L'amarante en tant qu'aliment indigène : production patrimoniale et activisme alimentaire

Réception : 3 mars 2021

Acceptation : 16 juin 2021

Résumé

Ce texte analyse la patrimonialisation de la nourriture comme un processus social qui produit de l'indigénéité à travers l'activisme alimentaire. Il présente le cas du Grupo Enlace para la Promoción del Amaranto en México, un acteur du débat sur la souveraineté alimentaire, qui promeut la production, la transformation et la consommation de cette céréale. Il illustre ses actions, ses pratiques organisationnelles et les récits qui ont doté l'amarante d'une série de valeurs associées à sa place dans le régime alimentaire mésoaméricain, ce qui, actualisé en tant qu'aliment indigène et ancestral, a conduit à sa désignation comme patrimoine immatériel de la ville de Mexico. La pertinence de ce type d'activisme pour la production de l'indigénéité dans le domaine du patrimoine alimentaire est démontrée.

Mots clés : , , , ,

l'amarante en tant qu'aliment indigène : production de patrimoine et activisme alimentaire

Abstract : Ce texte analyse comment la transformation des aliments en patrimoine est un processus social qui produit l'indigénéité via l'activisme alimentaire. Il présente le cas du groupe Enlace pour la promotion de l'amarante au Mexique, un acteur dans la dispute sur la souveraineté alimentaire, qui propulse la production, la transformation et la consommation de cette céréale. Elle illustre les événements alimentaires, les pratiques organisationnelles et les récits qui ont conféré à l'amarante une série de valeurs liées à sa place dans le régime alimentaire méso-américain, qui, actualisées en tant qu'aliment indigène et ancestral, ont contribué à la faire connaître comme patrimoine immatériel de la ville de Mexico (cdmx). Nous montrons la pertinence de ce type d'activisme pour la production de l'indigénéité dans le cadre du patrimoine alimentaire.

Mots-clés : patrimoine, activisme alimentaire, amarante, alimentation indigène, indigénéité.


Introduction

Dans le cadre de la patrimonialisation1 les activités culturelles promues par l unesco en 2003,2 la création d'un patrimoine alimentaire vise à sauvegarder des cuisines ou des produits considérés comme "traditionnels",3 locale et peu connue. " Par le haut " vise à promouvoir le développement économique, les intérêts de l'industrie gastronomique et le tourisme (Bessiére, 1998 ; Matta, 2013). " Par le bas ", elle contribue à la construction discursive du lieu, de l'identité et de la culture (Littaye, 2016) et dans " les processus d'ethnogenèse, de défense de l'identité et du territoire " (Guzmán Chávez, 2019 : 12) lorsque les populations autochtones trouvent une opportunité de négocier la visibilité et la reconnaissance ethnique devant les instances nationales et internationales (Bak-Geller Corona, 2019). Dans les deux cas, elle a un impact direct sur les communautés, les relations sociales et interpersonnelles et les processus plus larges de négociation de ce que sont et sont considérés comme des cuisines, des aliments culturellement appropriés et des " aliments authentiques " (Stanford, 2012), et interroge de manière critique la dynamique de la mondialisation à la lumière des pratiques et des interactions locales, régionales, nationales et transnationales. Si les initiatives les plus connues sont celles promues par les gouvernements et les organismes internationaux, ce que montrent les études récentes, c'est que le patrimoine alimentaire est rendu possible, compris et valorisé dans la vie et les pratiques quotidiennes des acteurs communautaires (Pérez Ruiz et Machuca, 2017 ; Suremain, 2017, 2019a ; Bak-Geller Corona, 2017). et al., 2019).

En Amérique latine, des initiatives patrimoniales ont vu le jour suite à l'organisation de divers acteurs autour de la souveraineté alimentaire, du droit à une alimentation saine et de la valorisation des cuisines et produits locaux (Rebaï et al., 2021), face aux effets de l'agro-industrie et aux changements rapides des régimes, des modes d'alimentation et des habitudes alimentaires. Une conséquence de ce processus est " la revitalisation d'ingrédients traditionnels reconnus pour leurs valeurs nutritionnelles, leurs avantages agricoles ou leur durabilité en matière de sécurité alimentaire " (Sébastia, 2017 : 7).

La recherche sur le patrimoine prend en compte "les processus institutionnels, économiques, politiques, sociaux, culturels et identitaires de valorisation de l'agrodiversité, de l'alimentation et de la gastronomie" (Rebaï et al., 2021 : 15). Ils examinent l'évolution des cultures et des manières de cuisiner et de manger face à l'expansion des marchés, des politiques agricoles, de la diffusion des médias et de l'information (Rebaï, 2021 : 15). et al2021), l'émergence d'une base de consommateurs en quête d'authenticité (Littaye, 2016) et " la valorisation symbolique des racines indigènes des cuisines locales " (Suremain, 2017 : 175).

Le patrimoine fonctionne comme "un marqueur d'identité et un élément distinctif du groupe social" qui "fournit une profondeur historique et un modèle permanent dans un monde en constante évolution" ; en tant que lien temporel, il est indissociable de la tradition et est considéré comme un "réservoir de sens nécessaire à la compréhension du monde" (Bessiére, 1998 : 26). La créer implique de débattre des notions d'ancestralité, de légitimité et d'authenticité dans certaines pratiques culturelles (Guzmán Chávez, 2019), de discuter de la manière dont " sa " culture est mise au service d'intérêts spécifiques (Bak-Geller Corona. et al., 2019) et réfléchissent à l'intervention des organismes officiels qui " activent " l'initiative patrimoniale (Medina, 2017). La patrimonialisation s'exprime comme " une action exercée par des sujets sur quelque chose qui n'était pas auparavant un patrimoine et qui est destiné à le devenir " (Pérez Ruíz et Machuca, 2017 : 5).

Ce processus génère une tension entre la " patrimonialisation ordinaire " - un type de pratique sociale qui échappe au champ formel des institutions et des organisations que nous comprenons comme étant caractéristique des " configurations du patrimoine alimentaire " - et la " patrimonialisation ordinaire " - un type de pratique sociale qui échappe au champ formel des institutions et des organisations que nous comprenons comme étant caractéristique des " configurations du patrimoine alimentaire ".4 (Suremain, 2019b : 12)- et le patrimoine institutionnel : " le processus de sélection de ce qui mérite d'être valorisé peut être doublement problématique, en raison du profil de ceux qui décident et en raison des critères de sélection eux-mêmes. Elle peut alors conduire à une réinvention de l'"ancestral" - un terme qui n'est apparu que récemment - du "typique" ou du "traditionnel" (Hobsbawm et Ranger, 1983)... et qui correspond à un processus de catalogage qui implique un intérêt "objectivant"" (Rebaï et al., 2021: 16).

Sur tout le continent, nous observons comment ce processus de catalogage fournit un arsenal de notions pour définir les initiatives patrimoniales, comme le " produit culturel argentin " (Álvarez et Sammartino, 2009), la " nourriture indigène communautaire " en Bolivie (Suremain, 2019b) ou les " routes gastronomiques " (Suremain, 2017), et... super aliments au Mexique (Katz et Lazos, 2017). Comme le souligne Ayora-Díaz, " toutes ces affirmations, déclarations, certifications du caractère patrimonial des formes alimentaires, des pratiques et techniques d'élaboration des aliments, des systèmes culinaires et du patrimoine culturel du pays " (Ayora-Díaz et Lazos, 2017).La tradition gastronomique a cependant un arrière-plan politique et une négociation des visions du monde habité par les groupes sociaux, et la légitimation de leurs récits du passé et du présent " (2019 : 212).

Afin de contribuer aux analyses sur la production du patrimoine alimentaire qui s'intéressent aux acteurs, à leur organisation et à leurs pratiques (Bak-Geller Corona et al.2019 ; Rebaï et al., 2021), ainsi que dans la négociation d'éléments indigènes entrant dans le circuit mondial à l'ère de la " résurgence ethnique " (Matta, 2013), nous présentons dans ce texte l'" activisme alimentaire " (Siniscalchi et Counihan, 2014 ; Counihan, 2014b) du groupe Enlace pour la promotion de l'amarante au Mexique (gepam). Le suivi que nous avons entamé pour rendre compte de l'absence et de l'émergence de l'amarante et de l'organisation sociale autour d'elle (Curiel, 2016) nous a amenés à observer les pratiques et les discours que le groupe a déployés dans divers événements publics. Dans ce texte, nous nous demandons quel rôle joue l'activisme alimentaire dans la production d'une "alimentation indigène". Et comprenant le patrimoine comme une production matérielle et symbolique qui implique d'observer la décontextualisation et la recontextualisation ultérieure de certains éléments (Frigolé, 2010), nous nous penchons sur les aspects symboliques, discursifs et les objets matériels que cet activisme a utilisés pour parvenir à la dénomination de l'amarante comme patrimoine de la ville de Mexico (Frigolé, 2010).cdmx) et leur inclusion dans le panier de base.

