La célébration des croyances. Politiques culturelles et diversité religieuse dans un centre culturel public de la ville de Buenos Aires (Argentine)

Réception : 9 avril 2021

Acceptation : 9 juillet 2021

Résumé

L'objectif de cet article est d'analyser la manière dont la diversité des croyances a été définie et reconstruite dans un cycle organisé par un centre culturel public de la ville de Buenos Aires. Pour ce faire, nous étudierons les utilisations de la catégorie de la croyance et les références spirituelles faites par les agents de l'État, les artistes et les spécialistes religieux et spirituels participants. Nous nous interrogeons sur les définitions du religieux, du spirituel et de la diversité des croyances qui sont mobilisées en dehors des institutions traditionnellement liées à la religion. Nous entendons également montrer, à partir d'un cas concret, comment le souci de diversité dans la conception des politiques publiques culturelles latino-américaines peut coexister avec la sélection d'expressions culturelles spécifiques qui, dans ce cas, ne représentent qu'une partie de la diversité religieuse existante. Les données ont été construites à partir d'une stratégie qualitative comprenant l'observation des participants, des entretiens approfondis et l'analyse de documents.

Mots clés : , , , ,

la célébration des croyances. politiques culturelles et diversité religieuse dans un centre culturel public de la ville de buenos aires (argentine)

Résumé : Le but de cet article est d'analyser la manière dont la diversité des croyances a été définie et reconstruite dans un cycle organisé par un centre culturel public de la ville de Buenos Aires. Pour cela, nous étudierons les utilisations de la catégorie de croyance et les références spirituelles créées par les agents de l'État participants, les artistes et les spécialistes religieux et spirituels. Nous nous interrogeons sur les définitions de tout ce qui est religieux, spirituel et sur la diversité des croyances qui évoluent en dehors des institutions traditionnellement liées à la religion. De même, nous nous proposons de montrer, à partir d'un cas concret, la manière dont le souci de diversité dans la conception des politiques publiques culturelles latino-américaines peut coexister avec la sélection d'expressions culturelles spécifiques qui, dans ce cas, ne représentent qu'une partie de la diversité religieuse existante. Les données ont été construites à partir d'une stratégie qualitative comprenant des observations participatives, des entretiens approfondis et l'analyse de documents.

Mots clés : spiritualité du Nouvel Âge, espace public, politiques culturelles, diversité religieuse, Argentine.


L'objectif de cet article est d'analyser comment la diversité des croyances a été définie et reconstruite dans une série de conférences et d'expositions d'art organisées par un centre culturel public de la ville de Buenos Aires. Ce cycle faisait partie d'un programme plus large destiné aux jeunes et à la célébration de la diversité et comprenait des ateliers, des conférences, des expositions d'art et des concerts d'artistes et de références liés de diverses manières à une certaine forme de religiosité. Nous souhaitons ainsi contribuer à la question des définitions du religieux, du spirituel et de la diversité des croyances qui sont mobilisées en dehors des institutions traditionnellement liées à la religion. Nous entendons également montrer, à travers l'analyse d'un cas concret (Yin, 2014), comment le souci de diversité dans la conception des politiques culturelles latino-américaines peut coexister avec la sélection d'expressions culturelles spécifiques qui, comme nous le verrons tout au long de l'article, ne représentent qu'une partie de la diversité religieuse existant dans le pays.

Ces dernières années, un certain consensus a émergé dans les sciences sociales sur la nécessité de regarder au-delà des institutions religieuses traditionnelles afin de comprendre les multiples façons dont la vie religieuse et spirituelle s'exprime dans les sociétés contemporaines (Algranti, Mosqueira et Setton, 2019). Cette perspective, qui déplace le regard des spécialistes de la religion vers la production du sacré dans les expériences des croyants et des pratiquants, a été cristallisée dans des catégories telles que la religion vécue (Orsi, 2006 ; Da Costa, Pereira Arena et Brusoni, 2019 ; Rabbia, 2017), la religiosité quotidienne (Ammerman, 2007) et les pratiques de sacralisation (Martin, 2010). En outre, de nombreuses recherches ont montré le rôle central de pratiques apparemment séculaires, telles que la production et la consommation de musique et de livres, dans la diffusion et l'actualisation des sensibilités religieuses et spirituelles (Semán, 2017 ; Semán et Battaglia, 2012 ; Algranti, 2014 ; Mosqueira, 2013) ; et plusieurs études ont souligné la centralité de l'espace public dans l'expression de la vie religieuse et spirituelle (Carbonelli et Mosqueira, 2008 ; Giumbelli, 2008 ; Vargas et Viotti, 2013).

L'article sera développé en trois parties. Tout d'abord, nous encadrons la préoccupation pour la diversité des croyances dans les processus de diversification du champ religieux argentin et dans l'émergence de la diversité culturelle comme matrice discursive à partir de laquelle les politiques culturelles latino-américaines ont été construites au cours des dernières décennies. Ensuite, nous décrivons la sélection des croyances comme thème central par les agents du centre culturel dans le cadre d'un agenda plus large lié à la jeunesse et au respect de la diversité. Troisièmement, nous analysons les usages de la catégorie de croyance mobilisés par les fonctionnaires, les agents, les artistes et les spécialistes.1 liés au cycle lors de sa conception et de son exécution. Enfin, nous avons identifié les types de religiosité auxquels il était fait référence dans les présentations des artistes et spécialistes invités au cycle. Les données présentées ici ont été construites à partir d'une stratégie de recherche qualitative (Vasilachis de Gialdino, 2006) qui comprenait des observations participantes aux différentes activités du cycle, des entretiens approfondis avec des agents du centre culturel et l'analyse de documents publicitaires et journalistiques produits par l'institution ainsi que par les artistes et les exposants qui ont pris part au cycle.

La diversité religieuse (réglementée) en Argentine

La littérature spécialisée tend à identifier la diversification du champ religieux argentin comme faisant partie d'un processus plus large de démocratisation politique et culturelle qui a eu lieu après la fin de la dernière dictature militaire et le retour de la démocratie en 1983.2 La diversification de l'offre religieuse s'est exprimée, fondamentalement, dans la croissance et la visibilité des hétérodoxies religieuses (Wright et Ceriani, 2011), présentes dans le pays depuis le début du XXe siècle (Wright et Ceriani, 2011). xxet ce que l'on appelait à l'époque les Nouveaux Mouvements Religieux (Soneira, 2005). Il s'agit notamment de groupes qui ont intégré des disciplines religieuses issues d'autres contextes géographiques, comme le bouddhisme (Carini, 2009), le néo-hindouisme (Saizar, 2015 ; D'Angelo, 2018) et les religions afro-brésiliennes (Frigerio et Lamborghini, 2011) ; ont développé de nouveaux modes d'articulation avec des visions du monde préexistantes, comme dans le catholicisme charismatique et les mouvements évangéliques (Giménez Béliveau et Martínez, 2013), ou ont adopté des pratiques thérapeutiques fondées sur des conceptions holistiques de la personne. Selon Mallimaci (2011), ce contexte a été défini par une " rupture avec le monopole catholique ", jusqu'alors projeté depuis l'État et qui avait hégémonisé l'espace public, notamment pendant les périodes dictatoriales successives qui ont caractérisé la vie politique du pays jusqu'aux années 1980 (Mallimaci, 2015).

