Vous, peut-être, ne le réalisez pas. Ethnographie sonore d'un aveugle marchant dans la ville de Buenos Aires1

Réception : 8 février 2021

Acceptation : 30 juin 2021

Résumé

Cet article explore le rôle du son et de l'écoute dans l'expérience quotidienne de la marche dans l'espace urbain du point de vue de la cécité. À cette fin, une ethnographie sonore est présentée dans laquelle s'entremêlent des enregistrements sonores, des images et des interprétations anthropologiques écrites, produites à partir d'une promenade avec une personne aveugle. Les relations entre l'expérience urbaine, la matérialité de la ville et les déplacements effectués à partir d'une sensorialité aveugle sont ainsi abordées, proposant la possibilité d'études urbaines incorporant une sensibilité ethnographique alternative au visuel. L'article commence par une brève contextualisation de la recherche, se poursuit par une conceptualisation de la méthodologie de l'ethnographie sonore, puis passe à une analyse des sensorialités aveugles dans le transport urbain et de la relation entre l'État, la ville et la cécité dans la production d'une ville accessible.

Mots clés : , , , , ,

vous pourriez ne pas le remarquer. ethnographie sonore d'une personne aveugle circulant dans la ville de buenos aires

Résumé : Cet article explore le rôle du son et de l'écoute dans l'expérience quotidienne de la traversée de l'espace urbain à partir de la cécité. Pour cela, une ethnographie est présentée dans laquelle sont mélangés des enregistrements sonores, des images et des interprétations anthropologiques écrites, produits lors d'une promenade avec une personne aveugle. Ainsi, la relation entre l'expérience urbaine, la matérialité de la ville et les mouvements effectués à partir d'une sensorialité aveugle sont abordés, proposant la possibilité que les études urbaines incorporent une sensibilité ethnographique alternative à tout ce qui est visuel. La base de cet article est une brève contextualisation de l'enquête, elle continue avec une conceptualisation sur la méthodologie de l'ethnographie sonore, et ensuite ouvre les portes à l'analyse des sensorialités aveugles dans le mouvement urbain et la relation entre l'État, la ville et la cécité dans la production d'une ville accessible.

Mots-clés : ethnographie sonore, cécité, sensorialité, écoute, ville de Buenos Aires, études urbaines.

Introduction

Ce que je présente ici est une ethnographie du son que j'ai réalisée sur la base d'un travail de terrain avec des personnes aveugles dans leurs déplacements quotidiens dans la ville de Buenos Aires, en Argentine. Cette recherche faisait partie de ma thèse de doctorat (Petit, 2020a), dans laquelle j'ai exploré la production sociale et historique de la sonorité et de l'écoute, positionnée depuis une perspective anthropologique - ou plutôt, un point d'écoute - à travers lequel j'ai abordé l'écoute socialement située de sujets et de groupes sociaux à Buenos Aires.

L'idée est que ceux qui sont en train de lire ces mots ne doivent pas seulement être des lecteurs, mais aussi devenir des auditeurs et des récepteurs. auditeurs. Ce travail s'articule autour de trois audios qui émergent d'un enregistrement sonore principal, qui consiste en un entretien avec Santiago, président de l'Asociación Pro Ayuda a No Videntes (Association d'aide aux aveugles) (apanovi), alors qu'ils se promenaient dans les environs de l'institution. Cet entretien - un parmi d'autres - est à la base des interprétations que je présente également ici. Ainsi, avant de lire les interprétations exprimées dans l'écriture anthropologique (avec l'entité visuelle que prend le suffixe -graphie de l'ethnographie), le coup d'envoi est l'audio qui précède chaque partie. Je veux que vous commenciez par les écouter, car ils mettent en jeu plusieurs aspects du travail anthropologique de terrain centré sur le son, la sonorité et l'écoute dans la ville. Les corps, le mouvement, les rythmes urbains, le battement permanent de la canne contre le sol, la matérialité de la ville. Bruits, silences, changements acoustiques. Et au milieu de tout cela, les questions d'un anthropologue et l'histoire d'un aveugle qui a beaucoup à dire et à enseigner sur son écoute.

Lorsque j'ai commencé à écrire mes premiers projets de recherche en 2015, j'avais déjà décidé d'inclure la question de ce que c'est que d'habiter et de transiter la ville à partir de différentes sensorialités. En ce qui concerne la cécité, la question consistait spécifiquement à savoir quelles caractéristiques l'écoute urbaine acquiert lorsqu'on est incapable de voir et, également, quelles relations se créent avec le son en tant que substance acoustique, c'est-à-dire avec la condition existentielle omniprésente, éphémère et évanescente du son. Cet aspect de la recherche était basé sur deux questions situées à des niveaux différents. D'une part, sur le plan épistémologique, il y avait la question du "visualisme" (Fabian, 1983 : 106-7) ou de l'"ocularcentrisme" (Ingold, 2000 : 155) qui prédomine dans la tradition occidentale de production de connaissances. Je souhaitais ainsi poursuivre la déconstruction qui a été à la base de l'anthropologie des sens (Stoller, 1992 ; Classen, 1997 ; Le Breton, 2009) et poser le problème anthropologique sans succomber à cette hégémonie du vu et du visible.

D'autre part, sur un plan plus ethnographique, j'ai constaté à maintes reprises que ma question sur le son - sur ce que l'on entend dans la vie quotidienne - se heurtait constamment à la catégorie de l'habitus. Ainsi, lors de travaux de terrain avec des musiciens de rue (Petit et Potenza, 2019), ou avec des agitateurs de drapeaux aux passages à niveau (Petit, 2020b), ce fut un défi intellectuel de ma part - et une certaine persistance - de poser les bonnes questions afin de construire une carte sonore de l'expérience urbaine. Mon intérêt pour la façon dont les aveugles entendent la ville lorsqu'ils la traversent est donc né du fait que - selon mes hypothèses - je n'allais pas rencontrer cette accoutumance. Du moins pas dans les "modes somatiques d'attention" (Csordas, 1993) qui sont mis en jeu lorsqu'il n'y a pas de possibilité physiologique de voir.

Je suis entré en contact avec apanovi en septembre 2018, alors qu'il menait une enquête sonore et ethnographique sur certains coins de rue de la ville de Buenos Aires. Dans ce cas, je me trouvais à l'intersection des avenues San Juan et Boedo (Image 1 et Enregistrement sonore 1), dans le quartier de Boedo, et un policier m'a fait remarquer qu'une particularité de son travail est que sous l'autoroute 25 de Mayo -à deux pâtés de maisons de là où nous étions- il y a une "petite école pour aveugles". C'est pourquoi de nombreux aveugles la reconnaissent, car elle a généralement sa radio à un volume très élevé, pour l'écouter par-dessus la saturation acoustique quotidienne -la bruit- la circulation et les gens.

