Le maoïsme au Mexique. Le cas du Parti révolutionnaire du prolétariat mexicain, 1969-1970.1

    Reçu le : 2 mars 2017

    Acceptation : 19 juin 2017

    Résumé

    Cet article se concentre sur le Partido Revolucionario del Proletariado Mexicano (PRPM) qui a opéré dans le District Fédéral et les états de Morelos et Guerrero entre 1969 et 1970. Grâce à des entretiens avec des militants du PRPM et à la consultation de documents de l'Archivo General de la Nación (AGN), j'ai pu reconstituer cette étape méconnue de l'histoire contemporaine du Mexique. Je me suis fixé quatre objectifs : présenter le processus de fondation du PRPM, la structure de ce parti, la désarticulation de ce groupe et, enfin, l'influence que cette organisation maoïste a eue sur le mouvement populaire urbain, notamment dans la fondation de la Colonia Proletaria Rubén Jaramillo, dans l'Etat de Morelos.

    Mots clés : , , , ,

    Le maoïsme au mexique : le cas de la Parti révolutionnaire du prolétariat mexicain, 1969-1970

    Dans le présent article, je me concentrerai sur la Parti révolutionnaire du prolétariat mexicain ("Parti révolutionnaire du prolétariat mexicain", acronyme en espagnol : PRPM), qui s'est développé à Mexico ainsi que dans les États de Guerrero et de Morelos en 1969 et 1970. Sur la base d'entretiens avec des militants du PRPM et de recherches documentaires aux Archives nationales du Mexique (Archives générales de la nationJ'ai pu reconstituer une époque peu connue de l'histoire récente du Mexique. Je me suis fixé quatre objectifs : présenter le processus de fondation du PRPM, décrire la structure du parti, raconter sa dissolution et démontrer l'influence de l'organisation maoïste sur les mouvements populaires urbains, notamment la fondation de la "Colonie prolétarienne Rubén Jaramillo" à Morelos.

    Mots-clés : maoïsme, communisme, militantisme, gauche, guérilla.

    Le Parti révolutionnaire du prolétariat mexicain (PRPM)

    Le PRPM a émergé dans un contexte national caractérisé par des divisions de tendances idéologiques générées par la dispute entre le Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS) et le Parti communiste chinois (PCC).2 Les frictions et les ruptures entre ces deux partis ont eu des effets sur le militantisme mexicain. Cette période a été caractérisée par des ruptures politiques qui ont poussé les militants mexicains à choisir l'un ou l'autre camp. Certains, insatisfaits de la position politique du Parti communiste mexicain (PCM), ont embrassé la cause des Chinois, car ils considéraient que le Parti communiste chinois (PCC) était plus attaché au marxisme-léninisme, devenant ainsi la ligne générale du mouvement communiste international.3

    Dans les années 1960, des militants de gauche ont créé des organisations qui ont eu une courte existence, comme la Ligue léniniste Spartacus (LLE), le Parti communiste bolchevique (PCB), le Parti révolutionnaire du prolétariat (PRP), la Ligue communiste pour la construction du Parti révolutionnaire du prolétariat (LCPRP), le Parti révolutionnaire du prolétariat mexicain (PRPM), l'Association révolutionnaire Spartacus (ARE), l'Association révolutionnaire Spartacus du prolétariat mexicain (AREPM), l'Union pour la récupération des travailleurs paysans (UROC). Une bonne partie d'entre eux s'est retrouvée dans la Ligue Communiste Spartacus (LCE), qui s'est rangée du côté du Parti Communiste Chinois (PCC).4

    Il convient de mentionner que d'autres groupes maoïstes ont décidé de suivre la voie du travail politique et de l'organisation populaire au cours des années 1970. Parmi les plus représentatifs, on peut citer la faction non militariste de l'Union populaire, le groupe Compañero, la section Ho Chi Minh de l'Université nationale autonome du Mexique (UNAM), une scission de la Ligue communiste Spartacus, et Politique populaire.5

    Cependant, parmi tous les groupes qui s'identifiaient à la pensée de Mao Tsé-Toung, le seul groupe reconnu et soutenu par les communistes chinois était le Mouvement marxiste-léniniste du Mexique (MMLM), dont les membres étaient familièrement appelés "les Mamelouks" et dont le principal dirigeant était Federico Emery Ulloa.6 Par la suite, les communistes chinois ont soutenu et reconnu une deuxième organisation maoïste mexicaine, le Parti révolutionnaire du prolétariat mexicain (PRPM).

    Javier Fuentes Gutiérrez, dirigeant du PRPM.source : AGN, IPS, Galerie 2, Boîte 3033 A, dossier 12.

