Habiter et se déplacer dans la ville de Mexico : représentations sociales de jeunes femmes universitaires

Réception : 28 septembre 2021

Acceptation : 18 novembre 2021

Résumé

Cet article présente les résultats d'une recherche qualitative menée en 2016 et 2017 auprès de 73 jeunes femmes de la classe moyenne de trois universités publiques de Mexico. L'objectif de l'étude était de connaître leurs pratiques et leurs représentations sociales dans leur expérience de vie dans la ville et de passage dans ses espaces publics interconnectés. À cette fin, le point de départ a été la question de la représentation de deux des espaces physiques d'interconnexion publique qu'ils utilisent : les rues par lesquelles ils se rendent à leurs universités et les transports publics. Mais aussi les lieux publics qu'ils fréquentent : l'université, les musées et les parcs. Quelle est leur expérience spatiale du déplacement dans la ville ? Les résultats montrent les conditions d'insécurité et de violence auxquelles ces femmes sont confrontées dans leur vie quotidienne et la représentation qu'elles se font d'une ville qui les traque et les néglige, la ville qui naturalise le harcèlement, la ville qui est inégalitaire pour les femmes en fonction de leurs manières de se déplacer et de représenter ces espaces.

Mots clés : , , ,

vivre et circuler dans la ville de me me mexico : représentations sociales d'étudiantes d'université

Cet article présente les résultats d'une enquête qualitative menée en 2016 et 2017 auprès de 72 jeunes femmes de classe moyenne issues de trois universités publiques de Mexico. L'objectif de l'étude était de connaître leurs pratiques et leurs représentations sociales dans leur expérience de vie et de circulation dans les espaces publics d'interconnexion de la ville. Pour cela, le point de départ est la question de la représentation de deux des espaces physiques d'interconnexion publique qu'ils utilisent : les rues qu'ils empruntent pour se rendre à leurs universités et les transports publics. Mais aussi, les espaces publics qu'ils fréquentent : Universités, musées et parcs. Quelle est leur expérience spatiale lorsqu'ils se déplacent dans la ville ? Les résultats montrent les conditions d'insécurité et de violence auxquelles ces femmes sont confrontées dans leur vie quotidienne et leurs représentations d'une ville qui les traque et les néglige, d'une ville qui naturalise le harcèlement, d'une ville qui est inégale pour les femmes en ce qui concerne leurs modes de déplacement dans ces espaces et leur représentation.

Mots-clés : représentations sociales, mobilité, femmes, habiter.


Introduction

Être un homme ou une femme marque des différences fondamentales dans la vie urbaine. Les manières d'habiter les villes sont différentes en fonction de la construction du genre. Rita Segato (2003) définit le genre comme une "structure abstraite de relations" qui incarne des positions asymétriques et des relations de pouvoir. Selon l'auteur, cet ordre universel nous est imposé par le genre et, en tant que tel, fait partie de l'espace urbain dans lequel nous vivons. Linda McDowell (1999) suggère que pour comprendre la catégorie du genre, il est essentiel de dépasser les dichotomies entre les conceptions du public et du privé, de la ville et de la maison, de la politique et de la vie privée, dans lesquelles les hommes sont liés au premier et les femmes au second, car en réalité les femmes se trouvent des deux côtés, négociant et modifiant leur présence dans les deux. Les différentes manières dont les femmes et les hommes définissent les attributs acceptés de la féminité et de la masculinité sont définies à travers le temps et l'espace. Le genre doit donc être considéré comme un ensemble de relations sociales matérielles et comme une signification symbolique. Les manières de penser et de représenter le lieu et le genre sont interconnectées et se constituent mutuellement.

Dans cette recherche, le genre est une variable indispensable lorsqu'on parle d'habiter les espaces publics, en particulier les espaces publics interconnectés, car il révèle un ensemble de relations de pouvoir, de hiérarchies, d'actions autorisées et d'inégalités au sein de la vie urbaine. Les lieux d'origine et de déplacement sont donc essentiels pour comprendre les manières de décrire et de représenter la ville à partir de l'expérience de vie des femmes. Lindón (2020), Soto Villagrán (2016) et Jirón et Zunino Singh (2017) ont étudié la mobilité du point de vue du sujet-femme en mouvement. Ces auteurs mettent en évidence la nature inégale de la mobilité à partir de la construction du genre et du risque comme une constante. Ana Falú (2009 ; 2011) soulève la violence, l'insécurité et la discrimination subies par les femmes dans les villes et particulièrement dans les espaces publics.

Dans une perspective de genre, la mobilité doit être considérée non seulement comme une pratique sociale mais aussi comme une relation sociale qui acquiert des dimensions politiques qui expriment et reproduisent les relations de pouvoir (Cresswell, 2010). Aujourd'hui, il est presque incontestable que les expériences des femmes en matière d'espaces de mobilité sont vécues et représentées comme différentes de celles des hommes. Cette étude de cas examine les espaces de mobilité et les espaces publics de destination (parcs, musées, université, Zócalo et autres) dans le cadre des déplacements de femmes universitaires de classe moyenne inférieure. Autrement dit, où se déplacent-ils, comment le décrivent-ils, comment se représentent-ils les espaces publics physiques d'interconnexion qu'ils utilisent : les rues par lesquelles ils se rendent à leurs universités et les transports publics ? Mais aussi les lieux publics qu'ils fréquentent : l'université, les musées et les parcs. Quelle est leur expérience spatiale du déplacement dans la ville ?

Dans la première étape de cette recherche, un questionnaire qualitatif semi-structuré a été appliqué pour explorer les représentations sociales de l'expérience de la vie à Mexico de 73 jeunes femmes universitaires qui font la navette entre la ville et cinq zones de la région métropolitaine (État de Mexico, Iztapalapa, Xochimilco, Azcapotzalco et Coyoacán). La recherche qualitative "ne vise pas à établir des fréquences, des moyennes ou d'autres paramètres, mais à déterminer la diversité d'un sujet d'intérêt au sein d'une population donnée". (Alcaraz et al., 2006 : 43). Dans cette étude de cas, il était important d'établir, à travers un échantillon qualitatif sans représentation statistique, les différentes expériences de la ville des femmes universitaires qui se déplacent en transports publics.

Les principaux points de destination sont ses universités : l'Université nationale autonome du Mexique (UNAM) (unam) en cul'Universidad Autónoma Metropolitana, campus d'Iztapalapa (uam-i) et l'Université autonome de Mexico (uacm), campus Casa Libertad. Cet instrument visait à relater les expériences quotidiennes des jeunes femmes dans leurs espaces de mobilité, comme la rue. La question principale était de savoir s'ils vivent la ville de manière différente et s'ils la perçoivent ou non.

Dans un deuxième temps, un groupe de discussion a été organisé avec 10 étudiantes des mêmes universités. Des questions ouvertes ont été posées et des cartes du réseau de métro et de la ville ont été utilisées comme ressources géoréférentielles afin d'identifier leurs représentations sociales des lieux qu'ils traversent en utilisant la technique de l'association libre de mots. Il ne fait aucun doute que les matrices culturelles qui définissent le mode de vie de ces femmes (âge, statut économique, scolarité, groupe ethnique, lieu d'origine, etc.) ont un impact sur cette expérience. Ce n'est pas la même chose d'être une femme pauvre à Mexico que d'être une jeune femme universitaire issue de la classe moyenne inférieure. Il existe des facteurs qui renforcent ou réduisent les processus d'exclusion, de précarité et de vulnérabilité des femmes dans leur environnement urbain.

