COVID-19 sous l'objectif

Cette sélection de photographies prises pendant la pandémie provoquée par COVID-19 nous montre de nouvelles situations générées par l'enfermement. Elle constitue une mémoire visuelle des ravages, des déplacements et des innovations qu'elle a entraînés.

Lun appel à candidatures covid-19 sous l'objectif propose des situations inédites qui ont été capturées par des photographies prises lors de la pandémie causée par le virus de la grippe aviaire. covid-19 (mars à août 2020). La rédaction des Encartes a souhaité laisser une mémoire visuelle des ravages, des déplacements et des innovations qu'il a entraînés et a lancé un concours photographique ouvert à tous. Les photos sélectionnées nous montrent de nouvelles situations générées par l'enfermement, comme les visages de deux femmes âgées qui regardent la rue depuis leur fenêtre, ou les Parisiens qui sortent sur leur balcon pour applaudir les héros de la santé, ou encore l'employé de bureau qui transforme son lit en bureau.

La peur de la contagion a institué l'utilisation du gel antibactérien comme monnaie d'échange humaine, a institué le couvre-bouche non seulement comme vêtement sanitaire, mais même comme gadget Il est même devenu un nouveau sous-vêtement qui se lave et se repasse tous les jours comme les autres. Il s'est même imposé comme un nouveau sous-vêtement qui se lave et se repasse tous les jours comme les autres.

La pandémie a entraîné dans son sillage de nouveaux paysages de désolation, même sur les places et dans les centres des villes les plus densément peuplées. Elle a imposé des relations de "saine distance" au point de perturber les interactions en face à face, en virtualisant non seulement le travail mais aussi les relations intimes et les fêtes d'anniversaire, ou en transformant la célébration de la maternité en un défilé de voitures. Elle s'est également imposée par la fermeture des églises, bien que les fidèles aient continué à chercher la bénédiction de la vierge derrière les barreaux. La distance salutaire a affecté la manière de vivre et d'expérimenter l'espace et le temps quotidiens, provoquant de longues files d'attente au supermarché, ou introduisant de nouvelles distances journalistiques pour interviewer les sources officielles de soins de santé. La covid-19 ne sera pas oubliée, les photographies montrent aussi la créativité populaire capable de transformer le virus menaçant en une piñata inoffensive et colorée que l'on peut réduire en bouillie lors d'une fête d'enfants.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 1 =