    Le principal dirigeant du PRPM était l'ingénieur Javier Fuentes Gutiérrez, alias Pancho. Fuentes était membre du Parti communiste mexicain (PCM), du Mouvement de libération nationale (MLN), de la Centrale paysanne indépendante (CCI) et du Front électoral populaire (FEP). Des documents déclassifiés de la police politique (DFS) nous apprennent que Javier Fuentes a perdu ses illusions et a pris ses distances avec ces organisations, comme l'indique sa déclaration :

    ...mais lorsqu'il a constaté que le programme du Parti communiste mexicain ne le satisfaisait pas, parce qu'il considérait qu'il n'était pas suffisant face aux injustices sociales subies par le peuple, il a choisi de s'en séparer et d'adhérer à la Central Campesina Independiente, une organisation qui venait d'être créée à l'époque et qui s'attachait à résoudre les problèmes de la paysannerie au Mexique, Mais au fil du temps, il s'est rendu compte que cette Centrale n'était pas non plus en mesure de résoudre les problèmes des paysans dans leur intérêt, et il a donc décidé de la quitter et de n'appartenir à aucun groupement de gauche, bien qu'il ait rendu visite à chacun d'entre eux afin d'étudier et d'analyser leurs programmes de travail et de voir s'il était possible pour l'un d'entre eux de répondre à ses aspirations, qui consistaient à travailler réellement dans l'intérêt du peuple.7

    L'ingénieur Javier Fuentes a cherché d'autres options et les a trouvées lorsque le militant et dirigeant du Mouvement Marxiste Léniniste Mexicain (MMLM) Federico Emery Ulloa l'a mis en contact avec les Chinois. Dans un document de l'AGN, le militant Javier Fuentes raconte dans une déclaration comment il a rencontré Federico Emery Ulloa :

    Lorsqu'il a appris que Federico Emery Ulloa distribuait ce matériel imprimé en Chine, il l'a contacté et, après s'être identifié idéologiquement au fait que tous deux étaient et sont des admirateurs de la pensée de Mao Tse Tung, Ulloa a recommandé au déclarant de lui accorder la distribution du matériel écrit et imprimé en Chine populaire, en vue de sa diffusion au Mexique.8

    C'est ainsi qu'en janvier 1967, Javier Fuentes a fondé une librairie appelée El Primer Paso, située au 14 de la rue Enrico Martínez à Mexico, dans le but de distribuer des livres maoïstes. En plus de son activité de propagande à Mexico, Javier Fuentes se consacre cette année-là à la consolidation de cercles d'études dans l'État de Morelos avec des paysans et des jeunes intéressés par le maoïsme.

    Parmi les participants à ces réunions d'endoctrinement se trouvaient : Antonio et Israel González, Rafael Equihua, les frères Medrano et leur cousin Aquileo, deux anciens Jaramillistas, Abundio et el Tlacuache, Justo, un Indien Xoxocotla, et Carmelo Córtes, qui était alors le lieutenant de Lucio Cabañas dans cet État. L'objectif principal de ces réunions était de convaincre les participants que la théorie maoïste était le guide scientifique de la lutte révolutionnaire nécessaire, et qu'il était donc opportun de commencer à s'organiser afin d'entamer la lutte armée pour renverser le gouvernement et instaurer un gouvernement socialiste. C'est lors de ces réunions qu'est né le Parti révolutionnaire du prolétariat mexicain (PRPM) (Jaso, 2011 : 38).

    Toutefois, cette année-là, la police politique, la Direction fédérale de la sécurité (DFS)9 relie Fuentes à une action armée dans l'État de Guerrero.

    En effet, en juillet 1967, lors de l'arrestation de membres d'une guérilla en formation, le procureur général adjoint de la République, Julio Sánchez Vargas, l'accuse d'être " l'auteur intellectuel de la conspiration ", ce qui lui sert de prétexte pour fermer la librairie El Primer Paso, dont il est propriétaire, et confisquer la propagande et les publications chinoises qu'ils y conservent (Condés, 2009 : 123).

    Javier Fuentes Gutiérrez a échappé à l'arrestation. Quelques jours auparavant, il était parti avec Emery Ulloa pour la République populaire de Chine, où ils sont restés plusieurs mois. Ils y ont reçu une formation politique et militaire.

