Les filles ne veulent plus s'amuser : violence sexiste et soins personnels dans les banlieues de Mexico

Réception : 1er octobre 2021

Acceptation : 4 mai 2022

Résumé

Des municipalités comme Tultitlán, Coacalco et Ecatepec, dans l'État de Mexico, font partie depuis plusieurs années d'un couloir de trafic d'êtres humains, où la disparition de femmes est devenue une constante. Face à ce scénario, les habitants de ces localités racontent leurs expériences d'insécurité et de peur, leurs pratiques d'autosoins et rendent compte de la manière dont le danger façonne les activités quotidiennes.

Les histoires de ces jeunes femmes rendent visible la manière dont la violence façonne la subjectivité des femmes dans des contextes où les dangers sont inévitables et où la vie ne peut être interrompue à cause d'eux ; la seule alternative est de s'adapter. Dans l'expérience de ces femmes, la peur n'est pas une possibilité lointaine et aléatoire, mais un risque latent et proche, auquel elles peuvent échapper chaque jour, mais qui sait pour combien de temps : elles racontent toutes des situations de danger qui, par hasard, ne se sont pas concrétisées.

En particulier, les loisirs sont inscrits dans un discours sur l'impossibilité d'être en sécurité partout, sur l'interdiction et le blâme des victimes ; la vie nocturne, sporadique et limitée, est caractérisée par la "destrampe" ou "comportement immature et irresponsable".

Mots clés : , , , ,

les filles ne veulent plus s'amuser : violence de genre et soins personnels dans les banlieues de mexico city

Des zones municipales telles que Tultitlán, Coacalco et Ecatepec, dans l'État de Mexico, sont, depuis des années, un couloir pour le trafic d'êtres humains, dans lequel la disparition de femmes est devenue constante ; à la lumière de ce scénario, les habitants de ces zones racontent leurs expériences d'insécurité et de peur, leurs pratiques d'auto-soins et expliquent comment le danger façonne les activités quotidiennes.

Les récits de ces jeunes femmes montrent la manière dont la violence façonne les subjectivités féminines dans des contextes où les dangers sont inévitables et où la vie ne peut être suspendue à cause d'eux, la seule alternative étant de s'adapter. Dans l'expérience de ces femmes, la peur n'est pas une possibilité lointaine et aléatoire, mais un risque latent et proche, auquel on échappe chaque jour, sans savoir pour combien de temps encore : toutes racontent des situations de danger qui, par hasard, n'ont jamais eu lieu.

La récréation en particulier s'inscrit dans un discours sur l'impossibilité d'être jamais en sécurité nulle part, sur l'interdiction et la culpabilisation des victimes ; la vie nocturne, occasionnelle et limitée, est considérée comme une "débauche" ou un "comportement irresponsable et immature".

Mots clés : loisirs, vie quotidienne, tactique, insécurité, trafic.


Introduction

La croissance exponentielle de la violence au Mexique au cours des deux derniers semestres (2006-2018) a trouvé dans le féminicide l'une de ses expressions les plus grossières. Outre la violence sexiste habituelle que subissent les femmes dans la région métropolitaine de Mexico, elles risquent d'être enlevées et assassinées, torturées et de disparaître. Malgré ce scénario, les jeunes femmes de municipalités telles que Coacalco, Tultitlán et Ecatepec poursuivent leurs activités quotidiennes telles que l'étude ou le travail sans altération apparente ; la réflexion présentée ici est le résultat préliminaire d'une enquête sur les activités récréatives, en particulier celles qui ont lieu la nuit et impliquent de longs trajets, et sur la manière dont elles sont liées aux pratiques d'autosoins réalisées par ces femmes. Nous essayons de montrer le sens que ces pratiques donnent aux différents discours sur la féminité et l'insécurité qui prédominent dans l'espace social et comment ces pratiques construisent des subjectivités féminines qui pourraient en elles-mêmes constituer des tactiques de survie.

La première section de ce texte tente de caractériser les localités étudiées comme faisant partie d'un couloir de "trafic d'êtres humains" où les morts et les disparitions sont fréquentes depuis quelques années, sans que les autorités ne résolvent le problème. Ensuite, dans une brève section théorico-méthodologique, je décris quelques catégories conceptuelles à partir desquelles je conçois le discours social comme un espace privilégié d'analyse du social, je me réfère aux catégories de murmure social, d'expérience, de subjectivité, de tactique et de quotidien, qui ont guidé l'analyse ; je récupère également quelques notions d'espace public qui, à partir de la théorie féministe, ont rendu visibles les inégalités qui s'y produisent entre hommes et femmes. La stratégie méthodologique utilisée pour la conception des instruments et la constitution du corpus d'analyse est également détaillée.

La troisième partie de ce document analyse les expériences de ces jeunes femmes, liées aux dangers auxquels elles sont confrontées dans leur vie quotidienne, afin de rendre visibles les discours qui donnent un sens à ces expériences et la manière dont elles les résolvent et les affrontent. En guise de conclusion, je tente une réflexion sur la manière dont les discours de culpabilité et d'auto-soins façonnent les subjectivités féminines afin de les adapter à la violence et au danger.

Le couloir des disparitions

La présente recherche se déroule dans certaines des municipalités de la zone métropolitaine de Mexico, plus précisément à Cuautitlán, Tultepec, Tultitlán, Coacalco et Ecatepec.

Ces municipalités sont géographiquement reliées à la capitale du pays par l'autoroute Mexico-Pachuca d'un côté et l'autoroute Mexico-Queretaro de l'autre. Ils partagent certaines caractéristiques particulières, dérivées de leur proximité avec la ville de Mexico, et sont habités par des habitants natifs, traditionnellement dédiés aux activités productives primaires, telles que l'agriculture et l'élevage, et également par un nombre énorme de colons provenant de pratiquement tout le pays et de la ville de Mexico.1

La construction d'immenses logements dans la région a fait de ces municipalités ce que l'on a appelé des "cités-dortoirs", car les logements dans la région sont bon marché et la plupart des habitants se rendent quotidiennement au travail à Mexico, faisant un trajet d'environ trois heures dans chaque sens.

La proximité de la ville de Mexico, l'énorme croissance démographique et l'éloignement de la capitale de l'État de Mexico, Toluca, ont fait que ces municipalités sont pratiquement détachées du contrôle administratif et politique de cette entité, ce qui, ajouté à la dynamique de la conurbation, a entraîné la prolifération de différents problèmes sociaux, principalement l'insécurité. María Teresa Padrón et Guénola Caprón décrivent en détail la logique des transports publics et les conditions d'insécurité auxquelles les habitants sont confrontés au quotidien (2015).

Depuis plusieurs années, l'État de Mexico se positionne comme l'une des entités du pays où le nombre de féminicides est le plus élevé, avec 123 pour la seule année 2019. La violence à l'égard des femmes est également un problème préoccupant dans l'État. En 2019, 1385 viols simples ont été enregistrés, 788 de la même catégorie et 71 cas de "traite des êtres humains",2 selon le rapport d'incidence des délits du Secrétariat exécutif du Système national de sécurité publique, correspondant à la période de janvier à décembre 2019.