Nous abordons ces questions à travers le concept d'indigénéité élaboré comme les " processus historiques, sociaux, politiques à travers lesquels certaines personnes, groupes, pratiques, objets peuvent être identifiés et/ou peuvent se revendiquer comme indigènes " (López Caballero, 2016 : 10), qui questionnent à la fois l'idée de " notre origine commune ", située dans le passé préhispanique, et la légitimation des peuples indigènes contemporains par leur " lien indissoluble et transhistorique avec ce passé " (López Caballero, 2010 : 137).

Si l'exclusion de l'Indien et de l'indigène a caractérisé le discours des cuisines du 20e siècle, ce n'est pas la première fois que le xix (Bak-Geller Corona, 2019), des recherches récentes dans le domaine du patrimoine alimentaire révèlent la valeur ajoutée.5 qui apparaît dans les aliments identifiés comme indigènes dans un contexte " caractérisé par la logique néolibérale et mercantiliste qui transforme la culture en un bien de consommation " (Bak-Geller Corona, 2019 : 44) lorsqu'elle produit des aliments qui " estampillés comme indiens, sont à la mode [car représentés] comme des aliments authentiques, vrais ou purs " (Suremain, 2017 : 174). La route du " chocolat maya " en est un exemple (Suremain, 2019a). Nous présentons ensuite la discussion sur la production du patrimoine, l'activisme alimentaire et l'indigénéité, puis la montée en puissance de l'industrie de l'alimentation. gepam. Nous incluons une brève histoire de l'amarante afin de situer la pertinence qu'elle a acquise ces dernières années en tant qu'aliment et culture. Les événements alimentaires sont illustrés sur la base des informations recueillies à partir de notes de terrain prises entre 2016 et 2018, de l'observation des participants, de conversations informelles et du suivi des journaux. Dans la dernière section, nous concentrons les annotations finales.

Patrimoine, activisme alimentaire et aliments indigènes

Le patrimoine alimentaire est défini comme "l'ensemble des éléments matériels et immatériels des cultures alimentaires considérés par une société ou un groupe comme un héritage partagé, comme un bien commun" (Bak-Geller Corona et al., 2019 : 19). Leur création répond en partie aux exigences du marché du tourisme (Bessiére, 1998, 2013), caractérisé par une tendance au " retour au local ". Leurs dynamiques récupèrent les aliments marginalisés à travers des processus complexes de négociation, de représentation (Stanford, 2012), de tensions et de contradictions autour de ce qui doit être inclus et promu en tant qu'initiative patrimoniale (Matta, 2013). Comme le souligne Rebaï et al.,

si le patrimoine et la patrimonialisation peuvent devenir des outils pragmatiques de reconnaissance des populations exclues des grands processus de mondialisation, la patrimonialisation peut néanmoins conduire à la sanction des espaces (Cormier-Salem et al2002) ou provoquent, dans certains contextes, la fixation ou la folklorisation de pratiques et de savoirs (Dhaher 2012 ; Cornuel, 2017) (Rebaï et al., 2021: 16).

En tant que pratique historique, le patrimoine nécessite un discours sur le passé -sélectionné, manipulé- dès lors qu'une de ses conceptions et utilisations renvoie aux origines de certaines entités (Frigolé, 2010). Dans " une société préoccupée par la perte de ses propres traces " (Bessière, 1998 : 28) et ayant besoin de " situer les référents socioculturels et identitaires par rapport à ses propres conceptions du temps et de l'espace " (Medina, 2017 : 107), des liens sont produits entre des pratiques culturelles considérées comme " traditionnelles " ou " ancestrales " et les populations contemporaines, afin de " justifier le présent par le recours à un passé plus ou moins fictif " (Bak-Geller Corona. et al., 2019: 23).

Bien que marginaux dans le domaine du patrimoine alimentaire, les produits locaux ou les cuisines indigènes sont perçus comme " respectueux de l'environnement, intrinsèquement sains, représentatifs d'une identité ou comme des reflets complexes de saveurs authentiques ", les recadrant conceptuellement à partir des notions de localité et d'historicité (Finnis, 2012 : 5-6). Considérés comme un patrimoine, ils fonctionnent comme un moyen de prétendre que certaines populations maintiennent dans le présent des pratiques ancestrales, préhispaniques, autochtones, millénaires, traditionnelles et authentiques, c'est-à-dire indigènes.

La revendication patrimoniale est également poursuivie par des acteurs locaux qui favorisent leur entrée active sur le marché (Finnis, 2012 ; Counihan, 2014a), qui, dans certains cas, élaborent des représentations de l'alimentation comme des traditions localisées propres aux populations autochtones (Littaye, 2016). Il a été documenté que les gens " récupèrent " les pratiques alimentaires afin de repenser leurs identités, de les représenter stratégiquement à un public plus large, de gagner en légitimité et de générer des revenus économiques (Di Giovani et Brulotte, 2014).

Ce " renouveau ethnique " peut être considéré comme une célébration de la cuisine de " l'autre ", comme une source de divertissement ou de capital culturel, car il implique des adaptations, des réappropriations et des traductions (Matta, 2013), qui produisent dans certains cas des " anachronismes patrimoniaux " (Suremain, 2019a). Celles-ci sont le résultat de l'intervention d'agents étatiques, internationaux et académiques disposant d'une expertise et d'un pouvoir suffisants pour les produire, ainsi que d'agents de la société civile qui impulsent des initiatives patrimoniales par leur activisme, même si elles nécessitent des instances officielles pour leur reconnaissance sociale (Medina, 2017).

Bien que la nourriture mexicaine jouisse d'une bonne réputation et d'une expansion internationale depuis le siècle dernier (Pilcher, 2008), ce n'est qu'en 2010 qu'elle a obtenu sa reconnaissance en tant que patrimoine culturel immatériel devant le unesco (Stanford, 2012 ; Santilli, 2015). Depuis lors, le nombre de restaurants a augmenté, chefs et des événements prônant le " sauvetage et la préservation " de la cuisine " traditionnelle " et de la " gastronomie préhispanique " (Escofet Torres, 2013), ainsi que la promotion de programmes visant à les soutenir. Les agences gouvernementales locales et fédérales encouragent certaines femmes à présenter leurs cuisines " indigènes " en tant qu'" art culinaire traditionnel " lors de foires touristiques, les plaçant au centre d'une tendance gastronomique globale et moderne dans laquelle les aliments et les denrées endémiques sont réimaginés et représentés, mais aussi ceux qui les font (Hryciuk, 2019 ; Suremain, 2019b ; Jaramillo Navarro, 2020).

Au 20ème siècle xxiL'"idée d'héritage préhispanique" est récurrente dans de nombreux aspects qui constituent notre idée de la nation (López Caballero, 2010), y compris la nourriture. Bak-Geller Corona fait remarquer qu'aujourd'hui, "la consommation de plats les populations autochtones est considéré comme une ressource efficace pour le processus d'indianisation, dans lequel le sujet assimile plus que les propriétés nutritionnelles de l'aliment ; il incorpore dans ses entrailles les valeurs de pureté, d'authenticité et d'enracinement qui caractérisent la culture indienne. ethos indigène" (2019 : 40).

Il a été documenté comment le gouvernement mexicain, l'industrie gastronomique et les organismes de tourisme utilisent ce récit pour promouvoir la cuisine ou certains aliments qui sont associés à "mexicain", "indigène" ou "préhispanique" (Stanford, 2012 ; Brulotte et Starkman, 2014 ; Suremain, 2017, 2019a, 2019b ; Hryciuk, 2019 ; Jaramillo Navarro, 2020). Mais le rôle de l'activisme alimentaire dans cette dynamique a été moins abordé.

Siniscalchi et Counihan (2014) soulignent que l'activisme alimentaire est un effort pour promouvoir la justice sociale et économique dans un système alimentaire différent, loin du paradigme de l'agrobusiness. Selon les auteurs, ce type d'activisme comprend "les discours et les actions des gens visant à rendre le système alimentaire, ou certaines de ses parties, plus démocratique, durable, sain, éthique, culturellement approprié et de meilleure qualité".