    Rafael Equihua Palomares, dirigeant de l'État de la CCI à Morelos et militant du PRPM, a déclaré dans sa déposition obtenue sous la torture que les personnes qui ont mené l'attaque contre le transport militaire dans les montagnes de l'État de Guerrero ont été recrutées par l'ingénieur Javier Fuentes. Cependant, ils ont agi de leur propre chef. Voyons ce qu'il en est :

    Qu'il se souvient à présent que Fuentes Gutiérrez a déclaré que, lorsqu'il se trouvait en République populaire de Chine, un attentat avait été perpétré contre un transport militaire dans les montagnes de l'État de Guerrero, par des personnes qu'il avait lui-même recrutées pour son organisation, mais qui avaient agi pour leur propre compte, ce qui l'avait compromis, raison pour laquelle il avait été contraint de retourner clandestinement au Mexique et d'entrer dans le pays en franchissant à pied la frontière avec la République du Guatemala.10

    Lorsque Javier Fuentes est rentré au Mexique, il s'est rendu à Cuernavaca, Morelos, où il a établi sa résidence et a commencé à travailler dans un atelier de fabrication de bicyclettes. L'atelier et son domicile servaient de couverture aux activités du PRPM.

    L'année 1968 est arrivée et des manifestations d'étudiants ont eu lieu à Mexico.11 A cette époque, Fuentes travaille avec un groupe d'étudiants de l'Ecole d'Economie de l'Institut Polytechnique National (IPN). C'est au cours de ce mouvement que les maoïstes du PRPM ont recruté d'autres éléments. La militante de ces années-là Rosalba Robles Vessi mentionne qu'" ils ont rencontré l'ingénieur Fuentes Gutiérrez - du moins elle et [son mari] Raúl Murguía - presque à la fin du mouvement étudiant de 1968 " (Jaso, 2011 : 39).

    Au cours du développement du mouvement étudiant de 1968, Raúl Murguía, mathématicien à l'IPN, a rencontré l'anthropologue Antonio García de León, qui était alors impliqué dans deux comités de lutte : celui de l'École nationale d'anthropologie et d'histoire (ENAH), où il étudiait, et le comité d'économie de l'Institut polytechnique national (IPN), où il avait quelques amis. Fin 1968, après le massacre du 2 octobre à Tlatelolco, Antonio García de León rencontre l'ingénieur Javier Fuentes par l'intermédiaire de Raúl Murguía et rejoint ensuite le PRPM. Les cellules de cette organisation étaient composées de personnes très affectées par la répression de l'État.12 Face à cette situation, les maoïstes du PRPM ont pensé que la lutte armée était la seule issue politique.13

    Par la suite, en janvier 1969, le PRPM a été officiellement fondé à Mexico. Cette réunion s'est tenue dans la maison d'un couple sympathisant de l'organisation. Parmi les personnes présentes figuraient l'ingénieur Javier Fuentes Gutiérrez, Jesús Gómez Ibarra, Florencio Medrano Mederos, Raúl Murguía Rosete, Rosalba Robles Vessi, Judith Leal Duque et Rafael Equihua Palomares. En outre, lors de cette réunion, le programme de l'organisation, qui prend le nom de Parti révolutionnaire du prolétariat mexicain, est élaboré.14

    La création du PRPM a été guidée par le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Tsé-Toung. Selon Antonio García de León, la structure organisationnelle du parti était la suivante : "En cellules de 3 ou 4 membres qui fonctionnaient sous une coordination et sans se connaître d'une cellule à l'autre".15 En revanche, la militante Rosalba Robles Vessi en dit plus sur la structure du PRPM : "Un leader, un chef, un commandant ; puis quelques hommes proches du leader, et ensuite le reste. C'était une organisation très jeune qui était encore en train de se structurer ; l'ingénieur Fuentes était le chef".16

    Selon les documents de l'AGN, l'objectif du PRPM était : "d'organiser les masses populaires et de renverser par la force armée le pouvoir de la classe dominante, servante de l'impérialisme yankee, et d'établir dans la nation mexicaine un état de nouvelle démocratie, avec un gouvernement représentant les intérêts de toutes les classes révolutionnaires".17

    Pour mener à bien ce projet et renforcer l'idéal politique et militaire de l'organisation, Fuentes propose aux militants du PRPM de se rendre en République populaire de Chine. Comme le rappelle Antonio García de León : "Recevoir une préparation politique et une formation militaire dans le cadre de la conception chinoise et vietnamienne de la création d'une grande organisation, de préférence rurale, qui encerclerait la ville depuis la campagne ; telle était l'idée développée par Fuentes et d'autres dirigeants".18

    Le voyage en République populaire de Chine a eu lieu en mai 1969. Les militants du PRPM sont partis en deux groupes : dans le premier, Raúl Ernesto Murguía, Rosalba Robles, Florencio Medrano, Judith Leal, Rafael Equihua et Teresa, et dans le second, Antonio García de León, Israel González et Aquileo Mederos. Ils se sont d'abord rendus à Helsinki, puis à Paris, où ils ont pris contact avec l'ambassade de la République populaire de Chine. Les diplomates chinois leur ont ainsi fourni des billets d'avion qu'ils ont utilisés pour poursuivre leur voyage jusqu'à la ville de Pékin, où ils ont été reçus par des fonctionnaires chinois. Une fois rassemblés, les militants du PRPM ont été emmenés en bus dans une école de guérilla.

