La famille vue de CIESAS

    Réception : 23 novembre 2020

    Acceptation : 16 décembre 2020

    La chaîne domestique. Textes sur la famille

    Lucía Bazán Levy, Margarita Estrada Iguíniz et Georgina Rojas García (coords.)2019 CIESAS, Mexico Collection, Mexique, 276 p.

    Cet ouvrage collectif fait partie de la collection Collection MexiqueL'objectif de ce projet de diffusion scientifique est d'élargir le lectorat des publications académiques et, en même temps, de passer en revue les recherches, les thèmes et les débats centraux dans les disciplines qui ont été pratiquées dans les pays de l'Union européenne. ciesas. Il a été coordonné par trois chercheuses de renom, Lucía Bazán, Margarita Estrada et Georgina Rojas, qui étudient la famille dans cette institution depuis des années. Lucía Bazán et Margarita Estrada sont anthropologues et Georgina Rojas est sociologue. Pour ce projet éditorial, elles ont réuni des historiens et des anthropologues qui ont mené des recherches sur le sujet.

    La chaîne domestique se compose d'une introduction et de huit chapitres organisés en deux grands blocs. La première partie, composée de trois chapitres, est consacrée à une revue des études sur la famille du point de vue de l'anthropologie, de la sociodémographie et de l'histoire. La deuxième partie est composée de cinq chapitres, tous de nature anthropologique.

    Dans l'introduction, les coordinateurs clarifient et délimitent les objectifs du livre, qui sont partagés par les auteurs : il s'agit d'un examen sélectif des questions centrales concernant la famille et son rôle dans l'organisation sociale, qui assume la diversité et l'historicité des deux dans la perspective de l'anthropologie, mais en dialogue avec d'autres disciplines et d'autres propositions méthodologiques. L'argument le plus largement partagé est que la famille a été, hier comme aujourd'hui, une instance de médiation entre l'individu, la communauté et les forces sociales. Mais à part cela, les auteurs ont été libres de proposer des thèmes, des niveaux et des méthodes de recherche.

    Cette liberté signifie que le livre peut être lu de différentes manières. D'une part, il y a les chapitres qui font le point, c'est-à-dire qui sont une sorte de "...".examen"Il s'agit d'un type de publication très utile et très utilisé dans la recherche anglo-saxonne, mais peu répandu au Mexique - de la littérature, dans ce cas, sur la famille et certains thèmes centraux, et d'autres dans lesquelles les auteurs présentent les perspectives et les ethnographies de leur propre recherche.

    De ce point de vue, les lecteurs de La chaîne domestique vous trouverez quatre chapitres d'analyse. Le premier, le chapitre 1, de Margarita Estrada et Georgina Rojas, propose un examen interdisciplinaire de la famille en tant qu'objet d'étude de l'anthropologie en dialogue avec la sociodémographie. Bien que les deux disciplines aient partagé un intérêt pour l'apprentissage et la discussion de la relation entre les deux disciplines, leurs conclusions et propositions ont, pendant longtemps, suivi des chemins parallèles et moins de dialogue qu'il n'aurait été souhaitable. L'effort interdisciplinaire de la démographie a été présent dans les travaux de Brígida García, Orlandina de Oliveira et d'autres collègues du Colegio de México et de l'Université de Mexico. unam. En effet, le 25e numéro du magazine Études démographiques et urbaines (janvier-avril 1994) a été consacré à la prise en compte de l'anthropologie dans la recherche sociodémographique. Il s'agit, selon Susana Lerner, d'intégrer, ou du moins de reconnaître, l'existence de facteurs culturels et de constructions sociales subjectives qui affectent le comportement des individus mais qui sont difficiles à appréhender par des méthodes quantitatives, aussi raffinées soient-elles. Pour Lerner, il s'agit de faire le lien tant au niveau des débats que des méthodologies : des thèmes comme la fertilité et la mortalité, les migrations, la sexualité et le rôle des femmes sont enrichis par l'intégration de l'approche anthropologique et de ses analyses basées sur des études de cas ou des contextes spécifiques.

    Dans ce cas, l'approche de Margarita Estrada et Georgina Rojas est orientée vers l'examen des divergences et des convergences avec la sociodémographie du point de vue de l'anthropologie. C'est un exercice très bien fait et particulièrement important, car au moins depuis les années 1990, l'anthropologie, en particulier les ethnographies de toutes sortes que nous réalisons aujourd'hui, a été enrichie par les discussions conceptuelles et les matériaux quantitatifs apportés par la démographie. Aujourd'hui, à la différence de nos ancêtres du métier, nous ne pouvons pas nous dérober, nous devons au contraire prendre en compte les débats et les informations statistiques produites par les recensements et les enquêtes sur les espaces, les populations et les activités que nous étudions. C'est pourquoi l'inclusion de cet article, qui ouvre le débat et se concentre explicitement sur les résultats et les discussions sur la population à partir de l'anthropologie, est si appropriée.

