Citoyenneté et organisation face à la crise environnementale mondiale

Réception : 18 avril 2022

Acceptation : 31 mai 2022

Le monde de demain

Patrick Boitet, Anthony Forestier et Samah Soula, 2016 TF2, Paris.

Les problèmes environnementaux touchent déjà l'ensemble de la planète, sans distinction de pays, de culture, de continent ou de classe sociale. Le changement climatique dû aux émissions de gaz à effet de serre a un impact évident sur les sociétés urbaines et rurales dans différentes parties du monde.

Face à la crise environnementale actuelle qui "émerge des profondeurs de l'oubli de la nature", comme le souligne Enrique Leff (2014), il existe néanmoins quelques alternatives viables. Le langage visuel est un outil puissant pour diffuser les expériences qui sont présentées aujourd'hui comme des options réalisables, comme on peut le voir dans le film documentaire Le monde de demain. Il montre quelques exemples dans lesquels les défis techniques et les réponses à la déshumanisation croissante de la vie quotidienne dans les villes sont confrontés. En outre, les options productives du monde rural sont présentées, ainsi que certains projets qui transforment les relations sociales en exemples à suivre face à un monde qui oscille entre pessimisme, désespoir et désillusion.

Ce documentaire se réfère à différents contextes urbains et ruraux qui ont en commun la réaction de groupes sociaux traditionnellement vulnérables, majoritaires dans la société occidentale, face à la précarité, la nécessité de faire preuve d'imagination pour improviser des moyens et des technologies ou pour mener à bien des projets de production durable qui génèrent quelques revenus économiques.

Le documentaire aborde les questions de la crise environnementale mondiale et certaines expériences qui se veulent une réponse à celle-ci dans des contextes de vie urbaine dans des lieux de usaCanada, France et Inde. Les entretiens associent les problèmes des groupes humains marginalisés en situation de vulnérabilité sociale vivant dans les villes et les stratégies qu'ils doivent développer pour optimiser les ressources de l'espace, du logement et du travail afin de recycler et d'inventer des techniques qui leur permettent de gagner un revenu minimum pour survivre. Il y a également des cas provenant de zones rurales, dans lesquels des réflexions philosophiques sont intercalées pour montrer comment amorcer un changement de mentalité et décider d'agir en tant qu'individu pour éviter l'absence de réponse sociale ou institutionnelle à ce qui est déjà présenté comme l'aggravation d'une catastrophe environnementale mondiale. Les cas présentés sont des exemples de la manière dont divers groupes humains s'organisent pour

la construction de cette philosophie environnementale et la défense de modèles locaux qui ne séparent pas la nature de la culture. Ces modèles peuvent être économiquement, écologiquement et culturellement différents et peuvent constituer des projets de modernité alternative ou des alternatives à la modernité (Escobar, 2012 : 25).

Il s'agit d'expériences de vie dans les grandes villes et dans les zones rurales qui nous permettent d'observer et d'écouter comment se résout l'effort de changer les habitudes de consommation, les habitudes alimentaires, l'utilisation du temps de travail à la campagne, le temps libre et la famille. Ces exemples constituent une approche et une façon différente de faire les choses par rapport au modèle urbain ; en d'autres termes, il s'agit de promouvoir une autre façon de penser l'être humain, la famille, les proches et leur relation avec l'environnement naturel. Elle nous permet de comprendre la valeur des produits artisanaux et nous invite également à réfléchir à la nécessité de vivre non seulement pour gagner de l'argent, mais aussi pour s'organiser avec nos voisins, avec les personnes qui nous sont proches et pour réaliser d'autres activités tout aussi importantes, comme le vivre ensemble ou le travail pour le bien commun, qui sont des aspects qui contribuent à améliorer la qualité de vie et à renforcer le tissu social. Dans cette perspective, la suggestion d'Arturo Escobar est correcte lorsqu'il dit que

le point de départ pour transformer la réalité actuelle caractérisée par la crise environnementale et qui doit nous conduire à la réalisation de l'objectif d'une philosophie environnementale est de réfléchir à la manière de transformer la relation entre nature et culture établie par la modernité dominante (Escobar, 2012 : 15).

