérêt ont porté sur les expériences et les effets psychologiques du phénomène sur les femmes (Massey, 1994 ; McDowell, 1999) ; l'influence de l'architecture, de l'urbanisme et de l'environnement urbain tant sur l'exacerbation (Lindón, 2006 ; Sánchez et Ravelo, 2013) que sur la solution possible du problème (Falú, 2011) ; les pratiques de mobilité urbaine des femmes (Jirón et Zunino, 2017 ; Alvarado, 2021) ; la continuum de la violence qui s'établit dans une relation entre les portes de l'extérieur et de l'intérieur de la maison (Koonings et Kruijit, 2007) ; les motivations ou impulsions qui conduisent les hommes à violer les femmes dans les espaces publics (Segato, 2003).

Sur la base de ces connaissances, la question directrice de ce dossier vise à comprendre comment les femmes font face, se protègent et luttent contre l'insécurité urbaine en Amérique latine. C'est une question à laquelle nous répondons à travers six articles, tous écrits par des femmes qui, qu'elles viennent de la sociologie, de la géographie, de la communication ou de l'anthropologie, mobilisent des techniques d'observation qualitative. L'un de ces travaux se déroule dans les périphéries de la ville de La Plata, en Argentine, tandis que les cinq autres portent sur diverses villes mexicaines : Puebla, Guadalajara, Mexico et trois municipalités de son agglomération : Coacalco, Tultitlán et Ecatepec. Outre la diversité géographique des études, nous avons également observé une diversité dans les profils socio-économiques des femmes qui ont collaboré aux différents projets de recherche : femmes jeunes et adultes ; issues des classes moyennes et moyennes supérieures et des classes populaires ; professionnelles, étudiantes universitaires, vendeuses de marché et femmes au foyer.

Si nous vous invitons à vous plonger dans chacun des articles et à comprendre les contributions qu'ils apportent à la simple question de savoir ce que font les femmes, et comment, pour faire face à l'insécurité urbaine, s'en protéger et la combattre, nous souhaitons également vous inviter à une lecture transversale qui nous permette d'établir sur la table de discussion les bases d'une anthropologie de l'(in)sécurité urbaine dans une perspective de genre. Cette perspective doit permettre d'analyser dans quelle mesure ces pratiques et stratégies, qui peuvent aller de la soumission à l'organisation collective, transforment le rapport culturel des femmes à la ville - à contre-courant et traversé de contradictions, d'immanences et de défis.

Dans cette perspective, nous évoquerons d'abord le cheminement intellectuel qui nous a conduit à notre question centrale, puis nous présenterons brièvement le contenu des articles, pour enfin mettre en lumière certains des apports et établir certaines des questions que la lecture transversale des articles nous offre.

I

La nécessité de consacrer un numéro spécial à la relation entre la (in)sécurité urbaine et le genre est apparue dans le cadre d'un projet de recherche plus large portant sur la privatisation de la sécurité publique dans les contextes métropolitains.2 Nous nous sommes demandé comment, dans le contexte d'insécurité et de violence généralisées dans les métropoles mexicaines depuis les années 1990, la sécurité publique, qui était à l'origine la responsabilité de l'État, a commencé à être produite par des agences privées.3 Nous nous sommes intéressés aux défis que ce phénomène représentait dans la société, la culture et l'espace urbain, en nous concentrant sur la fragmentation socio-spatiale, la production et la gestion de l'espace urbain, l'émergence et l'approfondissement d'une nouvelle altérité et l'exacerbation des inégalités entre ceux qui ont les ressources pour acheter un service de luxe et ceux qui doivent se contenter de ce que l'État leur offre (Zamorano et Capron, 2013 ; Capron, 2019).