L'organisation pour améliorer l'alimentation et la défense des produits endémiques a été étudiée dans les Réseaux Alimentaires Alternatifs, qui promeuvent une agriculture propre, la distribution d'aliments biologiques et la socialisation des régimes alimentaires avec des produits frais (Gravante, 2018) ; également dans le mouvement social organisé pour la défense du maïs autochtone et contre l'introduction de variétés transgéniques au Mexique (García López et Giraldo, 2021). Nous recourons au concept d'activisme alimentaire pour expliquer l'organisation sociale, les engagements et les intérêts que l'on retrouve dans l'industrie alimentaire. gepam a comme un ensemble d'acteurs qui promeut la souveraineté alimentaire, l'économie sociale et les régimes alimentaires locaux pour l'amélioration de la santé alimentaire, ce qui influence la génération de politiques publiques et le discours qui a produit l'amarante comme un aliment "indigène". Dans la pratique, nous observons cet activisme dans les réunions, les publications, la gestion des réseaux sociaux et les événements publics où se déploient les éléments discursifs et performatifs et la " politisation " que nous rapportons à sa structuration dans l'aspect organisationnel (Gravante, 2018).

Brève histoire de l'amarante

La Méso-Amérique est l'une des zones d'origine de l'agriculture où différentes espèces de piments, de courges, de maïs et d'amarante (León, 1994 : 8) -huauhtli en nahuatl- ont été domestiquées et constituaient des céréales de base dans les mondes mésoaméricain et inca préhispaniques cultivés il y a plus de 6 000 ans (Iturbide et Gispert, 1994). Dans la vallée du Mexique, à Zimatlán dans l'État de Oaxaca et à Tehuacán, dans l'État de Puebla, il existe des références historiques et archéologiques à son importance dans la vie quotidienne et rituelle (Reyes Equiguas, 2009 ; Velasco Lozano, 2001).

L'arrivée de la colonisation européenne a modifié la relation des populations méso-américaines avec l'amarante, au point de la marginaliser dans de petites parcelles où elle a été abandonnée en raison de la transformation de l'agriculture traditionnelle de subsistance en agriculture commerciale, de l'utilisation des terres pour l'élevage et de la substitution des cultures, entre autres facteurs (León, 1994).

Depuis les années 1950, l'amarante a retrouvé un intérêt scientifique :

En 1967, l'expert Jonathan D. Sauer a postulé que les trois espèces les plus importantes sur le plan économique ont été domestiquées dans des régions différentes : Amaranthus caudatus en Amérique du Sud ; A. hypochondriacus dans le centre du Mexique, et A. cruentus dans le sud du Mexique et du Guatemala, à l'endroit même où se sont épanouies les Incas, les Aztèques et les Mayas, les trois plus importantes civilisations préhispaniques du continent américain (Ibarra-Morales et al., 2021: 8).

En 1972, le physiologiste botanique John Downton a découvert que les graines d'amarante contiennent deux fois plus de lysine que le blé, trois fois plus que le maïs, et en fait autant que ce que l'on trouve dans le lait. Dans les années 1980, la NASA considérait l'amarante comme "le meilleur et le plus complet des aliments à base de plantes pour la consommation humaine". Le premier astronaute mexicain, Rodolfo Neri Vela, a transporté de l'amarante dans un vaisseau spatial pour qu'elle germe et fleurisse pendant un vol orbital, et elle est depuis devenue populaire sous le nom de "l'amarante". plante sacrée les astronautes mangent" (Clarín, 2013). En septembre 1991, le premier congrès mondial de l'amarante s'est tenu à Oaxtepec, Morelos, avec des spécialistes venus d'Argentine, de Bolivie, de Chine, de Cuba, de l'Equateur, du Guatemala, de l'Inde, du Japon, du Kenya, du Mexique, du Pérou, des Etats-Unis et du Venezuela dans les domaines de la biologie, de la botanique, de la nutrition et des sciences agricoles. Des rapports, des comptes rendus, un mémoire et plusieurs articles de recherche ont été rédigés, ce qui a suscité un intérêt supplémentaire parmi les universitaires de l'unam, de l'université de Chapingo et du Colegio de Posgraduados.

L'Inde et la Chine sont les principaux producteurs, suivis du Kenya, du Népal, du Pérou, de la Russie et du Mexique, tandis qu'Israël, les États-Unis et les Pays-Bas ont des entreprises qui développent des variétés de semences destinées à être vendues aux pays qui produisent et exportent l'amarante comme fleur coupée. Bien que n'étant pas en concurrence avec le blé, le riz ou le maïs, les amaranthes bénéficient d'une distribution cosmopolite (Lloyd De Shield, 2015).

Au Mexique, l'amarante est actuellement produite à Tlaxcala, Puebla, Hidalgo, Morelos, dans l'État et la ville de Mexico, à San Luis Potosí et à Oaxaca ; elle est également transformée dans des coopératives ou des petites entreprises qui fabriquent des bonbons, de l'horchata et de la farine pour fabriquer des biscuits, des churritos, des gaufres et d'autres produits destinés aux marchés locaux.

A Santiago Tulyehualco,6 par exemple, a été semé depuis la fin du 20ème siècle. xix et sa population le revendique comme une culture "traditionnelle", associée à l'identité communautaire et paysanne (Ramírez-Meza et al2017 ; Contreras et al. 2017 ; Herrera Castro, 2018). Depuis les années 1970, la Feria de la Alegría y el Olivo, un événement alimentaire qui, ces dernières années, a impliqué des acteurs de la société civile, du secteur privé et du gouvernement mexicain, a été décrit comme une " extravagance de l'amarante " (Suremain, 2019b). La recherche botanique et nutritionnelle et l'expérimentation agricole au Mexique ont généré de vastes connaissances sur cette plante, notamment des stratégies visant à renforcer sa chaîne de valeur, à suivre l'augmentation des hectares consacrés à sa culture, à documenter les techniques préservées pour sa production, à analyser sa place dans les systèmes agroalimentaires locaux, à souligner son importance en tant que culture et aliment stratégique pour évoluer vers des modèles d'alimentation saine et sa capacité d'adaptation face au changement climatique (Espitia-Rangel, 2012 ; Sánchez-Olarte. et al2015 ; Ayala Garay et al.2014 ; Sanchez et Navarrete, 2018 ; Ibarra-Morales et al., 2021).

L'inscription en 2010 de la " cuisine traditionnelle mexicaine, culture vivante, collective et ancestrale " sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité, dont le dossier a justifié la richesse et la diversité de l'alimentation de la milpa (Suremain, 2017), promu auprès de divers secteurs - paysan, universitaire, gastronomique - la revalorisation des aliments " traditionnels " associés aux régimes méso-américains, comme le cacao (Suremain 2019a), le pulque, les insectes et l'amarante (Katz et Lazos, 2017), qui, en 2016, a été inclus dans la liste des super aliments pour ses qualités nutritionnelles, son origine préhispanique et son " ascendance " (Curiel, 2016).

Le groupe de liaison pour la promotion de l'amarante au Mexique

Le site gepam est né fin 2013 à l'Universidad Obrera de Mexico, lors d'une rencontre entre des personnes étudiant l'agronomie, la malnutrition et les maladies chroniques dégénératives, et des membres d'associations civiles cherchant à améliorer les conditions de la population paysanne par la production et la consommation d'amarante.

Un coordinateur général du groupe a été nommé, issu du monde universitaire, et un agenda de travail a été planifié, qui a été inauguré en 2014 avec la tenue du premier congrès national de l'amarante à l'université de Chapingo, avec la participation de secteurs scientifiques et universitaires du Mexique et d'autres pays. Le groupe a été formalisé avec "Amaranth Roads", une série de visites à travers différents États pour apprendre comment cette céréale est cultivée, récoltée, traitée et vendue, et les défis auxquels le secteur est confronté.

En septembre 2015, la première réunion des producteurs d'amarante a été organisée, avec l'appui du délégué de la Commission européenne. sagarpa7 dans l'état de Puebla. Pendant deux jours, plus de 300 membres du secteur productif se sont réunis dans un espace de dialogue, de réflexion et d'échange d'expériences. Les membres de l'académie ont facilité, écouté et contribué à l'enregistrement de la réunion, mais n'ont pas donné leur avis. Les antécédents de ceux qui ont participé - différents États, communautés et populations ethnolinguistiques - ont permis "un dialogue entre ces diversités pour trouver des résonances parmi les producteurs",8 qui a mis l'accent sur les expériences partagées afin de les valoriser en tant que "savoir propre" de ceux qui produisent et se rapportent à l'amarante, selon un membre enthousiaste du groupe, qui a assuré que la rencontre garantissait une "écologie de la connaissance".9 Lors de cet événement, des actions ont été convenues pour positionner l'amarante comme une culture et un aliment stratégiques, et pour renforcer les liens entre les organisations de producteurs d'amarante. En 2016, la coordination générale du groupe est passée à un membre d'une association civile, qui s'est tourné vers la génération d'alliances avec d'autres organisations qui cherchent à contrecarrer les effets négatifs sur la santé de la consommation de produits industrialisés, comme l'Alianza por la Salud Alimentaria, El Poder del Consumidor, Alianza por Nuestra Tortilla et le Red de Sistemas Agroalimentarios Localizados (Réseau de systèmes agroalimentaires localisés).sial) de la unam.

