Enseigner le documentaire anthropologique : paradoxes et controverses

Réception : 20 juillet 2022

Acceptation : 11 août 2022

Le documentaire anthropologique. Une introduction théorico-pratique

Carlos Y. FloresCentro de Investigaciones Multidisciplinarias sobre Chiapas y la Frontera Sur, 2020, Mexique, 242 pp.

Le nouveau livre de Carlos Y. Flores offre une excellente occasion de réfléchir à certaines questions cruciales pour l'anthropologie visuelle et de discuter de certains paradoxes et controverses que l'on retrouve dans le cinéma anthropologique. Pour commencer, on peut s'interroger sur la catégorie même de "documentaire anthropologique", qui aurait pu être "cinéma ethnographique" - peut-être plus consolidé dans le milieu au niveau international - ou un autre des différents termes proposés par différents auteurs (cinétographie, ethnocinéma, ethnofiction, etc.). Ce n'est pas qu'un nom soit plus correct qu'un autre, mais le choix de l'un d'entre eux souligne inévitablement certaines nuances et présuppositions, tout en se distinguant d'autres possibles, brouillant et délimitant ainsi les contours du type de cinéma que nous, anthropologues, faisons ou étudions. Il est toujours productif de discuter en profondeur de nos catégories et de nos fondements conceptuels, et la lecture de ce livre nous conduit implicitement à cette tâche.

Le documentaire anthropologique. Une introduction théorico-pratique recueille et systématise plusieurs postulats d'auteurs classiques et contemporains de l'anthropologie visuelle internationale qui n'ont pas encore été traduits en espagnol. Il constitue donc un matériel didactique précieux qui faisait cruellement défaut pour la formation des étudiants hispanophones. Ce livre a un double potentiel : il peut aider les étudiants en anthropologie et en sciences sociales à aborder la réalisation de documentaires, mais il peut aussi aider les réalisateurs de documentaires et les étudiants en cinéma à mieux comprendre la valeur anthropologique de leur praxis.

Le contenu du livre est le fruit de plusieurs années de recherche dans le domaine de l'anthropologie visuelle, d'un intérêt marqué pour la production audiovisuelle, ainsi que d'une longue expérience d'enseignement de la part de Carlos Y. Flores. Sur le plan théorique, il est très bien fondé, s'appuyant sur de multiples sources bibliographiques et filmographiques, des références issues de différentes disciplines et écoles de pensée, ainsi que de différents genres et traditions cinématographiques.

Je voudrais souligner deux grandes forces dans ce travail de Carlos Y. Flores. D'une part, elle offre une perspective critique, très consciente et sensible aux intrigues de pouvoir qui se cachent derrière la représentation audiovisuelle de diverses cultures et de différents groupes sociaux. D'autre part, son originalité réside dans le fait qu'il aborde le champ du documentaire anthropologique principalement à partir de ses expressions au Mexique et en Amérique latine, mais sans négliger les jalons historiques à l'échelle mondiale. Cependant, en raison du grand respect et de l'admiration que j'ai pour l'auteur, je voudrais également souligner certains aspects du livre que je considère comme discutables.

Considérations sur le texte et l'image

Je trouve problématique le fait que, tout au long du livre, l'auteur se réfère de manière récurrente au langage audiovisuel et aux œuvres filmiques comme à des "textes visuels" ou à une "textualisation audiovisuelle". Dans une note de bas de page (p. 12), Flores explique et justifie dans quel sens il utilise les termes "texte" et "textualisation", avec un critère large qui englobe également "les documents, les images, les sons, etc. Et en effet, si l'on se réfère à son origine étymologique, "texte" vient du latin textumqui fait référence au tissage. Ainsi, la textualisation, selon l'auteur, peut être comprise comme un textile, comme la construction ou le tissage d'un discours à partir de différents éléments ("photographies, peintures, films, vidéos").

Cependant, au-delà de cette précision conceptuelle, il me semble toujours délicat d'homologuer nominalement l'image avec le texte, surtout dans un livre destiné à ceux qui sont novices en matière de production audiovisuelle. Il y a plusieurs décennies, Margaret Mead parlait de la difficulté de l'anthropologie visuelle à se distancier de l'anthropologie, décrite comme une discipline de mots. Cette séparation lui semble cruciale pour légitimer et consolider une anthropologie différente, fondée et construite autour du pouvoir de l'image. Plus récemment, l'anthropologie des sens et le cinéma ethnographique sensoriel ont également insisté sur la nécessité de libérer l'image du poids du langage verbal. Selon leurs postulats, les images sont bien plus que des signes linguistiques. Si les images sont réduites ou assimilées à des figures textuelles, elles perdent une grande partie de leur pouvoir poétique, esthétique, épistémologique et évocateur. Par conséquent, je ne considère pas qu'il soit opportun de subsumer ou de simplifier le pouvoir de l'image au domaine du textuel ; je propose plutôt de le traiter différemment et de le considérer comme une entité spéciale, autonome et indépendante du discours textuel, avec ses propres qualités, limites et portée.