La croissance de l'offre religieuse locale n'a cependant pas signifié une situation d'égalité pour toutes les minorités religieuses en termes de reconnaissance étatique et sociale. Dans certains cas, elle a même donné lieu à des positions réactives, comme ce fut le cas des mouvements anti-sectes (Soneira, 2005 ; Frigerio et Wynarczyk, 2008). La diversité religieuse de l'Argentine est caractérisée par des régimes différentiels de visibilité et de légitimité sociale entre la religion majoritaire, le catholicisme, et les collectifs et croyances religieuses et spirituelles minoritaires (Frigerio, 2018).

En Argentine, l'État joue un rôle complexe dans ce processus. D'une part, au niveau national, l'Église catholique bénéficie d'un statut juridique préférentiel, cristallisé dans la Constitution nationale et le Code civil et commercial (Mallimaci, 2015). Les minorités religieuses sont également réglementées par le Registre national des cultes, où les groupes religieux non catholiques doivent s'inscrire pour être reconnus par l'État. Cet organisme a été créé pendant la dernière dictature militaire et repose sur ce que Catoggio (2008) appelle "une ingénierie de la tolérance" de la diversité, qui exige que les minorités religieuses s'enregistrent comme "autres", différents du catholicisme, auprès de l'État.3 De même, comme le montre García Bossio (2020), des organismes infranationaux ont été créés au cours des dernières décennies et jouent un rôle prépondérant en permettant ou en dissimulant la présence institutionnelle des religions dans l'espace public par le biais de leurs activités et de leurs alliances. Dans ce contexte, l'actuelle direction générale des entités et des cultes de la ville de Buenos Aires mobilise depuis sa création en 2002 une conception de la diversité religieuse comme élément du patrimoine culturel de la ville. Cette notion est mise en jeu dans un large éventail d'activités, telles que des visites régulières de temples et une Nuit des temples annuelle, où les habitants et les touristes sont invités à entrer en contact avec le large éventail de lieux de culte et de festivités religieuses présents dans la ville de Buenos Aires. Ainsi, la régulation de la diversité religieuse par l'État ne se limite pas à la sphère réglementaire, mais inclut les actions d'un grand nombre d'acteurs qui remplissent différentes fonctions et représentent différents niveaux de l'État, allant des forces de sécurité aux, comme nous le verrons ici, organismes publics responsables de la conception et de la mise en œuvre des politiques culturelles (Frigerio et Wynarczyk, 2008). Mais si l'État est l'un des principaux régulateurs laïques des minorités religieuses, ces processus impliquent également les actions d'autres acteurs sociaux, tels que les médias et les industries culturelles qui, par leurs discours et leurs contenus, contribuent à légitimer et délégitimer des idées et pratiques religieuses spécifiques (Fidanza et Galera, 2014 ; Viotti, 2015).

D'autre part, la place croissante accordée à la diversité religieuse dans les politiques publiques de la ville de Buenos Aires s'inscrit dans un contexte général d'incorporation de la diversité dans les politiques sociales et culturelles latino-américaines qui a un impact sur la manière dont la ville est représentée à ses habitants et à ses visiteurs (Nivón Bolán, 2013). Depuis les années 1990, l'image traditionnelle d'une ville blanche, européenne et homogène a été remplacée par un récit multiculturel qui encourage et exalte sa diversité ethnique dans différents discours officiels (Lacarrieu, 2001). La valorisation de la diversité culturelle a en effet été intégrée dans la constitution de la ville de Buenos Aires en 1996, où sont reprises les lignes directrices établies par différentes organisations internationales qui promeuvent la reconnaissance des villes latino-américaines comme lieux multiculturels (Lacarrieu, 2001 ; García Canclini et Martinell, 2009 ; Frigerio et Lamborghini, 2011). Comme le montre Burity (2007), la valorisation du multiculturalisme dans l'agenda international a conduit à une transformation des relations entre le religieux et le politique. Cependant, cette affirmation croissante de la diversité et du multiculturalisme par différents acteurs ne se traduit pas nécessairement " par l'élaboration de politiques qui parviennent à une valorisation égale entre les différents acteurs sociaux qui composent les configurations existantes " (Camarotti, 2014 : 167).

Le cycle "Je crois" dans le cadre d'un "programme pour la jeunesse".

Le Centro Cultural Recoleta (ci-après dénommé ccr) est l'un des deux grands centres culturels publics de la ville de Buenos Aires. Il est actuellement géré, avec d'autres espaces et programmes culturels, par la Subsecretaría de Políticas Culturales y Nuevas Audiencias du ministère de la Culture du gouvernement de la ville de Buenos Aires. Situé dans une zone de tourisme, de loisirs et de consommation, à la confluence de quartiers résidentiels historiquement habités par les classes supérieures de la société de Buenos Aires et doté d'une grande zone verte composée de nombreux espaces, la ccr est composé d'une série de lieux dédiés à l'exposition d'œuvres d'art. Il est situé dans un ancien couvent construit par l'ordre franciscain au début du XXe siècle. xix. Après avoir été expropriée par le gouvernement de Buenos Aires dirigé par Martín Rodriguez, la propriété a été utilisée de diverses manières : école d'agriculture, jardin botanique, prison, caserne, hôpital, asile pour les malades mentaux, les gens de la rue et les personnes âgées jusqu'à ce qu'en 1980, elle soit transformée en l'actuel centre culturel. Le fait qu'il s'agissait à l'origine d'un couvent confère au bâtiment une esthétique particulière : outre les salles nues typiques que l'on trouve habituellement dans les espaces dédiés à l'exposition d'œuvres d'art, il possède plusieurs cours sèches avec des arbres fruitiers et une chapelle qui a été refonctionnalisée en théâtre.

Aujourd'hui, " la Recoleta ", comme l'appellent souvent les usagers et les agents de l'État, est définie comme " un symbole de la culture argentine " (Centro Cultural Recoleta, 2017), un espace historiquement habité par l'avant-garde et un " foyer du nouveau " où différents artistes peuvent " refléter librement des préoccupations et des recherches éloignées d'un regard conservateur " (Centro Cultural Recoleta, 2021).. Ces récits relient l'institution à des processus et des collectifs typiquement associés à la culture démocratique de l'Argentine, comme Abuelas de Plaza de Mayo,4 et soulignent le fait que, pendant la dernière dictature militaire, il était considéré comme un site "dangereux" (Centro Cultural Recoleta, 2021). En fait, en 2004, l ccr a présenté une rétrospective de l'artiste León Ferrari qui a provoqué l'une des plus grandes controverses publiques entre les dirigeants et les fidèles catholiques, qui ont considéré l'exposition comme une attaque contre leurs valeurs et leur identité, et un certain nombre d'artistes et d'organismes publics qui se sont prononcés en faveur de la liberté artistique.5

Tout au long de ses quatre décennies d'existence, le style et l'agenda de la Commission européenne ont évolué. ccr ont subi des modifications liées à des changements dans leur gestion et leur financement. L'administration actuelle, qui a pris ses fonctions en 2015 pendant une période où la coalition Cambiemos6 Le nouveau gouvernement, qui domine les pouvoirs exécutifs de la ville et de la nation, entreprend une rénovation majeure du bâtiment et transforme radicalement la forme et le contenu de la programmation du centre.

Selon Federico, l'un des agents travaillant au centre culturel en 2019, la nouvelle direction a entrepris de récupérer son " identité " à travers la transformation de son style et de sa programmation, ainsi qu'une recherche de diversification de son public en attirant les jeunes et les habitants du sud de la ville, où se répartissent des quartiers à faibles revenus et à forte vulnérabilité sociale et environnementale (entretien réalisé le 20 septembre 2019). De son côté, Eleonora, une autre fonctionnaire, considère que ces transformations visaient à " raviver l'identité du centre " à travers des campagnes qui " faisaient écho aux voix des jeunes " (entretien réalisé le septembre 2019).7 et promouvoir l'expression et la réalisation de nouvelles tendances dans le domaine de l'art et de la culture" (entretien réalisé le 28 février 2020). Ces fonctionnaires s'opposent également à cette nouvelle orientation de l'offre culturelle de l'UE. ccr Cela expliquerait, pour sa part, que son public se soit réduit à une élite issue des quartiers aisés de Recoleta, Palermo et Belgrano.