Entre le 1er décembre 2018 et le 13 juillet 2020, l'État du Mexique s'est classé premier parmi les dix États ayant le plus grand nombre de personnes disparues ou portées disparues, selon le Registre national des personnes disparues et portées disparues.

Bien qu'il s'agisse d'un phénomène peu visible dans les médias, l'incidence élevée des disparitions de femmes âgées de 13 à 25 ans suggère qu'elles sont spécifiquement liées à la "traite des blanches".3 et que des municipalités telles que Coacalco, Tecámac, Ecatepec, Tultepec et Tultitlán font partie d'un "couloir" dans lequel ce crime prolifère, comme l'a documenté l'organisation El Pozo de Vida. a.c. (Venegas, 2021).

Dans une interview publiée en octobre 2018, le militant et dirigeant du Partido del Trabajo dans la municipalité de Coacalco, José Aguilar Miranda, a affirmé que les autorités policières de ces localités sont de connivence avec le crime organisé (Martínez Mejía, 2018).

Selon David Mancera Figueroa, défenseur des droits de l'homme et dirigeant de l'organisation Lucha por México, les procureurs régionaux sont au courant du phénomène, mais ils ont agi avec indolence et même avec malveillance à l'égard des familles des victimes, en couvrant les suspects ; cette organisation a documenté l'enlèvement et la disparition d'au moins 13 adolescents âgés de 13 à 15 ans dans le corridor de Coacalco Tultitlán. (Milenio, 2013).

L'activiste Rosi Orozco a également évoqué l'existence d'un tel couloir.

Il y a un endroit au Mexique appelé "le couloir des disparus". On l'appelle aussi le "couloir de la traite des êtres humains". L'un ou l'autre de ces noms est utilisé indifféremment car, en fin de compte, ils signifient la même chose : une jeune fille qui disparaît là-bas a de grandes chances de se retrouver prise dans un réseau d'exploitation sexuelle. C'est un lieu qui est devenu le pire cauchemar des autorités et de la société civile (Orozco, 2019).

En octobre 2018, l'actualité la plus marquante a été l'arrestation du féminicide que la presse a baptisé " Le monstre d'Ecatepec ", Juan Carlos N, arrêté au volant d'un landau contenant des restes humains et qui s'est avéré être un tueur en série de femmes, bien que cette affaire ait donné de la notoriété à la situation de disparitions constantes dans cette région de l'État de Mexico, Certains analystes ont mis en doute la version selon laquelle il s'agissait d'un tueur en série qui opérait de manière autonome et ont souligné que cette histoire tentait de masquer le véritable problème de l'État, à savoir l'enlèvement de femmes à des fins d'exploitation sur le marché noir local.

Malgré la notoriété de cette affaire et le fait que, pendant des semaines, la localité de Jardines de Morelos ait fait la une des journaux, et que l'on ait tant parlé de l'insécurité des femmes dans des municipalités comme Ecatepec, les disparitions ont continué, entraînant même l'apparition de groupes de recherche qui réclament l'attention de l'État sans grand succès.

Tel est le scénario dans lequel vivent les jeunes femmes dans ce "couloir de la traite", où les activités quotidiennes sont marquées par la possibilité de devenir des victimes ; l'État de Mexico figure également parmi les premiers en termes d'incidence de la violence domestique à l'égard des femmes.

Femmes, espace public et loisirs dans le murmure social

Il y a quelque temps, je voyageais sur l'autoroute Mexico-Pachuca dans un minibus ; à un moment donné, un couple d'adolescents à l'air humble et au visage rugueux est monté. Quelques rues plus loin, les garçons ont demandé à s'arrêter et sont descendus du véhicule sans autre forme de procès. Une femme a été la première à exprimer ce que beaucoup d'entre nous qui voyageaient dans le bus auraient pu penser, elle a dit qu'elle pensait que les adolescents étaient des agresseurs, et une discussion intense s'est ensuivie, car les agressions sont quotidiennes sur ce trajet. Les femmes voyageant dans le bus ont parlé de la peur constante d'être agressées et des précautions qu'elles doivent prendre pour se déplacer tous les jours ; l'une d'entre elles a souligné que cela arrive parce que les jeunes n'ont plus de valeurs et immédiatement, une autre l'a secondée en disant que c'était la faute des femmes, elle a dit que cela arrive parce que les femmes ne sont plus "comme avant", elles ne s'occupent pas de leurs enfants, elles ne les éduquent pas bien ; Ce commentaire a été soutenu avec enthousiasme par d'autres femmes présentes ; l'une d'entre elles a même dit qu'elle avait une fille qui en était un exemple clair, qui avait d'abord eu un enfant avec un homme, puis l'avait quitté, et maintenant elle lui avait déjà apporté un deuxième enfant, d'un nouveau partenaire, et elle avait l'habitude de sortir le soir et même de boire.

J'ai été frappé par le fait que dans un pays et surtout dans une localité où la violence contre les femmes et les féminicides sont si fréquents, la responsabilité était attribuée précisément aux victimes. Il m'a semblé alors que la vie nocturne et les loisirs pouvaient être des aspects clés pour analyser les discursivités qui constituent les subjectivités féminines dans lesquelles la violence est justifiée et naturalisée, et qui font également partie des pédagogies par lesquelles les femmes sont empêchées d'occuper certains lieux de l'espace public qui, depuis l'enfance, leur ont été enseignés comme n'étant pas appropriés pour elles.

Dans cet article, nous avons abordé les pratiques récréatives des femmes âgées de 18 à 27 ans qui vivent dans ces municipalités de l'État de Mexico et nous avons pris connaissance de leurs expériences par rapport à la violence et, à travers leurs mots, nous avons pris connaissance des discours qui donnent un sens à ces pratiques et expériences.

Nous partons de l'hypothèse que précisément les discours (Bakhtin, 2005) sur la vie nocturne, qui s'expriment dans le murmure social (De la Peza, 2014), pourraient mettre en lumière les significations qui façonnent la subjectivité féminine dans des contextes d'insécurité, qui donnent sens aux pratiques quotidiennes à travers lesquelles les habitants de ces localités tentent de se maintenir en sécurité.

Considérant que les effets de la violence ne sont pas toujours observables dans l'immédiateté de l'événement, mais s'étendent dans le domaine du quotidien (Das, 2008), ce qui nous intéressait ici était d'observer comment l'insécurité et la violence qui prévalent dans ces municipalités affectent la construction des subjectivités féminines, à partir des récits de leurs pratiques et croyances autour du divertissement et de la vie nocturne.

Nous comprenons que lorsque ces femmes parlent, elles n'expriment pas seulement des opinions mais leur expérience (Sorgentini, 2000), qui exprime une connaissance d'elles-mêmes et de leur environnement. Le quotidien à partir duquel ces jeunes femmes livrent leur témoignage (Das, 2008) constitue un espace privilégié pour observer les effets de la violence dans leur vie et la manière dont elles déploient des tactiques de survie face à celle-ci (De Certeau, 1996), dont beaucoup ont peu à voir avec la confrontation et la lutte, mais opèrent plutôt entre adaptation et négociation.

Contrairement à la vision idyllique qui conçoit l'espace public comme un lieu de rencontre, de socialisation et de liberté, comme le lieu où la "chose publique" prend forme et qui est "pour tous", sans restrictions (Valcárcel, 1997), les théories féministes ont montré qu'il existe une inégalité dans la façon dont il est conçu pour les hommes et les femmes.