L'angle des avenues San Juan et Boedo est également appelé Homero Manzi, en raison de la présence d'un bar de tradition tango construit en 1927. L'image montre l'intersection des avenues et la station Boedo de la ligne E du réseau de transport souterrain. A 200 mètres de là, sur la même route, se trouve apanovi. Source : Photographie prise par l'auteur le 18 septembre 2018.
Enregistrement sonore 1. L'image précédente est complétée par cet enregistrement sonore réalisé simultanément par l'auteur, qui montre la saturation acoustique qui caractérise les traversées d'avenue de la ville. 

Je m'y suis immédiatement rendu et j'ai rencontré Ruben, le secrétaire de l'association. apanoviqui a précisé que la catégorie "escuelita" est une idée reçue parmi les voisins du quartier. Contrairement à d'autres institutions qui proposent un accompagnement dans les pratiques " Orientation et mobilité " - comme celles enregistrées par Ahumada (2017) dans la province de Salta et par Dagnino à Buenos Aires dans son travail ethnographique (2019), apanovi est une organisation non gouvernementale (ngo) créé en 1979 et géré par des aveugles. Des activités telles que des cours d'informatique, de fabrication de cannes, de sport, d'impression de factures de services publics en braille et de conseil juridique y sont menées. Il s'agit donc d'une institution orientée pour être un système de soutien et de rencontre pour les personnes aveugles ainsi que pour la communauté en général. Un autre aspect à souligner de apanovi est qu'il est progressivement devenu une institution de consultation et de contrôle des travaux municipaux qui modifient la matérialité de l'espace public. Ils sont ainsi des médiateurs dans la relation qui existe entre la cécité, l'État et la ville lorsqu'ils proposent des "adaptations urbaines", ces dispositifs matériels qui sont installés pour contribuer à l'équité dans les usages de la ville, en contemplant la diversité des corporalités et des sensorialités qui transitent dans l'espace urbain.2

Sur apanovi J'ai également rencontré Santiago, le président de l'institution. Lui et Rubén se sont tous deux prêtés à plusieurs entretiens entre septembre 2018 et mai 2019. L'un d'entre eux, avec Santiago, s'est déroulé dans le cadre d'une promenade dans les rues autour de l'institution, qui a servi de base à l'ethnographie sonore qui sous-tend ce travail. En tant que président de apanoviSantiago est fréquemment consulté par différents médias et, pour cette raison, il a un discours particulièrement articulé sur les enjeux de son passage dans la ville. Nous commençons par la porte de apanovi (Images 2 et 3), sous l'autoroute, et nous marchons le long de l'avenue Boedo, traversons la rue Cochabamba, continuons jusqu'à l'avenue San Juan, où nous tournons, et marchons jusqu'à ce que nous tournions dans la rue Maza, de nouveau vers Cochabamba, et de nouveau vers Boedo, où nous retournons à l'institution. À tout moment, Santiago me parle des sons qu'il perçoit et des interprétations qu'il fait de son écoute pour se déplacer en toute sécurité dans la ville. Mais avant cela, je voudrais revenir sur certains apports méthodologiques afin d'expliquer ce que j'entends par ethnographie sonore.

Image 2. Sur l'avenue Boedo, du côté gauche et sous l'autoroute 25 de Mayo, se trouvent les installations suivantes apanovi. Parallèlement à la rue Cochabamba, un panneau signale la présence de feux de circulation pour aveugles, qui ne sont pas actuellement en service pour des raisons que j'évoquerai plus loin. Source : Photographie prise par l'auteur le 18 septembre 2018.
Image 3 : Les installations de apanovisous l'autoroute 25 de mayo. Source : Photographie prise par l'auteur le 6 mai 2019.

Qu'est-ce qu'une ethnographie sonore ?

Pour commencer, nous pourrions souligner qu'une ethnographie sonore est un dispositif méthodologique permettant de réaliser des recherches anthropologiques sur les modes sociaux de sonorisation et d'écoute (Vedana, 2010 ; Martin et Fernández Trejo, 2017) dans le cadre d'une anthropologie du son, entendue comme un vaste champ de recherche dont l'axe est l'incorporation explicite et consciente des modes d'écoute et de la sonorité dans la question anthropologique (Granados, 2018 ; Domínguez Ruiz, 2019). En suivant Miguel Alonso Cambrón (2010 : 28), l'ethnographie sonore peut s'intéresser à la construction sociale d'un son, aux manières de sonner d'un lieu particulier, ou aux manières d'écouter d'un groupe social spécifique, comme les aveugles dans l'espace urbain de Buenos Aires, dans ce cas. Ensuite, en fonction de la question qui guide la recherche, les méthodes les plus pertinentes seront utilisées pour ouvrir l'écoute à l'environnement et à l'écoute des différents interlocuteurs. Dans cette ligne, l'ethnographie sonore peut être définie comme un mode d'écoute particulier à travers lequel les ethnographes se concentrent "sur les formes sensibles de la vie sociale, où le son représente une source importante d'informations sensibles sur les formes et les arrangements de la vie collective" (Carvalho da Rocha et Vedana, 2009 : 42).

Il y a d'ailleurs un autre sens qui définit cette ethnographie sonore, dans lequel certains éléments visibles - l'écrit et les images - se mêlent à d'autres audibles. Comme le disent Martín et Fernández Trejo (2017 : 109), une ethnographie sonore peut avoir pour horizon la réalisation de " documentaires audio dans le cadre du processus de production de connaissances ". Cela implique que le matériel d'analyse, collecté pendant le travail de terrain par différents moyens - dont un magnétophone -, est réorganisé et présenté comme un résultat sonore, visant à rendre le texte à la fois visible et audible. À quoi ressemblent ces objets, sujets, lieux que les textes présentent habituellement dans des dessins, des cartes, des photographies ? Comme les images, qui constituent un support visuel, les audios peuvent être un support auditif - une image sonore - pour la recherche, avec la différence complexe que, tout comme une image s'exprime instantanément, un son a une telle relation au temps qu'il ne peut être compris que dans la durée : " si j'arrête le mouvement du son, je n'ai rien : seulement le silence, pas de son du tout " (Ong, 2006 : 38).