Actuellement, la sélection des artistes présentés au centre relève de la responsabilité d'un département de contenu composé de dix personnes, dont beaucoup sont en contact avec différentes "scènes" artistiques nationales. Le département est principalement composé de producteurs d'art, de conservateurs et de critiques d'art âgés de 30 à 50 ans, diplômés en journalisme, en arts, en économie et en design. Ils travaillent en réseau et puisent souvent dans leurs propres domaines de sociabilité et liens professionnels pour composer l'agenda du centre culturel. En outre, le ccr cherche à promouvoir un modèle de gestion participative par l'articulation avec le public, les organisations culturelles et les collectifs d'artistes pour la création et la programmation de ses contenus.

Dans le cadre de ces transformations, la direction actuelle de la ccr a proposé de rendre visibles les questions transversales, ce qui est défini comme un "agenda jeunesse". Ainsi, ces dernières années, des campagnes ont été organisées autour de questions et de controverses qui sont devenues centrales dans les débats publics et qui ont attiré une participation marquante des jeunes.8 (Elizalde, 2018 ; Felitti, 2019) : l'amour (dans le cycle "Summer Love"), la violence de genre et le mouvement féministe (dans le cycle "No va més"), l'écologie (dans le cycle "Visiting Inhabitants"), l'immigration (dans le cycle "Immigrants Yes") et la diversité de genre (dans le cycle "Diversxs e iguales"). C'est dans ce cadre que les agents du centre ont choisi la question de la diversité des croyances pour organiser la programmation des activités proposées en mai et juin 2019.9 Ainsi, la question de la pluralité des croyances faisait partie d'un agenda plus large de préoccupations à partir desquelles les responsables du centre définissent les jeunes de la ville.

Selon les membres de l'équipe, ces questions ont été abordées sur la base de deux valeurs qu'ils considèrent comme caractéristiques à la fois de l'Union européenne et de l'Union européenne. ccr ainsi que son public cible : le respect de la diversité et de l'autonomie. Comme l'a souligné un membre du personnel travaillant avec le département du contenu,

C'est très caractéristique de la génération Z avec laquelle nous travaillons, où l'unicité des personnes et le respect sont primordiaux. Quel que soit le sexe, quel que soit le genre, on se perçoit comme on veut, et on ne se mêle plus de l'autonomie de l'autre. Cela a également croisé la question de savoir comment aborder la question de la spiritualité, des croyances. Ce en quoi nous croyons comme outil pour être dans la vie. Donc, l'un est aussi valable que l'autre (entretien réalisé le 28 février 2020).

Le souci du respect de la diversité et de l'autonomie individuelle, compris comme des préoccupations caractéristiques de la "jeune" génération, a donc été le point de départ à partir duquel ces agents ont passé au crible les expressions artistiques liées à la question des croyances.10 Conformément aux tendances générales des politiques publiques culturelles mentionnées ci-dessus, le sous-secrétaire aux politiques culturelles et aux nouveaux publics du gouvernement de la ville de Buenos Aires explique cette préoccupation pour la diversité comme faisant partie d'un agenda politique plus large qui cherche à " faire écho " à la " spécificité " caractéristique d'une grande ville :

Il s'agit d'une organisation culturelle publique qui a l'obligation de se repenser dans ce contexte d'une grande ville d'Amérique latine, où il est important de générer des espaces où les gens qui sont différents, nous tous différents, peuvent se rencontrer sur un pied d'égalité (Abiuso, 2019).

Dans le même ordre d'idées, un autre membre du personnel a souligné l'intention de construire des espaces de dialogue entre des personnes différentes et a donc justifié le fait de ne pas avoir intégré dans la programmation des expressions "sectaires" qui pourraient générer un malaise parmi le public habituel du centre et qui iraient à l'encontre des valeurs promues par l'institution :

C'était une campagne, enfin, comme toutes les campagnes, qui sont basées sur des agendas ou des valeurs, [...] ce ne sont pas des agendas expulsifs. Cela ne signifie pas qu'ils sont d'accord avec tout le monde, mais que le format que nous leur donnons a la portée la plus large possible et qu'ils ne sont pas si sectaires qu'un autre groupe de personnes se sent mal à l'aise avec ce qui se passe ici. Encore une fois, en raison de la nature publique de ce lieu et parce que l'intention est qu'il y ait une opportunité de réflexion, d'échange, de rencontre avec d'autres, qui, si la proposition elle-même est très fermée ou expulsive, c'est pourquoi elle ne se produira pas. Et c'est l'objectif ultime (Entretien réalisé le 28 février 2020).

Le souci de la diversité était donc au cœur de la conception du cycle " I Believe ", défini dans différents médias comme " une célébration des croyances " (Para ti, 2019 ; Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires, 2019). En fait, cette clé était présente dans une grande peinture murale réalisée spécifiquement pour le cycle qui, selon son auteur, montrait " une diversité d'êtres en quête de sens ", pour laquelle on a essayé de " sauver toutes sortes de croyances, différentes façons de voir le monde et de l'expliquer : science, spiritualité, astrologie, superstition " (Centro Cultural Recoleta, 2019a). Cependant, une analyse attentive des activités du cycle montre qu'elles ont été conçues sur la base de conceptions spécifiques de la croyance, de la spiritualité et de la religion qui ont influencé la sélection des expressions spirituelles qui ont finalement été incluses.

Tout d'abord, la conception de l'agenda du cycle a présenté une conception de la croyance comme une arène pour l'expression de l'individualité et la formation de liens collectifs. La centralité de l'individu était exprimée dans le titre même du cycle ("Je crois") et dans la promotion de plusieurs activités dans lesquelles la spiritualité était définie comme une forme de contact avec sa propre intériorité. C'était le cas d'un atelier sur les autels domestiques qui comprenait " des exercices pratiques pour que les participants s'engagent dans une relation quotidienne avec un autel domestique construit en relation avec son univers particulier " (León, 2019), d'un atelier de peinture de mandalas défini comme " une pratique sacrée de connaissance de soi en Inde " (Merchensky, 2019) ou l'artiste Pablo Robles, qui a proposé le concert qu'il a donné comme " un voyage sonore-musical méditatif avec des bols chantants, des chants harmoniques, des sons de la nature et des mantras " pour " l'éveil de la conscience et le pouvoir d'auto-guérison qui réside en chaque être humain " (Centro Cultural Recoleta, 2019b).

