Dynamiques ethno-raciales au Mexique : une approche des discours racistes dans l'élite yucatèque

    Réception : 27 mars 2020

    Acceptation : 29 avril 2020

    Les élites de la ville blanche : discours racistes sur l'altérité

    Eugenia Iturriaga, 2016 UNAM, Mexico, 356 p.

    Me Mexique continue d'avoir une dette historique dans l'étude du racisme, de ses diverses expressions et manifestations dans la société, la culture et la politique. L'indépendance du Mexique n'a pas résolu les problèmes de racisme dans le pays ; En fait, depuis le soulèvement zapatiste au Chiapas (1994), l'anthropologie mexicaine a commencé à parler d'une "résurgence du racisme", ce qui, en réalité, commence à remettre en question, d'une part, les alliances entre les élites politiques et universitaires pour maintenir les pratiques racistes dans la manière sociale de comprendre les relations humaines et, d'autre part, les pratiques ethnocides qui étaient mises en œuvre.

    Dans un bref aperçu de la question du racisme au Mexique, Eugenia Iturriaga souligne la contribution de Jorge Gómez Izquierdo (2002), qui a consacré plus d'une décennie à l'étude du racisme, rendant visible la discrimination à l'encontre des Chinois et montrant dans ses contributions ultérieures la manière invisible dont le racisme est pratiqué par les élites. Un autre domaine important de l'étude du racisme au Mexique est dirigé par Claudio Lomnitz (1995), qui a commencé à établir un lien entre les idéologies raciales et le nationalisme mexicain. Outre ces deux auteurs, il convient également de souligner la contribution d'Olivia Gall (2004) qui, comme Gómez Izquierdo (2002), se consacre à l'analyse du racisme de 1998 à 2014, et dont les principales contributions sont des études sur les identités et la génération de l'altérité avec le racisme. Enfin, nous soulignons le travail d'Alicia Castellanos (2001) qui, entre autres contributions, aborde deux propositions : premièrement, comprendre la relation entre le racisme et la formation nationale et régionale, et deuxièmement, proposer des méthodologies qui contribuent à l'étude du racisme.

    La proposition d'Eugenia Iturriaga s'inscrit dans ce courant d'études sur le racisme au Mexique et génère une proposition critique qui aborde l'interlocution entre l'élite blanche et l'altérité dans la ville et dans l'espace public. Iturriaga a commencé ses études anthropologiques sur l'indigénisme au Mexique, la construction de l'État national et le rôle des anthropologues. Actuellement, en tant que professeur de recherche à la faculté des sciences anthropologiques de l'université autonome du Yucatán (Universidad Autónoma de Yucatán) (uady), cherche à contribuer aux discussions sur le racisme et les élites.

    L'auteur a reçu le prix Fray Bernardino de Sahagún de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire pour sa thèse de doctorat en 2011. Avec ce travail, l'auteure lance un profond défi à l'anthropologie mexicaine, celui d'assumer la dette historique de la discipline et d'élargir le champ de la recherche sur le racisme, en comprenant également les dynamiques et les rituels générés par les élites traditionnelles.

    Dans son travail, Eugenia Iturriaga présente une analyse approfondie dans laquelle elle dévoile des dynamiques que les sociétés dans les espaces publics n'osent pas mentionner ou rendre visibles, des dynamiques raciales qui sont imbriquées dans la vie quotidienne et qui sont renforcées par les élites des villes. À travers son analyse, il présente un travail profond et complexe sur les dynamiques raciales de la ville yucatèque de Mérida, un espace qui, pour l'anthropologie mexicaine, présente une particularité importante en termes de relations ethno-raciales et de peuples mayas.

    Dans un contexte de politiques multiculturalistes et de mouvements sociaux, il est pertinent de détourner le regard de l'altérité. Il est très courant que, lorsqu'on parle de racisme, de discrimination ou d'altérité, l'analyse se concentre sur les groupes racialisés et exclus ; cependant, dans ce que l'on appelle la "ville blanche", comment le racisme est-il compris et vécu par les élites ? Sont-elles conscientes des dynamiques raciales générées par les élites ? Comment lisent-elles leur ville blanche ? Telles sont les questions que soulève la lecture d'Iturriaga.