Il va de soi, cependant, que l'enregistrement ne remplace pas l'écoute. L'écoute est dirigée et contextualisée, inséparable du corps, où les sens sont intrinsèquement interconnectés (Ingold, 2000). Avec l'enregistrement de terrain, lié aux éléments impondérables et infiniment créatifs de la recherche in situCe qui est permis est, en quelque sorte, une capture du phénomène sonore - éphémère par nature - séparé de l'auditeur. Il y a ainsi une double médiation : l'écoute elle-même produite par le dispositif technique, et l'orientation de celui qui enregistre. Ce que nous avons à la fin, comme produit, c'est un enregistrement sonore et audible qui contient un son décontextualisé, fait de ce qui a sonné et qui ne sonne plus (et qui est entré dans le champ d'action du microphone). Nous avons devant nous l'"objet sonore" (Schaeffer, 2003 : 49), disponible pour être reproduit et examiné. C'est la tâche du chercheur, alors, de réintégrer d'une manière ou d'une autre les significations qui donnent à ces sons l'entité d'une question anthropologique. Pour les écouter.

Dans ce cas, l'ethnographie sonore que je présente ici articule des enregistrements sonores pris pendant la recherche sur le terrain avec les interprétations qui découlent de la question plus large des relations entre les sonorités urbaines, l'écoute et le transit quotidien dans la ville à partir d'une sensorialité aveugle. Quelques clarifications techniques s'imposent. Outre les images et les enregistrements sonores qui illustrent et auditisent différents moments du texte, cette ethnographie sonore se concentre sur l'analyse de trois audios, respectivement de 3'27'' (3 minutes et 27 secondes), 6'03'' et 0'57''. Elles ont été créées à partir d'un enregistrement sonore d'une durée totale de 17'11'', résultant d'un enregistrement de terrain réalisé par l'auteur avec un enregistreur Tascam dr-22wl, le 15 mai 2019, lors d'une promenade dans le quartier de Boedo, dans la ville de Buenos Aires. De cette manière, l'enregistrement sonore contient une coupe, typique du montage et de l'édition des audios. Le voyage avec Santiago le long des avenues Boedo et San Juan et des rues Maza et Cochabamba n'est pas présenté de manière linéaire. La seule chose qui est maintenue de cette façon est le début et la fin. Les audios ont été réalisés sur la base du récit écrit, où je présente mes interprétations de l'écoute de Santiago et d'autres entretiens. Cependant, et c'est important pour moi, il n'y a aucune manipulation numérique du son. Une fois enregistré, il est allé directement dans le programme de montage où j'ai fait ce réarrangement. Maintenant, montez le volume, ou mieux encore - si vous en avez un - mettez vos écouteurs.

Sensorialités aveugles

Audio 1

Le son et l'écoute jouent un rôle fondamental dans l'expérience urbaine des personnes aveugles. Le champ sonore se révèle à eux d'une manière que ceux d'entre nous qui voient peuvent difficilement percevoir (Zuckerkandl, 1973), et c'est à partir de cette écoute qu'ils construisent leur rapport au monde, aux causalités et au mouvement. Ceci est notable au début de l'audio, lorsque nous émergeons de sous l'autoroute. Lors d'un entretien que nous avons eu avec Santiago avant notre promenade, il nous a fait remarquer ce qui suit :

Les premières fois que je suis venu ici, je suis arrivé et l'autoroute faisait beaucoup de bruit. Pas l'autoroute, pas les voitures au-dessus, elles ne font pas de bruit, ce sont les voitures en dessous. C'est toute une autoroute aérienne, c'est un pont, le son va jusqu'au côté, et c'est quelque chose que je ne comprenais pas du tout, et j'étais aveugle depuis quelques années, ça ne m'était jamais arrivé avant, petit à petit l'oreille s'éduque et commence à différencier les bruits. Vous savez où vous marchez, ce qu'il y a sur le côté, mais cela vous prend un mois (Entretien avec Santiago, 6 mai 2019).

Dans l'expérience urbaine des personnes aveugles, cette interrelation entre la dynamique de la substance acoustique et le rôle de l'écoute pour l'interpréter est toujours présente. Quand le son rebondit, le "références"3 se perdre et générer de la désorientation. Sous l'autoroute, la réverbération et le déplacement du son sur les côtés brouillent la construction mentale et pratique de l'espace, et le sujet perd son centre. De nouvelles références doivent être produites ou le sujet doit se concentrer pour suivre un chemin, jusqu'à ce que l'oreille s'habitue et perçoive et distingue à nouveau les sources émettrices, leurs rythmes et leurs directions. Le bruit, compris comme des moments de saturation acoustique, est un aspect qui contribue généralement à la perte de références. Considérons ces moments où les effets acoustiques d'un bâtiment ou la circulation sur une avenue sont si forts qu'ils masquent4 nos pas et nos voix, ainsi que le reste de l'environnement. Nous n'entendons rien d'autre que ces bruits jusqu'à ce que nous ayons fini de les traverser, comme lorsque nous tournons dans une rue étroite. Pour les aveugles, ces moments bruyants produisent un silence de leur propre corporalité, et une désorientation qui n'est résolue que lorsqu'ils peuvent reconstruire l'espace (et surtout leur place dans l'espace), en donnant un sens aux distances qui séparent leur corps des surfaces et des objets de l'environnement.

Selon Edward Hall (2003), Tim Ingold (2000) et David Le Breton (2009), l'expérience sensorielle des personnes aveugles articule profondément la perception auditive, tactile et olfactive. Ce sont les dispositifs sensoriels avec lesquels l'espace est construit, générant des références dynamiques à travers lesquelles ils situent leur corporalité par rapport à l'espace, au temps et au mouvement (le leur et celui des autres). Dans ce cadre, l'audition permet aux aveugles de rendre compte d'un " contour sonore des lieux " (Henri, 1958 : 274, dans Le Breton, 2009 : 95) et de révéler ainsi leur position corporelle et celle des différents objets et surfaces de l'environnement, contemplant à son tour ce que Walter Ong (2006 : 75) a affirmé par rapport à la manière dont, à travers l'écoute, nous pouvons interpréter l'" intériorité " des objets, des espaces et des personnes.

Les aveugles, en bref, habitent des "mondes sensoriels" (Hall, 2003 : 8) différents de ceux des voyants, de sorte que leurs références à l'espace sont plus dynamiques que la stabilité relative de la vue. C'est par leur propre mouvement qu'ils construisent l'espace sous la forme des textures, des odeurs et des sons de l'environnement. En ce sens, la sensorialité aveugle dépasse l'acoustique, de sorte que de nombreuses références de la dynamique urbaine mettent souvent en avant l'expérience tactile. Prenez par exemple le mouvement des transports souterrains, comme me l'a raconté Santiago lors d'une interview. Le métro, à l'approche de la sortie du tunnel, expulse une énorme masse d'air qui est clairement perceptible. Ce vent nous entoure, déplace les déchets du sol et arrive quelques secondes avant que les lumières du métro n'apparaissent dans le tunnel. Les gens font la même chose. Lorsque nous nous déplaçons, nous déplaçons l'air sur les côtés, ce qui, pour les aveugles, est l'indication de la présence de ce mouvement. Par conséquent, la sensorialité des personnes aveugles révèle certains aspects de l'environnement dans lequel nous nous déplaçons, et des différents effets de notre présence et de nos mouvements par rapport à cet environnement.