De leur côté, les organisateurs du cycle ont considéré que cette identification de la croyance comme une spécificité de l'individu constituait une garantie de respect de la différence. Selon l'un des membres du personnel du centre, "le slogan "Je crois" parle de ce que chacun croit. Cela ne se discute pas " (entretien réalisé le 28 février 2020) ou, comme on peut le voir dans la description suivante de la conférence performative de Paloma del Cerro : " À travers la musique et le chant collectif, elle fera de la rencontre un rituel (...) en respectant toutes les croyances et en prenant comme prémisse que la foi est quelque chose qui part de l'humain et le transcende " (Alarcia, 2019). Parallèlement, certaines des propositions visaient à générer des expériences spirituelles basées sur différents stimuli artistiques. La chanteuse Paloma del Cerro faisait référence à son performance comme une "rencontre rituelle" qui permet au public d'entrer "dans l'intimité et la profondeur du cœur" et d'établir "une connexion entre toutes les dimensions". Il y avait aussi des références à la spiritualité comme un plan d'existence qui a des effets pratiques sur la vie collective (Viotti et Funes, 2015). Lors de sa conférence, l'astrologue Ludovica Squirru a défendu la nécessité de "refonder spirituellement" l'Argentine afin de "guérir" le lien perdu avec les cosmovisions indigènes et le monde naturel. Pour sa part, le musicien de la Nación Ekeko a fait référence à la spiritualité et aux revendications territoriales des communautés indigènes en incluant dans les paroles de ses chansons des récitations telles que :

Je suis Wichi. Notre vie a commencé sur ce sol. Nos ancêtres ne vivent qu'en nous. Ce territoire est notre maison, nous devons le protéger. Les Blancs disaient que nous étions des sauvages, ils ne comprenaient pas nos prières. Lorsque nous dansions sur le soleil, la lune ou le vent, ils nous condamnaient comme des âmes perdues.

D'autre part, à diverses époques, les croyances ont été définies de manière ambiguë et détachées de la sphère religieuse. Dans les publicités du cycle, il était indiqué que " des artistes et des référents de la pensée actuelle " répondraient aux questions " Quel est le sens de notre vie ? Pourquoi sommes-nous ici ? " à partir de leur propre expérience (Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires, 2019). Pour sa part, une fonctionnaire a décrit les activités comme "des outils humains pour traverser cette expérience humaine" qui ne sont pas associés à "une religion ou une autre". En outre, plusieurs acteurs et spécialistes ont actualisé une conception négative de la religion,11 qu'ils associaient à des formes dogmatiques de connaissance et à des pratiques coercitives de la liberté individuelle. C'est le cas de Darío Sztajnszrajber, philosophe et vulgarisateur de renom, habituellement présent dans la plupart des cycles du centre, qui a déclaré lors de sa conférence : " Dieu a été monopolisé par les pratiques de pouvoir des religions institutionnelles, niant la possibilité d'y accéder à partir de tout autre récit ".

Ces différentes manières de définir les croyances ont donc été le point de départ à partir duquel nous avons cherché à générer un espace d'expression et de respect de la diversité. Nous analysons ci-dessous les manières dont les artistes et les spécialistes ont été présentés dans les discours promotionnels du cycle et identifions les types de religiosité qui ont été inclus dans la programmation. Nous montrerons que, bien que les agents aient cherché à montrer la diversité des croyances, les activités qui composaient le programme ne montraient qu'une partie des traditions et pratiques religieuses et spirituelles présentes dans la société argentine, principalement celles liées aux spiritualités New Age (Amaral, 2003).

Passer la diversité au crible

Malgré la forte insistance sur la diversité, les présentations d'eux-mêmes (Goffman, 2009) et la manière dont la plupart des artistes et spécialistes ont été décrits dans les discours promotionnels du cycle impliquaient des références thérapeutiques et spirituelles spécifiques. C'est le cas de plusieurs des musiciens et artistes qui se sont produits lors de concerts et de conférences performatives, tels que Projet So What et Projet VibrA. Projet So What est un duo masculin d'une quarantaine d'années qui fait partie du mouvement néo-hindou. L'art de vivre (D'Angelo, 2018). Le groupe appelle ses concerts "Yoga Raves", car ils comprennent de la musique en direct, des postures de yoga et des méditations guidées. Leurs chansons, dans un style électronique-pop, incorporent des mantras, des mots sanskrits et font référence à des divinités hindoues pour leur "potentiel purificateur" et leur "haut niveau énergétique" (Yoga Rave, 2013). Pour sa part, la présentation de Projet VibrA consistait en un concert de bols chantants dirigé par un musicien, professeur de yoga, maître reiki et thérapeute vibratoire nommé Pablo Robles, qui définit ses présentations comme une " ambassade de paix itinérante " dédiée à " l'éveil de la conscience " par le biais de la thérapie sonore, de la " canalisation de l'énergie " et de l'aromathérapie (Bulzomi, 2019). Enfin, au sein de ce groupe, nous pouvons mentionner Ludovica Squirru, une astrologue argentine renommée de soixante-quatorze ans qui, depuis 1984, publie des livres annuels contenant des prédictions d'horoscope chinois qui étaient best-sellers depuis sa première publication.

Deuxièmement, de nombreuses présentations d'artistes faisaient référence à des processus de "recherche spirituelle" à travers des voyages en Amérique latine et dans les pays de l'Est, qui ont ensuite été intégrés dans leurs productions culturelles. Ce fut le cas pour Hugo Mujica, Adán Jodorowsky, Ekeko Nation et Uji. Le premier était présenté comme un prêtre, écrivain et essayiste argentin, convoqué pour son long voyage de "recherche spirituelle", qui comprenait la vie dans des temples du mouvement néo-hindou Hare Krishna et l'adoption du "maître spirituel" Swami Satchidananda en Inde, ainsi que la pratique du vœu de silence dans des monastères de l'ordre trappiste pendant sept ans. Pour sa part, Adán Jodorowsky a été présenté comme " musicien, acteur, réalisateur franco-mexicain et fils d'Alejandro Jodorowsky ", écrivain, cinéaste et psychomage chilien généralement reconnu dans le domaine de la spiritualité New Age (Centro Cultural Recoleta, 2019c). Il déclare actuellement que sa carrière artistique a pris un tournant inspiré par son processus de "recherche spirituelle" et décrit ses récentes productions musicales comme "un pont entre l'âme et la terre" (Barbero, 2018).

Nación Ekeko et Uji sont les noms des projets solo de deux musiciens et producteurs d'une quarantaine d'années, qui font partie de la "scène" du folklore numérique.12 Les organisateurs du cycle ont présenté la proposition du premier comme "un voyage musical à travers l'Amérique latine avec des chants et mélodies ancestraux, des voix chamaniques, des instruments précolombiens et des nouvelles technologies" qui "naît de voyages, de la rencontre avec des personnages latino-américains, de chants collectés et de récitals". Le second a été présenté comme un producteur et musicien électronique "nomade" qui a vécu dans différentes parties du "continent américain" et qui intègre "des musiques aux racines indigènes, africaines et folkloriques sous forme électronique pour le dancefloor". Ses spectacles se caractérisent par une combinaison d'enregistrements de sons de la nature (insectes, rivières, oiseaux), d'instruments tels que tambours, maracas et vents andins, de bases de musique électronique mêlées à des récitations enregistrées, de paroles en espagnol et, dans le cas d'Uji, de chansons évoquant des langues indigènes, accompagnées de visuels de style psychédélique, certains plus abstraits et d'autres avec des images de montagnes, d'animaux et de plantes.

Enfin, en plus de ce premier groupe de spécialistes qui se réfèrent à la figure du "chercheur spirituel" identifiée dans les études sur la spiritualité New Age (Carozzi, 2000), les agents du centre ont sélectionné deux femmes qu'ils ont présentées comme faisant partie des peuples indigènes locaux :13 Beatriz Pichi Malen, chanteuse qui s'identifie comme Mapuche et définit sa musique comme un moyen de diffuser sa langue et sa culture (Vasconcellos, 2019), et Rosalía Gutiérrez, responsable de l'atelier " Cosmologie des peuples indigènes ", présentée comme une militante du Mouvement indigène et faisant partie du peuple Kolla, diplômée en sociologie de l'Université de Buenos Aires et coordinatrice de la Communauté des étudiants des Premières Nations des Amériques (Gutiérrez, 2019).