En plus d'aborder ces problèmes, la recherche a révélé plusieurs aspects du phénomène qui ont déstabilisé notre propre perspective et nous ont obligés à poser de nouvelles questions. Nous avons compris, par exemple, que la privatisation de la sécurité n'implique pas seulement l'intervention d'agents qui produisent des services et des dispositifs de sécurité à des fins commerciales, mais aussi une multiplicité d'agents qui exercent ces activités pour l'autoconsommation (individuellement ou dans la formation de comités de quartier et de groupes d'autodéfense urbains). D'autre part, nous avons reconnu que, dans le même temps où les agents producteurs de services et de dispositifs de sécurité se multiplient, l'État ne se retire pas du secteur, mais intervient avec de nouvelles logiques, comme l'implication des forces armées dans la sécurité publique ou les tactiques de coproduction qui " impliquent activement les communautés dans la prévention intégrale de la violence et du crime " (Agudo, 2016 : 224). Nous avons également acquis la conviction que l'augmentation de la perception de l'insécurité n'entretient pas une relation directe avec l'augmentation de la criminalité, notamment parce que " les médias et la légitimité de l'État jouent un rôle important dans la régulation du sentiment d'insécurité " (Zamorano et Moctezuma, 2019 : 6). Nous découvrons également que ce qui est en jeu n'est pas seulement la tension et les contradictions qui peuvent être générées entre le public et le privé, mais plus fondamentalement, entre le légal et l'illégal, le formel et l'informel, le légitime et l'illégitime (Zamorano, 2019). Enfin, en déstabilisant les opérations binaires, nous percevons que la catégorie du sûr peut facilement muter en non sûr, selon les contextes et les agents sociaux impliqués. D'où l'idée d'insister sur le concept d'(in)sécurité.

Cet ensemble de preuves a imposé la nécessité de formuler une nouvelle question de recherche, plus simple mais plus large : comment les citadins latino-américains se protègent-ils dans ces contextes d'insécurité et de violence ?4

II

En réponse à cette question, la problématique du genre a révélé des imaginaires, des peurs, des cartographies, des pratiques et des stratégies profondément particulières qu'il convient de mettre en perspective. Comment comprendre la particularité que la dimension du genre introduit dans le débat sur l'(in)sécurité urbaine ? Nous présenterons d'abord une synthèse des contributions des auteurs, puis nous proposerons quelques pistes de réflexion basées sur une perspective transversale, qui vont dans le sens de la construction d'une anthropologie de l'(in)sécurité avec une perspective de genre.

Paula Soto est sans aucun doute une pionnière au Mexique pour ce qui est d'aborder la relation entre la ville et le genre dans une perspective intersectionnelle. Dans ce numéro, son article "Geographies of women's fear in the city. Empirical evidence from two Mexican cities" montre que la perspective féministe sur l'insécurité urbaine a mis l'accent sur les relations de pouvoir inégales entre les hommes et les femmes. Analysant les cas de Puebla et de Guadalajara au moyen d'enquêtes et de groupes de discussion avec des femmes, l'auteur souligne que la peur qu'elles éprouvent dans l'espace public urbain n'est pas seulement le résultat d'une mauvaise conception spatio-environnementale (espaces abandonnés, sales, mal éclairés, étroits...), comme l'insistent plusieurs auteurs. C'est également un produit du pouvoir que les hommes expriment sur les femmes par le biais du harcèlement de rue et de la violence sexuelle qui font du corps féminin un objet. La vision féministe nous rappelle la dimension subjective, incarnée, émotionnelle de l'insécurité. L'article de Paula Soto insiste sur les traces sensorielles laissées par cette violence sur le corps et l'esprit des femmes en tant qu'expérience traumatique. Selon l'auteur, la peur spatialisée façonne des paysages et des géographies émotionnels avec lesquels les femmes développent au moins trois stratégies par rapport à l'espace urbain : l'évitement, l'autoprotection et la confrontation.