Au-delà de la politique de représentation interculturelle

Un autre aspect que j'aimerais aborder en relation avec ce livre est que l'accent mis sur la perspective critique, centrée sur les asymétries et les conflits de pouvoir qui se cachent derrière la représentation audiovisuelle des cultures - qui est sans aucun doute une perspective absolument nécessaire - peut occulter ou rendre invisibles d'autres dimensions tout aussi importantes de l'image, telles que la qualité esthétique, performative, sensorielle et affective de l'expérience filmique, voire son caractère non représentatif.

Cela dit, je trouve la proposition de l'auteur selon laquelle les styles ou les formes de représentation dans le film documentaire peuvent être compris comme des "dispositifs de pouvoir" très originale et suggestive ; je pense que cette intuition pourrait être étendue et développée davantage pour comprendre comment les modes de représentation contiennent en eux-mêmes des clés pour interpréter les réseaux politiques derrière les films, indépendamment de leur contenu. En ce sens, il serait également intéressant de réfléchir à la manière dont ces modes de représentation deviennent et constituent des écoles, des traditions, des courants artistiques ou des sous-genres cinématographiques.

La spécificité du film documentaire

Quand on parle de cinéma ethnographique, la discussion tourne presque toujours autour de ce qui rend un film ethnographique, mais on se demande rarement dans quel sens il est pertinent de le qualifier d'ethnographique. cinéma. Il en va de même pour le livre : il aborde de manière magistrale la nature anthropologique de certains documentaires, mais évite une caractérisation plus substantielle du genre documentaire lui-même. Comme nous l'avons déjà noté, le texte se concentre principalement sur les politiques de représentation culturelle, à partir d'une anthropologie critique, mais n'aborde guère le documentaire en tant que genre cinématographique, avec sa spécificité, ses défis et sa potentialité.

Il existe de plus en plus d'études et de traités sur la théorie, la philosophie et l'histoire du cinéma documentaire, sur ses formes contemporaines, ses avant-gardes et ses nouveaux aspects, ses liens avec d'autres champs de connaissance et disciplines artistiques, tant en anglais qu'en espagnol et dans d'autres langues. De même, au-delà de l'académie, dans les musées, les festivals, les cinémathèques, dans la critique cinématographique et les commissariats d'exposition, un grand nombre d'essais et de réflexions sur le film documentaire ont été produits ces dernières années. Je comprends parfaitement que ce n'était pas le but du livre d'approfondir ce sujet. corpus de la connaissance, mais il ne faut pas non plus la sous-estimer.

En revanche, j'ai l'impression que la question de la circulation et de la distribution des films documentaires ethnographiques ou anthropologiques est un peu épargnée dans l'ouvrage. La question des publics, de la réception, de la formation des publics, ainsi que la distribution et l'exposition des films lors de festivals, d'expositions, de congrès ou de forums académiques, et les utilisations du documentaire par des organisations ou des mouvements sociaux comme instrument de lutte politique et de transformation sociale, pourraient donner lieu à de nombreuses réflexions dans une perspective anthropologique, considérant le film comme un fait social total, comme un phénomène culturel très complexe qui révèle les mondes contemporains.

Guide de base de la production audiovisuelle

Dans la deuxième partie du livre, qui traite des techniques et des compétences nécessaires à la production audiovisuelle, des paradoxes très intéressants apparaissent. Tout d'abord, il est essentiel de reconnaître qu'un manuel de techniques cinématographiques aura toujours une portée limitée ; il ne pourra jamais résoudre entièrement l'enseignement pratique. Il faut souligner que les guides de réalisation ne remplacent jamais la nécessité de la pratique ; il est essentiel d'apprendre au fur et à mesure, par essais et erreurs : on apprend en se trompant, et personne n'expérimente sur la tête d'un autre.

Le deuxième dilemme technique est que le contenu de ce livre, comme celui de tout guide pratique, risque de devenir obsolète et anachronique face à l'évolution rapide de la technologie. Divers aspects de l'utilisation des caméras et des microphones sont expliqués en détail. Mais les caméras d'aujourd'hui ne ressemblent pas à celles utilisées au début des années 2000 et ne ressembleront certainement pas à celles à venir dans les prochaines années. Que faire face à ce dilemme ? De plus, les nouvelles générations de "digital natives" ne sont plus habituées à ce type d'enseignement, elles sont en quelque sorte nées avec la puce intégrés ou utiliser des tutoriels YouTube pour répondre à des questions spécifiques.