C'est pour ces raisons que Santiago me dit à plusieurs reprises que je ne remarque pas ou que je ne fais pas forcément attention à ces éléments qui pour lui sont évidents et fondamentaux dans son transit à travers la ville, comme la présence de déposes pour les voitures ou les entrées d'immeubles. Son oreille est entraînée à percevoir ces subtils changements acoustiques, tandis que je privilégie la vue et dois me forcer à écouter. Et ce n'est pas tout, son audition est dans un processus permanent d'éducation, car il dit que s'habituer et comprendre la sonorité de l'autoroute prend une période d'un mois.

Les références sont apprises dans la pratique quotidienne de la marche dans la ville à partir de la cécité. Tout événement peut constituer une référence, en fonction des circuits habituels des personnes. Une usine, un tube lumineux, des étals et des locaux gastronomiques, un atelier mécanique, un bâtiment climatisé, sont des exemples de la manière dont tout génère des stimuli acoustiques, haptiques et olfactifs qui peuvent être pris comme référence pour situer son propre corps dans le réseau des relations urbaines. L'écoute des aveugles, dans ce sens, est étroitement liée à la sonorité urbaine, c'est-à-dire aux phénomènes acoustiques qui entourent l'expérience sensorielle humaine et à leur comportement par rapport à la matérialité de la ville. C'est à partir de cette écoute centrée sur les caractéristiques existentielles du son que l'oreille est éduquée à reconnaître les causes récurrentes et à construire des références qui permettent de générer une carte de l'environnement avec le sujet et sa corporalité comme centre dynamique de l'expérience. Comme le propose Aguilar Díaz (2020 : 31) dans une approche ethnographique des déplacements d'un aveugle dans le centre historique de Mexico, il y a une élaboration de " cartes d'orientation mentale " qui organisent l'espace à travers lequel on passe.

On pourrait ajouter, dans le même temps, que la cécité constitue une expérience acousmatique (Schaeffer, 2003 ; Kane, 2014).5 qui se développe, en partie, dans la dynamique du trafic urbain. Reprenant la classification de l'écoute proposée par Schaeffer (2003 : 61-66), l'écoute réalisée à partir de l'expérience des aveugles est causale, en identifiant l'origine et les caractéristiques de la source émettrice ; elle est bien sûr sémantique, puisqu'elle doit détecter la signification de certains codes sonores urbains, comme le rythme des feux de signalisation pour les aveugles ; et elle est aussi réduite, centrée sur les propriétés acoustiques et les matérialités de l'environnement. Dans la complexité de cette écoute, les aveugles découvrent "d'autres modes de connexion avec le monde, des modes autrement éclipsés par le domaine de l'œil" (Zuckerkandl, 1973 : 3), et entendent ce que Schafer (2009:33) a appelé des "ombres acoustiques", c'est-à-dire, en bref, la construction auditive que les aveugles font de la ville à partir de leur expérience quotidienne de la traverser et de l'habiter.

Les impondérables de la vie urbaine (État, ville et cécité)

Audio 2

Dans la recherche de références, la canne est une ressource fondamentale dans l'expérience des aveugles. Les cannes pour aveugles sont des tubes d'aluminium pliables de quatre ou cinq longueurs, maintenus ensemble par un élastique et munis d'un embout en plastique. Lors de la marche, la canne anticipe le prochain pas à faire en enregistrant la largeur des épaules de la personne. Cela permet d'identifier les obstacles, comme une moto garée sur le trottoir, que ceux d'entre nous qui voient peuvent facilement éviter, mais qui représente un danger potentiel pour une personne aveugle. En marchant d'un côté à l'autre, à l'inverse des pas, la canne est tapée doucement sur le sol, produisant une substance acoustique qui est constamment interprétée comme le changement de texture des trottoirs et la distance aux murs. Tout en prêtant attention à l'effet acoustique du tapotement, les aveugles sont attentifs à leur environnement, identifiant les changements d'intensité sonore de l'espace et la présence d'obstacles éventuels, tels que des personnes ou des chantiers de construction. Dans ce sens, il est intéressant de noter comment cet objet est essentiel pour la production d'une série de pratiques d'écoute à travers lesquelles les aveugles se mettent en relation, dans leurs déplacements, avec la matérialité de la ville et avec d'autres citoyens, comme le moment dans l'audio ci-dessus où Santiago m'explique la stratégie qu'il a pour identifier l'arrêt de bus (ce qui se remarque dans le fracas métallique produit par l'impact de sa canne sur le poteau), et comment il fait appel aux autres passants pour savoir s'il est au bon endroit.

Les murs sont toujours des références pour les personnes aveugles. Lorsqu'il y a un mur à proximité, l'effet acoustique a été décrit comme un "vide", où l'écoute se termine par une légère résonance de l'impact des ondes sonores contre la façade des bâtiments. Lorsque le mur se termine aux angles, l'"ouvert" se produit, la sonorité change, les voitures sur les côtés s'ajoutent, l'écoute s'ouvre également et permet de déterminer s'il s'agit d'une avenue ou d'une rue, car la vitesse, le nombre de véhicules, le type de chaussée, la largeur de la route, ont des effets sur la façon dont le son s'exprime. Tout cela est simultané au mouvement de l'aveugle, qui prend note des sons de l'environnement, mais doit continuer à marcher. Ces données sont importantes pour traverser une rue, en plus d'autres stratégies liées à la culture routière (Wright, Moreira et Soich, 2019 ; Wright, 2020). Lorsque le feu s'arrête, Santiago attend quelques secondes pour traverser car il est courant que les motocyclistes accélèrent alors que le feu est encore rouge. L'ouverture est également perçue à l'entrée des parkings, des galeries, des chantiers ou des rampes d'accès ; ces endroits où l'on a l'impression que "quelque chose manque". Pendant que nous marchions, Santiago m'a prévenu lorsqu'il y avait des entrées et comment le son changeait, rebondissait davantage et générait un sentiment de profondeur. Plusieurs fois, il m'a fait remarquer qu'il était difficile pour moi de remarquer ce qu'il remarquait, car lorsque vous regardez, "vous résolvez avec vos yeux". Cela est devenu important lorsqu'une voiture a emprunté une rampe après notre passage. L'entrée n'avait pas d'alarme, une absence que Santiago a noté comme particulièrement dangereuse, car les trottoirs sont piétonniers et l'entrée d'un véhicule doit être signalée acoustiquement et visuellement.