    Le chapitre 3, rédigé par América Molina del Villar, est également un examen, dans ce cas historiographique mais avec des approches anthropologiques, des systèmes de classification qui ont fait partie des débats sur la famille novo-hispanique au cours de la longue période coloniale. En réalité, les beaux tableaux de caste détaillés qui cherchaient à établir un lien entre l'origine raciale de ceux qui se joignaient à la famille et le phénotype qui en résultait étaient une mission impossible. Le métissage, marque distinctive de la colonisation espagnole, a peuplé l'Amérique latine d'un univers infini de sauts en avant et en arrière. Comme le souligne à juste titre Molina, les classifications raciales, en plus d'être incertaines, ont toujours été sujettes à interprétation et à manipulation, ce qui a donné lieu à de multiples transgressions des systèmes classificatoires. Il y a quelque temps, j'ai entendu l'historien John Tutino, spécialiste des padrones coloniaux du Bajío, dire qu'il en était ainsi parce que les personnes, les individus et les familles choisissaient - pas dans tous les cas, bien sûr, mais dans de nombreux cas - à quelle caste ou à quel groupe ethnique ils adhéraient, en fonction des opportunités offertes par le système colonial dans les différentes régions et à différentes époques. En ce sens, selon Tutino, l'identité ethnique doit être comprise comme une ressource malléable et changeante permettant de tirer parti, individuellement ou collectivement, des situations qui, de manière très dynamique, ont été ouvertes ou annulées pour les différents groupes ethniques et castes ; ce qui est très proche de ce que Molina suggère dans son chapitre. Un exemple récent mentionné dans un article de journal El País : Aux Etats-Unis, où l'origine raciale est traquée à la loupe ("une goutte de sang noir est noire"), une professeure a été renvoyée de l'université où elle travaillait parce qu'elle avait soutenu sa carrière ascendante en profitant des espaces offerts aux Afro-Américains, alors qu'elle ne l'était pas.

    Le chapitre de Lucía Bazán est également un examen, dans son cas, de la relation entre la famille et le travail en anthropologie. Pour l'auteur, le travail est un axe qui verdit, configure et hiérarchise l'organisation et la dynamique des ménages et des familles. Le travail de Bazán est le plus explicite lorsqu'il s'agit de récupérer l'importante trajectoire de la famille et du travail. ciesas dans l'étude du binôme famille-travail qui a marqué le passage intuitif mais pionnier des études paysannes à la recherche urbaine dans les pays de l'Union européenne. ciesas. Mais l'analyse de Bazán est plus large et intègre des ouvrages classiques sur le sujet qui, à l'époque, enrichissaient la recherche au Mexique. Sur la base des changements dans l'axe du travail, Bazán établit les différences entre les familles, depuis la famille paysanne, qui était si prévisible et où les arguments de Chayanov, Wolf et Warman, avec lesquels beaucoup de choses ont été étudiées jusqu'aux années 1970, ont trouvé un écho ; Parallèlement, sur la base de l'emploi industriel, se formait la famille ouvrière urbaine qui, avec ses limites et ses difficultés, parvenait à tirer parti du processus de substitution des importations pour travailler et s'établir dans les villes ; de là aux scénarios beaucoup plus sombres qui commençaient à émerger avec la famille maquiladora et, franchement, avec les familles de chômeurs et les familles informelles. Pour Bazán, les impacts du chômage masculin ont été affrontés différemment par les hommes et les femmes et se sont traduits par des changements dans l'utilisation des espaces domestiques, du travail et des arrangements communautaires qui ont donné lieu à de nouvelles configurations et tensions face à des scénarios chargés d'incertitude.

    Claudia Zamorano, pour sa part, reprend les discussions et les contributions de l'anthropologie, mais aussi les liens étroits avec la démographie, la sociologie, la géographie et l'urbanisme, en relation avec le logement et la famille depuis la fin du 20e siècle. xix jusqu'au début du siècle xxi. Sur la base de ses propres recherches et de celles d'autres chercheurs, il analyse la relation famille-espaces résidentiels - en particulier les quartiers - de manière dialogique, en tant que produit et producteur des pratiques sociales de ceux qui les habitent, en tenant compte de l'impact de la migration, du rôle du paisanaje et des réseaux sociaux dans la localisation, les formes et les mécanismes d'installation dans différentes villes, en particulier des migrants indigènes ; du rôle des femmes dans les processus d'installation urbaine, des changements et des recréations des principes résidentiels hérités du monde rural. Enfin, il fait état d'études qui ont attiré l'attention sur les impacts du processus intense de production de logements à bas prix entre les mains de grands promoteurs immobiliers privés ; un processus qui a séparé les familles et dispersé les populations dans des périphéries inhospitalières qui ont favorisé, selon les études qu'il cite, l'isolement géographique, l'individualisme et la nucléarisation de la famille. Il y aura beaucoup de recherches à faire sur ce sujet dans un avenir proche. L'avantage est que Claudia Zamorano sera là pour continuer à étudier et à nous raconter les vicissitudes des familles prises au piège de difficultés multiples dans des espaces métropolitains qui sont, aujourd'hui, les espaces de vie de plus de la moitié de la population dans presque tous les États de la République.