Habiter des espaces publics interconnectés

Habiter est plus que résider et occuper un espace, cela implique de s'enraciner, de générer des parcours et des liens quotidiens avec des territoires auxquels nous nous identifions ou dont nous nous éloignons. Ángela Giglia la définit comme "un ensemble de pratiques et de représentations qui permettent au sujet de se situer dans un ordre spatio-temporel, tout en le reconnaissant et en l'établissant. Il s'agit de reconnaître un ordre, de s'y situer et d'établir son propre ordre. C'est le processus par lequel le sujet se place au centre des coordonnées spatio-temporelles à travers sa perception et sa relation avec le milieu environnant " (Giglia, 2012 : 13). Pour Pallasmaa, " l'acte d'habiter est le moyen fondamental par lequel on se rapporte au monde ", et dans cet acte nous nous situons dans le temps et l'espace, et donc habiter implique à la fois un événement et une qualité mentale et expérientielle (Pallasmaa, 2016 : 7-8).

Ainsi, habiter signifie également l'expérience de la vie quotidienne dans les territoires et les significations qui sont construites autour d'eux. Les structures physiques ne peuvent être séparées de notre expérience quotidienne de la ville et de nos manières d'être, de raconter et de représenter les espaces. La ville est également définie par ce que nous vivons et signifions. La ville, dit Sennett, est " une sorte d'expérience ", une sorte de conscience collective (Sennett, 2019). Ces expériences spatiales, telles que définies par John Entrikin (1991), révèlent les qualités existentielles de notre expérience du lieu en tant qu'objet naturel dans le monde. En tant que citadins, nous construisons des significations sur la maison, l'école, la place, mais aussi sur les rues, le métro, les parcs. " En comprenant que la ville est composée de bâtiments et de l'espace entre eux, nous reconnaissons que les routes le long desquelles les citoyens se déplacent font partie de ce que nous appelons l'espace public " (Díaz-Osorio, 2016 : 128), car elles sont aussi le lieu où une partie de la vie urbaine et des relations sociales sont générées par la mobilité.

Généralement, les espaces dans les villes où les femmes peuvent être et être (habiter) ont été privés. Les expériences spatiales des femmes ont changé, car elles ont occupé les espaces publics, sont entrées sur le marché du travail et sont descendues dans la rue. Bellet Sanfeliu définit l'espace public en fonction de sa multifonctionnalité :

Il peut être défini de multiples façons, selon le regard que l'on porte sur ses formes (espace libre, espace ouvert, espaces de transition), sa nature (régime de propriété, type de gestion), les usages et fonctions qui s'y déroulent (espace du collectif, commun, partagé), ou le type de relations qui s'y établissent (espace de présentation et de représentation, de démocratie, de contestation, de fête, etc.) Des espaces aux dimensions très diverses mais presque tous liés à un aspect : le lieu d'expression et de représentation sociale, civile et collective, l'espace démocratique par excellence, l'espace commun (Bellet Sanfeliu, 2009 : 1).

Dans le cadre de la complexité et de la diversité de la définition des espaces publics, ce document se concentre sur les espaces libres et ouverts qui peuvent être considérés comme des espaces de transit, d'interconnexion et de mobilité dans la ville de Mexico, tels que les rues par lesquelles ces femmes se déplacent et les transports publics :

Parmi les catégories d'espaces publics, les rues et les trottoirs sont les espaces directement liés à l'activité de déplacement. De même, les places, les parcs et leurs variations sont les points d'intersection entre plusieurs routes ou chemins qui permettent, dans le cadre de ce déplacement, de générer des intervalles agréables, en comprenant la mobilité urbaine comme un processus de mouvement et de pauses qui nous permettent de profiter de l'échange de lieux et de promouvoir un sentiment d'appartenance à la ville (Díaz-Osorio, 2016 : 129).

À partir de ces espaces, les femmes peuvent également établir non seulement des actions de transit ou de permanence, mais aussi signifier d'autres expériences de la vie urbaine fondées sur l'inégalité. En ce sens, " la mobilité n'est pas seulement un reflet des structures sociales, c'est-à-dire qu'elle ne fait que les reproduire, mais elle est productrice de ces différences " (Jirón et Zunino Singh, 2017 : 1). La mobilité est absolument centrale pour comprendre la vie urbaine à partir des expériences quotidiennes, car elle implique "la capacité de négocier l'espace et le temps pour réaliser des pratiques et entretenir des relations que les gens jugent nécessaires à une participation sociale normale" (Cass, Shove et Urry, 2005 : 543).

Représentations sociales des espaces publics interconnectés

Les espaces publics acquièrent des représentations quotidiennes basées sur les pratiques qui s'y déroulent et les manières de les traverser, et jouent un rôle clé dans la consolidation des manières dont les femmes les habitent. Ce travail reprend la théorie des représentations sociales pour reconnaître le champ symbolique comme un élément structurant de la vie et de la mobilité des femmes. La manière dont ils expérimentent les rues, les parcs et les transports publics de la ville passe par un processus de construction symbolique qui structure les manières individuelles d'être et d'être, mais qui sont vécues et légitimées collectivement : " Il s'agit donc d'un système composé d'espaces d'usage public, avec des qualités physiques différentes et des fonctions spécifiques associées à la représentation symbolique, aux loisirs et même à la mobilité " (Díaz-Osorio, 2016 : 130).

Les espaces et leurs limites se construisent au quotidien. "L'espace constitue un lieu en tant qu'ensemble toponymique et topographique qui est doté de sens par les êtres humains, et en même temps leur donne du sens, car dans la vie quotidienne, il est le cadre de pratiques sociales aux significations multiples. Ici, l'idée de limite est incorporée comme une manière de diviser les déplacements et les sphères " (Uribe Fernández, 2014 : 102). Le bon sens indique où circuler, quelles actions sont autorisées et quelles pratiques sociales sont acceptées pour les femmes dans certains espaces. Par conséquent, ces lieux ont des représentations sociales en tant qu'espaces marqués par leurs habitants. Selon Henri Lefebvre (1991 : 38), les représentations de l'espace sont liées aux relations de production et à l'"ordre" que ces relations imposent, et donc aux connaissances, aux signes, aux codes et aux relations "frontales". Non loin de cette approche, le concept de représentations sociales de Moscovici les définit comme "une modalité particulière de connaissance dont la fonction est l'élaboration de comportements et la communication entre individus". La représentation est un corpus organisé de connaissances et l'une des activités psychiques par lesquelles les gens rendent intelligible la réalité physique et sociale, s'intègrent dans un groupe ou dans une relation quotidienne d'échanges, et libèrent les pouvoirs de leur imagination " (Moscovici, 1979 : 17-18).

