Remettre en question les territorialités néolibérales : vies, corps et terres en litige

    Réception : 16 décembre 2019

    Acceptation : 26 mars 2020

    Des territoires incarnés. Extractivisme, communalismes et genre sur le plateau de P'urhépecha.

    Verónica Velázquez2019 Cátedra Jorge Alonso, Guadalajara, 293 p.

    Eu cours des 30 dernières années, nous avons été témoins de la manière dont la gouvernance néolibérale accentue les différences afin de contrôler et de marchandiser la vie et la nature en les rendant productives pour un capitalisme mondial. Alors que nous assistons à une intensification des temps et des espaces de domination, de dépossession et d'exploitation, nous avons affaire à un renouvellement des formes coloniales d'oppression et d'accumulation, étayées par un racisme et un sexisme persistants et résurgents. Ainsi, nous vivons dans une bataille constante pour le contrôle et l'appropriation des vies, des corps et des territoires, où nous observons l'entrelacement de ces formes coloniales avec les dynamiques extractivistes néolibérales. Les femmes indigènes à faibles revenus sont donc celles qui subissent l'un des visages les plus cruels de ce système capitaliste projeté dans l'image de la modernité/colonialité. Cependant, alors qu'elles souffrent d'une violence, d'une dépossession, d'un conflit et d'une inégalité croissants, nous observons également comment elles parviennent non seulement à survivre, mais aussi comment certaines ouvrent de nouveaux espaces de participation politique qui remettent en question les hiérarchies ethniques, de genre et de classe et promeuvent l'égalité entre les sexes. autres des modes de relation au territoire et à la nature. C'est là que réside la pertinence du travail de Verónica Velázquez.

    Votre livre Des territoires incarnés. Extractivisme, communalismes et genre sur le plateau de P'urhépecha.lauréate du Prix Cátedra Jorge Alonso 2019, dans une perspective inspirée de l'anthropologie, de la géographie critique et du féminisme, nous montre comment le capitalisme a affecté le quotidien des femmes P'urhépecha à Zirosto et Cherán (Michoacán) en favorisant la violence et en accentuant la précarité des corps, des vies et des terres. À travers une ethnographie engagée et éthique, cette jeune anthropologue partage ses expériences et les leçons apprises en travaillant avec elles dans les champs d'avocats de Zirosto, dans le Michoacán. baies à Los Reyes, et dans la pépinière forestière de Cherán. Avec un récit détaillé, elle nous plonge dans ce que signifie vivre et travailler en tant que femme dans ces espaces construits selon une logique capitaliste, raciste et patriarcale. Son travail montre la créativité et l'engagement que nous devons avoir dans notre travail d'investigation, tout en exposant la peur, la violence et les risques quotidiens que nous vivons dans un Mexique de plus en plus déchiré par la guerre contre la drogue. En disant cela, l'auteur nous renvoie à quelque chose qui a été souligné dans les discussions sur l'extractivisme, à savoir l'articulation étroite en Amérique latine entre le trafic de drogue, l'accumulation par dépossession et la progression de la violence. Ici, ce ne sont pas seulement les terres qui sont disputées entre différents sujets locaux, nationaux et transnationaux, mais aussi la vie et le corps de femmes comme celles du plateau de P'urhépecha.

    Silvia Federici (2004) nous invite à ne pas perdre de vue la continuité dans la manière dont le capitalisme s'est développé et se manifeste aujourd'hui par une violence aiguë à l'égard des femmes. Dans cette ligne, Verónica souligne certains parallèles avec les modèles de développement antérieurs, tout en montrant comment les oppressions subies historiquement renforcent la vulnérabilité du corps des femmes P'urhépecha. L'accès à la terre, le régime foncier et la gestion des terres, activités "masculines", marquent ainsi la manière actuelle dont les femmes sont intégrées ou non au marché du travail et à la vie communautaire. Pour l'auteure, ce que vivent ces femmes est, à l'instar de Gladys Tzul Tzul (2016), une inclusion différenciée dans le tissu communautaire, puisque l'usage de la terre se transmet de manière patrilinéaire. En même temps, les kaxumbekua (honneur), souligne-t-elle, a fonctionné comme un dispositif de contrôle pour maintenir la subordination des femmes aux logiques patriarcales. Ainsi, l'auteur décrit différentes pratiques telles que le vol de la mariée et la résidence patriarcale-locale comme des formes qui ont maintenu l'ordre des sexes inchangé et perpétué la violence à l'égard des femmes. De même, les hommes, en monopolisant la gestion des collectivités et des espaces publics, ont étouffé les voix des femmes, tout en maintenant le contrôle et la surveillance de leur corps et en les reléguant dans l'espace privé/domestique. Pour moi, c'est peut-être là que réside la faiblesse de l'ouvrage, car il nous laisse dans l'attente d'une analyse plus approfondie, encadrée par des discussions sur l'entrelacement du moderne et du colonial.