Certaines de ces perspectives ont mis l'accent sur la notion d'espace public comme un lieu où se produisent des relations de pouvoir et des confrontations sur l'exercice des libertés individuelles et collectives (Fuentes, 2011) et où, en outre, l'accès aux biens et services impose des restrictions aux moins privilégiés (Jirón, 2007).

Cet espace ne peut donc pas être neutre, mais doit être compris comme un lieu d'exclusion pour certains groupes sociaux, qui n'y ont pas accès, certains d'entre eux pour se défendre de "l'agitation de la vie publique", comme les femmes (McDowell, 2000).

Dans ce sens, la théorie féministe a également souligné que l'activité dans l'espace public, malgré l'incursion des femmes dans celui-ci, continue d'être fortement genrée, de sorte que la violence à l'égard des femmes est le reflet des relations de pouvoir inégales entre les hommes et les femmes (Delgado, 2007).

Certaines analyses ont également souligné la nécessité d'étudier la dimension sociale par laquelle les hommes et les femmes apprennent, représentent et transmettent la manière dont nous utilisons l'espace public (Monárrez, 2011).

En ce sens, nous souhaitons ici récupérer les réflexions de Soto (2015), qui considère que, bien que l'environnement urbain ait été considéré comme un espace privilégié pour analyser comment les conditions matérielles de la vie quotidienne contribuent à l'inégalité de genre, il est également nécessaire de considérer les exclusions qui ne sont pas toujours visibles, qui vont au-delà du physique et sont considérées comme des désavantages symboliques, qui accentuent les limites de la séparation et qui articulent les individus et les lieux et dans lesquelles se reproduit la domination des hommes sur les femmes. À partir de cette idée, l'auteur nous permet de réfléchir à la manière dont la violence a des effets différents pour les hommes et les femmes, ainsi que d'interroger l'idée répandue selon laquelle la peur des femmes dans l'espace public n'est pas "objective".

Zúñiga (2014), pour sa part, souligne que dans les contextes de violence extrême tels que ceux décrits dans cette étude, les femmes sont les premières à faire l'expérience de l'invasion et de l'agression de leur corps, ce qui remet en question la maxime selon laquelle l'espace public est un lieu de et pour tous.

Dans l'imaginaire collectif, la perception persiste que la violence subie par les femmes en dehors de leur foyer, parce qu'elles sont des femmes, relève de leur responsabilité exclusive et non d'un problème qu'il incombe aux pouvoirs publics de traiter et de prévenir (Zúñiga, 2014).

Dans cette analyse, nous nous référons à l'espace public au sens large, non pas à partir de la distinction entre public et privé en termes de propriété, mais pour englober les espaces communs et ouverts, qui peuvent inclure les rues, les parcs, les places, les installations sportives, les transports, les lieux semi-publics où se déroulent les activités récréatives et de loisirs.

Les données présentées ci-dessous ont été obtenues auprès de deux groupes de femmes vivant dans les municipalités entourant la ville de Mexico. Le premier groupe était composé de 17 femmes âgées de 18 à 27 ans, dont neuf se sont identifiées comme des étudiantes, les autres comme des démonstratrices, des enseignantes, des employées, des infirmières stagiaires, des psychologues, des journalistes, des superviseuses et des réceptionnistes, qui ont répondu à un questionnaire distribué via Gmail, les interrogeant sur leurs pratiques récréatives.

Les questionnaires étaient ouverts et nous ont permis de connaître, à partir de leur propre élaboration, les alternatives dont parlaient ces femmes. Neuf d'entre elles ont dit vivre dans la municipalité de Coacalco, trois à Ecatepec, deux à Atizapán, une à Cuautitlán, une à Tultitlán et la dernière à Mexico.

Les filles ont ensuite été invitées à raconter leurs expériences de la violence et enfin à exprimer leur opinion sur la situation dans leur région.

Le second groupe était composé de six étudiants en ingénierie informatique de l'Universidad Politécnica del Valle de México, située dans la municipalité de Tultitlán, qui ont déclaré vivre à Coacalco, Tultitlán, Ecatepec et Tultepec.

L'objectif de l'entretien collectif était de faire émerger le discours social sur la vie nocturne, l'insécurité et la violence à l'égard des femmes et d'analyser les différentes positions présentes dans la vie quotidienne des personnes interrogées.

Shopping, travail, sport et vie nocturne ?

Le questionnaire sur leurs pratiques récréatives nous a permis de découvrir certaines des activités habituelles de ces filles, bien que nous les énumérions ici de manière sommaire, car elles y faisaient référence avec des noms et des caractéristiques différents.

A la question : que faites-vous le week-end ? Les réponses se répartissent en trois grandes rubriques :

La première chose qui frappe dans cette catégorie est que les loisirs n'apparaissent pas comme un thème central, surtout ceux qui ont trait à la vie nocturne. Le travail domestique, les études complémentaires et même le travail en tant que tel occupent une bonne partie du temps de ces filles, il est clair que les loisirs sont directement liés au rôle de genre qui leur est imposé par la restriction du travail de soin et du travail domestique, même si la plupart d'entre elles sont célibataires.

Les jeunes femmes qui parlent de loisirs expriment des problèmes particuliers qui rendent également visible la question de l'enfermement. La rue n'est pas un espace habituel pour les femmes, pas même lorsqu'il s'agit de loisirs. Il est d'ailleurs intéressant de constater que parmi les activités qu'ils disent réaliser à l'intérieur de la maison, "être avec la famille" apparaît comme une activité plus pertinente que le simple fait de partager le même espace, "être avec la famille" ressemble plus à un mandat social, rester à la maison c'est "être avec la famille".

En ce qui concerne les activités qu'elles pratiquent à l'extérieur, les filles parlent de faire du sport, qui peut se dérouler dans des parcs, des gymnases ou des centres sportifs, voire sur la colline, puis l'idée de sortir, que nous détaillerons plus tard avec toutes ses implications, apparaît, mais l'opposition entre " sortir " et " être en famille ", qui semblent être deux pôles opposés d'un point de vue moralisateur, est intéressante.

Lorsqu'ils évoquent les endroits où ils "aiment" aller, les réponses s'élargissent, même si la vie nocturne n'apparaît toujours pas.

Où aimez-vous aller ?

  • Centre commercial (cinéma, restaurants, pizzerias, cafés, bars, boutiques)
  • Les parcs, la colline.
  • Installations sportives, gymnases.
  • Billard.
  • Musées.
  • Foires.

Une fille dit qu'elle ne va nulle part (parce qu'elle travaille le week-end) et une autre dit qu'elle aime aller à l'hôpital où elle fait son service social.

Il est frappant de constater que la plupart des activités récréatives sont confinées au centre commercial, qui, dans l'agglomération, regroupe les différents lieux de loisirs. Comme il s'agit de cités-dortoirs, elles réunissent dans un même espace des commerces et des espaces de loisirs, où les habitants passent leurs week-ends, en axant leurs activités essentiellement sur la consommation.

Bien que les parcs soient plutôt rares, négligés et peu sûrs, la colline apparaît également comme une alternative pour les activités physiques, puisque dans ces municipalités, les grandes unités de logement sont généralement adjacentes à des espaces inhabités.