Miriam Bautista, dans "Las chicas ya no quieren divertirse : violencia de género y autocuidado en la zona conurbada a la Ciudad de México", s'intéresse aux expériences de violence et de harcèlement sexuel racontées par des jeunes femmes issues de groupes populaires dans la partie nord de la zone métropolitaine de la vallée de Mexico, souvent appelée "couloir de la traite" en raison du nombre de fémicides et de disparitions forcées de femmes qui s'y produisent. L'auteur montre que si les femmes se sentent vulnérables dans les espaces publics et trouvent leur environnement familial sûr, la violence à leur encontre se déchaîne aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur de leur foyer. Bien que victimes du pouvoir machiste, elles naturalisent la violence et se sentent responsables des agressions, parfois féminicides, qui sont exercées contre leur corps pour être sorties la nuit, avoir fréquenté des boîtes de nuit, s'être habillées de manière provocante, avoir fréquenté des lieux sombres, etc. Ces discours de culpabilité façonnent leurs subjectivités et les conduisent à adapter des stratégies de retrait ou d'évitement. Ainsi, les femmes interrogées s'enferment souvent dans leur maison et limitent leurs activités de loisirs, surtout la nuit.

On dit souvent que l'espace public, notamment la rue, appartient à tout le monde, mais surtout aux hommes. El artículo de Lorena Umaña, “Habitar y transitar la ciudad de México: representaciones sociales de jóvenes universitarias”, propone revisitar esa aserción para analizar las experiencias y las representaciones de estudiantes universitarias de la Ciudad de México, cuando toman el transporte público y tienen que pasar de un sistema de transporte a otro. Analizar el significado de ser mujer en el transporte público, así como las formas de habitar el espacio público, permite a la autora insistir en los temores de las mujeres y, en particular, en las desigualdades, exclusiones y autoexclusiones que experimentan en la ciudad. Umaña observa que sus interlocutoras se preguntan cómo esto afecta su ciudadanía y su derecho a la ciudad, a vestirse como quieren, a estar en la calle en cualquier momento del día o de la noche y a disfrutar del espacio público. Así, estas jóvenes, contrariamente a las entrevistadas por Miriam Bautista, cuestionan y retan la naturalización de la violencia y la exclusión que sufren en el espacio público.

L'article de Gabriela García et Carmen Icazuriaga va dans le même sens. À Mexico, les auteurs analysent les stratégies des jeunes femmes professionnelles, des classes moyennes et supérieures ayant fait des études supérieures pour se déplacer dans un environnement perçu comme hostile et dangereux. L'utilisation des technologies de l'information et de la communication - notamment les applications auxquelles elles peuvent accéder sur leurs smartphones pour indiquer leur localisation, pour faire savoir quand elles partent et arrivent, etc. Bien que les personnes interrogées avouent ne pas savoir ce qu'elles feraient en cas de problème, ces pratiques les aident à se sentir en sécurité pendant leurs déplacements, car elles génèrent une coprésence et une interdépendance (numérique) ainsi que des filets de sécurité. Ils ne restent pas inertes face au danger, ils se mobilisent, développent des compétences et tout un ensemble de connaissances qui leur permettent de se déplacer dans la ville. Dans la mesure du possible, ils sont acteurs de leur propre sécurité.

Ces œuvres montrent un éventail de pratiques d'autoprotection, allant de la retraite dans les maisons à l'élaboration de stratégies communes pour se protéger mutuellement pendant les déplacements urbains. Les stratégies et tactiques déployées mettent en jeu des lieux de résidence et des destinations de déplacement, des occupations et des ressources, des facteurs qui sont finalement liés au statut socio-économique de ces femmes. La classe sociale et ce type de ressources matérielles jouent un rôle important dans les stratégies des femmes pour se déplacer et occuper l'espace public, comme le montrent les deux articles suivants.