Tableau 1. Les institutions qui font partie de l gepam. Source : Élaboration propre.

La même année, avec le soutien financier du gouvernement local, le Groupe a organisé la première Journée nationale de l'amarante au Monumento a la Revolución, sur le site de l'hôtel de ville. cdmxLe projet a été soutenu par les instances gouvernementales locales et la participation des producteurs, des transformateurs, des promoteurs et des membres de l'académie.

Rapidement, les agences chargées de promouvoir les politiques publiques de développement rural et d'amélioration de l'alimentation ont reconnu le groupe comme interlocuteur, ce qui a facilité la tâche de trois députés fédéraux de Morena,10 représentants des États où l'amarante est produite, ont fourni des ressources et des infrastructures en février 2017 afin d'organiser le deuxième Congrès national de l'amarante, intitulé "Générer des politiques publiques", dans un auditorium du Palais législatif de San Lazaro. Plus de 350 personnes y ont participé, dont des producteurs, des transformateurs et des promoteurs d'amarante de différents États, des universitaires et des militants, qui ont discuté de l'importance d'innover la chaîne de valeur de l'amarante et des actions visant à promouvoir sa culture et sa consommation. Dans la déclaration rédigée par les institutions organisatrices et participantes, elles ont désigné l'amarante comme un "bien bioculturel" et ont affirmé leur engagement à la défendre "en tant que céréale stratégique pour renforcer la souveraineté alimentaire au Mexique". Quelques jours plus tard, le supplément du journal national consacré à la campagne La Jornada a publié son 113e numéro11 avec le titre Amarrages (ce qui ne fane pas, ce qui ne meurt pas), avec 24 contributions, dont douze ont été rédigées par des membres de la communauté universitaire et les autres par des membres d'organisations civiles et des journalistes. Le contenu met en évidence 1) l'importance de l'amarante à l'époque préhispanique et sa marginalisation pendant le processus de colonisation espagnole, et 2) l'urgence de diversifier la production rurale, la consommation alimentaire et d'améliorer les économies locales et la santé, afin de promouvoir la souveraineté alimentaire. Il est frappant de constater l'utilisation répétée d'adjectifs comme sacré, millénaire, ancestral, préhispanique, aztèque et paramount pour caractériser l'amarante, ainsi que des explications sur son importance dans la vision du monde des peuples mésoaméricains, liée à la vie spirituelle et à la vénération de leurs dieux (Dimas González, 2017). Si aucun document historique ne montre que l'amarante a été proscrite par décret pendant la colonie (Velasco Lozano, 2017), son interdiction supposée est mentionnée à plusieurs reprises. Après le 1er juillet 2018, le Groupe a eu des approches avec le directeur de l'entreprise. segalmex12 pour discuter de l'inclusion de l'amarante comme culture et aliment stratégique dans la loi sur le développement durable et dans le panier alimentaire de base. En octobre, le Congrès mondial de l'amarante a eu lieu dans l'État de Puebla, qui a accueilli près de 700 participants de différents pays et États de la république, organisé par le Groupe et coordonné avec des institutions gouvernementales, des organisations et associations civiles, des universités et une alliance binationale avec des organismes universitaires chiliens, qui ont contribué au financement de l'événement. Dans cinq ans, le gepam a réussi à positionner l'amarante comme une option alimentaire productive et saine, en établissant un lien avec " différentes pratiques alimentaires et culinaires qui sont associées à des populations périphériques, non élites et à des groupes culturels tels que les populations autochtones " (Finnis, 2012 : 1). Leur activisme a été entrepris " depuis des espaces sociaux et par des acteurs qui ont la capacité, le pouvoir, la légalité et la légitimité sociale pour le faire " (Pérez Ruíz et Machuca, 2017 : 6). Les événements alimentaires ont fonctionné comme des espaces où les pratiques ont été négociées et où les récits qui ont promu leur patrimonialisation ont été réactualisés dans le cadre de l'événement. cmdx.

Événements alimentaires

Dans cette section, nous illustrons la performativité et la politisation de l'approche de la gepam à travers ses événements alimentaires. Il s'agit de "festivals et concours de cuisine, livres de recettes, lignes de produits et marques, restaurants, projets de tourisme gastronomique, musées communautaires, entre autres" (Bak-Geller Corona et al2019 : 21), ainsi que leur présence dans les médias.

Le patrimoine culturel immatériel de la ville de Mexico

Lors de l'inauguration de la iii Fiesta de las Culturas Indígenas, Pueblos y Barrios Originarios de la Ciudad de México, le chef du gouvernement de l'époque a indiqué qu'il s'agissait d'un festival culturel destiné à mettre en valeur la richesse d'un pays "multiculturel et multiethnique" comme le Mexique. Du 27 août au 4 septembre 2016, le public a circulé dans le Zócalo parmi les stands d'artisanat, de vêtements, de textiles, de produits alimentaires, de plats préparés, et a profité d'un programme artistique et culturel de danses folkloriques et de musique traditionnelle.

Le dernier jour, le chef du gouvernement a effectué l'acte protocolaire pour accorder à l'alegría de Santiago Tulyehualco la désignation de " patrimoine immatériel de la ville de Mexico ". Dans une atmosphère de jubilation, divers acteurs de la politique locale et du monde universitaire se sont félicités de cette reconnaissance non seulement "de l'amarante et de l'alegría en tant qu'objets, mais aussi de toute la culture qui les sous-tend, ainsi que du savoir que les gens conservent pour transformer l'amarante en une friandise exquise". L'un des promoteurs de l'initiative - un membre de la gepam-Dans un entretien avec la presse, il a souligné que "ce savoir ancestral est unique à cette communauté, car ce n'est qu'à cet endroit que l'on trouve des chinampas d'où l'on obtient des plants qui sont ensuite transportés sur les pentes de la colline pour finir de pousser, un processus qui prend environ six mois" (Milenio Digital, 2016). Le représentant du système de production d'amarante de Mexico a également déclaré : "Nous récoltons l'or jaune pour le transformer en or blanc et faire divers plats, desserts, eaux, tamales et atole. Huautli vient de la langue nahuatl et se traduit par la plus petite particule, celle qui donne la vie. L'amarante est un aliment prodige du passé qui renaît dans le présent et s'imposera dans l'avenir.

Quelques jours plus tard, un journal télévisé ouvert a diffusé un reportage pour faire connaître le nouveau patrimoine de la capitale mexicaine. Avec une musique d'escargots et de crécelles et des images de pièces archéologiques comme la pierre du soleil, la voix du présentateur indique que "l'amarante fait partie de l'alimentation du centre du pays depuis plus de cinq siècles en raison de ses propriétés nutritionnelles extrêmement élevées".

Au milieu d'un champ de plantes colorées, un producteur interrogé à Tulyehualco a souligné que l'amarante est utilisée dans les tamales, les atoles, les biscuits et "l'alegría traditionnelle". Le présentateur a souligné que l'amarante était tellement appréciée à "l'époque préhispanique" qu'elle était payée en tribut aux "Aztèques". Un autre producteur a souligné qu'à l'époque, il était consommé par les guerriers, à qui il donnait de la force, raison pour laquelle les Espagnols l'ont interdit, craignant de perdre les affrontements lors du processus de colonisation. Il explique que c'est dans la partie haute de Xochimilco que l'amarante a réussi à se préserver au fil du temps et conclut en montrant un plant d'amarante dans sa main : " réservée aux rois, aux prêtres et aux guerriers, elle retrouve progressivement le niveau qu'elle atteignait avant l'arrivée des Européens " (Azteca Noticias, 2016). Un an plus tard, lors d'un week-end du mois d'août 2017, une foire à l'amarante a été organisée à l'extrémité ouest du monument à la Révolution, organisée par l'association. gepamle ministère du développement rural et de l'équité pour les communautés (sederec) de la cdmx et le système de produits Amaranth.