Seules deux des activités du cycle n'étaient pas liées à la spiritualité New Age ou à l'indigénat : les performances de l'Afro Sound Gospel Choir et de la fanfare. klezmer (Fischman, 2013) Le mohel tremble. Tous deux étaient liés à des minorités exotiques en termes de temps et d'espace, et leur lien avec la religiosité était plus flou. Dans le cas du chœur gospelLa publicité du cycle indique qu'il interprète "le meilleur de ce genre né dans les églises protestantes afro-américaines des États-Unis au XXe siècle". xviii" (Centro Cultural Recoleta, 2019d). Tiembla el Mohel a été présenté comme " un groupe dédié à la musique traditionnelle du peuple juif ashkénaze d'Europe " (Centro Cultural Recoleta, 2019b). Le chœur gospelLa chorale, composée d'une soixantaine d'adultes, hommes et femmes, présentait une esthétique typique de ce style de chorale : le ton dans lequel les louanges religieuses sont chantées en anglais, les claquements et claquements de doigts, les pas de danse coordonnés, les chants structurés autour de l'appel et de la réponse, et un costume composé de larges robes orange avec des manches bouffantes marron et de grandes boucles d'oreilles dans le cas des femmes. En outre, pendant les représentations, le chanteur principal invitait le public à participer en imitant les applaudissements et en chantant des refrains tels que "Je ne suis pas un chanteur !".Merci, Jésus."d'une voix plus forte. Dans ce cas, bien que l'ensemble soit dirigé par deux femmes évangéliques, dont l'une est d'origine africaine, le reste des membres n'est pas lié au protestantisme.

Dans le cas de Tiembla el Mohel, il a été fait référence au caractère "folklorique" de la musique. klezmer et son lien avec la migration juive en Argentine, mais sans faire de références explicites à la religion juive. Le groupe était composé de sept hommes, vêtus de chemises, de pantalons, de cravates ou de nœuds papillons et, dans certains cas, de gilets et de chapeaux. Partant du principe que la plupart des spectateurs ne sont pas familiers avec ce genre musical et les célébrations juives, avant de commencer à jouer, le chanteur a expliqué que cette musique n'était pas juive. klezmer représente la communauté juive et est généralement le moment le plus joyeux d'un mariage. Il a ensuite détaillé quelques particularités des mariages juifs, les différenciant des mariages catholiques : le rôle du rabbin, les vœux des mariés, le bris d'un verre par le marié et la célébration du rite de passage par l'expression "...".Mazel tov". De même, tout au long de leur prestation, les musiciens ont insisté pour que le public se lève de son siège afin qu'on lui montre la "bonne" façon de danser sur cette musique. Alors que certains ont suivi les indications, faisant des tours de salle bras dessus bras dessous, d'autres sont restés à leur place, prenant leurs distances avec la proposition. En ce sens, la performance a été marquée par la délimitation par le groupe de son "altérité" par rapport au public et à l'espace dans lequel elle s'est déroulée : une chapelle catholique.

L'analyse des activités et des spécialistes auxquels font appel les acteurs de la ccr montre qu'au-delà du fait qu'ils aient pu penser le cycle comme un moyen de rendre visibles diverses manières d'expliquer et de vivre le monde, la programmation n'incluait que certains types de religiosité. Bien que dans les orientations spirituelles des artistes et des spécialistes nous trouvions une variété de traditions liées aux cultures orientales et, dans une moindre mesure, indigènes, qui montrent une sensibilité multiculturelle et cosmopolite caractéristique des secteurs moyens orientés vers ce type de spiritualité (Carozzi, 2000), il n'y a presque aucune référence à d'autres manifestations religieuses présentes dans la société argentine, comme le catholicisme traditionnel, le catholicisme populaire, le pentecôtisme, les religions à matrice afro et d'autres minorités religieuses chrétiennes. La diversité des croyances présentes dans le cycle était principalement composée de techniques, disciplines et traditions spirituelles telles que le yoga, l'astrologie ou le néo-hindouisme, ainsi que de références à des cosmovisions indigènes. De plus, bien que ceux-ci puissent produire une image d'hétérogénéité (Frigerio, 2013), la plupart d'entre eux sont apparus resémantisés dans le cadre interprétatif de la spiritualité du Nouvel Âge (De la Torre, 2013), caractérisé par la conception du sacré comme logé dans l'intériorité de chaque individu avec lequel il est nécessaire d'entrer en contact à travers différentes techniques pour atteindre le développement spirituel. En revanche, les artistes liés à d'autres types de religiosité, comme le protestantisme ou le judaïsme, ne présentaient pas de relation directe avec ce type de religiosité.

La conception des croyances qu'ils ont mobilisées, ainsi que les visions du monde et les pratiques spirituelles que les agents ont sélectionnées pour ce programme, peuvent être comprises comme faisant partie d'un processus plus large de visibilisation des expressions religieuses et spirituelles du Nouvel Âge. Bien qu'ils bénéficient souvent de degrés de légitimité différentiels par rapport aux autres minorités religieuses, leur présence dans certains espaces et discours publics a également fait l'objet d'accusations de la part de certains médias (Viotti, 2015). Ainsi, la référence quasi exclusive aux disciplines, pratiques et discours spirituels du Nouvel Âge dans le cadre d'une politique publique qui promeut le respect de la diversité et de l'autonomie contribue aux processus de visibilisation et de légitimation que ce type de religiosité a connu au cours des dernières décennies (Semán et Viotti, 2015). De cette façon, les agents et les artistes ont opéré comme des agents laïques de la diversité religieuse (Frigerio, 2018).

Conclusions

Dans cet article, nous analysons la manière dont la diversité des croyances a été reconstruite et définie dans une série de conférences et d'expositions d'art organisées par un centre culturel public de la ville de Buenos Aires. Caractérisé par une tradition que ses agents définissent comme démocratique et plurielle, ce centre culturel a choisi la "question des croyances" dans le cadre d'un programme plus large de défense de la diversité culturelle destiné aux jeunes. Mais même si les responsables de la programmation ont cherché à mettre le public en contact avec des visions du monde différentes, la plupart des disciplines et des pratiques qui ont été effectivement exposées dans le programme s'inscrivaient dans le cadre de la spiritualité New Age. Ainsi, le cycle a laissé de côté un grand nombre d'expressions qui font la diversité religieuse locale, comme les catholicismes, les nouvelles expressions du protestantisme et les religions afro-matricielles. Nous considérons que cette exclusion peut être due à différentes raisons. D'une part, nous pouvons distinguer les facteurs historiques d'exclusion et de stigmatisation et une identité nationale imaginée comme blanche, catholique et européenne. D'autre part, elle répond également aux subjectivités, aux pratiques religieuses et aux réseaux de sociabilité de ceux qui pensent à la programmation. Ce cas nous montre que, malgré le fait que les agents et les fonctionnaires avaient une préoccupation et une intention effectives de promouvoir le respect de la diversité des croyances, leurs conceptions de la spiritualité et de la religion, leurs réseaux de sociabilité et le type de religiosité auquel sont liés de nombreux artistes qui se produisent habituellement dans ce centre, ont fait qu'une grande partie des pratiques et des traditions religieuses effectives qui caractérisent la société argentine ont été laissées de côté.