Gimena Bertoni, dans "Estrategias securitarias de mujeres de sectores populares en la periferia urbana platense", montre que, malgré le contexte urbain défavorable dans deux quartiers populaires de la périphérie de la ville de La Plata, en Argentine, les femmes ont des stratégies qui ne sont pas tant défensives que créatives, qui leur assurent une certaine autonomie en tant qu'agents. Bien qu'elles souffrent d'inégalités intersectionnelles parce qu'elles sont des femmes et qu'elles appartiennent à des secteurs sociaux appauvris qui se heurtent à un fort retrait de l'État et à une fragmentation croissante, elles surmontent les obstacles qu'elles rencontrent dans la rue. En particulier, les "autres craints" sont les jeunes au coin des rues, qu'ils saluent tout en gardant leurs distances afin de gagner leur respect. Le respect, la respectabilité, sont au cœur de la relation entre les "sociétés du coin de la rue" et les femmes, qui négocient avec la signification de la "femme respectable". L'analyse des stratégies de sécurisation des femmes dans ces contextes nous invite à les considérer non pas comme des victimes, mais comme des actrices de leur propre sécurité et à dépasser une vision qui les considère comme doublement affectées par la peur : la peur de l'agression sexuelle qui trouve un écho dans d'autres peurs.

Enfin, Paola Flores, dans "Estrategias de cuidado ante la violencia de género en la Ciudad de México", montre que la peur générée par les expériences des femmes en matière de violence sexuelle dans les transports et les espaces publics façonne leur perception de la ville. C'est la principale raison pour laquelle la peur des hommes n'est pas égale à celle des femmes. Les femmes perçoivent l'espace public comme un environnement menaçant dans un contexte où les politiques publiques visant à résoudre le problème sont déficientes. Par exemple, le métro, qui est considéré par beaucoup comme un moyen de transport sûr, ne l'est pas pour les femmes qui ont été victimes de harcèlement sexuel et où des tentatives d'enlèvement ont été visibles. Les événements de violence affectent et limitent la vie quotidienne des femmes plus que celle des hommes. Malgré tout, il est intéressant de constater que les femmes ne se contentent pas de se protéger, comme nous l'avons vu dans le travail de Gabriela García et de Carmen Icazuriaga, mais qu'elles s'organisent et commencent à socialiser l'information à travers les réseaux. Paola Flores se penche sur l'analyse des collectifs féministes qui créent des ateliers d'autodéfense, où elles se concentrent sur la dimension collective et proactive afin d'affronter les situations de violence et de perdre leur peur de l'espace public, en se basant sur l'appropriation du corps comme premier territoire.

III

Comme indiqué ci-dessus, la proposition de ce numéro thématique est née d'un projet sur les défis de la privatisation de la sécurité publique, qui a donné lieu à deux volets. Le premier dépasse la tension entre le public et le privé dans la production de la sécurité pour s'intéresser plus largement aux imaginaires, dispositifs et pratiques développés par la population urbaine pour se protéger dans un contexte de criminalité et d'insécurité. La seconde, en écho aux travaux de Goldstein (2010), tente d'explorer les fondements d'une anthropologie de l'(in)sécurité urbaine capable de reconnaître les enjeux de ces imaginaires, représentations et pratiques dans la configuration d'un projet socioculturel.

En définitive, ce qui se trouve au cœur de ces diverses manières de se protéger de la violence et de la criminalité des villes, ainsi que des imaginaires, des aspirations et des spectralités qui en émanent, c'est que

la production d'un nouveau sens commun, de nouvelles peurs, de nouvelles populations dangereuses, d'une reconfiguration de l'altérité et, définitivement, " d'un nouveau projet de société ajusté à certaines valeurs et principes " (Suárez et Arteaga, 2016) (Moctezuma et Zamorano, sous presse).

Dans ces débats, le concept de genre est apparu comme un révélateur indispensable des processus fins de construction de l'inégalité d'accès à la ville entre hommes et femmes. Cette inégalité s'enracine dans des expériences, des imaginaires, des représentations, des peurs et des aspirations qui découlent des diverses expressions du pouvoir patriarcal exercé sur le corps des femmes. Comment cela se traduit-il dans la relation entre les femmes et la ville ?