Des spécimens lilas, jaunes et orange de la plante amarante ornaient les étals proposant divers aliments à base d'amarante. Au milieu de la foire se trouvaient plusieurs rangées de chaises et un stand recouvert d'une énorme bâche. Derrière le stand, une bâche imprimée d'une grande photo d'un champ planté d'amarante annonçait l'événement "La plus grande joie du monde à Mexico". À 11 heures, un groupe de représentants du gouvernement, de producteurs et de membres du Groupe a inauguré l'événement, se félicitant de la célébration de "la céréale ancestrale saine, qui fait partie du régime alimentaire de nos ancêtres et qui fait la fierté de Mexico". Les membres du comité d'organisation courent d'un endroit à l'autre, donnent des interviews ou s'arrêtent pour saluer les invités. Le premier jour de la foire, un groupe d'étudiants d'une école de cuisine a préparé "La alegría más grande del mundo" (La plus grande joie du monde) avec de l'amarante éclatée et du miel. Pendant que le public - principalement des familles - déambulait autour des étals pour manger13 ou d'acheter des produits fabriqués à partir de cette graine,14 des agriculteurs et des transformateurs du sud de l'Europe. cdmx et d'autres États. Avec la participation de trois universitaires, de deux producteurs et d'un membre d'une organisation de la société civile, des panels ont été présentés sur les défis auxquels est confrontée la campagne mexicaine, l'ensemencement de l'amarante du point de vue du petit producteur et sa transformation au sein de la chaîne de valeur, et le problème majeur de santé publique découlant de la consommation de produits ultra-transformés. À la fin des panneaux, des groupes de danseurs et de groupes folkloriques du centre du Mexique se sont produits.

Le décret visant à instaurer une Journée nationale de l'amarante

Le 11 octobre 2017, dans le cadre de l'initiative de la xxii Foire nationale de la culture rurale organisée par l'université de Chapingo, le coordinateur général de l'époque de la gepam a remis à la presse locale un document signé par des représentants d'institutions académiques, d'organisations de producteurs et d'associations civiles, dans lequel on peut lire ce qui suit :

L'accord établissant le 15 octobre comme Journée nationale de l'amarante, dans le but de reconnaître son importance culturelle, écologique, sociale, agricole et alimentaire, car elle constitue la base fondamentale du développement paysan depuis l'époque préhispanique et revêt une grande importance pour l'avenir de la nutrition au Mexique et dans le monde.

Entouré des membres de ce groupe, il a proposé une grande campagne de promotion de la production et de la consommation de cette céréale et a exprimé le souhait qu'à l'avenir elle soit semée dans tout le pays, afin qu'elle soit consommée avant tout par les communautés productrices. Au même moment, un groupe de personnes a façonné une carte du Mexique avec des graines d'amarante éclatées sur une table avec une figure imitant un monolithe préhispanique. Un producteur d'amarante, s'adressant à la presse, a souligné que l'amarante est un "aliment du passé qui remonte à 10 000 ans", et a appelé à "revenir à nos racines".

Une autre femme, membre d'une association civile, a pris le micro pour expliquer que la carte avait été élaborée pour réfléchir au Mexique d'aujourd'hui, qu'ils entendaient "remplir de graines provenant d'il y a 10 000 ans et de miel et de caramel, la spiritualité qui manque aussi à notre pays". Elle a souligné, à l'instar de son collègue producteur, l'importance de "revenir à nos racines" et a terminé son discours en affirmant avec force : "combien je suis fière d'être mexicaine". Ensuite, un professeur de l'université de Chapingo a indiqué que plusieurs instances de cette institution se sont jointes à la campagne de "revalorisation de l'amarante au Mexique et dans le monde", affirmant que ce qui se passait ce jour-là "restera dans l'histoire" et qu'il souhaitait que chaque 15 octobre soit un jour de célébration de la plante, au bénéfice de ceux qui "la produisent, de la société et du monde entier".

"400 ans d'oubli prennent fin aujourd'hui" : l'inclusion de l'amarante dans le panier alimentaire de base

Trois mois plus tard, un événement public a été organisé à Cedral, San Luis Potosí, pour annoncer l'élargissement du panier alimentaire de base de 23 à 40 produits. Dans les approches de la segalmex le groupe s'était mis d'accord sur l'inclusion de l'amarante dans cinq présentations : la farine de grains éclatés, la farine de grains entiers, le granola, les churros d'amarante enrichis et les graines.

Ce jour-là, le président mexicain, le gouverneur de l'État, les responsables des ministères de la protection sociale, de l'agriculture et du développement rural, ainsi que le directeur de l'Office national de l'agriculture ont été invités à participer à la réunion. segalmexIl a énuméré les 17 nouveaux produits, parmi lesquels il a mentionné l'amarante et le chia, les seuls qui ont mérité quelques applaudissements de l'auditoire. Il a dit :

Il est intéressant pour ceux qui ne le savent pas que lorsque nous mentionnons que l'amarante et le chia sont inclus dans le panier alimentaire de base, c'est parce qu'il s'agit de deux produits d'une grande richesse nutritionnelle, originaires du Mexique et produits dans huit États du pays. Lorsque nous parlons d'aliments mexicains de base, nous mentionnons habituellement notre maïs et nos haricots sacrés, mais nous devons nous rappeler que les premiers Mexicains qui ont peuplé notre territoire avaient également l'amarante et le chia comme aliments quotidiens, comme ingrédients sains dans leur régime alimentaire. Aujourd'hui, dans le système Diconsa, par des instructions présidentielles, nous revendiquons et renforçons cette ancienne tradition de notre peuple, 400 ans d'oubli prennent fin aujourd'hui.

Les producteurs d'amarante, les membres de la Commission européenne et les représentants de la société civile ont applaudi à tout rompre. gepamLes participants, qui ont réussi à s'asseoir aux premiers rangs, ont déployé une banderole sur laquelle on pouvait lire en grosses lettres "La fuerza amarantera" (la force de l'amarante). Une étagère sur la scène présentait des emballages des nouveaux produits inclus dans le panier alimentaire de base et un sac d'amarante porté par un producteur. L'événement s'est poursuivi pendant 40 minutes supplémentaires avec les discours des fonctionnaires, qui ont notamment mentionné leur intérêt pour l'autosuffisance alimentaire du pays, la production d'aliments dans les régions et l'amélioration de l'accès aux aliments. Le président de la République a promis de promouvoir le développement rural, le soutien aux petits producteurs et les paiements car "nous voulons que ce que nous produisons soit consommé au Mexique". Et en ce qui concerne l'inclusion de l'amarante et du chia, il a conclu en disant que son objectif est "d'enraciner les Mexicains dans leur terre, dans leurs cultures".

Tant dans les foires que dans le programme télévisé étudié, nous avons observé la circulation d'un récit construit autour de l'amarante concernant le lien entre les pratiques de production " ancestrales " et contemporaines, et une revendication de sa valeur associée au patrimoine que les producteurs de Tulyehualco entretiennent comme " ressource pour la diversité culturelle ".

Ainsi que pour le unesco les forums internationaux " ont été les scénarios privilégiés de l'émergence et de la circulation discursive de nouvelles figures et définitions du patrimoine en tant que ressource pour la diversité culturelle, la démocratisation de la mémoire et la promotion de différents groupes sociaux " (Álvarez, in Medina, 2017 : 108), pour les gepam Ces types d'événements alimentaires fonctionnent de la même manière. Ceux qui ont participé en tant qu'orateurs ont mentionné l'importance de l'amarante dans le régime alimentaire mésoaméricain, son interdiction supposée à l'époque coloniale et son importance actuelle pour les personnes qui la produisent afin de "renforcer leur identité", "ne pas perdre leurs racines" et maintenir leur relation avec cette "culture ancestrale". Ce récit, qui circule parmi les promoteurs de l'alimentation, les producteurs ruraux, les universitaires et même les consommateurs, illustre que

En termes d'identification et de contrôle, le patrimoine culturel est une construction politique et sociale de la mémoire collective et, surtout, une prise de position à l'égard de la un autreles expressions culturelles reflètent les valeurs associées, d'une part, à l'identité à travers laquelle une population se reconnaît (Bak-Geller Corona et al., 2019: 18).

A l'ère de "l'effervescence patrimoniale" (Bak-Geller Corona et al., 2019) ces événements et les contenus médiatiques qui ont produit l'amarante comme aliment indigène montrent que " la dynamique de construction du patrimoine consiste à actualiser, adapter et réinterpréter des éléments du passé d'un groupe donné ; autrement dit, à combiner conservation et innovation, stabilité et dynamisme, reproduction et création " (Bessiêre, 1998 : 27 ; voir Matta, 2013). Mais elle renforce également l'idée que ceux d'entre nous qui sont nés dans ce pays ont une origine préhispanique commune (López Caballero, 2010) et cette "certitude" est confirmée par la consommation d'aliments indigènes.