D'autre part, ce cas suggère de nouvelles pistes de recherche pour comprendre la diffusion actuelle de la spiritualité New Age en nous montrant deux manières de faire dialoguer le monde artistique et le monde spirituel. Tout d'abord, plusieurs des artistes et exposants de la programmation font partie d'un répertoire fréquemment sollicité pour la programmation du Centro Cultural Recoleta. En tenant compte de la mise en réseau de l'équipe de contenu chargée de la conception du programme, cela nous montre la présence de ce type de religiosité dans les sociabilités de ceux qui conçoivent les politiques publiques culturelles dans la ville de Buenos Aires. La présence fréquente de ces artistes dans le centre culturel montre, quant à elle, la pertinence du médium artistique pour la diffusion et la production de sensibilités proches de ces formes de spiritualité. Les recherches futures espèrent pouvoir étudier la présence de ce type de spiritualité dans d'autres territoires et activités culturelles. Deuxièmement, au cours de leurs performances, plusieurs des artistes ont mobilisé des conceptions spiritualisées de l'art en tant que véhicule pour le développement et la production d'expériences spirituelles. Ces intersections entre la spiritualité et les mondes de l'art nous invitent à explorer davantage les multiples façons dont les industries culturelles contribuent à la diffusion et à la pratique du religieux en dehors des institutions traditionnelles.

Bibliographie

Abiuso, Marina (2019, 25 janvier). "Entretien avec Luciana Blasco sur la réouverture du Centro Cultural Recoleta". Coupe radio. Consulté sur https://ar.radiocut.fm/audiocut/entrevista-a-luciana-blasco-sobre-la-reapertura-del- centro-cultural-recoleta/, consulté le 23 mai 2022.

Alarcia, Andrés (2019, 24 mai). "Parce que nous croyons. La nouvelle série de conférences performantes à la Recoleta". C'est de l'Argentino. Consulté sur https://www.esdeargentino.com/porque-creemos-el-nuevo-ciclo-de-conferencias- performaticas-del-recoleta/, consulté le 23 mai 2022.

Algranti, Joaquín (2014). "Industrias del creer. Orientations productives du complexe éditorial chrétien en Argentine". DésaccordsN° 46, pp. 108-123. https://doi.org/10.29340/46.1359

- Mariela Mosqueira et Damián Settón (2019). "Penser sans églises : le fait institutionnel comme problème d'étude", dans Joaquín Algranti, Mariela Mosqueira et Damián Settón (comp.), L'institution en tant que processus. Configurations du religieux dans les sociétés contemporaines.. Buenos Aires : Biblos, pp. 29-57.

Amaral, Leila (2003). "Um Espírito sem Lar : Sobre uma dimensão "nova era" da religiosidade contemporânea", in Octavio Velho (org.), Des circuits infinis. Comparaisons et religions au Brésil, en Argentine, au Portugal, en France et au Brésil.. Sao Paulo : Attar et CNPq, pp. 17-60.

Ammerman, Nancy (2007). "Introduction : Observer les vies religieuses modernes", dans Nancy Ammerman (ed.), La religion au quotidien. Observer les vies religieuses modernes. Oxford : Oxford University Press, pp. 3-20. https://doi.org/10.1093/acprof:oso/9780195305418.003.intro

Angelo, Ana D' (2018). "De swamis aux gourous. Une généalogie historique des types de yoga pratiqués en Argentine : entre le néo-hindouisme et le New Age". Société et religionvol. 28, n° 49, p. 101-134.

Barbero, Juampa (2018, 30 mai). "Adán Jodorowsky : On est mieux en étant soi-même, sans masques ni déguisements". Indie Today. Consulté sur https://indiehoy.com/entrevistas/adan-jodorowsky-uno-es-mejor-siendo-uno-mismo- sin-mascaras-y-sin-disfraces/, consulté le 23 mai 2022.

Bordes, Mariana (2009). "Entre l'art de guérir et la professionnalisation". Aportes para el estudio de la práctica medica alternativa o Nueva Era a partir de las trayectorias socio-ocupacionales de especialistas". Journal d'Anthropologie ExpérimentaleNo. 9, pp. 55-73.

Bulzomi, Anabella (2019, 4 juin). "Centro Cultural Recoleta : Propositions sur la diversité qui invitent tous les publics". Nouveauté culturelle. Extrait de https://novedadcultural.com/2019/06/04/centro-cultural-de-recoleta-propuestas-sobre-la-espiritualidad-que-invitan-a-todo-el-publico/, consulté le 23 mai 2022.

Burity, Joanildo (2007). "Organizações religiosas e ações sociais : Entre as políticas públicas e a sociedade civil". Revue Anthropologiquevol. 18, n° 2, p. 7-48.

Camarotti, Renata (2014). "La culture au service du développement ? Carrefour entre le social et le culturel dans les politiques publiques culturelles", dans Alejandro Grimson (comp.), Cultures politiques et politiques culturelles. Buenos Aires : Ediciones Böll Cono Sur, pp. 163-174.

Carbonelli, Marcos A. et Mariela A. Mosqueira (2008). "Luis Palau en Argentine : construcción mediática del cuerpo evangélico, disputa por el espacio público y nuevas formas de territorialidad". Approchesvol. 20, no. 1-2, pp.153-175.

Carini, Catón (2009). "Las nuevas tierras del Buda ; globalización, medios de comunicación y descentralización en una minoría religiosa de la Argentina". Débats NERvol. 2, n° 16, pp 49-70. https://doi.org/10.22456/1982-8136.9606

Carozzi, María J. (2000). New Age et thérapies alternatives. Construire des significations dans le discours et l'interaction.. Buenos Aires : Ediciones de la uca.

Catoggio, Soledad (2008). "Gestión y regulación de la diversidad religiosa en la Argentina. Pratiques de l'état "reconnaissance". El Registro Nacional de Cultos", dans Fortunato Mallimaci (ed.), Religion et politique. Perspectives d'Amérique latine et d'Europe. Buenos Aires : Biblos, pp. 105-116.

Centre culturel Recoleta (2021). "#History". Centre culturel de Recoleta [site web]. Extrait de http://www.centroculturalrecoleta.org/historia, consulté le 23 mai 2022.

- (2019a). "Je crois". Centre culturel de Recoleta [site web]. Extrait de http://centroculturalrecoleta.org/agenda/yo-creo, consulté le 23 mai 2022.

- (2019b). "Spiritualité sonore". Centre culturel de Recoleta [site web]. Extrait de http://centroculturalrecoleta.org/agenda/ciclos/espiritualidad- sonora, consulté le 23 mai 2022.

- (2019c). "Parce que nous croyons". Centre culturel de Recoleta [site web]. Extrait de http://centroculturalrecoleta.org/agenda/ciclos/porque-creemos, consulté le 23 mai 2022.

- (2019d, 17 mai). "Concert de musique gospel dans la chapelle ! Facebook [événement]. Consulté sur https://sq- al.facebook.com/events/332611630783685/, consulté le 23 mai 2022.

- (2017, 25 décembre). "Une usine culturelle. Facebook

. Récupérée sur https://es-la.facebook.com/notes/1015542 4943899794/, consultée le 1er octobre 2019.

Ceriani Cernadas, César (2013). "La religión como categoría social : Encrucijadas semánticas y pragmáticas". Culture et religionvol. 7, no. 1, pp. 10-29.

- (2017, 11 septembre). "Des regards blasphématoires. Art, religion et espace public aux frontières de la laïcité argentine". Diverse. Extrait de http://www.diversidadreligiosa.com.ar/blog/miradas-blasfemas-arte-religion-y-espacio-publico-en-las-fronteras-del-secularismo-argentino/, consulté le 23 mai 2022.

Costa, Nestor Da, Valetina Pereira Arena et Camila Brusoni (2019). "Individus et institutions : un point de vue de l'institution vécue".. Société et religion, vol. 29, n° 51, pp. 61-92. Consulté sur http://www.ceil- conicet.gov.ar/ojs/index.php/sociedadyreligion/article/view/232/371, consulté le 23 mai 2022.