    Les lecteurs de La chaîne domestique Vous trouverez également quatre autres chapitres dans lesquels les auteurs passent en revue des questions qui correspondent à leurs programmes de recherche particuliers : survie, survie, aide, liens et réseaux sociaux, soins, migration. Ces chapitres permettent au lecteur de connaître ou de suivre la trajectoire intellectuelle de ces chercheurs. Le chapitre de Peniche présente ses résultats et ses réflexions sur les mécanismes de survie des Mayas du Yucatán à l'époque coloniale, dans lesquels elle souligne le rôle de la migration, un sujet peu exploré dans les études sur la famille indigène à cette époque. González de la Rocha passe en revue ses études relatives aux changements dans les mécanismes de survie des familles qui, avec la précarité actuelle, ont accru l'isolement social des plus pauvres, rendant difficile leur inclusion dans les réseaux traditionnels d'aide et de solidarité. Hiroko Asakura et Susann Vallentin, pour leur part, présentent les résultats de leurs recherches sur la migration des femmes, en particulier des mères, vers les États-Unis, et des familles paysannes de Veracruz à Ciudad Juárez ; des migrations féminines et familiales qui ont modifié les droits et obligations traditionnels dans les ménages et ont introduit des éléments d'incertitude dans les familles dans les lieux d'origine et de destination.

    Ces chapitres, malgré leur diversité, rendent compte des principaux changements dans l'architecture et la hiérarchie des ménages patriarcaux, trois phénomènes qui ont été éclairés d'une nouvelle manière depuis que la perspective de genre a été intégrée dans la recherche : les migrations internes et internationales, l'incorporation des femmes dans les activités économiques en dehors du foyer et la visibilité (ou l'impossibilité de continuer à rendre invisible) de leur participation économique, professionnelle, sociale et politique croissante dans les foyers, les familles et les communautés dont elles font partie. Malgré la résistance des communautés et des familles - y compris certaines perspectives académiques - ces transformations se sont avérées mortelles pour la persistance de la famille patriarcale traditionnelle et ont donné lieu à des scénarios familiaux nouveaux, complexes et changeants. C'est là que les anthropologues, les historiens et les démographes, d'hier et d'aujourd'hui, doivent intervenir pour les documenter, les comprendre et les expliquer.

    Mais il n'y a pas que des changements dans le monde vaste et changeant de nos étudiants. La chaîne domestique L'ouvrage présente une autre particularité rafraîchissante : tous les chapitres du livre sont écrits par des femmes. Des chercheuses qui ont rejoint cet ouvrage collectif dont les lecteurs, notamment les étudiants auxquels il est destiné, feront des lectures multiples, diverses et fructueuses.


    Patricia Arias Il est titulaire d'une licence et d'une maîtrise en anthropologie sociale de l'Universidad Iberoamericana de Mexico, et d'un doctorat (nouveau régime) en géographie et aménagement du territoire de l'université de Toulouse-Le Mirail, en France. Il est membre du sni, niveau iii. Parmi ses ouvrages récents, citons Des migrants qui réussissent. Le franchisage social comme modèle d'entreprise (2017) (coordinateur) et Religiosités transplantées. Recompositions religieuses dans les nouveaux scénarios transnationaux. (avec Renée de la Torre, coordinateurs) (2017). Articles récents : (2020) "De las migraciones a las movilidades. Los Altos de Jalisco", in Interstices sociaux (2019), et "Del rebozo a la pañoleta. La réinvention du costume indigène", dans Encartes (2019).

    Susciter l'intérêt
    Notifier
    guest

    0 Commentaires
    Retour d'information sur Inline
    Voir tous les commentaires

    Institutions

    ISSN : 2594-2999.

    encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

    Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

    Télécharger dispositions légales complet

    EncartesVol. 7, No. 13, mars 2024-septembre 2024, est une revue académique numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, No. 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte Norte, A. C.., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexique, Tél. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tel. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tel. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Hébergé à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière mise à jour : 25 mars 2024.
    fr_FRFR