Lefebvre et Moscovici s'accordent à dire que les représentations impliquent un ensemble de connaissances et de savoirs sur la réalité immédiate et les relations avec cet espace. Ces connaissances font partie des connaissances de sens commun, en tant que connaissances pratiques qui nous permettent d'expliquer une situation et d'agir de manière concrète (Piña et Cuevas Cajiga, 2004 : 105). Certaines de ces représentations sont plus fortes et font l'objet d'un consensus plus large. Elles sont définies comme hégémoniques, c'est-à-dire comme des représentations reconnues qui sont rarement remises en question et qui ont une grande capacité à persister pendant une longue période. Il ne s'agit pas de dire que les représentations sont universelles ou homogènes, mais qu'elles bénéficient d'une reconnaissance et d'une légitimité pour certains groupes, dans certains espaces et contextes historiques particuliers.

Le genre implique un ensemble de représentations sociales lors des déplacements dans la ville. Cette étude a exploré les représentations sociales des espaces publics d'interconnexion et de destination parmi les jeunes étudiantes universitaires de Mexico et de l'État de Mexico. Leurs lieux d'origine sont : 36 d'Iztapalapa, 12 de Xochimilco, sept de Tlalpan, cinq d'Iztacalco, quatre d'Azcapotzalco, trois de Coyoacán et deux de Benito Juárez, et quatre d'entre eux vivent dans les agglomérations de l'État de Mexico. Les trois universités sont situées au sud et à l'est de la capitale mexicaine, dans les délégations de Coyoacán et Iztapalapa (voir figure 1). Ces femmes présentent les caractéristiques suivantes : grande mobilité en ville et dans les transports publics, elles utilisent toutes les transports publics au moins cinq fois par semaine, voire tous les jours, et elles ont toutes un trajet d'au moins une heure pour se rendre à leur université.

L'échantillon était qualitatif et la méthode de détermination était la suivante :

Tableau 1. Proposition méthodologique. Source : Élaboration propre.

Le questionnaire commençait par des questions sur leur vie quotidienne à Mexico, leurs déplacements dans les transports publics, dans l'environnement universitaire et dans les parcs, avenues et rues qu'ils parcourent, se poursuivait par des questions sur ce qu'ils ressentent dans ces environnements et sur les situations qui les font se sentir vulnérables et avoir peur, et se terminait par les représentations de ces espaces dans leurs routines. Leurs représentations commencent à émerger des réponses aux questions sur ce qu'ils ressentent et comment ils décrivent leurs routines. Ce constat n'est pas inhabituel, car les représentations sont aussi des expériences vécues et intègrent des éléments affectifs et émotionnels. Ils convergent dans l'explication particulière du monde et expriment la logique et la cohérence d'un système mondial particulier. Elle donne de la cohérence au " je " dans l'interaction et à la subjectivité et l'intersubjectivité dans le mouvement (Flores Palacios, 2015).

Figure 1 : Les étoiles indiquent l'emplacement de vos universités (unam, uam-i et uacm) et les points à partir desquels ils se déplacent quotidiennement. Source : Élaboration propre avec les données des questionnaires.

Les manières dont ces jeunes femmes universitaires vivent leurs parcours dans la ville sont marquées par les espaces dans lesquels elles vivent, les territoires qu'elles fréquentent et les manières dont elles s'y rapportent. Sans aucun doute, dans le cas de ces femmes, ces lieux peuvent générer une plus grande vulnérabilité et une dynamique de violence et de harcèlement. Pour l'étude, il était important de s'interroger sur leurs pratiques quotidiennes, leurs stratégies lorsqu'ils se déplacent dans la ville, les explications qu'ils donnent sur les causes de ces vulnérabilités, la manière dont ils se perçoivent et dont ils perçoivent les espaces qu'ils habitent. Pour Moscovici (1979), les représentations sociales sont historiques, dynamiques et socioculturelles. L'expérience vécue des transports publics et la façon dont ils les décrivent expriment des représentations issues de structures de sens commun qui leur permettent de les définir comme habituelles et à prévoir.

A. Transports publics : la quotidienneté et l'inévitabilité du harcèlement

Lorsqu'ils décrivent leurs trajets en transports publics dans les questions ouvertes, les cinq mots les plus répétés sont : long (56), tardif (48), bondé (46), fatigant (51) et stressant (59). Interrogés sur leurs raisons, ils ont fait allusion à des situations défavorables, inconfortables, risquées, harcelantes et peu sûres. Parmi les raisons du stress qu'elles subissent, il y a la nécessité d'être vigilantes afin que personne ne les harcèle ou ne les agresse : 70 sur 73 ont déclaré se sentir harcelées et en insécurité dans les transports publics (métro, métrobus, minibus). Les transports publics représentent un espace de vigilance, de risque plus ou moins attendu.

Cela inclut également l'insécurité due aux agressions et aux vols. Mais elles ont toutes dit se sentir plus en danger parce qu'elles étaient des femmes, confirmant ainsi l'idée de Paula Soto Villagrán sur la promiscuité et le harcèlement sexuel :

L'un des principaux problèmes qui affecte de manière différentielle les femmes dans les transports publics est la congestion des personnes dans les bus (Kunieda et Gauthier, 2007), où l'on trouve une situation particulière de corps situés dans l'espace ; ce que McDowell (2000) a appelé le facteur d'encombrement. Cet effet d'entassement des inconnus dans les transports publics est perçu comme une situation de risque potentiel dans la mesure où il devient un facteur d'insécurité pour les femmes, car il facilite des formes de violence sexuelle en raison de la proximité excessive entre les personnes (Soto, 2017 : 130).

Ces femmes ne se sentent pas en sécurité. Cependant, il ne s'agit pas seulement d'une question de perception et d'émotion : ils vivent quotidiennement l'insécurité et la violence dans les transports publics.

Je pense que mon expérience dans le métro est commune en tant que femme, ce que vous devez traverser Vous ne pouvez pas laisser les hommes vous regarder de façon morbide ou vous bousculer ; Je ne pense pas qu'il n'y ait pas un seul jour où je ne reçoive pas un regard lubrique.un rapprochement (Diana, 21 ans, étudiante) uam(résident d'Iztapalapa).

Eh bien, dans le métro, il y a des questions de harcèlement, des hommes viennent vous aborder, et ce n'est pas une station spécifique, mais à différents points de la ligne et c'est pourquoi je préfère utiliser les deux wagons pour femmes. Bien que j'ai souvent vu qu'il y a beaucoup d'agressivité dans les wagons des femmes et je pense que c'est parce qu'il n'y a que deux wagons pour beaucoup de femmes, donc quand nous voyons que l'espace est réduit nous avons tendance à être plus agressives (Patricia, 20 ans, étudiante unam, résidente d'Azcapotzalco).

J'ai été agressé dans des bus, une fois et c'était sur une ligne qui va chez moi. Mais en général, il ne m'est rien arrivé qui puisse me faire dire que je trouve les transports publics ennuyeux. J'ai voyagé en métrobus, en trolleybus et en métro léger, et ce n'était que cette expérience d'être agressée et peut-être que les hommes vous disent quelque chose, mais rien de plus (Gabriela, 21 ans, étudiante unam, résidente de Xochimilco).