    Les élites de la ville blanche représente l'enquête de l'auteur sur les espaces qui génèrent, renforcent et diffusent les discours racistes de la vie quotidienne, et tente d'approfondir le racisme et la manière dont il structure les élites traditionnelles méridionales. Le livre se compose de sept chapitres et d'un important prologue écrit par Alicia Castellanos, qui souligne la pertinence et la grande contribution de ce travail à un domaine qui a été très peu observé dans l'anthropologie mexicaine : les élites. Castellanos affirme qu'il s'agit d'une contribution importante à l'analyse pour contrer le déni constant du racisme et du classisme, de la part de l'État et de la société, l'existence manifeste de dynamiques raciales et classistes dans tous les espaces privés et publics de la vie quotidienne.

    Les trois premiers chapitres visent à situer le lecteur d'un point de vue méthodologique, théorique et historique. Dans l'intention de l'auteur de réfléchir à les multiples racismes et les stratégies pour son étude, met en avant une proposition théorico-méthodologique qui cherche à rendre compte des dynamiques racistes dans les pratiques quotidiennes, dans les discours publics et dans les discours cachés. L'auteur dialogue avec Taguieff (2001), Wieviorka (1992), Todorov (2007) et Balibar (1988), chacun ayant une proposition multidimensionnelle pour l'analyse du racisme qui sert de base à la proposition de l'auteur.

    Sur la base de cette perspective, il propose de travailler en juxtaposant trois dimensions générales : l'idéologie, la doxa et les pratiques. Il s'inspire également d'Austin (1990) et de Judith Butler (2002) pour relier les dimensions précédentes à la génération, à la transformation et à la reproduction des discours, à la performativité et à la citadinité des idées et des mots. Cette proposition multidimensionnelle est celle qui permet une approche plus approfondie et plus complexe des dynamiques ethno-raciales des élites, de leurs stratégies de reproduction, de distinction, de privilège, de pouvoir et de légitimation.

    D'autre part, elle reprend les réflexions théoriques sur les élites et les classes sociales de Jorge Alonso (1976) et de Pareto (1980), qui abordent la dialectique entre les classes sociales et les élites, établissant une composition hétérogène entre, selon les termes de Pareto, les moteurs et les conduits ; tous deux approfondissent la dynamique des élites et les stratégies d'équilibre social, économique et politique. L'auteur reprendra cette proposition en incluant également la variable ethnique et le capital symbolique d'appartenance à une élite traditionnelle du Yucatán.

    Il fait ensuite un tour historique de l'anthropologie et de l'histoire mexicaines, en soulignant l'utilisation du concept de "race" comme fil conducteur. Il passe en revue les positions du XIXe siècle sur l'existence et la classification des "races", les références darwinistes, biologistes et culturelles qui ont abouti à la fondation de politiques et d'actions eugéniques.

    L'importance de ce processus pour la lecture est de comprendre comment les critères scientifiques et sociaux ont évolué en ce qui concerne la classification et les valeurs attribuées aux différentes populations d'Européens, de Créoles, de métis, d'indigènes et d'Afro-descendants, plongeant ainsi dans les représentations et les pratiques racistes qui construisaient les altérités au Mexique.

    Une contribution importante d'Iturriaga est de faire un survol historique des responsabilités des différentes sciences, et surtout d'identifier l'anthropologie et l'histoire comme des outils fondamentaux dans l'établissement de l'ordre social, des pratiques d'évangélisation et de la diffusion de l'idéologie d'une "race pure", ou d'une "race cosmique" selon les termes de Vasconcelos (1948). L'auteur écrit : "L'anthropologie, avec l'aide d'autres sciences, a été un instrument crucial dans le processus de construction de la nation puisque le but ultime était l'intégration des cultures indiennes dans la modernité" (p. 83). Plus loin, dans les conclusions, il souligne la dette de l'anthropologie mexicaine en termes de rupture avec l'approche scientifique et biologiste avec laquelle les peuples indigènes sont conçus.