L'idée des musées semble être plus une aspiration, car il n'y a pas beaucoup de lieux de ce type dans ces localités et il faut se rendre dans le centre de Mexico pour y accéder.

Comme ces municipalités sont habitées par des habitants et des colons, les fêtes de village avec leurs foires traditionnelles respectives constituent également une alternative occasionnelle de loisirs, généralement avec des jeux mécaniques et des danses.

Il est intéressant de noter que les réponses de ces jeunes femmes changent lorsqu'on leur demande ce qu'elles font habituellement et ce qu'elles aiment faire, même si elles n'ont pas beaucoup de possibilités réelles de réaliser ces activités.

Lorsqu'on les interroge sur leurs sorties, deux grandes catégories apparaissent : la boîte de nuit et la fête. La fête est caractérisée par la boisson, la musique et la danse. Mais la plupart des filles ne font pas référence à de grandes fêtes dans des salles privées ou dans la rue, mais plutôt à des rassemblements entre amis, généralement chez un ami. Ils qualifient souvent ces rassemblements de "tranquilles", faisant clairement allusion à d'autres types de fêtes qui pourraient être désordonnées ou risquées. Il est clair qu'au moins dans leur discours, ils choisissent de participer à des rassemblements où ils se sentent en sécurité.

L'idée de la tanière est également marquée par une certaine notion de risque. Sur la base des réponses des répondants et de ce que certains participants ont dit lors de l'entretien de groupe, nous avons construit le tableau suivant :

Il est important de mentionner que la plupart des filles ont déclaré qu'elles ne vont pas dans les boîtes de nuit ou les bars, ou qu'elles le font plutôt occasionnellement, peut-être une fois dans les questionnaires, quelques filles ont mentionné certains des lieux énumérés ici, tandis que dans l'entretien de groupe, deux filles y ont fait référence.

Il est également possible d'observer que la fréquentation de ce type de lieux est divisée en trois catégories, la première correspond aux bars et discothèques qui se trouvent dans les municipalités où vivent les interviewés et qui sont généralement situés à l'intérieur des centres commerciaux.

Dans le second groupe, nous pouvons observer des boîtes de nuit situées dans la partie nord de l'État de Mexico, également connue sous le nom de zone bleue, près du Periferico, ce qui implique un déplacement, un coût et des difficultés de fréquentation plus importants.

Le troisième groupe est constitué de bars situés dans le centre et le sud de Mexico, dans la Zona Rosa et San Angel, que peu de ces filles ont eu la possibilité de fréquenter, car cela implique un investissement économique et un risque plus importants, ainsi que la nécessité d'avoir accès à une voiture pour se déplacer et à un groupe d'amis pour les accompagner.

Insécurité et tactiques d'autosuffisance

Lorsque les jeunes femmes qui ont participé à l'enquête ont parlé d'insécurité, lorsqu'on leur a demandé spécifiquement ce qu'elles faisaient pour se protéger, elles ont fait état d'un répertoire de tactiques.

Certaines de ces tactiques sont strictement liées à la possibilité de se faire voler leurs objets de valeur, notamment leurs téléphones portables et leur argent. En ce qui concerne le téléphone portable, ils font référence à des tactiques telles que le cacher, porter un téléphone bon marché ou cassé en guise de rechange à remettre aux agresseurs, le porter à la main afin qu'il ne soit pas sorti du sac ou du sac à dos, et ne pas l'utiliser dans la rue afin de ne pas donner lieu à une agression.

En ce qui concerne l'argent, la tactique consiste à ne pas en transporter trop, à mettre de côté une somme cachée séparément afin de ne pas tout donner en cas d'agression.

Ces tactiques apparaissent dans pratiquement toutes les réponses aux questionnaires, et montrent clairement que les agressions font partie de la réalité quotidienne de la région. Il est également clair que les objets de valeur sont rares, ces filles ne portent généralement pas d'ordinateur ou d'objet de grande valeur.

Quelles précautions prenez-vous pour sortir en toute sécurité ?

  • Ne parlez pas aux inconnus. Personne pour me surveiller. Regardez partout. Apprendre à connaître les gens avec qui je sors.
  • Je regarde constamment en arrière. Soyez conscient de ce qui se passe autour de vous.
  • Portez du spray au poivre. Portez un sifflet.
  • Faites le point avec les membres de votre famille. Faites-leur savoir où et avec qui ils sortent. Donne à tes parents les numéros de téléphone de tes amis.
  • Arrivez tôt à la maison.
  • Ne portez pas d'objets de valeur, ne portez pas de sacs à main.
  • Conduire ma propre voiture. Demander à quelqu'un de commander mon uber, le Conseil des taxis sur place.
  • Habillez-vous convenablement. Ne buvez pas excessivement, ne sortez pas seul.
  • Porter les clés dans sa main

Le deuxième type de tactique dont ils parlent a plus à voir avec la sauvegarde de leur intégrité physique. Le tableau suivant résume ces mesures d'autosoins :

Il est intéressant de noter quelques questions dans cette liste, tout d'abord la notion de risque : de quel danger ces femmes se protègent-elles lorsqu'elles parlent d'inconnus qui les observent et les approchent ou de l'importance de toujours marcher dos à la route ?

Bien que ce mot ne soit pas utilisé, les filles parlent de la possibilité d'être kidnappées. En ce sens, le spray au poivre et le sifflet apparaissent comme des mécanismes par lesquels elles peuvent faire renoncer leurs éventuels agresseurs ; il n'en va pas de même, cependant, de la tactique consistant à communiquer par téléphone avec leurs proches, mais il s'agit d'une allusion récurrente, toutes les filles disent qu'elles le font lorsqu'elles voyagent seules, elles appellent ou envoient continuellement des messages à leurs proches en indiquant où elles se trouvent et certaines partagent même leur emplacement depuis leur téléphone portable. À proprement parler, cette mesure n'est pas de nature à dissuader les ravisseurs potentiels et pourrait même constituer un mécanisme de distraction pour les jeunes filles elles-mêmes ; il semble qu'il s'agisse plutôt d'un moyen de se rassurer, les membres de la famille se sentant en sécurité pour surveiller où elles se trouvent, même s'ils ne pourront finalement rien faire si, à un moment donné, ils ne peuvent plus les localiser. Cette tactique rend visible leur vulnérabilité et la nécessité pour eux et leurs familles de se sentir protégés d'une manière ou d'une autre.

Certaines de ces mesures, en revanche, font porter la responsabilité de la sécurité des femmes sur leur propre comportement. Ainsi, lorsqu'il leur est conseillé de ne pas parler aux inconnus, de dire où et avec qui elles sortent, de ne pas porter d'objets de valeur, de s'habiller "convenablement", de ne pas sortir seules ou de ne pas boire excessivement, ces recommandations les placent clairement comme la cause d'une éventuelle agression. C'est intéressant parce qu'en réalité, lorsque nous pensons aux féminicides, les agresseurs ne sont généralement pas exactement des étrangers et les femmes qui sont attaquées ne s'habillent pas nécessairement de manière provocante, mais cette idée reste valable. C'est peut-être aussi une façon de se convaincre qu'ils font vraiment quelque chose pour les protéger.