J'ai eu des expériences très moches mais plutôt dans le bus pour aller en ville, c'est pour cela que j'ai vu ce contraste. Et c'est juste dans les stations de métro qui se connectent avec le train : à Pantitlán, à El Rosario et sur des lignes comme la ligne de café, à Chabacano, vous trouvez, de mon point de vue, que c'est un endroit un peu dangereux et vous pouvez vous faire tripoter (Ana, 21 ans, étudiante uam, résidente de Iztapalapa).

Je prenais le bus de Politécnico, j'étudiais au lycée et j'allais à Politécnico le matin. Parfois, je m'endormais dans le bus et j'avais l'impression que "ma main était ici" et ils disaient : "oh, excusez-moi, je n'ai pas réalisé", et cela m'est arrivé plusieurs fois (María, 21 ans, étudiante unam, habitante d'Iztapalapa).

Les citations reflètent le quotidien de l'insécurité, qui est accentuée, dans le cas de ces jeunes femmes, par la dynamique du harcèlement de rue. L'expérience de vie intègre des éléments affectifs et permet de comprendre leur monde (Flores Palacios, 2013). Le harcèlement est un phénomène quotidien et, bien qu'ils le reconnaissent comme tel, ils ont fini par le naturaliser comme faisant partie de leur routine et les réactions de résignation et d'impuissance prédominent. La dynamique du harcèlement en vient à représenter "l'inévitable pour chaque femme". L'explication qu'ils donnent à de telles situations est donnée par leur condition de genre : "ce que l'on doit subir quand on est une femme".

Être une femme vous expose à de telles situations. La vie quotidienne dans les transports publics est le théâtre de "démarches désagréables mais inévitables". Tant dans les questionnaires que dans le groupe de discussion, il est apparu très clairement que l'insécurité dans les transports publics est une constante pour tout le monde, mais qu'elle est accentuée et acquiert des caractéristiques particulières si vous êtes une femme. Fatima Flores déclare que

La prescription du genre agit de manière incontournable en fonction du sexe et, par conséquent, de la représentation sociale convenue et articulée dans une dimension hégémonique qui obéit à des systèmes de comportements sociaux régulés par une idéologie qui soutient les orientations de marquage et de comportement des hommes et des femmes, ce qui rend beaucoup plus complexe l'identification de certaines vulnérabilités à partir de cette hétéronormativité, à laquelle on répond de manière naturalisée et exigée par la même culture ou le même groupe de référence (Flores, 2014 : 47).

Une pratique telle que " marcher dans les transports en commun " reflète une constante : la mobilité est différente pour ces femmes, et elles considèrent que les hommes ne vivent pas l'insécurité de la même manière qu'elles : " Je ne pense pas qu'un homme se dise que je ne vais pas m'habiller comme ça pour qu'ils ne me voient pas de manière morbide ou ne m'abordent pas dans le métro " (Diana, 21 ans, étudiante uam, habitante d'Iztapalapa). Pour eux, le harcèlement est une affaire inévitable et quotidienne.

B. Les rues en transit : traque et soins ; exclusion et expulsion

Linda McDowel (1999) part du principe que les personnes et les espaces sont sexués et que les relations spatiales et sociales se créent mutuellement. Les espaces que ce groupe de femmes traverse au quotidien sont marqués et acquièrent des significations à partir des relations qu'elles établissent avec eux. Tant dans les questionnaires que dans le groupe de discussion, les rues qu'ils traversent sont décrites comme des espaces de contradictions. D'une part, ils aiment se promener en ville, mais d'autre part, ils l'évitent à certaines heures et dans certaines tenues :

Je sortais de la natation et en fait je rentre à pied de la cité des sports et cela me prend 15 minutes ; donc je préférais marcher que de prendre un bus, et je marchais vers Río Churubusco et une voiture me suivait, donc j'ai dû changer mon itinéraire, ai-je dit : puisqu'ils savent déjà où je vais ou quel chemin je prends, qu'ils me suivent encore, ou qu'il va se passer autre chose, je ferais mieux de prendre le bus (Diana, 21 ans, étudiante uam, habitante d'Iztapalapa).

Ce que j'aime dans la vie urbaine, c'est que je peux marcher de longues distances dans certains endroits, par exemple du centre-ville à Reforma ou de Chapultepec ou Auditorio. Mais ces régions sont loin de chez moi. Là-bas, je peux marcher sur de longues distances pendant la journée. Ce que j'aime, c'est que dans cette zone et dans le centre, le long de Madero, il y a encore beaucoup de gens, donc on peut s'y promener, mais ce que je n'aime pas, c'est le chemin du retour, c'est plus dangereux de là à ma maison, donc je ne peux pas y rester longtemps ou la nuit. C'est ce que je n'aime pas, que je ne puisse pas me déplacer librement ou me sentir en sécurité (Jessica, 22 ans, résidente de Naucalpan, étudiante unam, État du Mexique).

Eh bien, cela dépend de l'heure de la journée, je sais que je dois me dépêcher et être très attentif à mon environnement. Je ferais mieux parce que j'ai déjà été suivie sur le chemin du retour (Gabriela, 21 ans, étudiante unam, habitante de Xochimilco).

J'aime marcher, mais j'essaie de ne pas marcher dans la zone proche de l'université, notamment le long d'Eje 6 sur (il étudie à uam-Iztapalapa). Je préfère marcher aux heures de pointe plutôt que la nuit, car il y a beaucoup de monde et il est plus difficile qu'il vous arrive quelque chose. Le maximum auquel vous êtes exposé est de vous faire tripoter en descendant du bus (Ana, 21 ans, étudiante uam, habitante d'Iztapalapa).

Une représentation naturalisée et justifiée : " ça arrive partout dans le monde ", " les femmes sont harcelées et nous devons faire avec " (Paty). Il s'agit d'une représentation hégémonique : le harcèlement en tant que femme est inévitable. La sécurité des citoyens, du point de vue des conditions objectives, est définie comme un ensemble de systèmes permettant de protéger la vie et les biens des citoyens contre les risques ou les menaces causés par différents facteurs. La perception et les conditions d'insécurité sont un élément clé dans les usages et les non-usages qu'ils font de certains espaces, et sont dictés par leurs peurs et les conditions objectives et subjectives de leur expérience de déplacement.

Un fait notable est que les rues qu'ils fréquentent, mais qui sont éloignées des lieux où ils vivent, semblent presque toujours plus risquées, sauf lorsqu'il s'agit de lieux symboliques pour eux, comme le parc Chapultepec et le Paseo de la Reforma. Leur propre espace, les rues de leur quartier, sont le plus souvent considérés comme des espaces de confiance, même si certains sont reconnus comme des espaces à risque :

La rue où j'habite est Mariquita Sánchez, et elle va tout droit vers Eje 3. On voit les personnes âgées le matin avec leurs balais pour balayer, donc tout est relativement sûr. Vous voyez aussi des patrouilles la nuit, donc je pense que cette rue est très sûre, pas les allées qui mènent à Santa Ana, mais cette rue (Cecilia, 21 ans, étudiante unam, résidente de Coyoacán).