    Un groupe de militants du PRPM a été endoctriné de cette manière. L'une d'entre elles, Rosalba Robles Vessi, se souvient de cette expérience : "La formation consistait en l'étude et la discussion des œuvres de Mao Tsé-Toung, en des visites d'usines, de communes, d'hôpitaux, de sites historiques, en des relations avec des travailleurs et des vétérans de la révolution qui partageaient leurs expériences pendant et après la révolution, et en des stratégies et tactiques militaires, y compris la connaissance de certaines armes".19
    Dans sa déclaration obtenue sous la torture, Rafael Equihua Palomares a donné une description plus détaillée de la formation en République populaire de Chine. Il a déclaré que

    À 6 heures, ils faisaient des exercices de gymnastique et des promenades ; à 6 heures 30, ils se lavaient et, immédiatement après, ils prenaient un petit déjeuner léger ; de 8 heures à 11 heures 30, ils suivaient des cours théoriques ; à midi, ils déjeunaient et faisaient une sieste ; de 14 heures 30 à 18 heures 30, ils suivaient de nouveaux cours, puis ils dînaient et, ensuite, ils discutaient ou commentaient ce qu'ils avaient étudié et, à 21 heures, ils se couchaient ; les cours consistaient en politique, en stratégie et en tactique militaires, en explosifs et en maniement d'armes à feu et en exercices de tir.00 heures pour dormir ; que les cours consistaient en politique, stratégie et tactique militaire, explosifs et maniement des armes à feu et exercices de tir, rappelant que pour ces derniers ils n'avaient que deux ou trois exercices, mais pas pour les explosifs, qui étaient plus étendus, leur apprenant le maniement des explosifs, de la dynamite, des mines et la façon de fabriquer et de connecter les détonateurs ; qu'ils ont également effectué des exercices pratiques d'attaques et d'embuscades, auxquels ont participé tous les membres du groupe mexicain déjà mentionné et les soldats chinois ont joué le rôle des ennemis, en utilisant des fusils sans cartouches, et à l'occasion on leur a donné des balles à blanc, en utilisant le camouflage, et les Chinois ont toujours dit que dans l'exercice, ils se battaient contre les Japonais.20

    Il convient de mentionner que les militants du PRPM se trouvaient dans le pays asiatique en pleine révolution culturelle,21 Il s'agit sans aucun doute d'un moment historique qui les a marqués politiquement et idéologiquement. Forts des connaissances acquises, les membres du PRPM rentrent au Mexique à la fin du mois de décembre 1969. Cependant, le DFS est sur leurs traces et insiste sur les prémisses suivantes :

    1) Ils étaient pleinement convaincus de la "nécessité d'établir un noyau politico-militaire parmi les masses qui permettrait l'accumulation de forces", dans une première phase d'un long processus politico-militaire connu dans la théorie maoïste sous le nom de "guerre populaire prolongée" ; 2) Ils se sont distanciés des guérillas urbaines existant à l'époque, en particulier des efforts qui ont donné naissance à la LC23S ; pour eux, la perspective était purement une guérilla rurale, leur slogan était "encercler les villes depuis la campagne" ; 3) Bien que la plupart d'entre eux soient originaires de Guerrero, ils voyaient de meilleures conditions de développement dans l'État de Morelos en raison de la tradition de la lutte paysanne.22

    Malheureusement, les membres du PRPM ne savaient pas que le DFS était sur leurs traces ; comme le rappelle la militante Rosalba Robles Vessi : "comme l'a mentionné Nassar Haro lui-même pendant les interrogatoires, Interpol avait un enregistrement de notre voyage depuis la dernière escale aérienne avant d'arriver en Chine. Non, nous n'avons su qu'ils étaient sur nos traces que quelques jours avant notre arrestation...".23

    Les maoïstes du PRPM sont revenus convaincus qu'ils pouvaient se rapprocher des gens ordinaires. Ils se sont installés dans les États de Morelos et de Guerrero, où Javier Fuentes Gutiérrez, Rafael Equihua Palomares et les frères Florencio, Primo et Pedro Medrano Mederos, entre autres, avaient des contacts et avaient déjà effectué un travail politique.