Et quoi de mieux quand on voit l'importance de ces modèles locaux comme espaces privilégiés dans la construction de cette philosophie environnementale où la nature n'est pas séparée de la culture ?

Les cas d'unités productives rurales rentables constituent un choix qui contredit l'idée courante selon laquelle les campagnes ne sont plus économiquement viables. C'est du moins ce que les gens ont été amenés à croire. L'unité de production agricole rurale est également considérée comme opposée à la modernité de la société contemporaine. Le documentaire montre au contraire comment les exploitations familiales et le travail artisanal donnent aux processus de la vie moderne une composante de qualité, qui permet de revaloriser l'activité productive agricole et les liens de solidarité, de partager les engagements, de vivre collectivement et, surtout, de laisser derrière soi le mode de vie urbain. Adopter un style différent du mode de vie urbain implique, avant tout, un changement de perspective large auquel il faut savoir s'adapter collectivement, afin de trouver la motivation, l'intérêt et, surtout, l'engagement collectif qui permettront la continuité à moyen et long terme. Un aspect substantiel du documentaire est l'interview de Cyril Dion, fondateur d'un important mouvement environnemental en France qui cherche à mobiliser les gens autour de certaines questions environnementales mais aussi par rapport à des aspects éducatifs et économiques, montrant que tout est lié. Il a réalisé un film intitulé Demain qui a remporté un César en France (équivalent des Oscars américains). Le film a été présenté au cop21L'accord de Paris de 2015, qui repose sur trois points : contenir le réchauffement climatique, améliorer la capacité des sociétés humaines à s'adapter à des changements déjà irréversibles et, enfin, créer les conditions nécessaires pour que les flux financiers soient cohérents avec les objectifs des deux points précédents. Le film montre au public qu'il est possible de créer les conditions de la création d'un autre monde et que, pour ce faire, chacun peut contribuer à sa manière à sa construction. Son militantisme écologique critique le modèle de vie urbain, le gaspillage alimentaire, ainsi que la pollution de la moitié du territoire français due aux nitrates utilisés en agriculture, ce qui signifie que 93% des cours d'eau contiennent des pesticides. C'est une réalité qui affectera à long terme la population vivant près de ces sources d'eau et travaillant dans les campagnes. Il n'est pas possible, dit-il, que quelques multinationales décident et déterminent ce que nous devons manger, au lieu que le citoyen choisisse ce qu'il préfère. C'est un signe de l'anti-démocratie qui est actuellement vécue à l'échelle planétaire. En ce sens, le documentaire nous amène au débat actuel en Europe sur l'avenir des organisations et des mouvements environnementaux et leur interaction constante avec d'autres forces politiques qui déterminent l'orientation des politiques publiques qui régissent la production d'aliments de bonne qualité.

En relation avec ce qui précède, il est nécessaire de souligner le phénomène social reflété par les "néo-ruralistes" français, qui sont présentés dans le documentaire comme des personnes sans lien avec la vie rurale, c'est-à-dire qu'ils ne sont pas des "agro-descendants", mais ils vivent dans une ferme collective et dans leur discours ils revendiquent un retour au modèle de la vie familiale paysanne. Il s'agit d'un modèle qui utilise des produits frais cultivés avec des techniques agro-écologiques et à petite échelle, et qui élève également des animaux de ferme et fabrique des produits artisanaux tels que des confitures, du pain, du fromage, etc., ce qui a l'avantage de favoriser une relation directe entre le producteur et le consommateur. Cela élimine l'intermédiaire, qui rend les produits plus chers, et permet la vente d'aliments artisanaux de qualité à un prix raisonnable. L'ensemble de ce processus a été décrit en détail par Bernard Kayser dans son livre La renaissance rurale. Sociologie de la campagne dans le monde occidental (2020), dans lequel il rend compte du déplacement des populations urbaines et périurbaines vers les zones de production rurales, conséquence du processus croissant d'urbanisation qui a débuté dans les années 1970 dans les pays industrialisés. Bien que la France soit un pays où la vie paysanne a traversé des siècles d'histoire sociale, il existe encore des traces de vie rurale dans différentes régions qui, dans la perspective de la modernité urbanisée de l'après-guerre, ont résisté aux tentatives de disparition de grands secteurs liés à la production agricole, et au contrôle productif des grandes entreprises agricoles.