Eh bien, la rue la plus sûre serait mon bloc, parce que j'y ai marché à onze heures du soir et c'est éclairé et il y a des gens qui vendent et je pense que c'est sûr. Le matin, j'aime Rio Churubusco, parce que vous voyez des gens courir avec leurs chiens, j'aime ça. Insécurité, je peux considérer que c'est... bon, j'habite entre le sur 3 et le sur 4, et sur le sur 4 il y a une zone d'usines, et là le matin et le soir c'est insécurisant, parce qu'on voit les remorques, les hommes qui passent ; je passais par là pour prendre le bus pour aller à l'école et on se fait toujours dire des gros mots et on n'a pas envie de marcher là. Cette rue est très dangereuse pour moi (Diana, 21 ans, étudiante uam, habitante d'Iztapalapa).

Je pourrais sortir à tout moment, dans mon quartier, sans craindre qu'il m'arrive quelque chose, au contraire, même les méchants du quartier veillent sur vous pour s'assurer qu'il ne vous arrivera rien. Il m'est arrivé de me rendre dans le centre aux premières heures du matin, et bien que cela semble très calme, je n'y retournerais pas à des heures très tardives (Gabriela, 21 ans, étudiante unam, résidente de Xochimilco).

Eh bien, par exemple, là où j'habite, c'est un peu moche, à la fois le matin et le soir, comme à six heures du matin et quand il commence à faire nuit ; pendant la journée, c'est très calme et ça ne m'inspire pas beaucoup de confiance, pour être honnête. J'ai déjà été agressée avant et puis là où il fait noir, mais non, ma rue est toujours comme ça, mais c'est toujours très calme, très paisible (Ana, 21 ans, étudiante, uam, habitante d'Iztapalapa).

Les rues de leur quartier représentent l'espace sûr : elles représentent la maison (leurs propres espaces). Les rues éloignées, comme certaines de celles de leur environnement universitaire (Santo Domingo à cuL'axe 6 à Iztapalapa, Avenida Zaragoza) et des lieux comme Tepito, la colonia de los Doctores et les rues autour des sorties de métro Constitución, Cuatro Caminos, Chabacano, Hidalgo et El Rosario sont des espaces dangereux, marqués et stigmatisés par les jeunes femmes comme des lieux à risque.

Sept des participants aux groupes de discussion ont déclaré que les heures de pointe rendent leurs itinéraires plus dangereux, mais aussi le mauvais éclairage et les espaces peu fréquentés. Là encore, des représentations contradictoires apparaissent. Il est très fréquent qu'un même scénario, phénomène ou sujet ait des représentations totalement opposées, car les significations ne sont généralement ni transparentes ni homogènes. Le risque est présent en toutes circonstances. En fait, lorsqu'on leur a demandé dans les questionnaires s'il y avait une différence en tant que femme lorsqu'elle se promène dans les rues de la ville, 48 sur 73 ont répondu par l'affirmative, et les raisons étaient les suivantes : "les hommes harcèlent parce qu'ils le peuvent ; nous ne le faisons pas" (Ana, 21 ans, étudiante, uam(Jessica, 22 ans, habitante d'Iztapalapa), "parce qu'ils ne pensent pas que quelqu'un va les suivre ou les voir avec une curiosité morbide" (Jessica, 22 ans, habitante de Naucalpan, étudiante unam(État de Mexico). Les 25 autres répondants au questionnaire n'ont pas donné d'autres arguments ; ils ont déclaré que la ville est tout aussi dangereuse pour les hommes que pour les femmes.

La crainte des femmes de ne pas pouvoir se déplacer librement dans la ville produit une sorte d'"éloignement" par rapport à l'espace dans lequel elles circulent, l'utilisent et en profitent. Dans ces circonstances, certaines femmes développent des stratégies individuelles ou collectives qui leur permettent de surmonter les obstacles à l'utilisation des villes et à la participation à la vie sociale, professionnelle ou politique. Dans d'autres cas, il s'agit simplement d'un processus de retrait de l'espace public, qui est vécu comme menaçant, jusqu'à l'abandonner, avec l'appauvrissement personnel et social qui en découle (Falú, 2009 : 23).

En ce sens, Ana Falú reprend l'expérience vécue, ce qui est fondamental pour parler des représentations sociales ; certaines rues de la ville ne deviennent pas seulement un espace menaçant, mais elles peuvent aussi en venir à représenter... l'espace d'exclusion et l'expulsion de ces femmes de la vie publique. Ce n'est pas le cas dans les rues de leurs quartiers (du moins pendant la journée ; la nuit, la situation est également risquée).

Ne pas faire certaines choses est également une stratégie d'autosoin : ne pas sortir le soir, ne pas s'habiller de manière "provocante", ne pas sortir seul à certaines heures, etc. 38 des jeunes femmes qui ont répondu au questionnaire ont déclaré qu'il y avait des rues qu'elles évitaient parce que s'y rendre revenait à s'exposer. Il y a des endroits et des moments qui ne sont pas "adaptés à une femme" vivant à Mexico et dans ses environs. Lorsqu'on leur a demandé dans le groupe de discussion s'ils se sentaient libres de marcher à tout moment, ils ont répondu :

Je ne marcherais pas seul à trois heures du matin dans un endroit "x ou y". J'ai dû marcher jusqu'à la maison d'un autre ami parce qu'il n'y a pas de moyen de transport, mais seule je ne le fais pas (Jessica, 22 ans, habitante de Naucalpan, étudiante unam, État du Mexique).

J'essaie de ne pas sortir après neuf heures (Diana, 21 ans, étudiante uam, habitante d'Iztapalapa).

Je n'aime pas sortir la nuit, mais c'est mieux, vraiment. Pourquoi m'exposerais-je au risque que quelque chose se produise (Ana, 21 ans, étudiante, uam, résidente d'Iztapalapa).

Dans certains domaines, j'essaie d'être plus prudent. Par exemple, pendant un moment, j'ai dû me rendre à la Casa del Estudiante à Tepito, et je n'ai pas apporté mon ordinateur et je n'ai pas sorti mon téléphone portable, j'ai essayé de ne pas avoir l'air ostentatoire ou trop habillée, et aussi de toujours marcher en sécurité (María, 21 ans, étudiante unam, habitante d'Iztapalapa).

Il y a des espaces, des moments et des lieux qu'ils évitent. Selon les participants au groupe, les utiliser, c'est s'exposer. Peu importe s'ils sont ouverts et ne font que passer, ces femmes n'ont pas le même accès. Les processus d'exclusion sont fondés sur une logique de contrôle et de dispute entre la structure normative différenciée et hégémonique sur l'utilisation des espaces. De Certeau décrit bien l'essence de cette relation :

Une société serait composée de certaines pratiques exorbitantes, organisatrices de ses institutions normatives, et d'autres pratiques, innombrables, qui restent "mineures", toujours présentes même si elles ne sont pas organisatrices du discours, et aptes à préserver les prémices ou les restes d'hypothèses (institutionnelles, scientifiques) différentes pour cette société ou pour d'autres (Certeau, 2006 : 56).