    Néanmoins, le travail de Verónica nous donne des indications importantes sur les conséquences des transformations en cours dans la région. L'un des changements les plus importants est la façon dont, suivant la logique du marché et les hiérarchies de genre, le système agricole traditionnel est éliminé pour faire place à l'industrie agro-exportatrice. Cela montre que les sociétés transnationales dictent ce qu'il faut produire, comment et pour qui. Cela a conduit à un changement des rythmes de vie pour suivre les temps de production et les modes de vie qui favorisent le capital étranger. En outre, comme l'analyse Judith Butler, les corps des femmes qui sont aujourd'hui des travailleuses journalières sont précarisés, violés et mis au rebut. Elle nous raconte, par exemple, comment les maladies de Zirosto sont nées de la contamination de leurs corps par l'agro-industrie de l'Union européenne. baies. Pour eux, le cancer de la peau, le lupus et les enfants atteints de malformations congénitales deviennent des événements quotidiens. Ce qui leur arrive n'est pas exceptionnel, mais dans tout le pays, il est devenu évident que certains corps ne valent rien dans ce système économico-politique. C'est le cas dans les communautés de Mezcala et San Pedro Itzicán (Jalisco), où l'eau contaminée a été identifiée comme la cause de la mort d'enfants par insuffisance rénale (Jacobo Contreras, 2018). Cependant, le gouvernement a préféré détourner le regard des industries qui rejettent leurs déchets dans le bassin versant Lerma-Chapala-Santiago, car de nombreux intérêts économiques et politiques sont en jeu. Le développement entraîne des coûts et des dommages collatéraux, et ces décès ne sont considérés qu'en ces termes par les réseaux de pouvoir.

    Dans la même veine, Veronica, en utilisant la perspective de l'intersectionnalité développée par les féministes de couleur, montre comment l'agrobusiness utilise différentes classifications sociales pour perpétuer des conditions d'emploi précaires, tout en augmentant la violence et l'insécurité dans la vie de ces femmes. Elle utilise la notion de "corps différencié" pour comprendre comment les territorialités néolibérales renforcent et croisent les différentes oppressions incarnées dans les corps de ces travailleurs journaliers, afin de générer de plus grands profits et de favoriser certains secteurs locaux et internationaux. Il s'agit d'un mécanisme de perpétuation et d'accentuation de la domination au profit du capital transnational qui entraîne la transformation de l'économie locale et des paysages naturels, la dispersion et la fragmentation de la population et la précarisation de la vie des femmes. Ce qui arrive aux femmes P'urhépecha n'est pas exclusif ; en effet, les femmes indigènes journalières de la vallée de San Quintín présentent une situation similaire, où la violence, la précarité, les bas salaires et la marginalisation font partie de leur vie quotidienne (Niño Contreras, 2004). et al., 2016). Le travail de Verónica nous aide donc à comprendre les conséquences de ce modèle extractiviste dans notre pays, qui se manifestent non seulement dans la sphère personnelle et professionnelle, mais aussi dans la communauté, où les tensions et la stigmatisation des femmes augmentent.

    Cependant, l'auteur constate que différentes territorialités convergent sur le plateau de P'urhépecha, c'est-à-dire qu'il existe différentes réponses spatiales aux processus de dépossession. À Zirosto, d'une part, ils sont insérés dans le modèle agro-exportateur suivant les logiques spatiales néolibérales et l'accumulation capitaliste ; d'autre part, à Cherán, il y a une recherche du bien commun, de la valeur d'usage d'un point de vue ethnoécologique. Sans perdre de vue les contradictions, les ambiguïtés et les problèmes internes auxquels sont confrontées ces communautés, il souligne l'émergence de différentes configurations de communalisme, mais se demande si ces communalismes émergents constituent réellement une alternative aux géographies capitalistes. Il est essentiel de comprendre le rôle que jouent les femmes dans ces configurations. Il existe sans aucun doute différentes façons d'être une femme sur le plateau de P'urhépecha, mais il est important de noter les progrès réalisés par certaines d'entre elles dans la création de politiques communautaires plus inclusives. L'une des grandes contributions du livre est, en ce sens, l'espoir qu'il tisse à travers la vie de trois femmes leaders de Cherán, qui, de différentes manières, défient les hiérarchies de genre pour se frayer un chemin dans l'espace public, tout en revendiquant leur ethnicité, leurs connaissances et leurs pratiques liées à la défense du territoire.