La plupart des travaux menés en Amérique latine sur cette question soulignent la faible présence des femmes dans l'espace public. L'une des explications de ce phénomène est à chercher dans un chevauchement entre la division familiale du travail et la division sociale de l'espace urbain, qui confine les femmes dans l'espace domestique et dans leur environnement de voisinage, où elles se concentrent généralement sur le travail de soins aux enfants et aux personnes âgées, c'est-à-dire le travail reproductif non rémunéré (Falú, 2020). Une autre explication se concentre sur la conception ou l'environnement urbain qui est généré précisément par le manque de conception, d'entretien et de soins (voir entre autres Sánchez et Ravelo, 2013 ; Fuentes, 2013). et al. 2011).

Les travaux présentés ici montrent que la faible présence des femmes dans les rues est également liée à la violence urbaine, notamment la violence sexuelle exercée par les hommes sur le corps des femmes. Nous verrons dans les travaux de Paula Soto et Miriam Bautista que l'une des stratégies les plus courantes des femmes pour se protéger est l'évitement, l'absence des femmes dans des espaces et des moments considérés comme dangereux où leur propre corps semble, au sens de Doreen Massey (1994), déplacé et, précisément pour cette raison, susceptible de subir, et peut-être de mériter, la violence sexuelle.

Les articles de ce numéro thématique ne laissent aucun doute sur le fait que les craintes des hommes et des femmes à l'égard de la ville sont profondément différentes. Alors que les premiers ont peur, à juste titre, de la violence, du vol, de l'enlèvement et de la disparition, les femmes, en plus d'accumuler ces mêmes craintes, ont surtout peur de la violence sexuelle, qui va du regard et des attouchements au viol et au fémicide.

Este miedo femenino a la ciudad es ancestral (Segato, 2003; Rubin, 1996), pero se reinventa, actualiza y naturaliza cada día. Aujourd'hui comme hier, face au viol, à la disparition ou au meurtre de tant de jeunes femmes et de jeunes filles en Amérique latine, nous continuons d'entendre les arguments des médias, des politiciens et de la société qui rejettent la faute sur les victimes : "elle portait une mini-jupe, elle était probablement une escorte, nous ne savons pas ce qu'elle faisait à cet endroit et à cette heure de la journée".

Cela permet d'appréhender la dimension spectrale de la peur des femmes - nécessairement intersubjective (Das, 2008) - et d'aborder d'un point de vue original un paradoxe que plusieurs auteurs soutiennent sur la base de chiffres statistiques : si les femmes ont plus peur de la ville que les hommes, ces derniers ont des taux de victimisation plus élevés. Une explication proposée par Kessler (2011) propose que de nombreux hommes qui subissent des violences dans la ville sont impliqués dans un groupe criminel. Les femmes, en revanche, subissent ces violences de manière plus aléatoire. Une autre explication, citée par Gimena Bertoni dans ce numéro, reprend la dimension spectrale de la violence contre les femmes à travers la métaphore de l'ombre (Warr, 1985) : cette thèse, dit Bertoni, implique que la peur de l'agression sexuelle a un effet amplificateur sur la peur d'autres types de crimes et occulte les spécificités de la perception de l'insécurité par les femmes.

Sin duda estas propuestas aportan a la discusión. Cependant, il est nécessaire de souligner, comme le montrent clairement les articles de ce numéro, que les femmes craignent avant tout la violence sexuelle, le viol bien sûr - qui se reflète parfois dans les statistiques - mais aussi les regards et les paroles lubriques, l'exhibitionnisme et les attouchements abusifs, qui passent généralement par le silence et la solitude des victimes, comme nous l'avons vu dans les déclarations de #MiPrimerAcoso (#MonPremierHarcèlement) et comme nous le verrons dans les articles qui composent ce numéro. Cuando se tome conciencia de las diferencias entre el miedo masculino y el femenino y del subregistro estadístico de todos los tipos de acoso callejero contra las mujeres, dejará de sorprender que en las estadísticas la mujer tenga más miedo que el hombre a la ciudad. Lo que debemos enfatizar es que se trata de otro tipo de miedo.