Ainsi, pour ce groupe de femmes, être dans la rue implique des exclusions constantes qui commander leurs actions et, dans le cas de ces dernières, les limiter

Lorsqu'on se promène dans les rues de la ville, on remarque également la représentation de la femme qui doit être protégée par l'homme. Ces femmes disent se sentir plus en sécurité si leur père, leurs amis ou leurs frères les accompagnent. En ce sens, le droit à la mobilité et à la liberté de mouvement est différent pour eux. La perception que "la rue la nuit n'est pas pour les femmes" ressort de leur discours. Il existe donc une citoyenneté différenciée en fonction du sexe.

Représentations des espaces publics qu'ils visitent : culture, beauté et environnements hostiles

Les lieux qu'ils visitent et admirent le plus dans leur ville sont : le Zócalo (centre-ville), le Paseo de la Reforma, Coyoacán et Bellas Artes. Ils mentionnent également que leurs écoles sont des espaces ouverts et sûrs. Leur ville est culture, tolérance et beauté, mais aussi chaos, danger et lieux interdits. Leurs universités sont classées comme des espaces sûrs, mais pas leur environnement, c'est pourquoi ils préfèrent se déplacer en groupe vers le métro ou prendre le microbus. Dans le questionnaire, 61 femmes sur 73 ont déclaré que Mexico est un lieu de et pour la culture en raison de ses musées, bien qu'elles ne les visitent pas habituellement. Ils sont intéressés par une promenade le long de l'Alameda. Ils visitent généralement Bellas Artes et des lieux traditionnels tels que le Zócalo et le centre de Coyoacán :

Pour moi, je vais habituellement à Bellas Artes. Quand j'ai du temps libre ou le week-end, je sors et je vais à Bellas Artes, j'y reste un moment, je marche le long de Madero, je vais le long de Reforma, J'aime beaucoup parce que je peux marcher et voir l'architecture (Jessica, 22 ans, habitante de Naucalpan, étudiante unam, État du Mexique).

Je fréquente le centre ; quand vous voulez rencontrer quelqu'un, vous dites "ah, rencontrons-nous à Bellas Artes", et à partir de là, qu'est-ce qui n'est pas là ? Je n'ai pas l'habitude de sortir, sauf à Coyoacán parce qu'un de mes amis y vit, dans un coin du centre de Coyoacán. Coyoacán et le centre sont les endroits où je vais le plus souvent (María, 21 ans, étudiante unam, habitante d'Iztapalapa).

Eh bien le centre est l'endroit où je vais le plus souvent parce que je fais les courses avec ma mère, et parce que j'aime les musées, c'est très agréable d'être là et dans les centres commerciaux parce qu'on a presque tout (Gabriela, 21 ans, étudiante unam, habitante de Xochimilco).

Je fréquente le couloir qui va de la Revolución à la place du Zócalo, parce que J'aime ça, il y a beaucoup de mouvement politique là : "la marche du jour". Et je l'aime pour la même raison, parce que je pense que c'est un endroit très agréable pour se promener. Je travaillais dans les bureaux de la mairie, qui se trouve sur la place (du Zócalo) ; quand je partais, je passais par là et ensuite je rentrais chez moi, en métro (Ana, 21 ans, étudiante uam, habitante d'Iztapalapa).

J'adore aller au centre-ville, mais mon parcours commence toujours à Hidalgo, de là, du centre Cuauhtémoc au Zócalo, à pied. Je préfère généralement y aller tôt, vers dix heures du matin, car à cette heure-là, il n'y a pas beaucoup de monde. Il y en a, mais pas autant que lorsqu'il est 3 ou 4 heures de l'après-midi. J'aime toujours aller à Coyoacán, parce que c'est généralement calme, j'aime y aller pour prendre un café (Patricia, 20 ans, étudiante unam, habitante d'Azcapotzalco).

Je fréquente Bellas Artes car c'est mon chemin vers la tour latino-américaine, j'y travaille le week-end. Donc, normalement, j'arrive toujours avant les autres et je reste là un moment à regarder les gens passer ou à observer des situations. Ce que je fais aussi, c'est descendre à Zócalo et marcher tout le long du couloir Madero jusqu'à la tour Latino (Diana, 21 ans, étudiante uam, habitante d'Iztapalapa).

Ce groupe a indiqué qu'il aimait se promener en ville, mais que cette pratique devait tenir compte des moments et des espaces où il se sentait plus en sécurité. Les femmes, bien qu'ayant gagné la bataille de la visibilité, ont toujours une expérience spatiale inégale lorsqu'elles se déplacent dans la ville.

La ville marque des symbologies d'inclusion et d'exclusion. Les espaces sont construits par les relations sociales qui s'y établissent. C'est ici qu'apparaît la contradiction : les dix participants au groupe de discussion ont exprimé que la ville est praticable mais interdite en même temps.

Quelle est votre expérience spatiale en tant que femmes en mouvement dans la ville de Mexico ?

Être une femme implique des restrictions dans certains espaces publics où elles sont visibles, car cette visibilité les expose. Jordi Borja affirme que la relation entre ville et citoyenneté fait allusion à un système de relations entre des personnes (en théorie) égales et libres, c'est-à-dire des citoyens :

La ville offre des conditions plus ou moins efficaces pour faire de la citoyenneté une réalité. Par son organisation physique, l'accès à tous ses biens et services et la redistribution sociale par la qualification d'équipements et d'espaces publics dans les zones habitées par les populations ayant le moins de ressources. La ville détermine la qualité de la citoyenneté (Borja, 2014 : 546).

Ces jeunes femmes universitaires estiment que leur qualité de vie est inférieure à celle de leurs pairs, avec moins de libertés. Ils vivent leur citoyenneté de manière inégale, mais aussi au détriment de leurs possibilités de socialisation, d'appartenance et d'identité dans les espaces publics.

En commençant par l'éducation, les rôles que les femmes et les hommes devraient jouer, la façon dont les hommes et les femmes montent dans les transports publics est différente, ou simplement l'homme qui conduit le transport. Même quand tu te promènes avec tes amis, tes cousins, ton partenaire ou qui que ce soit, ils te font aller du côté droit, c'est-à-dire pas du côté de l'avenue ou de la rue, où vont les hommes (Ana, 21 ans, étudiante uam, habitante d'Iztapalapa).

Pour moi, c'est différent en raison du simple fait de l'expérience quotidienne dans les transports. Comme je l'ai dit, je ne pense pas qu'il n'y ait pas un jour où quelque chose ne se passe pas, où je ne reçois pas un commentaire offensant ou autre. Ce n'est pas que ça n'existe pas envers les hommes, mais c'est différent, c'est minimal (María, 21 ans, étudiante unam, habitante d'Iztapalapa).