Un autre mouvement intéressant, quoique apparemment plus radical, est celui des hors réseauAux États-Unis, le "unplugged" est un camp "sauvage", auquel participent des personnes qui quittent temporairement le confort d'un appartement ou d'une maison en ville et tentent de vivre dans un camp sans électricité, sans eau courante, sans téléphone portable, ni TV pas d'appareils électriques. Les gens vivent dans des tentes et organisent collectivement l'approvisionnement en nourriture, l'accès aux toilettes, la lessive et participent à divers ateliers. Il s'agit d'une sorte d'expérience sociale fondée sur des principes de base de coexistence avec certaines règles que toute la communauté respecte, comme éviter la consommation de drogues ou d'alcool ou la production de déchets inutiles. En bref, il s'agit de mettre en pratique, de manière collective, une vie opposée à l'individualisme et à la vie atomisée de l'environnement urbain et dont l'objectif est de s'adapter en apprenant des techniques de survie en forêt par une nouvelle rencontre avec la nature. L'expérience de vivre quelques jours de cette manière permet de comparer et d'évaluer ce contact avec la campagne pour ensuite, si nécessaire, changer le mode de vie et créer les conditions nécessaires pour s'installer dans un lieu éloigné du stress urbain et de l'agglomération.

Un aspect qui ressort à plusieurs reprises dans cette partie du documentaire concerne les revenus que les couples interrogés disent avoir. Il semble que le montant de leurs revenus ne dépasse pas 500 euros par mois, c'est-à-dire qu'ils peuvent vivre avec un tiers de ce dont ils auraient théoriquement besoin pour vivre dans la ville, ce qui est le symptôme de deux choses : qu'il est possible d'économiser sur des services tels que l'eau, qui n'est pas payée parce que c'est de l'eau qui vient des montagnes, ou le loyer des logements, qui est généralement moins cher à la campagne, de sorte que les revenus servent surtout à payer les services, comme le fait Jim, un écologiste qui vit au milieu de la forêt dans une cabane "confortable", dans laquelle des panneaux solaires sont utilisés pour fournir de l'électricité à toutes les pièces de la maison. Il pense que le usa sont une catastrophe pour la planète en termes d'environnement. Il est donc nécessaire de changer la mentalité des citoyens et des consommateurs, non pas en leur disant quoi faire, mais en leur montrant par l'exemple ce qui peut être fait pour alléger la pression sur la planète et réduire la consommation d'énergie, en évitant le réchauffement de la planète et le changement climatique.

Deux autres exemples montrent comment le tissu social peut être renforcé par la solidarité, le partage des responsabilités et le fait de penser en accord avec les autres ; le premier est une scierie de 25 employés, qui fonctionne comme une coopérative et où il n'y a ni patron ni hiérarchie. Les travailleurs font tourner l'entreprise, générant un revenu suffisant pour tous au même salaire. Les décisions importantes sont prises collectivement, et certains travailleurs effectuent un travail bénévole non rémunéré dans leur village de résidence, par exemple le nettoyage des parties communes, ce qui leur permet en même temps de maintenir la communication avec les autres habitants et de renforcer les liens de coopération collective, de cordialité et de bon voisinage. Cette activité et celle de la scierie ont entraîné une augmentation du nombre d'habitants permanents dans la localité, ce qui a empêché l'exode qui a caractérisé cette région française dans les années 1970. Ce type d'expérience montre, comme le souligne Wallerstein (1999), qu'il existe des alternatives à la polarisation sociale générée par le système capitaliste par rapport aux systèmes économiques précédents qui ont existé dans l'histoire de l'humanité.

Un cas peut-être plus contrasté que les précédents se présente en Inde, où dans des bidonvilles comme celui de Dharavi à Bombay ou d'autres à Calcutta ou New Delhi, des stratégies de survie sont générées, dans lesquelles l'ingéniosité détermine la capacité à s'adapter efficacement aux situations précaires. Plusieurs exemples montrent comment tout peut être recyclé et comment travailler avec des matériaux pour générer un revenu.