Mais les contributions de ce numéro thématique ne se limitent pas à révéler la dimension de la peur comme facteur de construction du rapport des femmes à la ville. Ils mettent également l'accent sur les ressources matérielles et socioculturelles que les femmes déploient pour se déplacer et occuper les espaces publics. Malgré la fréquence à laquelle on fait référence à l'autofinancement à domicile (surtout parmi les groupes les moins favorisés), dans de nombreux cas, ils acquièrent le besoin et le désir de se déplacer dans la ville, de s'approprier les espaces publics et semi-publics, non seulement comme outil de travail ou d'étude mais aussi à des fins récréatives. Comme l'écrivent Gabriela García et Carmen Icazuriaga : les femmes refusent que la peur continue à être le facteur déterminant de leur mobilité.

Se demander ce que font les femmes et comment elles se protègent dans un environnement urbain qui leur est doublement défavorable - tant en raison de la criminalité commune que de la violence sexuelle - nous permet de voir non seulement les pratiques de soumission à l'ordre patriarcal, mais aussi les manières de le remettre en question (Lorena Umaña) ; de l'éviter de manière discrète et créative (Gimena Bertoni) et de l'affronter de manière organisée (Gabriela García et Carmen Icazuriaga ; Paola Flores). Cela ne nous parle pas d'un seul projet socioculturel, mais de la confrontation d'au moins deux projets qui devront être étudiés plus avant, car c'est là que nous trouvons un moteur de changement.

En effet, une lecture transversale de ces textes révèlera que, pour comprendre la relation entre (in)sécurité urbaine et genre, il faut observer les intersections entre la violence sexuelle, l'espace urbain et la peur qui agira de manière différente selon les expériences, les âges et les ressources sociales, culturelles et matérielles des femmes. Ces lectures nous inviteront également à observer d'autres sentiments et émotions qui émergent de l'insécurité (Kessler, 2011), comme la colère, l'indignation et le désir de changement. Sans aucun doute, ce sont des sentiments qui commencent à prendre de l'importance chez les femmes, non pas de manière homogène mais à des vitesses extrêmement diverses et contradictoires.

Nous dédions ce numéro à nos enfants et à leur génération : pour la conquête de leur ville.

Mexico, 13 juin 2022

Bibliographie

Agudo, Alejandro (2016). "Encuentros ciudadanos con la policía y coproducción de seguridad entre el Estado y la familia", in María Eugenia Suárez de Garay et Nelson Arteaga Botello (ed.), Violence, sécurité et société au Mexique. Mexique : comecso/Foro Consultivo Científico y Tecnológico, pp. 223-250.

Alvarado, Arturo et al. (2021). Mobilité et violence à l'égard des femmes dans les espaces publics de la ville de Mexico. Mexique : El Colegio de México.

Capron, Guénola (2019). "Co-production de la sécurité publique dans les gated communities de la vallée du Mexique". Nouvelle Anthropologie, vol. 32, n° 91, p. 10-25. Extrait de https://revistas.inah.gob.mx/index.php/nuevaantropologia/article/view/15998, consulté le 13 juillet 2022.

Das, Veena (2008). "Violence, genre et subjectivité. Revue annuelle d'anthropologie, vol. 37, no. 1, pp. 283-299. https://doi.org/10.1146/annurev.anthro.36.081406.094430

Falú, Ana (2011). "Restricciones ciudadanas, las violencias de género en el espacio público". La pensée ibéro-américainen° 9, p. 127-146. Extrait de https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=3710895, consulté le 13 juillet 2022.

Falú, Ana (2020, 27 août). Urbanismes féministes [conférence virtuelle]. Vème Forum international sur les interventions urbaines. Extrait de https://www.youtube.com/watch?v=JtoL9N2wsdY, consulté le 14 juillet 2022.