Je pense qu'il y a une grande différence ; pour commencer, je pense que les hommes comme les femmes sont exposés aux problèmes d'insécurité et de violence, mais parfois j'ai l'impression que les hommes peuvent être dans un espace public plus à l'aise que les femmes. C'est tellement vrai en termes de harcèlement : un homme monte dans le métro et se sent tellement à l'aise qu'il se sent libre de donner son avis sur une femme, et souvent cela a tendance à leur faire dire "ne sors pas habillé comme ça, ne sors pas habillé de cette façon". En ce sens, Je pense effectivement que les hommes sont parfois plus à l'aise parce qu'ils ne sortent pas avec cette peur, il y a des moments où c'est effrayant : "il y a un homme suspect et il me regarde". Et je pense que les hommes ne pensent pas autant à cela, plutôt dans le sens du harcèlement (Diana, 21 ans, étudiante uam, habitante d'Iztapalapa).

Il me semble qu'il n'est différent qu'en termes d'espace. Je pense que c'est la même chose en termes d'insécurité économique, c'est-à-dire que nous pouvons tous être volés, nous pouvons tous être agressés, etc. Mais sur le plan sexuel, il me semble que c'est absolument différent. Je n'ai jamais entendu un homme dire qu'il ne peut pas porter de shorts dans le métro " parce que je me sens harcelé et dès que je monte dans le métro, les filles viennent vers moi et me touchent " (Patricia, 20 ans, étudiante unam, habitante d'Azcapotzalco).

Les espaces publics de mobilité continuent de représenter des scénarios dans lesquels l'exercice de la citoyenneté par les femmes est vécu de manière inégale. Les femmes, considérées comme le "sexe faible, les victimes, mais aussi les provocateurs", continuent d'être violées dans l'exercice de leurs droits. Des frontières spatio-temporelles symboliques apparaissent dans leur discours : "pas à certains moments", "pas dans certains endroits", "pas dans certains lieux", "pas dans certains lieux", "pas dans certains lieux", "pas dans certains lieux". pas dans certains endroits", "pas habillée comme ça", "pas si c'est la nuit", "pas si j'y vais seule". L'expérience vécue de l'habiter leur indique ce qu'il faut faire et ce qu'il ne faut pas faire, à partir des structures du sens commun : " les représentations sociales sont également considérées comme une forme de connaissance pratique, car elles sont construites à partir de l'expérience vécue au contact des autres et de l'environnement matériel " (Jodelet, 2008), et " fonctionnent comme un guide pour l'action " (Chávez Amavizca et Ortega Rubí, 2018 : 80).

Il ne s'agit pas seulement d'apparaître dans les espaces publics, mais d'acquérir la visibilité qui leur permet de générer des conditions d'égalité, de sécurité et d'absence de préjugés socioculturels. C'est-à-dire de s'habiller comme ils le souhaitent, d'entrer dans les lieux publics avec la même tranquillité d'esprit que leurs pairs, d'utiliser les transports publics sans craindre le harcèlement. Sébastien Roché définit le sentiment d'insécurité comme "un malaise cristallisé sur un objet" (1998). Il affirme que ce sentiment se fonde sur le monde vécu des individus, tout en se référant à un système de valeurs, et qu'il découle de la peur d'être victime et de ne pas être protégé par les institutions chargées de la sécurité, ainsi que des suspicions ressenties dans certains espaces publics. Dans le cas des femmes vivant à Mexico, elles émergent dans les transports publics, dans les rues, seules et la nuit, mais aussi dans les lieux bondés. La représentation sociale de l'insécurité est ou devient un sentiment qui va au-delà du subjectif, transcendant les formes de comportement dans ces espaces de représentation.

Conclusions

Pour ces jeunes femmes, vivre et se déplacer dans la ville implique la construction de représentations sociales d'abandon, d'expulsion, de frontières symboliques et la naturalisation de la violence basée sur des logiques masculines. La présence de ces femmes dans certains espaces, les rues proches des stations de métro ou les rues peu fréquentées font que leur présence semble " contre nature " par rapport aux structures de sens commun qui définissent les représentations sociales. Leur présence dans certains scénarios, moments et espaces doit toujours être justifiée, expliquée et même évitée. Leur rapport aux espaces qu'ils habitent et transitent est marqué par leur " genre en tant qu'élément constitutif des relations sociales fondées sur les différences qui distinguent les sexes, et le genre est une forme primaire de signification des relations de pouvoir " (Scott, 2015 : 274).

La présence et l'absence de ces femmes sont justifiées sur la base de la différence de leur expérience spatiale. L'expérience vécue permet une explication de leur monde et de ses logiques à partir d'un système de représentations sociales qui donnent un sens aux pratiques quotidiennes et à leur permanence ou absence dans ces territoires à partir de leur " subjectivité et intersubjectivité, qui se déclare constamment en mouvement à partir de ce corrélat expérientiel plein de significations et d'attributions que le même sujet construit à partir de son propre sens commun, de son expérience et de son corrélat social " (Flores Palacios, 2013 : 124). Ces jeunes femmes assument l'inégalité en ayant pleinement conscience des actions qu'elles peuvent et doivent entreprendre, des espaces à occuper et de la manière d'y apparaître. Malgré la reconnaissance légale de l'égalité dans le plein exercice des droits et l'accès aux opportunités, ce groupe d'étudiants continue d'exprimer et de vivre la contradiction à travers l'autocensure et la différence dans l'utilisation des espaces et les manières d'y apparaître.

Les représentations sociales, comprises comme des processus sociocognitifs et des connaissances pratiques basées sur l'expérience vécue qui nous permettent de nommer, d'ordonner et d'expliquer le monde dans lequel nous vivons, expriment - dans le cas de ce groupe de femmes - que la ville représente le masculin, excluant et hostile. En revanche, la ville représente le mouvement, la beauté et la culture, mais elle est limitée dans certaines circonstances pour eux. La représentation hégémonique, dans la perspective muscovicienne, remplit une fonction d'ordonnancement social en établissant un consensus dont le sens de la permanence et de la reconnaissance est plus étendu. Les femmes savent qu'elles ont le droit d'être et de paraître, mais elles s'abstiennent souvent parce que les rôles de genre qui leur sont assignés compromettent leur sécurité. L'habiter de ces jeunes femmes à Mexico, tel que défini par Pallasmaa (2016), implique l'expérience d'espaces situés où elles se sentent vulnérables. Les représentations de ce groupe de femmes sont contradictoires car elles expriment les contrastes de leurs trajectoires : traque et omission ; liberté et restriction ; harcèlement et négligence. La représentation de la ville qui soigne n'existe pas, sauf dans des espaces contrôlés : les rues de leurs quartiers (en journée), l'université (en journée) et certains lieux historiques. Être une femme dans ces universités de Mexico, c'est s'adapter à l'inévitable et cacher ou éviter certaines pratiques basées sur des prescriptions de genre qui continuent à être différentielles et acceptées.

Bibliographie

Alcaraz, Francisco G. et al. (2006). "Conception de questionnaires pour la collecte d'informations : méthodologie et limites". Journal clinique de la médecine familialevol. 1, n° 5, p. 232-236.

Bellet Sanfeliu, Carmen (2009, 16-18 novembre). Réflexions sur l'espace public. Le cas des villes intermédiaires [Papier]. Mérida : iv Séminaire-atelier sur les espaces publics dans les villes intermédiaires.