Les filles ont également répondu à une question sur les personnes avec lesquelles elles se sentent en sécurité :

Il ressort de cette relation que le danger est clairement associé à des personnes que nous ne connaissons pas ou peu, des personnes qui passent dans la rue et dont l'origine ne peut être retracée ; les petits amis, les amis et les voisins, en revanche, apparaissent comme des personnes sûres.

Les expériences

Dans cette section, nous avons pensé qu'il serait intéressant d'extraire des questionnaires les réponses textuelles à la question sur leurs expériences de l'insécurité.

Les expériences

  • Des personnes beaucoup plus âgées m'ont proposé de les accompagner.
  • Une fois seulement, un garçon nous suivait, moi et deux de mes amis.
  • J'ai été agressé.
  • Pour l'instant, rien de bien grave, juste quelques chauffeurs de taxi qui me font des compliments ou ce genre de choses.
  • Un jour, alors que nous sortions de l'université vers 21h30, un type sorti de nulle part s'est approché de moi et de mes amis et nous a demandé l'heure, j'ai paniqué et nous avons couru (c'est vrai).
  • Enlèvement d'un ami.
  • Des objets matériels volés.
  • Harcèlement.
  • Agressé, poursuivi.
  • Agressions constantes et harcèlement sexuel.
  • Agressions, harcèlement et pelotage dans les transports publics.
  • Ils me suivent, me disent des choses horribles dans la rue ou m'agressent.
  • Violence physique et verbale.
  • Harcèlement verbal, psychologique et physique.
  • Une seule fois j'ai été agressé en plein jour.
  • Agressions et tentative de car-jacking.

Encore une fois, il est intéressant de noter qu'à côté de l'agression, l'expérience la plus fréquente, le harcèlement et l'abus sexuels sont toujours mentionnés, qu'ils soient exprimés comme un acte réel, comme une tentative ou comme une attente de la victime ; Nous pouvons observer que la notion de harcèlement semble acquérir une large polysémie lorsqu'il s'agit d'actions telles qu'un homme ou un groupe d'hommes insistant pour qu'une jeune fille monte dans une voiture avec eux ou essayant même de la forcer, et il semble que tout le temps le sujet du harcèlement passe par ce large éventail de possibilités qui augmentent en niveau de danger, mais contre lesquelles les jeunes filles n'ont aucun contrôle. Comment déterminez-vous la distance entre la gravité de crier des obscénités à une fille et celle d'essayer de la faire monter dans une voiture ? À quel moment ces filles prennent-elles conscience du type de danger auquel elles sont confrontées ? Peut-être quand il sera trop tard.

Cette ambiguïté du danger, comme je l'appellerai ici, est plus évidente dans les récits de ceux qui ont participé à l'entretien de groupe et qui rendent compte essentiellement des mêmes dangers, bien que de manière plus détaillée, ce qui nous permet d'apprécier les nuances dont nous parlons. Examinons maintenant certains de leurs témoignages.

Je me souviens, c'était il y a longtemps, j'étais au lycée mais je devais passer par une allée, donc cette fois-là nous sommes sortis très tôt, il était environ dix heures du matin et à ce moment-là je n'avais pas encore beaucoup d'amis parce que nous venions juste d'entrer et je suis allé seul et j'ai vu qu'une camionnette avec deux gars était passée et ils m'ont regardé "comme ça" et l'un d'eux m'a cassé la gueule, Mais je n'ai pas fait attention à eux et disons que la rue était très abandonnée, je veux dire, les maisons avaient l'air de n'être habitées par personne, alors ce que j'ai fait c'est marcher vite et quand j'étais sur le point d'arriver au coin pour faire demi-tour, où il y avait du trafic, j'ai vu que la camionnette revenait, mais ensuite je me suis approchée d'un magasin, mais j'ai ressenti cette peur, et ce que je voulais c'était rentrer chez moi (Ana, étudiante en ingénierie, 21 ans).

L'expérience n'est pas récente, elle parle de quelque chose qui s'est passé il y a longtemps, d'une situation qui n'a pas changé, l'incident se produit le matin, elle se sent en danger car la rue est seule et les personnes qui l'appellent se déplacent en voiture.

Je, quelque chose comme ça m'est arrivé plusieurs fois, mais la dernière fois c'était plus fort parce que je marchais le long du Retiro, puis il y a l'avenue et je me dirigeais vers la sortie, comme pour Coca Cola et je marchais et j'ai passé un de ces fourgons cargo, donc quand je suis passé, le conducteur m'a dit des choses et quand je me suis retourné j'ai vu qu'il touchait ses parties, n'est-ce pas ? La seule chose que j'ai pu faire, c'est traverser de l'autre côté de la rue, il y avait une station de taxis à cet endroit, et même quand il a commencé à se rapprocher de moi, il a ouvert la porte de l'autre côté, c'est pourquoi j'ai dû traverser, parce qu'à ce moment-là, j'ai senti qu'il allait me tirer et puis, au revoir, qui sait où je serais (Paola, étudiante en ingénierie, 23 ans).

Ce témoignage parle d'une situation répétée, bien qu'il y ait un incident en particulier qui fait que l'interviewée se sent en plus grand danger, celui qui lui parle est un homme qui se masturbe puis la poursuit, ouvrant la porte de la camionnette comme pour la tirer à l'intérieur ; elle est convaincue que l'homme allait l'emmener et qu'ils n'allaient pas la retrouver après.

Il n'y a pas longtemps, environ un mois et demi, c'était mercredi, nous avions quitté l'école à midi :00 de l'école et ça, enfin, j'avais l'habitude, comme mon trajet pour rentrer chez moi est très différent de celui de mes amis, j'avais l'habitude de rentrer seule à pied, c'est un court trajet d'ici à Conalep, à Bosques, donc pour moi, ce n'était pas facile mais c'était plus économique de marcher d'ici à là, je marchais seule, d'abord je marche le long du Mexiquense, Je me promenais seule, j'ai d'abord longé le Mexiquense, justement parce que ça me dérange de marcher parmi les gens qui travaillent dans une station de lavage, mais quelques mètres plus loin, j'ai traversé de l'autre côté et une voiture noire a commencé à s'arrêter à côté de moi, c'était un homme et ce qu'il m'a crié, c'est de me demander si je savais si la route qu'il prenait pour aller à Tultepec était correcte, ensuite, au moment où je me suis retournée, je ne m'étais pas retournée pour le voir, mais quand je me suis retournée, j'ai vu qu'il se masturbait pendant qu'il conduisait, Ma logique était donc la suivante : " fais demi-tour et continue à marcher et je ne sais pas, il y avait un magasin devant, va là où il y a des gens ", mais ce type a continué à rouler au même rythme que moi et je pense que lorsqu'il a réalisé que nous étions sur le point d'arriver à un coin où il y avait des gens et ainsi de suite, mesdames, il a crié quelque chose d'autre mais je n'ai pas compris, il a juste continué à avancer normalement, J'ai essayé de voir les plaques de la voiture mais elle n'en avait même pas, alors quand je suis arrivée au point où je devais attendre un bus, cela m'a pris encore beaucoup plus de temps, alors à ce moment-là j'avais très peur et je suppliais juste de rencontrer quelqu'un en qui j'avais confiance pour qu'il m'accompagne chez moi et que je ne rencontre plus ce type (Itzel, étudiante en ingénierie, 21 ans).