À cet égard, il convient de noter qu'en 2015, l'entité gouvernementale copidis (Commission pour la pleine participation et l'inclusion des personnes handicapées) a publié la Boîte à outils de conception universellesur la base de la loi 962/03 sur l'accessibilité urbaine. Ce manuel présente de manière pratique ce à quoi la ville devrait ressembler en fonction de ces critères législatifs. Cependant, un problème persistant dans la ville de Buenos Aires est que les adaptations qui sont incorporées dans la conception ne sont pas toujours consultées avec leurs utilisateurs directs. Dans le même temps, peu ou pas d'informations circulent sur la fonction des adaptations, ce qui entraîne une certaine confusion tant chez les aveugles que dans le reste de la population.

Il est donc important de comprendre que les aveugles habitent et transitent dans la ville à partir d'une sensorialité non hégémonique. Les politiques publiques urbaines visant à l'intégration et à la coexistence de sensorialités qui ne sont pas centrées sur la vue sont souvent inefficaces, ce qui se traduit par l'absence d'une notion citoyenne générale de certaines difficultés dans la ville. Ou ce qu'il faut faire quand on rencontre des personnes aveugles. Les axes de réflexion sur ces questions sont certaines incohérences et discontinuités dans les adaptations urbaines.

Selon le recensement 2010 de l'Institut national des statistiques et des recensements (indec), la ville de Buenos Aires compte 318 000 personnes présentant différents niveaux de déficience visuelle, ce qui équivaut à environ 11% de la population totale cette année-là. Par conséquent, dans la conception de la ville, il existe des adaptations urbaines qui doivent assurer le transit des personnes. L'un d'entre eux est le feu de signalisation pour aveugles, une invention de l'Argentin Mario Dávila qui, bien qu'elle date de 1983, n'a été installée pour la première fois à l'angle de Chacabuco et Independencia que fin 1998 (La Nation, 1998). Les feux de signalisation pour aveugles ont la qualité d'émettre des avertissements acoustiques (ils pourraient bien être appelés "feux de signalisation pour aveugles"). feux de signalisation) que les aveugles interprètent pour savoir s'ils peuvent ou non traverser une rue. En 2012, sur les 3 660 coins de rue équipés de feux de signalisation, seuls 36 disposaient de feux adaptés aux aveugles (Clarín, 2012). Cette année-là, le projet de loi 4020, qui proposait l'adaptation des feux de signalisation existants, a fait l'objet d'un veto par le décret 4/2012, au motif que trois ans étaient une période courte pour de tels travaux et que la technologie sonore n'était pas suffisante compte tenu des niveaux de pollution sonore dans la ville, puisque dans de nombreux coins, le bruit de la circulation masque le son des feux de signalisation (enregistrement sonore 2). Cependant, la même année, des travaux ont été entrepris pour promouvoir l'installation de feux de signalisation pour aveugles à 150 coins de rue de la ville, dans le but d'étendre la gamme à 400.

Enregistrement sonore 2. Feu de circulation pour aveugles de la première série, installé à l'angle de Perú et Belgrano dans le centre de Buenos Aires. Il est intéressant de noter comment le bruit de la circulation masque parfois la sonorité du feu de signalisation. Enregistrement réalisé par l'auteur le 18 juin 2018.

Avant l'installation de ces feux de signalisation, apanovi a été consulté par la municipalité. L'association avait déjà fait appel à des ingénieurs pour générer son propre système de feux de signalisation, qu'elle a testé à l'angle des rues Boedo et Cochabamba, à une trentaine de mètres de l'institution (image 4). Lors d'un des entretiens, Santiago m'a décrit le fonctionnement de ce feu de signalisation :

[chacun] avait une minuscule télécommande, comme une boîte d'allumettes, à l'époque, c'était il y a plusieurs années, on appuyait et le feu disait "attendez les indications", il n'interrompait pas la circulation, il n'était pas encore prêt à traverser ; quand il démarrait, il disait "maintenant vous pouvez traverser la rue Cochabamba", c'était ici au coin, "10 mètres de large", on entendait un son "10 mètres de large". bipet quand c'était jaune, il allait plus vite, et alors il vous disait "maintenant vous pouvez traverser l'avenue Boedo, large de 18 mètres". Lorsque ce cycle était terminé, les feux de circulation s'arrêtaient (entretien avec Santiago, 6 mai 2019).

Figure 4 : Dispositif de conversation appelé lemqui donnait des indications à la demande des usagers. Il est situé à l'angle des rues Cochabamba et Boedo, à 30 mètres de l'hôtel. apanoviactuellement hors service. Source : Photographies prises par l'auteur le 18 septembre 2018.

Ce système de sonorisation à la demande présentait certaines caractéristiques qui favorisaient la sécurité des déplacements des aveugles et leurs relations avec le reste de la population. Tout d'abord, parce qu'une fois que le feu de signalisation est utilisé, il cesse de fonctionner jusqu'à ce que la personne suivante l'active. Ce fut un soulagement pour les habitants du carrefour, dont la première crainte était qu'il sonne toute la journée. Deuxièmement, les avertissements sonores ont été accélérés lorsque le temps pour traverser la route était compté, ce qui a conduit l'utilisateur à accélérer. Si le système est largement utilisé, il pourrait également être installé dans les stations de métro, les bâtiments publics et d'autres espaces urbains. En fait, un système similaire appelé Ciberpas est utilisé dans la ville de Barcelone, qui est activé par une télécommande omnidirectionnelle et émet également des signaux d'orientation, de passage et de fin (Cereceda Otárola, 2018:135).

Cependant, ce que la municipalité recherchait n'était pas une véritable consultation préalable de l'utilisateur. Au moment de la réunion, disent Rubén et Santiago - qui n'était pas encore président - les feux de signalisation avaient déjà été achetés et importés, et ce que l'on cherchait, c'était un aval institutionnel pour réaliser l'installation. N'oublions pas que, bien que les feux de signalisation pour aveugles soient toujours bénéfiques, ceux-ci ne présentaient pas les caractéristiques des précédents. Les feux de signalisation qui arbitrent aujourd'hui les carrefours de la ville présentent certaines particularités parfois contre-intuitives. Lorsqu'ils s'ouvrent, ils émettent une période de sons rapides qui s'espacent ensuite jusqu'à devenir silencieux, interrompus par une bip marquant sporadiquement la présence du passage à niveau. Ainsi, au lieu d'accélérer le rythme et de susciter la vigilance, les avertissements suggèrent une attitude contradictoire (image 5 et enregistrement sonore 3). À leur tour, ils fonctionnent tout au long de la journée, augmentant le volume le jour et le diminuant la nuit. Cela a tendance à irriter les voisins des carrefours, qui doivent souvent se plaindre auprès de la municipalité (ou bien choisir de les casser).