Elizalde, Silvia (2018). "Des contextes qui parlent. Révisions du lien entre le genre et les jeunes : de l'affaire María Soledad à #niunamenos". Dernière décennievol. 26, n° 50, p. 157-179. http://dx.doi.org/10.4067/S0718-22362018000300157

Felitti, Karina (2019). "Le spirituel est politique : féminismes et spiritualité féminine dans l'Argentine contemporaine". Genre et religion, vol. 9, n° 2, p. 194-214. https://doi.org/10.1163/18785417-00902010

Fidanza, Juan M. et María C. Galera (2014). "Réglementation d'une dévotion stigmatisée : culte à San la Muerte à Buenos Aires". Les débats font NER, vol.1, no. 25, pp,171-196. https://doi.org/10.22456/1982-8136.49727

Fischman, Fernando (2013). Expressions artistiques multiformes dans les rues de Buenos Aires : l'identité juive argentine entre les deux guerres mondiales". klezmertango et se mettre debout". Karpa Journal des Théâtralités et de la Culture VisuelleNo. 6. Extrait de http://www.calstatela.edu/al/karpa/karpa-6, consulté le 23 mai 2022.

Frigerio, Alejandro et Eva Lamborghini (2011). "Processus de réafricanisation dans la société argentine : Umbanda, candombe et militantisme "afro". Revue Pós Ciências Sociaisvol. 8, n° 16, pp.21-36.

- et Hilario Wynarczyk (2008). "Diversidad no es lo mismo que pluralismo : cambios en el campo religioso argentino (1985-2000) y lucha de los evangélicos por sus derechos religiosos" (La diversité n'est pas la même chose que le pluralisme : les changements dans le champ religieux argentin (1985-2000) et la lutte des évangéliques pour leurs droits religieux). Société et Étatvol. 23, no. 2, pp. 227-260. https://doi.org/10.1590/S0102-69922008000200003

- (2013). "Logiques et limites de l'appropriation nouvelle èreWhere syncretism stops", dans Reneé De la Torre, Cristina Gutierrez Zúñiga et Nahayeilli Juárez Huet, (coord.), Variations et appropriations du nouvel âge en Amérique latine. Mexique : Publicaciones de la Casa Chata, pp.47-67.

- (2018). "Pourquoi ne pouvons-nous pas voir la diversité religieuse ? Remettre en question le paradigme catholique-centrique dans l'étude de la religion en Amérique latine". Culture et représentations socialesvol. 12, no. 24, pp. 51-95. https://doi.org/10.28965/2018-024-03

García Bossio, Ma. Pilar (2020). "Pensar el espacio público entre el Estado y las religiones : una propuesta a partir de la interacción en lugares socialmente significativos". Espaço e CultureNo. 47, pp. 55-80. https://doi.org/10.12957/espacoecultura.2020.54816

García Canclini, Néstor et Alfons Martinell (2009). "Diversité culturelle et pouvoir en Ibéro-Amérique, La pensée ibéro-américaineNo. 4, pp. 1-3.

Giddens, Anthony (1991). Modernité et identité de soi. Oxford : Oxford Polity Press

Giménez Béliveau, Verónica (2013). "En los márgenes de la institución. Reflexiones sobre las maneras diversas de ser y dejar de ser católico". Corpus. Archives virtuelles de l'altérité américaine, 3(2). https://doi.org/10.4000/corpusarchivos.585

- et Ana T. Martínez (2013). "Símbolos religiosos en el espacio público", in Mallimacci, Fortunato (dir.), Atlas des croyances religieuses en Argentine. Buenos Aires : Biblos, pp. 217-240.

Giumbelli, Emerson (2008). "A presença do religioso no espaço público : modalidades no Brasil". Religion et sociétévol. 28, no. 2, pp. 80-101. https://doi.org/10.1590/S0100-85872008000200005

- (2017). "A vida jurídica das igrejas : Observações sobre minorias religiosas em quatro países (Argentina, Brasil, México e Uruguai)". Religion et sociétévol. 37, no. 2, pp. 121-143. https://doi.org/10.1590/0100- 85872017v37n2cap05

Gouvernement de la ville de Buenos Aires (2014, 6 janvier). "Un espace artistique historique de Buenos Aires". Ville de Buenos Aires. Extrait de : https://www.buenosaires.gob.ar/noticias/centro-cultural-recoleta-un-lugar-con- centuries-of-history, consulté le 23 mai 2022.

- (2019, 23 mai). "Recoleta célèbre la diversité des croyances". Buenos Aires Ciudad [site web]. Extrait de https://www.buenosaires.gob.ar/cultura/noticias/el-recoleta-celebra-la-diversidad- de-creencias, consulté le 23 mai 2022.

Goffman, Erving (2009). Stigma : Notes sur la gestion de l'identité gâchée. New York : Simon et Schuster.

Gutiérrez, Rosalía (2019, 18 mai). "Cosmovisión de los pueblos indígenas". Centre culturel de Recoleta [site web]. Extrait de http://centroculturalrecoleta.org/agenda/cosmovision-de-los-pueblos-indigenas, consulté le 23 mai 2022.

Lacarrieu, Mónica (2001, 29-30 mai). "Zones grises dans les quartiers multicolores : être multiculturel n'est pas la même chose qu'être un migrant". Actes du Symposium Buenos Aires-New York : Dialogues métropolitains entre le Sud et le Nord.

León, Catalina (2019, 15 juin). "Quel est l'intérêt d'avoir un coin de la maison comme autel ? Centre culturel de Recoleta [site web]. Extrait de http://centroculturalrecoleta.org/agenda/de-que-sirve-que-un-rincon-de-la-casa-sea-un-altarij, consulté le 23 mai 2022.

Mallimaci, Fortunato (2011). "De la Argentina católica a la Argentina diversa". De los catolicismos a la diversidad religiosa", dans Olga Odgers-Ortiz, La pluralisation religieuse en Amérique latine. Tijuana : El Colegio de la Frontera Norte, pp.75-130.

- (2015). Le mythe d'une Argentine séculaire. Catholicisme, politique et État. Buenos Aires : Capital Intelectual.

Martin, Eloisa (2010). "Religion et vie quotidienne en Amérique latine", dans Richard Hecht et Vincent Biondo (ed.), La religion dans la pratique de la vie quotidienne dans l'histoire du monde. Westport : Praeger, p. 451-480.

Martínez, Ana T. (2009). "Introducción. Religión y Creencias en el trabajo sociológico de Pierre Bourdieu", dans Pierre Bourdieu, L'efficacité symbolique. Religion et politique. Buenos Aires : Biblos, pp.9-42.

Merchensky, Vladimir (2019, 8 juin). "Mandalas à l'aquarelle". Centre culturel de Recoleta [site web]. Extrait de http://www.centroculturalrecoleta.org/agenda/mandalas- de-acuarela, consulté le 23 mai 2022.

Montero, Paula (2006). "Religião, pluralismo e esfera pública no Brasil". Nouvelles étudesn° 74, pp. 47-65.

Mosqueira, Mariela (2013). "Cristo Rock : Una aproximación al mundo social del rock cristiano", dans Joaquín Algaranti (ed.), L'industrie de la croyance. Sociologie des produits religieux. Buenos Aires : Biblos, pp. 227-253.

Nachón Ramírez, Mercedes (2019, 14-15 novembre). "Médecine, esthétique et spiritualité. Notes sur les variations du néo-chamanisme dans la ville de Buenos Aires et Rosario". IIe Séminaire des jeunes chercheurs de l'Association des spécialistes en sciences sociales de la religion du Mercosur. Buenos Aires : idaes-unsam.