La situation se produit aussi pendant la journée, dans le récit de la victime, elle fait plusieurs erreurs, l'une d'entre elles est de marcher seule, l'autre est de choisir la route pour éviter une station de lavage de voitures où elle est toujours harcelée par les employés ; c'est encore un homme qui se masturbe, cette fois dans une voiture sans plaques d'immatriculation, et qui la suit jusqu'à ce qu'elle atteigne un endroit où il y a des gens.

Il est important de mentionner la grande similitude entre les trois histoires, dans aucun des cas il ne s'agit de la nuit, tous se passent en plein jour, les filles ne font pas d'activités qu'elles ont elles-mêmes décrites comme risquées, il est même déduit qu'elles portent l'uniforme ou les vêtements qu'elles utilisent normalement pour aller à l'école. Ce dont les agresseurs profitent vraiment, c'est de la solitude des rues, de la précarité de l'espace, dans ces expériences, la distance entre les sujets dépravés qui aiment se masturber devant les filles est l'interprétation facile, mais dans leur histoire, l'interprétation est plus sérieuse, l'expérience est qu'ils ont été sur le point d'être kidnappés, qu'ils allaient les emmener.

Comment est-il possible de déterminer l'étendue de ces agresseurs potentiels ?

Ce qui est très clair, c'est que l'insécurité de la zone, le manque de surveillance, d'infrastructures et même le manque de ressources des filles pour se mettre en sécurité, associés à l'inefficacité connue des autorités, font de ces filles une cible facile pour pratiquement n'importe qui, Ce qui est troublant dans ces histoires, ce n'est pas ce qui est arrivé à ces femmes, mais ce qui aurait pu leur arriver si facilement, elles le savent, même si pour l'instant elles attribuent la chance d'être en sécurité à quelque chose d'aussi fortuit que le passage d'une personne, l'arrivée dans un magasin ou le fait d'être assez déterminées pour courir et traverser la rue. Aucune de ces expériences risquées dont elles parlent n'a eu lieu dans le cadre d'une fête ou d'une soirée, qui est pour la plupart de ces filles un luxe inabordable.

Dans le même ordre d'idées, il est frappant de constater que, lorsqu'on se réfère aux cas de féminicides, et bien que les filles attribuent ce phénomène à des problèmes tels que le machisme, l'impunité et le manque de dénonciation des actes de violence qui en découle ; à la traite des femmes, à la prolifération de personnes malades ou dérangées qui commettent ces crimes, il existe également des discours fréquents qui attribuent la responsabilité aux victimes.

Je ne sais pas grand-chose, mais c'est peut-être à cause des quelques précautions que nous prenons en ne disant pas où nous sommes ni avec qui nous sommes (Lissette, 19 ans, manifestante).

Parce que nous sommes des proies faciles, parce que nous ne sommes pas attentifs, vulnérables en raison de notre manque de sécurité et de notre manque de caractère dans les situations (Mariana, 27 ans, journaliste).

Dans la première affirmation, les crimes sont la conséquence du fait que les victimes ne prennent pas les précautions nécessaires ; dans la seconde, les jeunes femmes sont définies comme des "proies faciles", mais elles acquièrent ce statut de "vulnérables" lorsqu'elles ne prennent pas de mesures de sécurité et ne font pas preuve d'une moralité suffisante.

Bien que l'enquête ne nous permette pas d'approfondir le sens de ces déclarations, un discours qui attribue la responsabilité et le blâme aux victimes émerge clairement ; on s'attend également à ce que l'obéissance à ces règles assure la sécurité de ces femmes.

Les filles interrogées dans le cadre de l'entretien de groupe ont également parlé de fémicides ; dans ce cas, se rappelant des expériences proches d'elles, on leur a demandé si elles connaissaient des cas.

Je le fais, et bien, il y a environ deux ans, il y avait une fille qui donnait des cours de... combat corporel À Aquasol, cette fille la fréquentait, je veux dire que nous n'étions pas amies mais je la connaissais, puis un jour elle est allée à une fête et bon, elle est partie aux premières heures du matin parce qu'elle devait retourner chez sa mère, donc on dit qu'elle est partie seule dans un taxi et qu'elle n'est pas réapparue, puis le temps a passé, ils l'ont cherchée, et environ deux semaines plus tard elle est réapparue dans le canal de la Laguna (Itzel, étudiante en ingénierie, 21 ans).

L'histoire se déroule en 2016 et est celle d'une jeune femme qui a disparu alors qu'elle prenait un taxi seule, la nuit ; c'est la même histoire qui a fait la une des journaux en octobre 2018, avec la tristement célèbre affaire du... Monstre d'Ecatepecmais à l'époque, il n'a pas semblé atteindre la notoriété.

Eh bien, c'était il y a quatre ans, ma mère avait l'habitude d'aller chez une voisine dans un autre quartier près du nôtre et chaque vendredi elle y allait pour lui faire un contrôle médical, mais un jour la fille de la dame à qui elle faisait le contrôle n'est pas arrivée et la dame était très inquiète et il était quatre heures de l'après-midi et sa fille partait à deux heures, Ils l'appelaient et elle avait donné rendez-vous à son petit ami sur le pont López Portillo sur la Mega, près de la Mega Comercial, et les preuves ont montré plus tard que c'était le petit ami qui l'avait enlevée et tuée (Fernanda, étudiante en ingénierie, 23 ans).

Contrairement à la précédente, dans cette histoire, le féminicide est le petit ami de la fille, qui l'a kidnappée et assassinée, un exemple intéressant car il rompt avec toutes les croyances sur la sécurité que ces filles ont exprimées auparavant ; pour elles, les petits amis apparaissent toujours comme la référence d'une personne sûre avec laquelle elles peuvent sortir.

Eh bien, dans la région où je vis, il y a une zone où de nombreuses voitures viennent de loin, de nombreuses remorques de fret, et c'est une zone qui n'est pas très bien gardée, donc il y a eu des cas de, eh bien, les gens qui ont vu de loin comment les filles sont mises dans les voitures, ils les ferment ou jettent les gens sur le côté de la rue et eh bien, je me rends compte comment cette peur a grandi parmi nous en tant que femmes parce que dans mon cas, je prie pour rentrer à la maison, Eh bien, après cette expérience que j'ai eue, je suis maintenant plus vigilante, j'essaie de ne pas être seule dans la rue, si possible j'évite d'aller dans la rue, si ce n'est pas une réelle nécessité de sortir et je suis toujours en contact avec quelqu'un en qui j'ai confiance, que ce soit ma famille, je dis à quelqu'un que je pars d'ici, je suis en train d'en arriver là et j'essaie toujours de m'assurer que quelqu'un sait où je suis et ce que je fais (Paola, étudiante en ingénierie, 23 ans).

Ce témoignage montre clairement la peur que ces jeunes femmes éprouvent et la manière dont elles l'élaborent et l'expriment. L'interviewée fait référence à la conscience des événements qui se produisent dans une zone proche de son domicile et parle de ses émotions, de l'impossibilité d'être seule dans la rue ou d'être toujours avec des personnes de confiance.