Système de feux de circulation actuellement en service aux intersections de la ville de Buenos Aires. Ce feu de signalisation pour aveugles est situé à un carrefour près de la station Plaza Virreyes de la ligne E du métro. Source : Photographie prise par l'auteur le 6 mai 2019.
Enregistrement sonore 3. L'image est complétée par ce registre sonore, produit simultanément par l'auteur. Ce registre montre comment le feu de signalisation comporte une période de sons rapides, puis une période de sons plus espacés, ce qui, dans l'expérience de l'aveugle, est contradictoire avec l'attitude à adopter pour traverser une rue. Notez, à votre tour, la différence acoustique avec l'enregistrement sonore 2, car ils correspondent à deux types de feux de signalisation pour aveugles installés à des époques différentes.

L'absence de consultation s'ajoute aux incohérences et discontinuités des autres adaptations urbaines. Comme pour la gestion des feux de signalisation, de apanovi a travaillé intensivement à la conception d'adaptations pour les déplacements dans les transports publics, par exemple en promouvant la loi sur l'annonce des gares et des stations de métro, qui sert de référence solide pour les personnes aveugles et aussi pour le grand public. Ils étaient présents dans la gestion des carreaux qui fonctionnent comme des alertes de gouffre et des guides sur les trottoirs de l'espace public, qui sont mentionnés par Santiago dans le premier et le dernier audio, car ils se trouvent sur les trottoirs de l'association. Deux types de tuiles ont été choisis apanovi et ont contribué à une plus grande sécurité pour les personnes malvoyantes. Des tuiles à bulles qui avertissent de l'imminence d'un gouffre, et des tuiles avec des gouttières qui servent de guide pour un passage sécurisé vers les tourniquets et les stations de métro et de train (Image 6). Ils sont jaunes, également pour alerter les personnes qui, sans être complètement aveugles, ont un degré élevé de déficience visuelle. Cependant, ces guides ne se trouvent pas dans toutes les gares et il n'y a pas de publicité efficace sur leur fonctionnement, de sorte que les personnes voyantes se tiennent souvent debout sur eux et entravent le mouvement des personnes aveugles.

Ainsi, même si au cours de la dernière décennie, on a voulu améliorer la conception de la ville pour le transit des personnes ayant différents degrés de déficience visuelle, la relation entre l'État, la ville et la cécité est encore marquée par cette série d'incohérences et de discontinuités qui obligent les aveugles à se guider sur d'autres types de références. L'espace public est rempli d'obstacles qui posent des problèmes pour le transit. Comme on peut le voir dans l'audio ci-dessus, il y a des échafaudages, des motos, des tables de bar et d'autres incohérences sur les trottoirs qui ne sont pas vraiment réglementés. Ces incohérences ou défauts de conception montrent donc comment l'État devrait promouvoir des solutions continues et cohérentes, approuvées par les utilisateurs et transmises à l'ensemble des citoyens. Mais tant que cette relation se poursuit dans cette veine, ce qui ressort, c'est la valeur pour les aveugles de ces pratiques d'écoute et d'attention lorsqu'ils se déplacent dans l'espace public.

Image 6. Les tuiles avec des bulles marquent l'imminence d'un abîme, tandis que les tuiles avec des gouttières indiquent un chemin. Source : Photographies prises par l'auteur à la station Boedo de la ligne E du métro, le 6 mai 2019.

Derniers mots (et autres sons)

Audio 3

Dans ce travail, j'ai cherché à saisir certains des résultats de mes recherches sur les sonorités et l'écoute à Buenos Aires, en prenant spécifiquement le cas des sensorialités aveugles dans le transport urbain. Je l'ai fait sous la forme d'une ethnographie sonore, une articulation de textes écrits, d'images et d'enregistrements sonores, en profitant de l'espace offert par ce type de propositions éditoriales pour la production multimédia de résultats. Au moins deux particularités de l'ethnographie sonore se dégagent alors, que l'on pourrait envisager en termes d'apport méthodologique. Tout d'abord, c'est un outil de recherche qui introduit l'enregistrement de terrain et le questionnement explicite des sonorités quotidiennes et de l'écoute d'un sujet ou d'un groupe social. Deuxièmement, que ces matériaux soient articulés et mis en dialogue afin de présenter les résultats de la recherche dans des formats inédits qui ne se réduisent pas seulement à une interprétation anthropologique écrite, mais qui incluent des aspects du travail de terrain qui font rarement partie de la présentation de la recherche et qui finissent par s'accumuler dans de vastes corpus des documents documentaires qui alimentent les archives des chercheurs.

Dans les audios qui précèdent chaque partie de ce travail, il est possible de percevoir à l'écoute ces instances ethnographiques éphémères et dynamiques qui ont servi de base à l'analyse centrée sur les caractéristiques existentielles des sensorialités aveugles, en dialogue, tension et négociation permanents avec la matérialité de la ville, la sonorité, le rythme urbain et les pratiques routières à Buenos Aires. Cela met en évidence les vastes possibilités ouvertes à la recherche à partir d'une écoute ethnographique qui interpelle et dénaturalise les mondes sonores et auditifs quotidiens, dans un cheminement critique vers les manières différentielles dont nous habitons les villes et y transitent. Dans ce cas, à partir d'une altérité ethnographique posée sur un plan sensoriel et perceptif, il est clair comment le dialogue entre deux manières différentes d'écouter les mêmes sons, de percevoir les sonorités urbaines et d'interagir avec elles, peut conduire à de nouveaux problèmes de recherche pour les études urbaines, posés à partir d'une sensibilité ethnographique alternative à l'hégémonie du visuel, du vu, du visible.