La relation entre l'amarante et les "cultures préhispaniques" a été établie lors d'événements qui comprenaient des groupes de danseurs et de la musique "préhispanique" (conque, hochets et tambours), des files de personnes à raser au copal, des nettoyages aux herbes, des scénographies avec des imitations de pièces archéologiques, des autels avec des bougies et de la nourriture "traditionnelle".
-et des discours soulignant le caractère "ancestral" et "millénaire" de l'amarante que "nos ancêtres mangeaient".

Lors de plusieurs de ces événements, les éléments suivants ont été proposés tzoalliun bonbon à base de pâte d'amarante et de miel, recouvert de cacahuètes moulues, peu consommé aujourd'hui, qui dans ces scénarios s'identifie à des pratiques rituelles préhispaniques bien documentées (Velasco Lozano, 2001) et à l'élaboration de figures similaires qui font encore partie de la ritualité dans les communautés nahua, mixtèques et tlapanèques d'Alto Balsas et de la Montaña de Guerrero (Broda et Montúfar López, 2013).

Activisme alimentaire dans la production alimentaire indigène

Dans cet article, nous nous proposons de montrer la pertinence de l'activisme alimentaire dans l'activation des initiatives patrimoniales. Les événements alimentaires ont montré les aspects symboliques et discursifs et les objets matériels qui ont mis en scène un récit du passé et du présent produisant une nourriture "indigène". La production d'amarante en tant qu'aliment indigène s'est produite en choisissant, en adaptant, en réinterprétant et en décontextualisant les aspects de production du patrimoine matérialisés dans les événements alimentaires et les contenus médiatiques.

Au cours de ce processus, le gepam a souligné la valeur patrimoniale de l'amarante en raison de son ascendance et de la légitimité des pratiques culturelles (Guzmán Chávez, 2019) de production et de consommation associées à ceux qui la produisent, la transforment et la consomment, ce qui en fait " leur seule source d'appartenance valable et la principale frontière entre eux et nous " (López Caballero, 2016 : 13) ; c'est-à-dire entre ceux qui appartiennent aux peuples indigènes ou originaires et ceux qui ne le font pas. L'activisme du groupe réaffirme que le patrimoine alimentaire est l'un des éléments impliqués dans les processus contemporains de production de l'indigénéité (Bak-Geller Corona, 2019).

Sans revendication identitaire ou territoriale, le groupe a rendu visibles les problèmes rencontrés par les producteurs d'amarante, a introduit cette culture sur le marché avec de meilleures conditions de vente et a "récupéré" un produit considéré comme traditionnel, tout en favorisant la lutte contre la pauvreté alimentaire. Ses actions ont généré des alliances entre des producteurs ruraux, des activistes de la souveraineté alimentaire, des membres du monde universitaire, des membres de la fonction publique de l'Union européenne et des représentants de la société civile. cdmx et la Chambre des Députés.

Le cas présenté ici s'inscrit dans la tendance globale de production d'" ancestralité " pour certains aliments qui entrent dans un type de consommation orienté vers la " recherche d'authenticité ", le " retour au local " (Littaye, 2016) ou, comme le disent certains promoteurs de l'amarante, le " retour aux sources ". Nous observons que produire de l'indigénéité dans la sphère alimentaire en " représentant des pratiques sociales, culturelles, politiques et commerciales ou performances de consommation" implique la récupération de certains aliments et cuisines considérés comme marginalisés afin de les placer dans des espaces symboliques et politiques centraux et de les inclure dans les comportements alimentaires locaux et nationaux (Finnis, 2012 : 2) ou, en d'autres termes, de négocier les éléments "indigènes" qui entrent dans le circuit mondial à l'ère de la résurgence ethnique (Matta 2013). Il est courant que certains aliments endémiques de notre continent et abandonnés lors des processus de colonisation soient récupérés ces dernières années comme patrimoine, avec des valeurs telles que " préhispanique ", " aztèque ", " millénaire ", " ancestral ", et qu'en raison de leur " autochtonie ", ils fassent partie de la liste des aliments " indigènes " (Matta 2013).super aliments".15

Ce processus socioculturel définit qui et ce qui est considéré comme indigène, en revendiquant une alimentation basée sur des aspects supposés essentiels et non des " valeurs ", produit de l'organisation des acteurs des initiatives patrimoniales, des alliances et des événements organisés pour coïncider avec un marché alimentaire qui exige l'" authenticité " et les intérêts politiques des acteurs institutionnels et du marché. En tant que choix social contemporain effectué en fonction des valeurs particulières des membres d'un groupe social (Bessière, 1998), la production de patrimoine alimentaire au Mexique attire l'attention sur la récurrence du récit de l'héritage commun du passé préhispanique (López Caballero, 2010) ; un mécanisme qui opère dans nos conceptions de l'identité, de la communauté, de la nation, du peuple et du territoire, contribuant à " une production culturelle au présent qui s'appuie sur le passé " (Kirshenblatt-Gimblett, dans Frigolé, 2010:13).

L'activisme de la gepam et l'initiative dont il est le fer de lance s'avèrent cohérents avec les processus de réimagination de certaines cuisines et aliments qui créent des anachronismes patrimoniaux encadrés dans la tendance mondiale de patrimonialisation. Il a mis en jeu " la stratégie de certains secteurs de la société pour revendiquer certains traits et attributs culturels, qui vont ensuite façonner des modèles et des normes, des discours et des pratiques homogénéisants " (Guzmán Chávez, 2019 : 12), et il a contribué aux façons dont " le multiculturalisme néolibéral observe l'ethnicité comme une source de capital social et culturel, et la diversité culturelle comme un actif économique ou une marchandise sur le marché mondial " (Kymlicka, dans Hryciuk, 2019 : 95). Dans le même ordre d'idées, il a été souligné que, pour le cas de l'alimentation et des cuisines, " il existe une similitude entre la patrimonialisation et la marchandisation de l'authentique, car la valeur du passé est la base des valeurs qui façonnent les éléments patrimoniaux et aussi la valeur des éléments qui sont marchandisés comme authentiques " (Frigolé, 2010 : 16).

Ayora-Díaz souligne que la déclaration d'une initiative patrimoniale a des effets structurels, car il y a une " fractalisation de l'appareil bureaucratique normatif dont les décisions et les actions ont des conséquences pour les différents groupes impliqués, soit parce qu'ils sont une partie active du processus, soit parce qu'ils ont été exclus et laissés sans représentation " (2019 : 215). Il conviendra d'étudier les effets de la désignation de l'amarante comme site du patrimoine mondial. cdmx et son inclusion dans le panier alimentaire de base dans les différents secteurs concernés par le projet. gepamLe projet porte également sur la négociation dans laquelle ils sont actuellement engagés pour atteindre leurs objectifs et sur la dynamique que leur activisme alimentaire a prise pour continuer à promouvoir l'amarante en tant que culture et aliment stratégique.

Bibliographie

Álvarez, Marcelo et Gloria Sammartino (2009). "Patrimoine alimentaire et tourisme dans la Quebrada de Humahuaca, Argentine. Études et perspectives en matière de tourismen° 18, pp. 161-175.

Ayala Garay, Alma V., Patricia Rivas-Valencia, Lorena Cortés Espinoza, Micaela de la O Olán, Diana Escobedo-López et Eduardo Espitia-Rangel (2014). "Rentabilité de la culture de l'amarante (Amaranthus spp.) dans la région centrale du Mexique", la science ergo-sumvol. 21, no. 1, pp. 47-54.

Ayora-Díaz Igor (2019). "Post-scriptum". Les ambivalences du patrimoine culinaire et alimentaire", dans Sarah Bak-Geller Corona, Raúl Matta et Charles-Édouard de Suremain (coord.), Patrimoine alimentaire. Entre consensus et tensions. Mexique : El Colegio de San Luis et Institut de Recherche pour le Développement, pp. 207-219.

Azteca Noticias (2016, 9 septembre). L'amarante est l'héritage du cdmx. [Archives vidéo] [Fichier vidéo. Extrait de https://youtu.be/SehdlYO5dZA, consulté le 11 mai 2022.