Une dernière préoccupation concernant la partie pratique du livre. Bien que la première partie du livre traite de la grande variété de formes que peut prendre le documentaire anthropologique, la partie pratique n'aborde qu'un seul type de production : le documentaire testimonial basé sur des entretiens. Le livre se concentre de façon merveilleuse sur le processus de préparation, de conduite et d'enregistrement vidéo d'une interview anthropologique. Mais il manque des notes ou des conseils sur la réalisation d'autres styles moins conventionnels de documentaires anthropologiques, par exemple l'enregistrement d'une narration en voix off autoréflexive ou essayiste, le maniement des caméras et des microphones dans le cadre d'un film direct ou d'observation, l'utilisation de matériel d'archives de diverses natures, etc. conseils pour réaliser un film plus contemplatif ou multisensoriel.

Présent et avenir du documentaire anthropologique

Dans le récit historique du livre sur le développement du documentaire anthropologique au Mexique, il y a une rupture brutale vers la fin du 20ème siècle. xx. Des auteurs tels que Nicolás Echevarría et Alfonso Muñoz sont mentionnés, mais presque tout ce qui s'est passé depuis le début du xxiLe documentaire est un genre nouveau et passionnant, surplombant de nouveaux développements qui ont entraîné une révolution qualitative du genre. Il y a un manque de réflexion sur les mouvements, institutions, laboratoires, réseaux, collectifs actuels, ainsi que sur les tendances contemporaines du documentaire anthropologique, comme l'ethnographie multisensorielle, qui a été à la fois controversée et influente ces dernières années.

L'ouvrage offre également un avant-goût des nouvelles formes narratives générées par les nouvelles technologies numériques, qui ont donné naissance à des films anthropologiques innovants faisant appel à la réalité virtuelle, à l'intelligence artificielle, aux caméras à 360 degrés, aux drones, ou s'approchant du cinéma interactif, élargi, transmédia ou interactif. document web. Bien que la réflexion sur ces nouveaux langages, médias et interfaces fasse l'objet d'une publication séparée, il serait utile de souligner les dimensions anthropologiques qui sont renforcées ou perturbées (par exemple, la paternité et l'autorité, la nature participative, collaborative ou interactive, les récits non linéaires, la possibilité de polyphonie et d'intermédialité) et leurs implications pour le travail ethnographique et la connaissance anthropologique.

La forme est la substance

En conclusion, je tiens à souligner que Le documentaire anthropologique est un livre fondamental pour l'anthropologie audiovisuelle ibéro-américaine, qui contribuera sans aucun doute de manière significative à la formation des nouvelles générations. Désormais, il fera sans doute partie de la bibliographie de base des cours dispensés par ceux d'entre nous qui se consacrent à l'enseignement dans ce domaine. En ce sens, je me félicite de la cohérence qui existe entre le contenu du livre et sa stratégie de diffusion. Il s'agit d'un livre électronique en libre accès et téléchargeable gratuitement, ce qui garantit son adoption par les étudiants et les enseignants, qui sont précisément les interlocuteurs recherchés par cet ouvrage. La forme de la distribution est, dans ce cas, une partie de la substance et l'une des contributions les plus substantielles de ce livre.


Antonio Zirión Pérez est maître de conférences et chercheur au département d'anthropologie de l'Institut de recherche de l'Union européenne. uam-Iztapalapa). Membre du système national des chercheurs, niveau 1. Docteur en sciences anthropologiques par l'Institut national de la statistique. uam-I, MA en anthropologie visuelle de l'Université de Manchester et ethnologue de l'École nationale d'anthropologie et d'histoire. Auteur et coordinateur de plusieurs livres et articles spécialisés dans l'anthropologie visuelle, le film ethnographique, la culture urbaine, les sens et les émotions. Il est également photographe et réalisateur de documentaires. Il a publié deux livres de photos et des documentaires qui ont reçu une importante reconnaissance nationale et internationale. Pendant plus de quinze ans, il a travaillé comme gestionnaire culturel, conservateur et juré dans divers musées, expositions et concours de cinéma, de photographie et d'arts visuels, et comme programmateur dans des festivals internationaux de films documentaires tels que DocsMX et Ambulante.

0 0 votes
Évaluation des articles
0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires

Institutions

ISSN : 2594-2999.

encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

Télécharger dispositions légales complet

EncartesVol. 5, n° 10, septembre 2022-février 2023, est une revue universitaire numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, n° 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte, A. C..., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexico, Tel. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tél. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tél. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Accueilli à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière modification : 22 septembre 2022.
fr_FRFR