    C'est grâce à eux que Veronica discerne la création d'une territorialité contre-hégémonique où la participation publique est élargie, les forêts communautaires sont reconstituées, la durabilité environnementale est poursuivie, les liens communautaires sont renforcés, les sens de la vie et de la justice inclusifs et collectifs sont fournis, et une territorialité ancestrale/sacrée et ethnique est récupérée avec sa charge symbolique-identitaire. Territoires incarnésElle contribue ainsi à une conceptualisation de l'espace-territoire qui dépasse les visions masculines et capitalistes. Pour Verónica, il existe d'autres manières de se rapporter au territoire, de sentipensarlocomme le dirait Arturo Escobar, où le savoir local est revalorisé et articulé avec le soin de la vie et de la nature. L'extractivisme a inscrit sur les territoires et les corps les idéaux d'un développement néolibéral prédateur qui menace aujourd'hui les communautés indigènes par son expansion, à travers la mise en œuvre d'une série de mégaprojets ; heureusement, des œuvres comme celles de Veronica, issues des marges, alimentent notre réflexion et notre recherche d'alternatives collectives pour stopper l'élan des territorialités néolibérales.

    Bibliographie

    Federici, Silvia (2004). Caliban and the Witch. Nueva York: Autonomedia.

    Jacobo Contreras, Manuel Alejandro (2018). “La justicia simulada: persistencia de enfermos renales”, en Inés Durán Matute y Rocío Moreno (ed.), Voces del México de abajo. Reflexiones en torno a la propuesta del cig. Guadalajara: Cátedra Jorge Alonso, pp. 251-260. Recuperado de http://www.catedraalonso-ciesas.udg.mx/sites/default/files/voces_del_mexico.pdf, consultado el 16 de julio de 2020.

    Niño Contreras, Lya Margarita, José Moreno Mena y Amalia Tello Torralba (2016). “La Casa de la Mujer Indígena en San Quintín: experiencia de creación, obstáculos y retos”, Diario de Campo, núm. 12, pp. 7-16. Recuperado de https://www.revistas.inah.gob.mx/index.php/diariodecampo/article/view/9780/0, consultado el 16 de julio de 2020.

    Tzul Tzul, Gladys (2016). Sistemas de gobierno comunal indígena: mujeres y tramas de parentesco en Chuimeq’ena’. Guatemala: Editorial Maya Wuj.


    Inés Durán Matute est titulaire d'un doctorat en sciences sociales de l'université de Sydney, en Australie. Elle a effectué un stage postdoctoral au Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social (ciesas), West Branch, et un autre à l'Institute for Research on Labor and Employment, University of California Los Angeles (ucla). Elle est actuellement post-doctorante au sein du Groupe de recherche international sur l'autoritarisme et les contre-stratégies, Rosa Luxemburg Stiftung, Allemagne, et à l'École supérieure de sociologie, Institut des sciences sociales et humaines, Benemérita Universidad Autónoma de Puebla. Elle adopte une position militante en faveur de la lutte nationale des peuples indigènes pour la défense de leurs territoires, de leur identité, de leur histoire, de leurs droits et de leurs modes de vie. Ses publications récentes comprennent Peuples autochtones et géographies du pouvoir. Récits de Mezcala sur la gouvernance néolibérale. (2019) et "Indigeneity as a transnational battlefield : disputes over meanings, spaces and peoples", Globalizations (2020). orcid: 0000-0001-8430-6223.

    Susciter l'intérêt
    Notifier
    guest

    0 Commentaires
    Retour d'information sur Inline
    Voir tous les commentaires

    Institutions

    ISSN : 2594-2999.

    encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

    Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

    Télécharger dispositions légales complet

    EncartesVol. 7, No. 13, mars 2024-septembre 2024, est une revue académique numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, No. 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte Norte, A. C.., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexique, Tél. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tel. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tel. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Hébergé à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière mise à jour : 25 mars 2024.
    fr_FRFR