Bak-Geller Corona, Sarah (2019). "Recettes de cuisine. Cuerpo y autonomía indígena. El caso coca de Mezcala, Jalisco", dans Sarah Bak-Geller Corona, Raúl Matta et Charles-Édouard de Suremain (coord.), Patrimoine alimentaire. Entre consensus et tensions. Mexique : El Colegio de San Luis et Institut de Recherche pour le Développement, pp. 31-56.

- Raúl Matta et Charles-Édouard de Suremain (2019). "Introduction", dans Sarah Bak-Geller Corona, Raúl Matta et Charles Édouard de Suremain (coord.), Patrimoine alimentaire. Entre consensus et tensions. Mexique : El Colegio de San Luis et Institut de Recherche pour le Développement, pp. 17-31.

Bessiére, Jacinte (1998). "Développement local et patrimoine : l'alimentation et la cuisine traditionnelles comme attractions touristiques dans les zones rurales". Sociologie ruralevol. 38, no. 1, pp. 21-34. https://doi.org/10.1111/1467-9523.00061

- (2013). "L'héritagisation", un défi pour la promotion du tourisme et le développement régional : l'exemple du patrimoine alimentaire". Journal of Heritage Tourismvol. 8, no. 4, pp. 275-291. https://doi.org/10.1080/1743873X.2013.770861

Broda Johana et Aurora Montúfar López (2013). "Figuritas de amaranto en ofrendas mesoamericanas de petición de lluvias en Temalcatzingo, Guerrero", dans L'identité à travers la culture alimentaire. Rapport du symposium. Mexique: conabio-unam, pp. 131-151.

Brulotte, Ronda et Alvin Starkman (2014). "Caldo de piedra and Claiming Prehispanic Cuisine as Cultural Heritage", dans Ronda Brulotte et Michael A. Di Giovine (ed.), Identités comestibles : l'alimentation en tant que patrimoine culturel. Londres : Routledge, pp. 109-123. https://doi.org/10.4324/9781315578781-8

Clarín (2013, 15 mars) "Propriétés et avantages. La plante sacrée que mangent les astronautes".. Clarín. Extrait de https://www.clarin.com/nutricion/amaranto_0_S1usQcsvQe.html, consulté le 10 mai 2022.

Contreras, Daniel de J., Irma Ramírez de la O, Felipe C. Viesca González et Humberto T. Ortiz (2017). "La búsqueda de la denominación de origen (do) del amaranto de Santiago Tulyehualco, Xochimilco, d.f.", in Humberto T. Ortiz et Ángel R. Martínez-Campos (coord.), Qualification, valorisation et tourisme. Approches du patrimoine agroalimentaire. Mexique : Colofón, pp. 183-216.

Cormier-Salem, Marie C., Dominique Juhé-Beaulaton, Jean Boutrais et Bernard Roussel (ed.) (2002). Patrimonialiser la nature tropicale. Dynamiques locales, enjeux internationaux. Paris : ird et mnhn.

Cornuel, Mélissa (2017). " ONG et communautés paysannes : entre collaboration fructueuse et paradoxe développementaliste ". La réinvention de la tradition comme stratégie commerciale (Pérou)", dans Anne. G. Bilhaut et Silvia Macedo (éd.), Entrepreneuriat et initiatives culturelles. Études de cas en Amérique indigène. Quito : Abya Yala, pp. 75-106.

Counihan, Carole (2014a). "Cultural Heritage in Food Activism : Local and Global Tensions", dans Michael A. Di Giovine et Ronda L. Brulotte (ed.), Identités comestibles : l'alimentation en tant que patrimoine culturel. Londres : Routledge, pp. 219-229. https://doi.org/10.4324/9781315578781

- (2014b). " Women, Gender and Agency in Italian Food Activism ", dans Carole Counihan et Valeria Siniscalchi (ed.), Food Activism : Agency, Democracy and Economy. Londres : Bloomsbury, pp. 61-76. https://doi.org/10.5040/9781350042155.ch-005

Curiel, Charlynne (2016). "De la culture marginale à la tendance alimentaire. Absence et émergence de la huauhtli au Mexique", dans Holly Worthen, Jorge Hernández Díaz et Charlynne Curiel (coord.), La valeur des choses. Aspects sociaux de la production et de la consommation culturelles.. Mexique : Juan Pablos Editores / iis-uabjo, pp. 227-277.

Dhaher, Najem (2012). " Les ambivalences de la mise en tourisme du patrimoine. Le cas du centre ancien de Tozeur (Tunisie)". Mondes du TourismeNo. 6, pp. 23-33. https://doi.org/10.4000/tourisme.232

Di Giovine, Michael A. et Ronda Brulotte (2014). "Introduction. Food and Foodways as Cultural Heritage", dans Ronda Brulotte et Michael A. Di Giovine (ed.), Identités comestibles : l'alimentation en tant que patrimoine culturel. Londres : Routledge, pp. 1-28. https://doi.org/10.4324/9781315578781-1

Dimas González, Arturo (2017, 18 février). "Huazulco et amarante". Une histoire de résistance et une contribution à la souveraineté alimentaire". La Jornada del CampoN° 113.

Escofet Torres, Regina (2013). "La importancia de la gastronomía prehispánica en el México actual". CulinariaNo. 6, pp. 23-36. https://doi.org/10.3145/epi.2014.ene.04

Espitia-Rangel, Eduardo (ed.) (2012). Amaranthe : science et technologie. Mexique : inifap / sinarefi.

Finnis, Elizabeth (2012). "Introduction", dans Elizabeth Finnis (ed.), Réimaginer les aliments marginalisés. Processus mondiaux, lieux locaux. Phoenix : University of Arizona Press, pp. 1-14. https://doi.org/10.2307/j.ctt1814g4b.3

Frigolé, Joan (2010). "Patrimonialisation et mercantilisation de l'authentique. Deux stratégies fondamentales dans une économie tertiaire", dans Xavier Roigé et Joan Frigolé (ed.), Construire le patrimoine culturel et naturel : parcs, musées et patrimoine rural. Girona : Documenta Universitaria, pp. 13-24.

García López, Valeria et Omar F. Giraldo (2021). "Réseaux et stratégies pour la défense du maïs au Mexique. Revue mexicaine de sociologievol. 83, n° 2, p. 297-329.

Gravante, Tomaso (2018). "Activisme alimentaire et pratiques d'autonomie dans la ville de Mexico", Les sciences sociales et l'agenda national. Réflexions et propositions des sciences socialespp. 351-367. Mexique : comecso. Extrait de https://www.comecso.com/ciencias-sociales-agenda-nacional/cs/issue/view/2, consulté le 11 mai 2022.

Guzmán Chávez, Mauricio Genet (2019). "Préface. La patrimonialisation est vraiment partout", dans Sarah Bak-Geller Corona, Raúl Matta et Charles-Édouard de Suremain (coord.), Patrimoine alimentaire. Entre consensus et tensions. Mexique : El Colegio de San Luis / Institut de Recherche pour le Développement, pp. 9-15.

Herrera Castro, Erika (2018). Système agroalimentaire de l'amarante à Santiago Tulyehualco : organisation des micro et petites entreprises (thèse de licence). Mexique : uam.

Hobsbawm, Eric et Terence Ranger (1983). L'invention de la tradition. Cambridge : Cambridge University Press.

Hryciuk, Renate E. (2019). "L'alchimiste des saveurs : patrimoine gastronomique, genre et imaginaire touristique au Mexique". la revue de cesla, Revue internationale d'études latino-américainesNo. 24, pp. 75-100. https://doi.org/10.36551/2081-1160.2019.24.75-100

Ibarra Morales, Ariadna, Karen Z. Solís Fernández et Ivonne Sánchez del Pino (2021). "L'amarante dans la région maya". Ecofrontièresvol. 25, n° 71, p. 8-10.

Iturbide, Gabriel A. et Montserrat Gispert (1994). "Grain Amaranths (Amaranthus spp.)", dans J. Esteban Hernández Bermejo et Jorge León (ed.), Cultures négligées. 1492 d'un point de vue différent. Rome : fao / Jardin botanique de Cordoue, pp. 93-101.

Jaramillo Navarro, Diego Emiliano (2020). "La réel La cuisine d'Oaxaca : les implications du tourisme culturel pour les détenteurs du patrimoine alimentaire". Cuadernos del Sur : Revue des sciences socialesvol. 25, n° 49, pp. 59-85.

Katz, Esther et Elena Lazos (2017). " La redécouverte des "super-aliments" autochtones au Mexique ", dans Brigitte Sébastia (ed.), Manger des aliments traditionnels. Politique, identité et pratiques. Londres et New York : Routledge, p. 20-47.