    Le projet avec les paysans de ces deux Etats a été contrarié par la persécution dont les militants de l'organisation ont fait l'objet depuis leur arrivée de Chine. Un événement qui a précipité le démantèlement du groupe s'est produit en février 1970. Deux bombes ont explosé accidentellement dans l'atelier de réparation d'appareils électriques qui servait d'arsenal à un groupe appelé le Comité de lutte révolutionnaire (CLR). Ces bombes avaient été fabriquées et stockées dans cet atelier.

    Après l'explosion, la police a commencé à enquêter jusqu'à ce qu'elle parvienne à capturer l'ensemble du groupe. Selon les historiens Azucena Citlalli Jaso Galván et Enrique Condes Lara, le Comité de Lucha Revolucionaria (CLR) était lié à d'autres groupes armés opérant au Chiapas, au Tabasco, à Mérida et au Guerrero, et plus particulièrement au groupe de Genaro Vázquez dans ce dernier État,24 et à Mexico et Morelos avec le PRPM. "Les maoïstes [du PRPM] ont certes dialogué avec des membres du Comité de lutte révolutionnaire, mais ils n'ont pas participé aux bombardements et aux assauts - expropriations révolutionnaires - menés par leurs interlocuteurs " (Condés, 2009, p. 126).

    C'est à la mi-février 1970 que les militants du PRPM ont commencé à avoir des problèmes avec la distribution de propagande que l'un de ses membres faisait depuis un appartement de Tlatelolco. Antonio García de León se souvient que Javier Fuentes a tenté de clarifier le problème avec cette personne :

    Suite à une erreur de Fuentes, qui a eu l'idée d'aller en groupe à Tlatelolco pour se plaindre auprès de ce type, Fuentes, Murguía, Rosalba, deux autres collègues et moi-même sommes partis. Fuentes, Murguía, Rosalba, deux autres collègues et moi-même y allions. Mais à l'époque, je devais être témoin au mariage de ma sœur à Veracruz, j'ai donc décliné l'"invitation" et je me suis rendu au mariage. Quelques jours plus tard, j'ai appris par la presse qu'ils étaient tous tombés dans une "embuscade" tendue par la police de la brigade commandée par Nasar Haro.....25

    Les militants du PRPM se sont rendus à la réunion sur la place Tlatelolco et, au lieu de trouver la personne qui les avait convoqués, ils ont été arrêtés par des agents du DFS. Rosalba Robles Vessi se souvient : "Cela a été fait par Nassar Haro et d'autres agents à Mexico, dans le jardin Santiago Tlatelolco, alors que nous attendions un rendez-vous. C'est là que Javier Fuentes, Raúl Murguía et Rosalba Robles ont été arrêtés".26

    Les militants du PRPM ont été enlevés dans un lieu inconnu, probablement le camp militaire numéro un. Quelques jours plus tard, ils ont été présentés aux autorités et inculpés de conspiration, d'incitation à la rébellion, d'association de malfaiteurs et de recel des délits de dégradation du bien d'autrui par explosion et blessure.27

    On sait aujourd'hui que l'arrestation est due à un tuyau. Antonio García de León se souvient :

    Mais j'ai appris plus tard qu'il n'était pas un infiltré et que sa dénonciation était justifiée. L'histoire, que Murguía m'a racontée des années plus tard, en 1975, est qu'à cette époque (1970) les compa Il venait de se marier et sa femme était enceinte. Les policiers de Nasar Haro (de la Brigade blanche créée par Echeverría dans la Segob, et poursuivie des années plus tard pour trafic de voitures, assassinat et trafic de drogue) ont capturé sa femme : ils lui ont dit qu'ils la tortureraient et la violeraient en sa présence, qu'ils la feraient avorter et qu'ils ne les respecteraient et ne les laisseraient en liberté que s'ils abandonnaient le groupe.28

    L'ingénieur Javier Fuentes Gutiérrez et ses collègues Raúl Murguía Rosete et Rosalba Robles Vessi ont été condamnés à 40 ans de prison. Ils ont été soudainement libérés, de manière aussi irrégulière que l'ensemble de la procédure engagée à leur encontre.

    Le noyau dur du PRPM étant en prison, le reste du groupe - tant à Mexico qu'à Morelos - s'est dispersé, et les détenus sont restés au Palais Lecumberri et à la prison pour femmes Acatitla de Santa Marta pendant environ quatre ans. Ils ont été libérés - peut-être en signe d'amitié de la part du gouvernement mexicain - après le voyage d'Echeverría en République populaire de Chine en 1973 et après la reprise des activités diplomatiques entre les deux nations (Jaso, 2011 : 45).