Cet intérêt est englobé dans le fait de proposer une recherche à partir et à travers le son, en tenant compte du fait que, bien que l'oreille fonctionne au niveau physiologique, elle " appartient en grande partie à la culture, c'est avant tout un organe culturel " (García, 2007 : 63). En ce sens, partir d'une question ethnographique et sociale sur l'écoute des sujets et leur perception de certaines expressions du monde audible nous permet de contextualiser cette expérience auditive et d'établir des connexions dans une sphère plus large de relations historiques, sociales et politiques. Dans le travail développé ici, ceci est évident dans les discontinuités et les incohérences des adaptations urbaines de la ville de Buenos Aires pour le transit sûr de beaucoup de ses habitants, un aspect d'une relation historique défectueuse entre l'état, la ville et les sensorialités et corporalités non hégémoniques qui l'habitent et la traversent. Cette relation défectueuse met en évidence le travail permanent de négociation de la matérialité de la ville qui émerge d'organisations telles que apanovi. Ainsi, bien qu'il existe des critères pour que la ville soit accessible et praticable pour tous les citoyens, et qu'il existe des entités non gouvernementales dirigées par des aveugles, il n'y a pas de réelle consultation avec les utilisateurs directs des différentes adaptations urbaines, ce qui conduit souvent à transformer la physionomie de la ville sans tenir compte des différentes sensorialités et corporalités à partir desquelles l'expérience urbaine est construite.

D'autre part, cette étude de cas centrée sur la sensorialité des aveugles nous permet de rendre compte de certains éléments des sonorités urbaines qui passent inaperçus dans l'expérience des voyants. Revenons brièvement sur les éléments audibles de cette œuvre. Comme je l'ai souligné au début, l'enregistrement sonore implique une écoute décontextualisée. À l'époque, je devais forcer mon écoute pour percevoir les éléments acoustiques que Santiago me signalait comme évidents, en partant toujours du principe qu'il serait difficile, voire inutile, que nous fassions attention à la même chose. En réécoutant le chemin parcouru, maintenant à travers les oreilles de l'enregistrement, je peux remarquer certaines questions qui sont passées inaperçues pendant la promenade, ou que j'ai naturalisées au fil des minutes. La canne qui ne cesse de taper ou de traîner sur le sol, et qui sert à percevoir les changements d'acoustique et de textures. On remarque également comment la même canne nous permet d'intuitionner le changement de vitesse que nous utilisons dans la marche. Il est clair, après plusieurs écoutes, la transformation acoustique qui s'opère en sortant ou en entrant sous l'autoroute. On peut définir de plus en plus clairement les voix des personnes qui se transforment fugitivement en protagonistes de notre conversation, celles qui, sur notre passage, sont collées immobiles aux murs, ou comme l'enfant qui nous a fait ralentir. Le volume de notre propre voix varie à différents moments, en fonction du bruit de fond plus ou moins important. De temps en temps, un véhicule surprend en accélérant. Le cliquetis du métal d'un outil frappant le sol annonçait à haute voix la présence d'un chantier de construction, où ma principale crainte était qu'il y ait un fil que je n'avais pas enregistré avec ma vue et qui nous blesserait d'une manière ou d'une autre. Et enfin, quelque chose de très subtil dans ce dernier audio, qui est le moment où Santiago passe à ma gauche pour suivre la trajectoire des poteaux-guides (Image 7), ce qui génère une spatialisation différente du son capturé par l'enregistreur.

Toutes ces questions révèlent la relation profonde qui existe entre les aveugles et les sons urbains lorsqu'ils se promènent dans la ville, qui, contrairement à la perception des voyants, sont constitués comme des références dynamiques pour situer le corps par rapport au temps et à l'espace. Dans la sensorialité aveugle, le bruit qui caractérise les villes annule donc les points de repère nécessaires pour s'y déplacer. Cela se produit lorsque les émissions acoustiques de la canne sont masquées ou réduites au silence par un événement acoustiquement saturé de la sonorité urbaine ; ou lorsque, pour la même raison, l'auditeur ne peut pas se connecter à une émission qui réoriente la trajectoire. Mais ces points de référence, étant dynamiques et arbitraires, peuvent aussi être mis en sourdine. Il peut même s'agir d'un tube d'éclairage défectueux sur le trottoir d'une avenue qui est retiré ou réparé. Là, face à ce silence, de nouveaux points d'écoute seront recherchés pour redonner une orientation au corps. En définitive, le silence n'est pas aussi problématique que le bruit dans les sensorialités aveugles, puisque les émissions acoustiques du corps lui-même créent toujours l'espace d'écoute.

Image 7. Tuiles de guidage installées sur le trottoir à l'entrée de la ville. apanovi pour compenser les inégalités du mur. Source : Photographie prise par l'auteur le 6 mai 2019.

Bibliographie

Aguilar Díaz, Miguel A. (2020). "Centralidad de los sentidos : desplazamientos de una persona ciega por el centro de la Ciudad de México". Encartesvol. 3, n° 5, pp. 29-55. https://doi.org/10.29340/en.v3n5.136

Ahumada, Valentina (2017). "Corporalité et performance. Les personnes atteintes de cécité acquise". Magazine du CISEN Tramas/Maepovavol. 5, n° 2, p. 17-35.

Alonso Cambrón, Miguel (2010). "Etnografía sonora". Réflexions pratiques". Sárasuatí. Revue électronique des sciences humainesn° 4, pp. 26-34.

Augoyard, Jean-François et Henry Torgue (2006). L'expérience sonore : un guide des sons de tous les jours. Montréal : McGill-Queen's University Press. Publié à l'origine en 1995.

Carvalho da Rocha, Ana L. et Viviane Vedana (2009). "Représentation imaginaire, données sensibles et jeux de mémoire : enjeux de terrain d'une ethnographie sonore". Revue chilienne d'anthropologie visuelleNo. 13, pp. 37-60. Extrait de http://www.rchav.cl/2009_13_art03_carvahlo_&_vedana_spa.html, consulté le 12 mai 2022.

Cereceda Otárola, Marcos (2018). Se déplacer à l'aveugle. Une étude ethnographique sur les mouvements urbains et les mobilisations des personnes ayant une diversité visuelle à Barcelone.. Thèse de doctorat. Barcelone : Faculté de psychologie, Université autonome de Barcelone.

Clarín (2012, 30 janvier). "150 feux de circulation high-tech pour les aveugles vont être installés". Clarín. Consulté sur https://www.pressreader.com/argentina/clarin/20120130/textview, consulté le 12 mai 2012.

Classen, Constance (1997). "Fondements d'une anthropologie des sens. Revue internationale des sciences socialesvol. 49, no. 153, pp. 401-412. https://doi.org/10.1111/j.1468-2451.1997.tb00032.x

Commission pour la pleine participation et l'inclusion des personnes handicapées (copidis) (2015). Un manuel pratique sur la conception universelle. Buenos Aires : Ville de Buenos Aires. Extrait de https://www.buenosaires.gob.ar/sites/gcaba/files/manual_de_diseno_universal_3.pdf, consulté le 12 mai 2022.