Borja, Jordi (2014). " L'espace public et le droit à la ville ", dans Patricia Ramírez (coord.), Disputes sur la ville. Espace social et espace public dans les contextes urbains latino-américains et européens. Mexique : Biblioteca Mexicana del Conocimiento, pp. 539-570.

Cass, Noel, Elizabeth Shove et John Urry (2005). "Exclusion sociale, mobilité et accès. La revue sociologiquevol. 53, no. 3, pp. 539-55. https://doi.org/10.1111/j.1467-954X.2005.00565.x

Certeau, Michel de (2006). L'invention du quotidien 1. Façons de faire. Mexique : Universidad Iberoamericana.

Chávez Amavizca, Ania, et Mª Estela Ortega Rubí (2018). "Représentations sociales des modes de vie et du bien-être dans le contexte d'une société de consommation : Monterrey et sa région métropolitaine". Culture et représentations socialesvol. 13, no. 25, pp. 76-102. https://doi.org/10.28965/2018-25-03

Cresswell, Tim (2010). "Vers une politique de la mobilité. Environnement et aménagement D : Société et espacevol. 28, no. 1, pp. 17-31. https://doi.org/10.1068/d11407

Díaz-Osorio, Myriam S. (2016). "Les relations entre la mobilité et l'espace public. Transmilenio à Bogotá". Magazine d'architecture, vol. 18, no. 1, pp. 126-139. https://doi.org/10.14718/RevArq.2016.18.1.11

Entrikin, J. Nicholas (1991). The Betweenness of Place : Vers une géographie de la modernité. Chicago : Johns Hopkins University Press. https://doi.org/10.1007/978-1-349-21086-2

Flores Palacios, Fátima (2013). "El vih Le sida, un symptôme de vulnérabilité". Fátima Flores Palacios (coord.), Représentations sociales et contextes de recherche dans une perspective de genre. Le Mexique : unam, p. 81-100.

- (2014). "Vulnérabilité et représentation sociale du genre chez les femmes d'une communauté de migrants". Péninsule, vol. 9, no. 2, pp. 41-58. https://doi.org/10.1016/S1870-5766(14)71799-4

- (2015). Expérience vécue, genre et vihleurs représentations sociales. Mérida : cephcis-unam

Falú, Ana (2011). "Restricciones ciudadanas : las violencias de género en el espacio público". La pensée ibéro-américainen° 9, p. 127-146.

- (2009). "Violence et discrimination dans les villes", dans Ana Falú (ed.), Les femmes dans la ville : de la violence et des droits. Santiago du Chili : Red mujeres y habitat de América Latina et Ediciones Sur, pp. 15-38.

Giglia, Angela (2012). Habitation et culture. Perspectives de recherche théorique. Barcelone : Anthropos.

Jirón, Paola et Dhan Zunino Singh (2017). "Dossier. Mobilité urbaine et genre : expériences latino-américaines". Revista Transporte y Territorio, 16, 1-8.

Jodelet, Denise (2008). " Le retour au mouvement du sujet et l'approche des représentations sociales ". Culture et représentations sociales,
vol. 3, n° 5, p. 32-63.

Lefebvre, Henri (1991). La production de l'espace. Oxford : Blackwell.

Lindón, Alicia (2020). "Expériences spatiales féminines dans le déplacement quotidien". Revue mexicaine de sociologievol. 82, no. 1, pp. 37-63.

McDowell, Linda (1999). Genre, identité et lieu : Comprendre les géographies féministes. Minnesota : University of Minnesota Press.

Moscovici, Serge (1979). La psychanalyse, son image et son public. Buenos Aires : Huemul.

Pallasmaa, Juhani (2016). Habitant. Mexique : Gustavo Gili.

Piña, Juan M. et Yazmín Cuevas Cajiga (2004). "La teoría de las representaciones sociales : su uso en la investigación educativa en México".. Profils d'éducationvol. 26, n° 105-106, p. 102-124. Extrait de http://www.scielo.org.mx/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0185-26982004000100005&Ing=es&tlng=es, consulté le 24 juin 2022.

Roché, Sébastien (1998). "Expliquer le sentiment d'insécurité : pression, exposition, vulnérabilité et acceptabilité. Revue Française de Science Politique, vol. 48, no. 2, pp. 274-305. https://doi.org/10.3406/rfsp.1998.395269

Scott, J. W. (2015). " Le genre : une catégorie utile pour l'analyse historique ", dans Marta. Lamas (comp.), Sexe. La construction culturelle de la différence sexuelle. Mexique : Centro de Investigaciones y Estudios de Género / Bonilla Artigas Editores, pp. 251-290. https://doi.org/10.25100/lmd.v6i1.1514

Sennett, Richard (2019). La chair et la pierre. Madrid : Alianza.

Segato, Rita (2003). Les structures élémentaires de la violence. Bernal : Universidad Nacional de Quilmes.

Soto Villagrán, Paula (2016). " Repenser l'habitat urbain dans une perspective de genre ". Débats, agendas et défis", Échafaudages, 13(32), 37-56. https://doi.org/10.29092/uacm.v13i32.524

- (2017). "Les différences entre les sexes dans la mobilité urbaine. Les expériences de voyage des femmes dans le métro de Mexico". Magazine Transport et Territoirevol. 16, p. 127-146.

Uribe Fernández, Mary L. (2014). "La vida cotidiana como espacio de construcción social". Processus historiquesn° 25, p. 100-113.


Lorena Umaña Reyes est titulaire d'un doctorat en sciences politiques et sociales et d'une maîtrise en études politiques et sociales de l'Institut de recherche de l'Union européenne. unam. Membre du Système national des chercheurs, niveau 1, elle est actuellement professeur-chercheur titulaire au Centre d'études sociologiques de l'Université de Barcelone. fcpets de la unam. Il est chargé de cours pour les cours de sociologie et d'urbanisme à l'Université de l'Union européenne. unam et pour le programme de troisième cycle en sciences politiques et sociales de la unam. Ses publications les plus récentes incluent, Réflexions interdisciplinaires sur la citoyenneté de genre : les femmes à Mexico City. Le chapitre "Políticas públicas de la desigualdad : ciudadanía femenina en la Ciudad de México", (2019) dans le livre. Genre, transdisciplinarité et intervention socialecoordonné par Fátima Flores Palacios et Amada Rubio (2020) et le chapitre "Movimientos sociales feministas, de mujeres y de mujeres y con mujeres en los estudios políticos contemporáneos" dans le livre Construire la science politique dans une perspective de genre coordonné par Karolina Gilas et Luz Parcero (2021). Coordinateur du livre Transformation urbaine et droit à la ville : débats et réflexions à partir de la théorie des représentations sociales. Il coordonne actuellement le projet papiit "Habiter la ville : les significations du public dans le cadre de la cdmx dans la pandémie et la post-pandémie".

S'abonner à
Notifier
guest
0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires

Institutions

ISSN : 2594-2999.

encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

Télécharger dispositions légales complet

EncartesVol. 5, n° 10, septembre 2022-février 2023, est une revue universitaire numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, n° 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte, A. C..., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexico, Tel. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tél. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tél. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Accueilli à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière modification : 22 septembre 2022.
fr_FRFR