    A leur sortie de prison, les membres du PRPM se sont dispersés. C'est ainsi que l'organisation maoïste mexicaine a été démantelée. Le militant de ces années-là, Antonio García de León, se souvient qu'il n'y a pas eu de tentative de restructuration de l'organisation : "Jamais plus : j'étais au Chiapas et je militais dans l'aile "vietnamienne" du groupe Unión del Pueblo, et Murguía m'a rendu visite à sa sortie de prison, lui qui était déjà étudiant en anthropologie physique à l'ENAH, ce qu'il a fait par la suite (il vit aujourd'hui dans le Yucatán)".29

    Cependant, l'héritage et l'action de la pensée maoïste ont continué à être présents chez l'un des membres du PRPM, Florencio Medrano Mederos, el Güerod'origine paysanne. Antonio García de León le confirme : "Le seul qui conservait encore un minuscule PRPM était el Güero Medrano, qui deviendra plus tard le PPUA (Parti prolétarien unifié d'Amérique), avec des cellules au Mexique et des migrants aux États-Unis.30

    Florencio Medrano Mederos, "el Güero". Photographie offerte par María Ángeles Vences Gutiérrez

    Lorsque les militants du PRPM reviennent de leur formation politique et militaire en Chine, Florencio Medrano est en fuite pour échapper à la police politique. En 1971 et 1972, il se réfugie chez les ejidatarios d'Acatlipa, dans le Morelos. Là, Florencio travaillait comme maçon et coupait des roses, et pendant son temps libre, il parlait à ses compagnons des œuvres et des idées de Mao Tsé-Toung. Ainsi, lorsqu'il a constaté qu'il avait besoin d'un terrain pour vivre, il a commencé à planifier l'invasion de terres dans ce qui allait devenir le lotissement Villa de las Flores, situé à Temixco, dans l'État de Morelos. C'est ainsi que son frère et compagnon de lutte pour le logement, Pedro Medrano Mederos, s'en souvient :

    Ils l'ont invité à aller étudier, à se préparer précisément en Chine... quand il est revenu au Mexique et qu'à partir de ce moment-là le gouvernement mexicain a commencé à le suivre, la loi mexicaine a commencé à le persécuter et donc il sautait d'un endroit à l'autre, et travaillait avec les maçons ou partout où il y avait du travail à faire. Puis il est allé à Acatlipa, où il s'est réfugié chez les ejidatarios pour couper des roses et de là, entre deux commentaires, il était comme les évangélistes avec ses livres sous l'aisselle et il donnait la doctrine de Mao Tsé-Toung aux travailleurs des ejidatarios, à ceux qui se réunissaient là pour couper des roses et tout ça. Puis, le temps passant, ce fut l'heure du Rubén Jaramillo...31

    Florencio Medrano a assimilé son expérience en République populaire de Chine à une analyse théorique, redéfinissant ainsi le maoïsme, mais en l'adaptant aux conditions de la réalité mexicaine. Florencio Medrano a pris la tête d'un grand groupe de paysans, de migrants, de journaliers, de travailleurs et de chômeurs d'Acatlipa, Temixco, Jojutla et de l'État de Guerrero, principalement d'Iguala et de Tierra Caliente, pour envahir un grand terrain situé à Villa de las Flores, Temixco, Morelos, appartenant au fils du gouverneur de l'État, Felipe Rivera Crespo. La saisie des terres a eu lieu le 31 mars 1973, date à laquelle ils ont fondé la Colonia Proletaria Rubén Jaramillo sur la base de la pensée maoïste.32

    Cependant, ce projet maoïste a été interrompu aux premières heures du 28 septembre 1973, lorsque des éléments de l'armée mexicaine ont réprimé et occupé la Colonia Proletaria Rubén Jaramillo, sous le prétexte que "des personnes et l'arsenal de Lucio Cabañas" s'y cachaient.33 El Güero Medrano et Felix Basilio Guadarrama ont réussi à s'échapper.

    Florencio Medrano et certains de ses sympathisants, poussés par la répression et la persécution, n'ont eu d'autre choix que d'entrer dans la clandestinité. Peu après, ils décident de former le Parti prolétarien unifié d'Amérique (PPUA), avec lequel ils entament la lutte armée pour se défendre et affronter le gouvernement autoritaire du PRI.34 Cette organisation armée de type maoïste a finalement été dissoute après la mort de Florencio Medrano Mederos, el Güerosur les hauts plateaux d'Oaxaca le 26 mars 1979.35

    Considérations finales

    La fondation du PRPM doit être analysée dans un contexte national caractérisé par des divisions de tendances idéologiques, générées par la lutte internationale sino-soviétique : une lutte entre le Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS) et le Parti communiste chinois (PCC). La crise a commencé sous Nikita Khrouchtchev, qui a initié un processus de déstalinisation et prôné une transition pacifique vers le socialisme, une position antagoniste à celle du PCC. Dans les années 1960 et 1970, la rupture complète de l'alliance des deux géants communistes est devenue l'un des éléments fondamentaux des affaires internationales.