Nivón Bolán, Eduardo (2013). "Las políticas culturales en América Latina en el contexto de la diversidad", dans Alejandro Grimson et Carina Bidaseca (coord.), Hégémonie culturelle et politique de la différence. Buenos Aires : clacsop.23-45.

Orsi, Robert (2006). Entre le ciel et la terre : les mondes religieux que les gens créent et les chercheurs qui les étudient. Princeton : Princeton University Press.

Pour vous (2019, 10 juin). "Je crois : 10 projets à Recoleta pour célébrer la diversité des croyances". Pour vous [site web]. Extrait de https://www.parati.com.ar/yo-creo-10-planes-en-el-recoleta-para-celebrar-la-diversidad-de-creencias/, consulté le 23 mai 2022.

Rabbia, Hugo (2017). "Exploration de la non-religion d'appartenance à Córdoba, Argentine". Études religieusesvol. 31, no. 3, pp. 131-155. https://doi.org/10.15603/2176- 1078/er.v31n3p131-155

Sáizar, Mercedes (2015). "L'hindouisme en Argentine. Au-delà des hippies et de la mondialisation". Mythologiquevol. 30, pp. 62-75.

Semán, Pablo F. et Nicolas Viotti (2015). "Le paradis est en nous : la spiritualité du New Age, hier et aujourd'hui". Nouvelle société, n° 260, vol. 12, p. 81-94.

- et Agustina Battaglia (2012). "De l'industrie culturelle à la religion. Nouvelles formes et voies pour le sacerdoce". CivitasNo. 12, vol. 3, pp. 439-452. https://doi.org/10.15448/1984-7289.2012.3.13009

- (2017). "Religion et Meilleures ventesSurmonter une dissociation pour comprendre la spiritualité contemporaine". E-misfericaNo. 13, vol. 2, pp.1-24.

Soneira, Jorge (2005). Sociologie des nouveaux mouvements religieux en Argentine. Buenos Aires : Universidad del Salvador.

Torre, Renée de la (2013). "Religiosités et circuits de spiritualité indo- et afro-américains. nouvelle ère" dans Renée de la Torre, Cristina Gutierrez Zúñiga et Nahayeilli Juárez Huet (coord.), Variations et appropriations du nouvel âge en Amérique latine. Mexique : Publicaciones de la Casa Chata, pp.27-46.

- et Cristina Gutiérrez Zúñiga (2008). "Tendencias a la pluralidad y la diversificación del paisaje religioso en el México contemporáneo" (Tendances vers la pluralité et la diversification du paysage religieux dans le Mexique contemporain). Société et Étatvol. 23, n° 2, p. 381-424.

Vargas, Patricia et Nicolás Viotti (2013). "Prospérité et spiritualisme pour tous' Une analyse de la notion d'entrepreneuriat dans les événements de masse à Buenos Aires". Horizons anthropologiquesvol. 19, n° 40, p. 343-364.

Vasconcellos, Rafaela (2019). "El canto como resistencia : entrevista a la cantora mapuche Beatriz Pichi Malen". Angulaire [site web]. Extrait de http://espacioangular.org/el-canto-como-resistencia-entrevista-a-la-cantora-mapuche-beatriz-pichi-malen/, consulté le 23 mai 2022.

Vasilachis de Gialdino, Irene (coord.) (2006). Stratégies de recherche qualitative. Barcelone : Gedisa.

Viotti, Nicolás et Ma. Eugenia Funes (2015). "La política de la Nueva Era : el arte de vivir en Argentina". Débats NERNo. 2, vol. 18, pp. 17-36. https://doi.org/10.22456/1982-8136.61266

- (2015). "L'affaire Ravi Shankar. Spiritualité et médias en Argentine". Société et religionNo. 25, pp.13-46.

Vommaro, Gabriel (2019). "De la construction du parti au gouvernement : pro-Cambiemos et les limites du virage à droite en Argentine". Colombie InternationalNo. 99, pp.1-120. https://doi.org/10.7440/ colombiaint99.2019.04

Wright, Pablo et César Ceriani Cernadas (2011). "Modernidades periféricas y paradojas de la cultura : Debates y agendas en la antropología de la religión", in Mariela Ceva et Claudia Touris (coord.), Nouvelles contributions à l'étude de la religion dans les sociétés contemporaines du Cône Sud. Buenos Aires : Lumière, pp.145-162.

- (2013). "Les récits de la modernité religieuse contemporaine : les nouvelles traditions des anciennes". Revista Brasileira de História das Religioes (Revue brésilienne d'histoire des religions)No. 6, vol. 15, vol. 15, pp. 3-17

Yin, Robert (2014). Conception et méthodes de recherche par étude de cas. Thousand Oaks : Sage.

Yoga Rave (2013). "Les albums de So What Project ! sont maintenant disponibles chez tous les disquaires". Yoga Rave [site web]. Récupéré sur http://www.yogarave.org/yr/2013/08/los-discos-de-so-what-project-ya-estan-disponibles-en-todas-las-disquerias/, consulté le 1er octobre 2019.


María Eugenia Funes est titulaire d'un doctorat en sciences sociales (Université de Buenos Aires) et d'un doctorat en sociologie (École des hautes études en sciences sociales).ehess), Master en anthropologie sociale (ides-idaes/Université de San Martín) et une licence en sociologie (Universidad del Salvador). Elle a enseigné dans le séminaire de sociologie de la religion et est actuellement professeur de l'atelier des thèses, tous deux dans le programme de sociologie de la faculté des sciences sociales de l'Universidad del Salvador. Elle dirige également le projet de recherche "Spiritualité et nouvelles économies. Towards an understanding of the relationships between spiritual sociabilities and new economic organisations in Argentina", financé par l'Agence nationale pour la promotion de la recherche, du développement technologique et de l'innovation (2021-2022). Elle étudie actuellement les articulations entre les visions du monde et les pratiques spirituelles avec l'émergence de modèles d'entreprise visant à résoudre les problèmes sociaux et environnementaux.

Mercedes Nachón Ramírez est titulaire d'une licence en sociologie (Université de Buenos Aires), d'une bourse doctorale de conicet basé dans le programme Société, Culture et Religion du Centro de Estudios e Investigaciones Laborales (plafond- conicet). Elle est actuellement premier assistant professeur de sociologie générale au département de sociologie de l'université de Buenos Aires. Sa recherche doctorale est orientée vers la compréhension des processus de professionnalisation du néo-chamanisme dans la ville de Buenos Aires, en se concentrant sur les articulations que le néo-chamanisme établit avec différents mondes sociaux, espaces et institutions liés à la santé, à la spiritualité et à la fourniture de biens culturels.

Mercedes Máspero est titulaire d'un diplôme en sociologie (Universidad del Salvador) et étudie actuellement en vue d'obtenir un master en anthropologie sociale (ides-idaes/Université de San Martín). Professeur adjoint d'anthropologie culturelle et sociale dans le cadre du diplôme de service social et de méthodologie de recherche dans le cadre du diplôme de psychologie à l'Universidad del Salvador. Ses recherches de premier cycle portaient sur les pratiques économiques influencées par les pratiques spirituelles, notamment l'astrologie.

S'abonner à
Notifier
guest
0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires

Institutions

ISSN : 2594-2999.

encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

Télécharger dispositions légales complet

EncartesVol. 5, n° 10, septembre 2022-février 2023, est une revue universitaire numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, n° 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte, A. C..., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexico, Tel. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tél. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tél. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Accueilli à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière modification : 22 septembre 2022.
fr_FRFR