Dernières considérations : les filles ne veulent plus s'amuser

Comme nous l'avons indiqué, ce travail constitue une première avancée d'une enquête en cours, dans laquelle nous avons cherché à explorer les pratiques quotidiennes des jeunes femmes de ces municipalités de l'agglomération de Mexico, dans le but de les mettre en relation, notamment celles liées au divertissement et à la vie nocturne, avec les discours qui donnent sens aux expériences d'insécurité et de violence vécues par ces femmes.

Plutôt que des résultats définitifs, nous souhaitons reprendre ici certains aspects qui nous ont semblé particulièrement pertinents dans l'analyse de ces pratiques et discours.

Tout d'abord, les récits de ces femmes montrent très clairement qu'elles sont conscientes de vivre dans un endroit où les risques sont énormes et où les possibilités de devenir des victimes sont à l'ordre du jour. Il est également clair que la peur affecte les pratiques quotidiennes de ces femmes, qui ont l'habitude de prendre des mesures d'auto-soins pour protéger avant tout leur intégrité physique.

Les activités normales sont maintenues malgré le danger ; cependant, les histoires sont des histoires d'enfermement, et derrière les tactiques qu'ils déploient pour se tenir à l'écart du danger, on peut voir les tactiques discursives des membres de la famille qui leur apprennent à préférer l'espace sûr de la maison et la tranquillité des petites réunions et des activités familiales.

Les discours qui apparaissent dans la voix de ces jeunes filles font appel à l'impossibilité d'être en sécurité n'importe où, mais aussi à la responsabilité et même à la culpabilité des victimes, qui sont généralement décrites comme des femmes qui n'ont pas respecté les règles de comportement, qui n'ont pas été assez prudentes ou qui ont fait des erreurs dans leurs tactiques d'auto-soins ou, dans le pire des cas, qui ont fait preuve d'un comportement débridé qui a fait d'elles des cibles.

Les loisirs nocturnes, extrêmement limités, sont qualifiés de "destrampe" ou de comportement immature et irresponsable ; les filles interrogées parlent massivement de la boîte de nuit et de la fête comme de conditions dangereuses que les femmes prudentes devraient éviter ; dans les pratiques de ces jeunes femmes, il est visible que seules quelques-unes d'entre elles ont accès à ce type de divertissement et que, même dans ces cas, ces sorties nécessitent une logistique compliquée.

Paradoxalement, les expériences racontées par ces filles, également majoritaires, n'ont pas grand-chose à voir avec la vie nocturne et la fête ; le harcèlement, les abus sexuels et la possibilité d'un enlèvement et d'une disparition sont à portée de main, dans des épisodes répétés qui se produisent en plein jour. L'expérience rapprochée du danger oblige à s'interroger sur la "latence" et la "possibilité" du risque. Quel type de hasard détermine finalement l'intégration ou non dans la statistique ?

Il est évident que les jeunes femmes de la région métropolitaine de Mexico ne jouissent pas de la même liberté que les hommes pour occuper l'espace public et que leur mobilité y est limitée par des discours qui leur apprennent, depuis le milieu familial, à rester à la maison, à ne pas se déplacer seules et à assumer la responsabilité de leurs propres soins. Ces discours, qui d'un certain point de vue peuvent être clairement compris comme l'exercice d'un pouvoir patriarcal sur les jeunes femmes, peuvent également être considérés, comme nous avons essayé de le montrer ici, comme une ressource tactique, à travers laquelle, dans un contexte de risque, les membres de la famille et les victimes elles-mêmes travaillent à la constitution d'une subjectivité féminine "prudente" et "responsable", prédisposée à l'enfermement et restreinte aux activités familiales et domestiques.

Comme on peut le constater, la prolifération du trafic génère des conditions de risque permanent pour les femmes de ces localités qui, face à la possibilité latente de devenir des victimes directes, sont contraintes de rester en marge de l'espace public.

Cet enfermement, qui, dans les récits des personnes interrogées, apparaît comme volontaire et le résultat d'une prudence et d'un souci de soi, est traversé par des discours dans lesquels le divertissement et la vie nocturne sont censurés ou remis en question, et dans lesquels les risques encourus par ceux qui risquent de les vivre sont visualisés comme des conséquences de leur propre comportement, les plaçant dans une position de plus grande vulnérabilité, en rendant invisible l'existence de structures criminelles en fonctionnement permanent.

Ces discours reproduisent des stéréotypes selon lesquels les femmes sont exploitées à la suite d'une faute ou d'un dérapage, deviennent des cibles de danger en raison de leur propension à s'amuser et à faire la fête, ainsi que de la libre jouissance de leur corps, ce qui en fait des objets d'abus autorisés. Dans ces discours, la possibilité pour les jeunes femmes et les communautés en général de faire appel à l'État comme garant de leur sécurité n'est pas configurée ; la question devient personnelle.

Il est important de mentionner que derrière les risques dont parlent ces femmes se cache la condition sexuée de leur corps, les dangers dont elles parlent sont liés au fait que leur corps peut être accessible aux hommes : marcher dans une rue isolée, se montrer dans des vêtements "provocants", marcher seule, sortir la nuit, s'amuser, sont des situations qui font d'elles des cibles justifiées d'attaques masculines, qui peuvent aller du harcèlement et de l'intimidation aux abus sexuels, à l'enlèvement et à l'exploitation, perpétrés par des hommes qui se sentent autorisés à disposer du corps des femmes simplement parce qu'il se trouve dans l'espace public.

Les jeunes femmes reproduisent elles-mêmes ces discours dans leurs récits et dans leurs pratiques quotidiennes, ce qui génère chez elles une double condition de vulnérabilité, puisque, si elles deviennent des victimes, elles s'assument comme responsables de ce qui leur est arrivé.

Il est important de noter que le couloir de trafic, dans lequel ces filles opèrent quotidiennement, est une zone où prolifèrent les maisons closes et les hôtels de transit, où les hommes peuvent satisfaire leurs demandes sexuelles sans trop de soucis. Alors que la "débauche" des femmes est condamnée d'une part et limitée à la sphère privée pour assurer leur sécurité, les hommes satisfont leurs désirs grâce au commerce lucratif de l'exploitation sexuelle, qui est parfaitement visible et contre lequel aucune action n'est prise par les autorités, bien qu'il s'agisse d'une affaire publiquement connue et tolérée.

Rita Segato (2018) a fait référence à la traite et à l'exploitation sexuelle comme des exemples de ce qu'elle a appelé des pédagogies de la cruauté, où le corps des femmes est objectivé et consommé et où la répétition de la violence produit un effet de normalisation, qui favorise un manque d'empathie envers les victimes.

Segato (2018) considère que le violeur est un moralisateur, qui voit dans sa victime la déviation morale qui le convoque, de sorte que sa violence est une représailles qui obéit au mandat de la masculinité et qu'il s'attribue le droit de punir les femmes.

Paradoxalement, les dangers pour les jeunes femmes de ces communes de l'agglomération ne se limitent pas à l'espace public, et toute la pédagogie déployée à travers ces discours qui censurent leurs libertés ne suffit pas à assurer leur sécurité.