Fuentes, César, Luis Cervera, Julia Monárrez et Sergio Peña (ed.) (2011). Espace public et genre à Ciudad Juárez, Chihuahua : accessibilité, sociabilité, participation et sécurité. Tijuana : El Colegio de la Frontera Norte et Universidad Autónoma de Ciudad Juárez.

Goldstein, Daniel (2010). "Vers une anthropologie critique de la sécurité. Anthropologie actuellevol. 51, n° 4, p. 487-517. Extrait de https://www.journals.uchicago.edu/doi/10.1086/655393, consulté le 13 juillet 2022.

Jirón, Paola et Dhan Zunino (2017). "Dossier. Mobilité urbaine et genre : expériences latino-américaines". Revista Transporte y Territorio, No. 16, pp. 1-8. Extrait de https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=333051591001, consulté le 13 juillet 2022.

Kessler, Gabriel (2011). Sentiment d'insécurité : la sociologie de la peur du crime. Buenos Aires : Siglo xxi et Editora Iberoamericana.

Koonings, Kees et Dirk Kruijt (2007). "Fractured Cities, Second-class Citizenship and Urban Violence", dans Kees Koonings et Dirk Krujit (ed.), Villes fracturées : Exclusion sociale, violence urbaine et espaces contestés en Amérique latine. Londres : Zed Books Ltd, pp. 7-22. https://doi.org/10.5040/9781350220225.ch-001

Lindón, Alicia (2006). "Territorialidad y género : una aproximación desde la subjetividad espacial", dans Patricia Ramírez et Miguel Aguilar (ed.), Penser et habiter la ville : affectivité, mémoire et signification dans l'espace urbain contemporain. Mexique : Anthropos et uam, pp. 13-32.

Massey, Doreen B. (1994). Espace, lieu et genre. Minneapolis : University of Minnesota Press.

McDowell, Linda (1999). Genre, identité et lieu : une étude des géographies féministes. Madrid : Cátedra.

Moctezuma, Vicente et Claudia Zamorano (sous presse). "Por una antropología crítica de la (in)seguridad urbana en México", dans Ricardo Fagoaga, Anne Johnson, et Fernando Salmerón (ed.), L'anthropologie au Mexique. Mexique : Asociación Latinoamericana de Antropología et Colegio de Etnólogos y Antropólogos Sociales.

Nations Unies Femmes (ONU Femmes) (2019). Analyse comparative internationale de la législation contre le harcèlement sexuel dans les espaces publics. México: onu Mujeres. Recuperado de https://mexico.unwomen.org/sites/default/files/Field%20Office%20Mexico/Documentos/Publicaciones/2019/Analisis%20comparado%2013jun2019.pdf, consultado el 13 de julio de 2022.

Reina, Elena (2016, 15 juin). "#MiPrimerAcoso : témoignages contre le drame des femmes au Mexique". El País [site web]. Extrait de https://elpais.com/internacional/2016/04/24/mexico/1461457343_029902.html, consulté le 13 juillet 2022.

Rubin, Gayle (1996). "Notes sur l'économie politique du sexe". Sexe. La construction culturelle de la différence sexuelle. Mexique : unam/pueg.

Sánchez, Sergio et Patricia Ravelo (2013). "La culture de la violence dans le contexte de la vie quotidienne de la classe ouvrière dans les maquiladoras de Ciudad Juárez". El Cotidiano, n° 182, p. 41-50. Extrait de https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=32529942005, consulté le 13 juillet 2022.

Segato, Rita Laura (2003). Les structures élémentaires de la violence : Essais sur le genre entre anthropologie, psychanalyse et droits de l'homme. Buenos Aires : Universidad Nacional de Quilmes.

Suárez, María Eugenia et Nelson Arteaga (ed.) (2016). Violence, sécurité et société au Mexique. Mexique : comecso/Foro Consultivo Científico y Tecnológico.