    C'est dans ce contexte que Javier Fuentes Gutiérrez (le principal dirigeant du PRPM) a commencé à faire de la propagande et du travail politique avec des groupes de paysans dans les États de Morelos et de Guerrero, ainsi qu'avec des groupes de travailleurs et d'étudiants à Mexico. La propagande et la littérature maoïstes sont distribuées par la librairie El Primer Paso, située à Mexico, tandis que le travail politique se fait par le biais de cercles d'étude dans les foyers des familles sympathisantes de l'organisation.

    En janvier 1969, les militants maoïstes décident de fonder le PRPM. C'est ainsi que commence leur militantisme politique et idéologique formel, renforcé par une formation politique et militaire en République populaire de Chine. Certains ouvrages sur les mouvements armés au Mexique affirment que le Mouvement d'action révolutionnaire (MAR) est la seule organisation mexicaine à avoir suivi une formation politique et militaire à l'étranger.36. Nous savons aujourd'hui qu'il n'y a pas que la mer, puisque des membres du PRPM ont également été formés à l'étranger.

    Le PRPM a eu une vie courte et peu d'activités. En 1970, certains de ses militants ont été arrêtés, y compris son principal dirigeant Javier Fuentes, et l'organisation a été dissoute. Cependant, son héritage et son influence ont servi de pont ou de répétition à l'un de ses militants, Florencio Medrano Mederos, el GüeroIl a fondé la Colonie prolétarienne Rubén Jaramillo, basée sur la pensée maoïste, et a ensuite créé un mouvement de guérilla maoïste, le PPUA.

    Entrevistas

    Rosalba Robles Vessi, 22 de septiembre de 2015.

    Antonio García de León, 20 de octubre de 2015.

    Pedro Medrano Mederos, 22 de enero de 2016.

    Archives

    AGN, Galería 1, IPS, Grupo Documental Lucio Cabañas. Versión pública.

    AGN, Galería 2, IPS, caja 2538, expediente 1.

    AGS, IPS, Galería 2, caja 3033 A, expediente12.

    Bibliographie

    Carr, Barry (1996). La izquierda mexicana a través del siglo XX. México: Era.

    Castellanos, Laura (2007). México Armado 1943-1981. México: Era.

    Condés Lara, Enrique (2009). Represión y rebelión en México (1959-1985). Corea del Norte y México. El maoísmo en México. La revolución cubana y México. La cara desconocida del Partido Comunista Mexicano. Tomo iii. México: Miguel Ángel Porrúa.

    De Mora, Juan Miguel (1972). Las guerrillas en México y Jenaro Vázquez Rojas (su personalidad, su vida y su muerte). México: Latino Americana.

    Escamilla Santiago, Yllich (2016). “Sendero Luminoso, guerra popular y la cuarta espada del comunismo: ¿Un maoísmo de los Andes?”, en istor, núm. 64.

    Fernández Christlieb, Paulina (1978). El Espartaquismo en México. México: El Caballito.

    Gamiño Muñoz, Rodolfo, Yllich Escamilla Santiago, Rigoberto Reyes Sánchez y Fabián Campos Hernández (coord.) (2014). La Liga Comunista 23 de Septiembre. Cuatro décadas a debate: historia, memoria, testimonio y literatura. México: Creativa Impresores.

    Informe General de la Fiscalía Especial para Movimientos Sociales y Políticos del Pasado (femospp). Alojado en: nsarchive2.gwu.edu/NSAEBB/NSAEBB209/informe/tema07.pdf

    Jaso Galván, Azucena Citlalli (2011). “La Colonia Proletaria Rubén Jaramillo: La lucha por la tenencia de la tierra y la guerra popular prolongada (31 de marzo de 1973-enero de 1974)”, tesis de licenciatura. México: Universidad Nacional Autónoma de México.

    — (2015). O Maoísmo Mexicano de Esquerda, en V Simpósio de Pesquisa Estado e Poder. Brasil.

    Montemayor, Carlos (1991). Guerra en el Paraíso. México: Diana.

    Reyes Sánchez, Rigoberto, Fabián Campos Hernández, Yllich Escamilla Santiago y Rodolfo Gamiño Muñoz (coords.) (2016). Cartografías del horror. México: Taller Editorial La Casa del Mago.

    Rodríguez, Martín (2007). Genaro Vázquez Rojas y la Asociación Cívica Nacional Revolucionaria. México: Colectivo Popular de Propaganda.