Au contraire, les restrictions concernant l'utilisation de l'espace public, les rencontres, les loisirs, voire même le travail ou les sorties pour étudier, les rendent vulnérables à la violence domestique exercée par des parents ou des partenaires dominateurs. Les possibilités de s'organiser avec d'autres femmes sont très limitées. Cela se produit également dans des environnements précaires où la mobilité est difficile et où les transports sont chers et dangereux, où le fait d'être laissée seule dans le bus ou de monter dans un taxi peut signifier qu'une fille disparaît sans laisser de trace.

Outre l'enfermement, les jeunes femmes de ce quartier de la ville vivent dans des conditions d'isolement qui les rendent plus susceptibles d'être victimes de violences qui, dans leurs propres discours, ne semblent pas être clairement reconnues, mais qui apparaissent néanmoins dans leurs récits, lorsqu'elles font elles-mêmes référence à des femmes qui ont été victimes de féminicides de la part de petits amis ou de parents, des personnes qu'elles désignent comme des compagnons avec lesquels elles se sentent généralement en sécurité.

Bibliographie

Bakhtin, Mikhail (2005). Esthétique de la création verbale. Mexico City : Siglo xxi.

Cortés Mendoza, Ma. Fernanda (2021, 4 août). Une approche de la traite des êtres humains et des différentes formes d'exploitation au Mexique [Conférence en ligne]. Mexico City : uam-Cuajimalpa. Extrait de https://drive.google.com/file/d/1XoGER0iGXrWTJZI-n8szAyW_-AjHax1D/view, consulté le 23 juin 2022.

Das, Veena (2008). "L'acte de témoigner. Violence, connaissance empoisonnée et subjectivité", dans Francisco Ortega (ed.). Veena Das : sujets de la douleur, agents de la dignité. Bogotá : Universidad Nacional de Colombia.

De Certeau, Michel (1996). L'invention du quotidien 1. Les arts de la fabrication. Mexico et Guadalajara : Universidad Iberoamericana e iteso.

De la Peza, Ma. del Carmen (2014). Du rock mexicain. Un espace en litige. Mexico City : uam-Xochimilco.

Delgado, Manuel (2007). Shifting Societies. Étapes vers une anthropologie de la rue.. Barcelone : Anagrama.

Fuentes Flores, César (2011). " Espace public et genre à Ciudad Juárez, Chihuahua : le droit à l'accessibilité, l'autonomie, l'habitabilité et la participation ", dans Luis Cervera, Julia Monárrez et Sergio Peña (coords.), Espace public et genre à Ciudad Juárez, Chihuahua. Accessibilité, sociabilité, participation et sécurité. Ciudad Juárez : colef et uacjp. 91-132.

Jirón, Paola (2007). "Implicancias de género en las experiencias de movilidad cotidiana urbana en Santiago de Chile". Revista Venezolana de Estudios de la Mujer, vol. 12, no. 2, pp. 173-197.

Martínez Mejía, Alfonso (2018, 16 octobre). "La désaparition des enfants s'est accrue dans le quartier de Coacalco". La Prensa [site web]. Extrait de https://la-prensa.mx/coacalco/la-desaparicion-de-ninas-se-incremento-en-el-corredor-de-coacalco/, consulté le 22 juin 2022.

McDowell, Linda (2000). Genre, identités et lieu. Madrid : Cátedra.

Monárrez, Julia (2011). "Uso y recuperación del espacio público y los lugares de esparcimiento para las mujeres y los hombres en Ciudad Juárez, Chihuahua", in César Fuentes, Luis Cervera et Sergio Peña (coords.), Espace public et genre à Ciudad Juárez, Chihuahua. Accessibilité, sociabilité, participation et sécurité. Ciudad Juárez : colef et uacj, p. 135-172.

Milenio Digital (2013, 19 décembre). "Desde Tecámac a Tultitlán opera red de trata de personas". Millénaire [site web]. Extrait de https://www.milenio.com/policia/desde-tecamac-a-tultitlan-opera-red-de-trata-de-personas, consulté le 22 juin 2022.

Orozco, Rosi (2019, 9 décembre). "Un cauchemar appelé 'corridor de la traite des êtres humains'". Forum juridique [site web]. Consulté sur https://forojuridico.mx/una-pesadilla-llamada-el-corredor-de-la-trata-de-personas/ Consulté le 23 juin 2022.

Padrón Álvarez, Ma. Teresa et Guénola Caprón (2015). "La percepción de inseguridad en el transporte público : el caso de la autopista México-Pachuca", in Guénola Caprón et Cristina Sánchez-Mejorada (coords.), (In) sécurité dans la métropole. Territoire, sécurité et espace public. Mexico City : uamAzcapotzalco, pp.315-339.

Segato, Rita (2018). Contre-pédagogies de la cruauté. Buenos Aires : Prometeo Libros.

Sorgentini, Hernán (2000). "La recuperación de la experiencia histórica. Un commentaire sur E.P. Thompson". Sociohistorique, No. 7, pp. 53-80. Extrait de https://www.memoria.fahce.unlp.edu.ar/art_revistas/pr.2820/pr.2820.pdf, consulté le 22 juin 2022.

Soto, Paula (2015) "Ciudad y espacio público. Un análisis de género de la inseguridad en la colonia Doctores", dans Guénola Caprón et Cristina Sánchez-Mejorada (coords.), (In) sécurité dans la métropole. Territoire, sécurité et espace public. Mexico City : uamAzcapotzalco, p. 235-263.

Valcárcel, Amelia (1997). Politique des femmes. Madrid : Cátedra

Venegas, Patricia (2021, 27 août) "El 15% de las víctimas de trata de personas en el país son del Edomex". Le soleil de Toluca [site web]. Extrait de https://www.elsoldetoluca.com.mx/local/el-15-de-las-victimas-de-trata-de-personas-en-el-pais-son-del-edomex-7138849.html, consulté le 22 juin 2022.

Zúñiga, Mercedes (2014). "Les femmes dans les espaces publics : entre violence et recherche de liberté". Région et société, numéro spécial 4, pp. 77-100.


Miriam Bautista Arias est titulaire d'un doctorat en sciences sociales dans le domaine de la communication et de la politique, délivré par l'Institut d'études politiques de Bruxelles. uam-Xochimilco, où elle a également étudié pour une maîtrise en communication et politique ; elle est titulaire d'un diplôme en sciences de la communication de l'université salésienne. Ses recherches portent sur la violence et la citoyenneté, et plus particulièrement sur l'émergence de subjectivités et de tactiques de résistance. Elle a été chargée de cours dans le domaine de la communication dans plusieurs universités publiques et privées et assistante de recherche dans le cours de troisième cycle en communication et politique à l'université de Barcelone. uam-Xochimilco. Elle a également été co-rédactrice associée de l'agence de presse du journal Réforme et en tant que journaliste free-lance dans des magazines spécialisés. Elle est l'auteur du livre Le murmure social de la violence au Mexique. L'expérience des personnes touchées par la guerre contre la drogue.publié par le uam-Xochimilco, en co-publication avec la Commission européenne. cesop de la Chambre des Députés en janvier 2017.

S'abonner à
Notifier
guest
0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires

Institutions

ISSN : 2594-2999.

encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

Télécharger dispositions légales complet

EncartesVol. 5, n° 10, septembre 2022-février 2023, est une revue universitaire numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, n° 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte, A. C..., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexico, Tel. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tél. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tél. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Accueilli à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière modification : 22 septembre 2022.
fr_FRFR