Kirshenblatt-Gimblett, Barbara (2001). "La cultura de les destinacions : teoritzar el patrimoni. Journal d'Ethnologie de Catalogne, n° 19, p. 44-61.

León, Jorge (1994). " Domesticated Plants and Neglected Crops in Mesoamerica ", dans J. Esteban Hernández Bermejo et Jorge León (ed.), Cultures négligées. 1492 d'un point de vue différent. Rome : fao / Jardin botanique de Cordoue, pp. 37-46.

Littaye, Alexandra Zelda (2016). "La multifonctionnalité des aliments patrimoniaux : l'exemple du pinole, une friandise mexicaine". Géoforumn° 76, pp. 11-19. https://doi.org/10.1016/j.geoforum.2016.08.008

Lloyd de Shield, Christopher (2015). " L'amarante cosmopolite : une écologie postcoloniale ". Texte postcolonialvol. 10, no. 1, pp. 1-22.

López Caballero, Paula (2010). "De cómo el pasado prehispánico se volvió el pasado de todos los mexicanos", in Pablo Escalante Gonzalbo (coord.), L'idée de notre patrimoine historique et culturel. Ou comment nous en sommes venus à valoriser et à célébrer certaines choses qui nous appartiennent.. Mexique : conaculta, pp. 137-152.

- (2016). "Pistas para pensar la indigeneidad en México". Interdisciplinairevol. 4, no. 9, pp. 9-27. https://doi.org/10.22201/ceiich.24485705e.2016.9.56403

Matta, Raúl (2013). "Valoriser l'alimentation indigène : les racines modernes du patrimoine alimentaire péruvien". Anthropologie de l'alimentation [en ligne]. https://doi.org/10.4000/aof.7361.

Medina, F. Xavier (2017). " Réflexions sur le patrimoine et l'alimentation dans une perspective culturelle et touristique ". Annales d'anthropologieNo. 51, pp. 103-117. http://dx.doi.org/10.1016/j.antro.2017.02.001.

Meiners Mandujano, Rodrigo (2017, 18 février). "Origen de la alegría en el México colonial". La Jornada del CampoExtrait de https://www.jornada.com.mx/2017/02/18/cam-alegria.html, consulté le 11 mai 2022.

Milenio Digital (2016, 6 septembre). "Amaranthe : Patrimoine culturel immatériel du CdMx".Milenio. Extrait de https://www.milenio.com/cultura/el-amaranto-patrimonio-cultural-intangible-de-la-cdmx, consulté le 11 mai 2022.

Pérez Ruiz, Maya L. et Antonio Machuca (2017). "La patrimonialización ¿nuevo paradigma ? Bulletin du Collège des Ethnologues et Anthropologues SociauxNo. 41, pp. 5-14.

Pilcher, Jeffrey (2008). "La mondialisation de la cuisine mexicaine. Boussole de l'histoirevol. 6, no. 2, pp. 529-551. https://doi.org/10.1111/j.1478-0542.2007.00509.x

Ramírez Meza, Beatriz, Fernando Manzo Ramos, Ma. Antonia Pérez Olvera et Aurelio León Merino (2017). "Las familias amaranteras de Tulyehualco, Ciudad de México : entre lo tradicional y lo moderno. Journal mexicain des sciences agricolesNo. 18, pp. 3799-3813. https://doi.org/10.29312/remexca.v8i18.221

Rebaï, Nasser, Anne-Gaël Bilhaut, Charles-Édouard de Suremain, Esther Katz et Myriam Paredes (ed.) (2021). Les patrimoines alimentaires en Amérique latine. Ressources locales, acteurs et mondialisation. Paris : ird / Iféa.

Reyes Equiguas, Salvador (2009). "El huautli et la vie quotidienne des Nahua". Temps librevol. 3, n° 18, p. 98-120.

Sánchez, Kim et Elizabeth Navarrete (2018). " L'amarante au Mexique : anciennes stratégies de production et nouveaux consommateurs ". Recherche socialevol. 21, no. 38, pp. 45-58. https://doi.org/10.15381/is.v21i38.14213

Sánchez Olarte, Josset, Adrián Argumedo Macías, Jesús F. Álvarez Gaxiola, José A. Méndez Espinoza et Benjamín Ortiz Espejel (2015). "Les connaissances traditionnelles dans les pratiques agricoles dans le système de culture de l'amarante à Tochimilco, Puebla". Agriculture, société et développementvol. 12, no. 2, pp. 237-254. https://doi.org/10.22231/asyd.v12i2.151

Santilli, Juliana (2015). "La reconnaissance des aliments et des connaissances et pratiques liées à l'alimentation en tant que patrimoine culturel immatériel". Demetravol. 10, no. 3, pp. 585-606. https://doi.org/10.12957/demetra.2015.16054

Santos de Sousa, Boaventura (2009). Une épistémologie du Sud : la réinvention des savoirs et l'émancipation sociale. Mexique : Siglo xxi / clacso.

Sébastia, Brigite (ed.) (2017). Manger des aliments traditionnels : politique, identité et pratique. Londres et New York : Routledge.

Siniscalchi, Valeria et Carole Counihan (2014). "Ethnographie de l'activisme alimentaire", dans Carole Counihan et Valeria Siniscalchi (ed.), Activisme alimentaire : agence, démocratie et économie. Londres : Bloomsbury, pp. 3-12. https://doi.org/10.5040/9781350042155.ch-001

Stanford, Lois (2012). "When the Marginal Becomes the Exotic : The Politics of Culinary Tourism in Indigenous Communities in Rural Mexico", dans Elizabeth Finnis (ed.), Réimaginer les aliments marginalisés. Processus mondiaux, lieux locaux. Phoenix : University of Arizona Press, pp. 67-87. https://doi.org/10.2307/j.ctt1814g4b.7

Suremain, Charles-Édouard de (2019a). "Anachronisme du patrimoine. Une critique du patrimoine alimentaire à partir du chocolat au Yucatán (Mexique)", dans Sarah Bak-Geller Corona, Raúl Matta et Charles-Édouard de Suremain (coord.), Patrimoine alimentaire. Entre consensus et tensions. Mexique : El Colegio de San Luis / Institut de Recherche pour le Développement, pp. 183-205.

- (2019b). "De l'ethnographie multi-sites au patrimoine alimentaire : quels défis théoriques et méthodologiques pour l'anthropologie ?". Journal cesla. Revue internationale d'études latino-américainesNo. 24, pp. 7-32. https://doi.org/10.36551/2081-1160.2019.24.7-32

- (2017). "Quand la nourriture devient un patrimoine. Routes gastronomiques, mondialisation et développement local (Mexique)". trace, núm. 72, pp. 165-181. https://doi.org/10.22134/trace.72.2017.114

unesco (2021). "Patrimoine culturel immatériel". unesco [site web]. Extrait de https://es.unesco.org/themes/patrimonio-cultural-inmaterial, consulté le 10 mai 2022.

Velasco Lozano, Ana Ma. Luisa (2001). "Los cuerpos divinos. La utilización del amaranto en el ritual mexica", dans Yólotl González Torres (coord.), Animaux et plantes dans la cosmovision mésoaméricaine. Mexique : conaculta / inah / Plaza y Valdés, pp. 39-63.

(2017). " L'amarante, une ressource alimentaire pérenne ". Patrimoine culturel immatériel de la ville de Mexico". Bulletin du Collège des Ethnologues et Anthropologues Sociauxn° 41, pp. 65-74.


Charlynne Curiel est titulaire d'un diplôme d'histoire de l'Université autonome de Baja California. Elle a étudié en vue d'obtenir une maîtrise en anthropologie sociale à l'université d'Oxford. ciesasIl est titulaire d'un doctorat du groupe de sociologie du développement rural de l'université de Wageningen, aux Pays-Bas. Ses recherches actuelles portent sur l'anthropologie de la nourriture non conventionnelle, les relations des femmes avec les cuisines et la nourriture à Oaxaca et la production du patrimoine alimentaire. Elle enseigne dans le cadre du BA en anthropologie sociale et du MA en sociologie à l'Instituto de Investigaciones Sociológicas de l'Universidad Autónoma Benito Juárez de Oaxaca (UABJO).iiis-uabjo).

S'abonner à
Notifier
guest
0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires

Institutions

ISSN : 2594-2999.

encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

Télécharger dispositions légales complet

EncartesVol. 5, n° 10, septembre 2022-février 2023, est une revue universitaire numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, n° 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte, A. C..., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexico, Tel. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tél. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tél. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Accueilli à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière modification : 22 septembre 2022.
fr_FRFR