Le mot qui désigne cette condition est "jugaad", qui est synonyme d'improvisation, de créativité face à une réalité sociale de pénurie et de précarité. La capacité d'improvisation est importante, car elle nous permet de trouver des solutions aux problèmes avec peu de ressources. Un étudiant en ingénierie fabrique une batterie de téléphone portable d'une capacité énergétique supérieure et moins chère que celles disponibles sur le marché. Dans le domaine de l'ingénierie spatiale, le grillage à poules a été utilisé pour construire les antennes paraboliques, remplaçant ainsi l'aluminium, un matériau très coûteux. Dans l'industrie automobile, un prototype de voiture à bas prix a été créé, la kwidde Renault. Les hôpitaux font également des économies sur les opérations cardiaques, généralement coûteuses pour les familles des patients. La réduction des coûts a été telle que les chirurgiens indiens ont réalisé les mêmes opérations réussies que celles pratiquées aux États-Unis, mais à un coût dix fois moindre. Toujours en Inde, un responsable gouvernemental chargé de la science et de la technologie estime que les pépinières des futurs scientifiques du pays se trouvent dans les communautés les plus éloignées et les plus pauvres, car il pense que c'est là que l'ingéniosité des enfants se développe le plus tôt en raison des conditions de vie difficiles auxquelles ils sont confrontés, et que ce sont ces enfants qu'il faut recruter pour les éduquer et leur fournir des conditions de vie matérielles (un bon logement, de la nourriture et une éducation) pour développer leurs capacités et réaliser efficacement leurs contributions à la science et à la technologie du pays. Il est convaincu que ce ne sont pas les grandes universités des capitales régionales, aux infrastructures coûteuses et aux effectifs élevés, qui produiront nécessairement les scientifiques de demain. Les scientifiques de demain ne seront pas non plus nécessairement issus de familles aisées ayant bénéficié des conditions de sécurité nécessaires à une bonne éducation depuis l'enfance.

Autre scénario d'interaction sociale, les unités d'habitation de la périphérie urbaine des grandes villes, où une salle polyvalente devient le lieu de la coexistence des quartiers et où sont organisées des activités collectives, ou encore un potager urbain où tout le monde collabore et dont les légumes sont distribués entre les jardiniers et les autres habitants de l'unité d'habitation. Ce travail, ainsi qu'un atelier de cuisine, permettent des moments de coexistence entre voisins, d'interaction où l'entraide apparaît pour résoudre des situations domestiques telles que la garde d'enfants, la garde d'animaux domestiques, le suivi des activités de nettoyage et l'entretien général des espaces communs, la sécurité des voisins ou l'organisation d'activités récréatives ou la promotion de la santé ou du sport. Tout cela permet de donner une tournure positive aux relations de voisinage en contrebalançant l'indifférence et l'atomisation sociale habituelles.

Un dernier scénario présenté dans le documentaire concerne un festival réunissant 500 participants et dont la devise était "Oser vivre ensemble", au cours duquel des séances de méditation et des conférences sur la manière de "mieux vivre" étaient données. Les énergies alternatives et les pratiques écologiques ont été discutées, afin que les participants aux ateliers puissent reconnaître leur capacité à s'intégrer et à collaborer dans une tâche ou un exercice. Pendant quatre jours, des activités ont été explorées avec des valeurs différentes de celles du monde urbain fragmenté et individualiste. En d'autres termes, une sorte de bulle a été créée qui abstrait les participants de ce qui se passe à l'extérieur, dans la société, où il existe une série de conditions étrangères à ce qui se passe ici, avec d'autres types d'objectifs, de valeurs et de comportements. Il s'agit de faire réagir les participants afin de développer des capacités telles que communiquer, ressentir, partager et collaborer et d'offrir un niveau de coexistence et de fraternité afin d'atteindre un objectif spécifique.