    Vázquez Camacho, Yair Balam (2010). La relación de la Liga Comunista 23 de Septiembre y el Partido de los Pobres en el Estado de Guerrero. La imposibilidad de la unidad (1970-1974), tesis de licenciatura. México: Escuela Nacional de Antropología e Historia.

    — (2016). “Memoria e identidad en el Partido de los Pobres-Brigada Campesina de Ajusticiamiento pdlp-bca, Guerrero, México. 1967-1974”, en Pacarina del Sur [en línea], año 7, núm. 28, julio-septiembre, 2016. Dossier 18: Herencias y exigencias. Usos de la memoria en los proyectos políticos de América Latina y el Caribe (1959-2010). Disponible en Internet: http://www.pacarinadelsur.com/dossiers/dossier-18/58-dossiers/dossier-18/1331-memoria-e-identidad-en-el-partido-de-los-pobres-brigada-campesina-de-ajusticiamiento-pdlp-bca-guerrero-mexico-1967-1974

    Velázquez Vidal, Uriel (2016). “La lucha social y política de Florencio Medrano Mederos y la fundación de la “Colonia Proletaria Rubén Jaramillo en el Estado de Morelos. 1973-1979”, tesis de licenciatura. México: Escuela Nacional de Antropología e Historia.

    — (2016). “El movimiento social impulsado por Florencio Medrano Mederos el Güero, la lucha armada y el PPUA en el estado de Morelos. 1973-1979”, en Pacarina del Sur [en línea], año 8, núm. 29, octubre-diciembre, 2016. Dossier 19: Herencias y exigencias. Usos de la memoria en los proyectos políticos de América Latina y el Caribe (1959-2010). De Chihuahua a los Andes. Huellas y caminos de las rebeliones en la sierra. Disponible en Internet: http://www.pacarinadelsur.com/editorial/59-dossiers/dossier-19/1376-el-movimiento-social-impulsado-por-florencio-medrano-mederos-el-gueero-la-lucha-armada-y-el-ppua-en-el-estado-de-morelos-1973-1979

    S'abonner à
    Notifier
    guest
    2 Commentaires
    Passé
    Récents
    Feedbacks de Inline
    Voir tous les commentaires
    luciano medianero morales

     lukymalaga a dit... BONJOUR DE LMM. STRATEGIES NOUS EXISTONS-QUAND IL N'Y A PAS D'EXECUTIFS-LEVRE LES DERNIERS DOSSIERS DE http://lukyrh.blogspot.com Le chaos des dirigeants impérialistes-ET D'AUTRES DOSSIERS. LES ÉTATS-UNIS SONT LE GENDARME MONDIAL DU SYSTÈME IMPÉRIALISTE GLOBAL,... ORGANISATION-DIRECTION-ACTION-UNIVERSEL ANTI-OTANONUISTE. 20 JANVIER 2.021 - NOUS FAISONS LA PROMOTION DE L'ÉDITORIAL DU BLOG ET DU GROUPE COMMUNISTE PROLÉTARIEN INTERN. DE MÁLAGA,...EN MÊME TEMPS, PROMOTION DE L'"ORGANISATION RÉVOLUTIONNAIRE MULTIPOPULAIRE" UNIVERSELLE ET INTERCULTURELLE. lukydemálaga. 29006. - compa et excda. des créateurs de COLECTIVORC.ORG - à malaga,...¡¡¡¡ ; EX-MEMBRE DU PC-UR,...ET DE L'U.C.C.O.,... ET CRÉATEUR ÉDITEUR DU BLOG, MENTIONNÉ ¡¡. Vous pouvez participer au concours october-ucco.blogspot.com //. SALUTATIONS DE LMM.- MÁLAGA.CIUDAD. 29006.... Lire la suite "

    luciano medianero morales

    SALUDOS DE Lmm,...gracias por la entrega documental,...Leeré más despacio, el informe,....y lo rellenaré con más información, que pueda recabar del internet ( el internet, con la computadora, le llamo, la máquina,...¡¡.¡¡ ). Je vous interroge sur l'existence, ou non, du pcr mexicain, .... "frère politique", du pcr USA-US ( c'est purement anecdotique. ). Jusqu'à la prochaine fois,... Lmm/lukydemálaga. 29006. - euraca - 2/2/21.

    Institutions

    ISSN : 2594-2999.

    encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

    Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

    Télécharger dispositions légales complet

    EncartesVol. 6, No. 12, septembre 2023-février 2024, est une revue académique numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, No. 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte Norte, A. C.., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexique, Tél. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tel. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tel. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Hébergé à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Dernière modification : 21 septembre 2023.
    fr_FRFR