The Worker Institute (2015). "ilr et Hollaback ! Publication de la plus grande analyse du harcèlement de rue à ce jour". ilr Institut du travailleur [site web]. Extrait de https://www.ilr.cornell.edu/worker-institute/blog/research-and-publications/ilr-and-hollaback-release-largest-analysis-street-harassment-date, consulté le 13 juillet 2022.

Warr, Mark (1985). "La peur du viol chez les femmes urbaines. Problèmes sociaux, vol. 32, no. 3, pp. 238-250. https://doi.org/10.1525/sp.1985.32.3.03a00060

Zamorano, Claudia (2019). "A quel point la sécurité publique est-elle publique au Mexique ?" Revista Mexicana de Sociología, vol. 81, no. 3, pp. 479-507. https://doi.org/10.22201/iis.01882503p.2019.3.57918

Zamorano, Claudia et Guénola Capron (2013). " Privatisation de la sécurité et production de l'espace à Mexico : défis pour la planification urbaine ". International Journal of E-Planning Research, vol. 2, n° 4, pp. 59-74. https://doi.org/10.4018/ijepr.2013100105

Zamorano, Claudia, Guénola Capron et Arturo Díaz Cruz (ed.) (sous presse). Les dispositifs de sécurité : affects, pratiques et relations en milieu urbain. Mexique : ciesas.

Zamorano, Claudia et Vicente Moctezuma (2019). "Editorial de dossier. Se protéger dans la vallée du Mexique : dispositifs, imaginaires et services de sécurité". Nouvelle Anthropologie, vol. 32, n° 91, p. 5-9. Extrait de https://revistas-colaboracion.juridicas.unam.mx/index.php/nueva-antropologia/article/view/38563/35431, consulté le 13 juillet 2022.


Claudia C. Zamorano Villarreal est titulaire d'un diplôme en urbanisme et d'un diplôme en géographie urbaine. En 1999, elle a obtenu un doctorat en sciences sociales avec une spécialisation en études urbaines de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (ehess). Depuis 2000, elle est professeur-chercheur à l'Institut de recherche de l'Union européenne. ciesas Mexico City. Elle s'intéresse principalement aux questions urbaines, notamment aux pratiques résidentielles des classes ouvrières et moyennes, aux mouvements sociaux urbains et à l'anthropologie de l'(in)sécurité urbaine. En 2011, elle a été chercheuse invitée à la City University of New York (cuny). En 2014, son livre Le logement minimum des travailleurs dans le Mexique post-révolutionnaire : Appropriations d'une utopie urbaine a reçu le prix de la meilleure recherche en anthropologie sociale de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire. Depuis 2016, elle est responsable d'un projet de sciences fondamentales Conacyt sur les pratiques de sécurité urbaine dans la vallée du Mexique.

Guénola Capron est titulaire d'une licence en géographie et d'un doctorat en géographie et aménagement du territoire de l'Université de Toulouse le Mirail. Elle était chercheuse au cnrs à Toulouse et a rejoint le uam Unité d'Azcapotzalco en 2010. Elle a été chercheuse au Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos (cemca) et est associé à la même institution et à la Commission européenne. lisst-Cieu (Centre Interdisciplinaire d'Etudes Urbaines). En 2020, elle a été professeur invité au département de géographie de l'université de Toulouse Jean-Jaures. Son travail porte sur les transformations de l'espace public sous des perspectives telles que le commerce, la mobilité urbaine et la sécurité. Plus récemment, elle s'est intéressée aux questions alimentaires. Depuis 2016, elle est responsable d'un projet de sciences fondamentales Conacyt sur la production matérielle et sociale des chaussées dans la zone métropolitaine de la vallée de Mexico.

S'abonner à
Notifier
guest
0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires

Institutions

ISSN : 2594-2999.

encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

Télécharger dispositions légales complet

EncartesVol. 5, n° 10, septembre 2022-février 2023, est une revue universitaire numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, n° 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte, A. C..., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexico, Tel. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tél. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tél. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Accueilli à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière modification : 22 septembre 2022.
fr_FRFR