L'une des personnes interrogées réfléchit au fait qu'il est possible de travailler dans des bio-coopératives en gagnant un faible salaire, mais en mangeant sainement tous les jours. C'est là que nous entrons dans la discussion sur la finalité de l'argent : manger sainement ou pouvoir manger sainement de manière bon marché et accessible ? Quelles sont les priorités ? Apparemment, il faut gagner des milliers d'euros pour bien vivre, mais en réalité, ce n'est pas le cas. L'expression "l'argent ne fait pas le bonheur" est comprise dans le sens où l'argent ne se mange pas, mais où l'on peut acheter des produits sains et bon marché si l'on s'adresse aux bons producteurs, ceux qui n'utilisent pas de produits agrochimiques, de pesticides ou de semences OGM. Dans plusieurs des entretiens, il est clair qu'il y a un sérieux souci d'investir du temps dans d'autres choses et non dans le travail, car, en fin de compte, on n'a pas besoin de beaucoup d'argent pour bien vivre. Dans ce sens, une réflexion est générée selon laquelle le temps et le travail investis dans la production de quelque chose de nutritif et de qualité ont plus de valeur que de penser à un revenu monétaire important qui permet de consommer davantage. En d'autres termes, la consommation de quoi, d'aliments industrialisés ou d'aliments sains ?

Les expériences relatées ici constituent une mosaïque de manières de penser et d'agir qui vont à l'encontre de ce qui est considéré comme établi, tant dans les villes que dans les campagnes, d'où l'importance de faire connaître ce type de documentaire. Pour la recherche sur les questions environnementales, la capacité d'organisation des groupes humains, des cultures, des habitants des villes et des zones rurales est importante, car les réponses de ces collectifs organisés à la crise environnementale mondiale en dépendent. De nombreuses expériences ont démontré leur viabilité et ce qui est commun à toutes ces expériences est la nécessité d'interagir, de conclure des accords et de coordonner l'action sociale qui peut être réalisée afin d'atteindre des objectifs d'intérêt commun. Ce documentaire représente un support pour les cours et les activités extrascolaires des communautés et des groupes de citoyens organisés intéressés par la promotion de projets d'agroécologie dans les écoles, les jardins urbains et périurbains, les communautés de petits producteurs ruraux, entre autres. C'est pourquoi il est important de le diffuser et de profiter du fait qu'il est sous-titré en espagnol.

Bibliographie

Escobar, Arturo (2012). Au-delà du tiers-monde. Mondialisation et différence. Bogotá : Institut colombien d'anthropologie et d'histoire.

Kayser, Bernard (2020). La renaissance rurale. Sociologie de la campagne dans le monde occidental. Zamora : El Colegio de Michoacán.

Leff, Enrique (2014). L'engagement envers la vie. Imaginaire sociologique et imaginaires sociaux dans les territoires environnementaux du Sud.. Mexique : Siglo xxi Rédacteurs.

Wallerstein, Immanuel (1999). Qu'est-ce que le capitalisme ? Un problème de conceptualisation. Le Mexique : unam.


Yanga Villagómez Velázquez est diplômé de l fcpets de la unam en sociologie. Doctorat en études latino-américaines, ipealtde l'Université de Toulouse, France. Membre du système national des chercheurs de la Commission européenne. conacyt depuis 1998. Professeur chercheur au Centro de Estudios Rurales, El Colegio de Michoacán, depuis 2005. Depuis 30 ans, il travaille sur des questions liées à la gestion des ressources naturelles dans les communautés rurales, paysannes et indigènes. Ses travaux ont été publiés dans des revues prestigieuses aux États-Unis, en France, en Espagne et dans divers pays d'Amérique latine. Il a effectué des séjours universitaires à l'Université de Toulouse, à l'Université de Californie à Santa Barbara et à l'Universidad Mayor de San Simón à Cochabamba. Ses cours portent sur l'histoire du Mexique agraire contemporain, l'écologie politique et la gestion des collections d'archives pour la préparation de thèses de troisième cycle.

S'abonner à
Notifier
guest
0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires

Institutions

ISSN : 2594-2999.

encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

Télécharger dispositions légales complet

EncartesVol. 5, n° 10, septembre 2022-février 2023, est une revue universitaire numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, n° 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte, A. C..., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexico, Tel. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tél. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tél. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Accueilli à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière modification : 22 septembre 2022.
fr_FRFR