Csordas, Thomas (1993). "Modes somatiques d'attention. Anthropologie culturellevol. 8, no. 2, pp. 135-156. https://doi.org/10.1525/can.1993.8.2.02a00010

Dagnino, Alejandro (2019). Marche et autonomie. Ethnographie sur l'apprentissage du mouvement indépendant chez les personnes ayant une déficience visuelle dans trois associations de Buenos Aires.. Thèse de maîtrise. Buenos Aires : Instituto de Altos Estudios Sociales (idaes), Universidad Nacional de San Martín (unsam).

Domínguez Ruiz, Ana L. (2019). "El oído : un sentido, múltiples escuchas. Présentation du dossier Modes d'écoute". L'oreille pensantevol. 7, n° 2, p. 92-110. Extrait de http://revistascientificas.filo.uba.ar/index.php/oidopensante/article/view/7562, consulté le 12 mai 2022.

Fabian, Johannes (1983). Le temps et l'autre. Comment l'anthropologie fait son objet. New York : Columbia University Press.

García, Miguel (2007). "Los oídos del antropólogo". La musique Pilagá dans les récits d'Enrique Palavecino et d'Alfred Métraux". Runen° 27, pp. 49-68. Extrait de http://revistascientificas.filo.uba.ar/index.php/runa/article/view/2716, consulté le 12 mai 2022.

Granados, Alan (2018). La sonorité des mouvements sociaux. L'expressivité, performance et la praxis sonore dans les marches de protestation à Mexico. Thèse de doctorat. Mexique : Escuela Nacional de Antropología e Historia, Instituto Nacional de Antropología e Historia.

Hall, Edward T. (2003). La dimension cachée. Mexique : Siglo xxi. Publié à l'origine en 1966.

Ingold, Tim (2000). La perception de l'environnement. Essais sur les moyens de subsistance, le logement et les compétences. Londres et New York : Routledge.

Kane, Brian (2014). Sound Unseen. Le son acousmatique en théorie et en pratique. Oxford : Oxford University Press. https://doi.org/10.1093/acprof:oso/9780199347841.001.0001

La Nation (1998, 24 décembre). "Feu de circulation pour les aveugles". La Nation. Extrait de https://www.lanacion.com.ar/sociedad/semaforo-para-ciegos-nid122535/, consulté le 12 mai 2022.

Le Breton, David (2009). Le goût du monde. Une anthropologie des sens. Buenos Aires : Nueva Visión.

Martín, José L. et Santiago Fernández Trejo (2017). "La dimensión acústica de la protesta social : apuntes desde una etnografía sonora". Icônes. Revue des sciences socialesNo. 59, pp. 103-122. https://doi.org/10.17141/iconos.59.2017.2643

Muñoz, Daniel (2018). "Ajuster les infrastructures et les corps : trouver un chemin pour les personnes handicapées dans le système de transport public de Santiago", dans Jaime Hernández-García, Sabina Cárdenas-O'Byrne, Adolfo García-Jerez et Beau B. Beza (ed.), Espace urbain : expériences et réflexions du Sud global. Santiago de Cali : Pontificia Universidad Javeriana et Sello Editorial Javeriano, pp. 201-222.

Ong, Walter (2006). Oralité et écriture. Les technologies de la parole. Buenos Aires : Fondo de Cultura Económica. Publié à l'origine en 1982.

Petit, Facundo (2020a). La ville du bruit : Anthropologie de l'expérience sonore urbaine. Thèse de doctorat. Buenos Aires : Facultad de Filosofía y Letras, Universidad de Buenos Aires.

- (2020b). "Prácticas sonoras y desplazamientos sensoriales entre los banderilleros del tren de la Ciudad de Buenos Aires", in Natalia Bieletto-Bueno (ed.), Des villes dynamiques. Le son et l'expérience auditive urbaine en Amérique latine.. Santiago du Chili : Ediciones Universidad Mayor, pp. 1-18.

- et Nahuel Potenza (2019). "Sonoridades subterráneas : una etnografía de los músicos del subte de la Ciudad de Buenos Aires". L'oreille pensantevol. 7, n° 2, pp. 64-91. Extrait de http://revistascientificas.filo.uba.ar/index.php/oidopensante/article/view/7561, consulté le 12 mai 2022.

Schaeffer, Pierre (2003). Traité sur les objets musicaux. Madrid : Alianza. Publié à l'origine en 1966.

Schafer, Raymond Murray (2009). "Je n'ai jamais vu un son. Acoustique canadiennevol. 37, n° 3, pp. 32-34. Extrait de https://jcaa.caa-aca.ca/index.php/jcaa/article/view/2123/1870, consulté le 12 mai 2022.

Stoller, Paul (1992). Le goût des choses ethnographiques. Philadelphie : University of Pennsylvania Press. Publié à l'origine en 1989.

Vedana, Viviane (2010). "Territórios sonoros e ambiências : etnografia sonora e antropologia urbana". Illuminationsvol. 11, no. 25, pp. 1-14. https://doi.org/10.22456/1984-1191.15537

Wright, Pablo (2020). "Corps de route, culture et citoyenneté : réflexions anthropologiques". Inserts, vol. 3, n° 5, pp. 10-28. https://doi.org/10.29340/en.v3n5.139

- Mª Verónica Moreira et Darío Soich (2019). "Antropología vial : símbolos, metáforas y prácticas en las calles de Buenos Aires", dans Leticia Katzer (ed.), Perspectives ethnographiques contemporaines en Argentine. Mendoza : Instituto de Arqueología y Etnología de la Facultad de Filosofía y Letras de la Universidad Nacional de Cuyo, pp. 164-215.

Zuckerkandl, Victor (1973). Le son et le symbole. La musique et le monde extérieur. New York : Princeton University Press. Publié à l'origine en 1956.


Facundo Petit D. et professeur d'anthropologie (Faculté de philosophie et de littérature, Université de Buenos Aires, Argentine). Boursier postdoctoral du conicet (2021-2024). Il participe à trois projets de recherche : l'équipe d'anthropologie des religions (oreille), Culturalia, et le projet archéologique et anthropologique de Pallqa. Plusieurs de ses ouvrages peuvent être consultés à l'adresse suivante : https://fyl.academia.edu/FacundoPetit.

S'abonner à
Notifier
guest
0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires

Institutions

ISSN : 2594-2999.

encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

Télécharger dispositions légales complet

EncartesVol. 5, n° 10, septembre 2022-février 2023, est une revue universitaire numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, n° 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte, A. C..., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexico, Tel. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tél. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tél. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Accueilli à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière modification : 22 septembre 2022.
fr_FRFR