    Déjà dans le chapitre iv jusqu'au chapitre vii Le rapport commence par situer la société méridienne dans l'espace et identifie une répartition géographique distincte entre les élites traditionnelles et les populations indiennes. Elle commence par situer spatialement la société méridienne et identifie une répartition géographique ségréguée entre les élites traditionnelles et les populations indiennes. Les outils méthodologiques utilisés pour cette cartographie géographique sont très intéressants. Une analyse des noms de famille dans l'annuaire téléphonique de Mérida a été réalisée, dans laquelle il affirme que "ceux d'origine maya prédominent dans les numéros attribués aux colonies du sud de la ville, tandis que ceux d'origine espagnole ou étrangère prédominent dans les numéros des colonies du nord" (p. 138).

    Il est important d'analyser cette distribution géographique identifiée par l'auteur, car si nous prenons également en compte les idéologies générées sur la distribution mondiale, nous pouvons voir la conformation du sud, ou du sud appauvri et sous-développé, avec le nord ou le nord-est en tant que puissances économiques et pays du premier monde. D'autre part, elle identifie également des lieux comme des espaces clés pour la génération et l'expérience des discours raciaux : les écoles, les clubs de loisirs, le partage des dates de vacances et les caractéristiques diacritiques telles que la langue et l'habillement. Pour ces analyses, l'auteur se tourne vers le concept de habitusL'objectif est de comprendre les pratiques et les conditions sociales dans lesquelles les élites traditionnelles de Mérida se sont construites, en comprenant leurs schémas historiques et collectifs couplés à la vie quotidienne.

    L'école délimite le type de formation et les relations sociales générées par les élites traditionnelles ; selon l'auteur, "les écoles fréquentées par les enfants de l'élite sont très importantes car c'est là que commence le tissage des réseaux, que se renforce le processus de socialisation et que se définissent les positions sociales. L'école rend clair le groupe d'appartenance" (p. 153). La question "De qui est-il le fils/la fille ?" est pertinente pour les familles de l'élite ; il en va de même pour les clubs de loisirs exclusifs à certaines familles ; le nom de famille devient pertinent pour l'accès aux écoles et aux clubs. C'est dans ces espaces que le capital culturel et social est principalement installé pour générer un sentiment d'appartenance.

    Elle met également en évidence des rituels inamovibles qui relèvent du statut et correspondent aux étapes sociales des élites, comme le bal des débutantes, les bals du carnaval, les missions catholiques et "la saison". Le rôle des femmes dans ces espaces de transmission culturelle et idéologique des élites méridiennes est très frappant ; l'auteur l'évoque à certains moments et ouvre une discussion intéressante sur les femmes et leur rôle dans la reproduction des stratégies et la perpétuation des dynamiques de ségrégation, qui favorisent le maintien du cercle fermé des élites.

    En ce sens, le rôle des femmes dans ces familles est lié à la dynamique patriarcale qui les enferme dans le foyer, la famille et ses soins. Dans ces familles, les soins ne se limitent pas à la santé ou à l'alimentation, mais concernent également la position sociale de la famille au sein des élites, les écoles d'élite, les clubs d'élite, les alliances matrimoniales fermées entre familles d'élite, et même les bars et les boîtes de nuit que leur progéniture peut fréquenter.

    Les caractéristiques diacritiques soulèvent également une ambiguïté intéressante : par exemple, la relation de l'élite méridienne avec ses racines linguistiques mayas, avec des aspects phonétiques tels que l'intonation, l'accent, et même l'incorporation de mots entiers en maya. On peut affirmer qu'il y a une certaine fierté à l'égard de ces racines mayas et de leur façon de parler, mais il y a aussi une profonde discrimination à l'égard des locuteurs mayas, qui se manifeste par le dénigrement des noms de famille mayas, le rabaissement, la subordination et l'exploitation des nounous et des infirmières, qui sont pour la plupart des locuteurs mayas.

    L'auteur oppose également cette dynamique aux stéréotypes et aux préjugés fondés sur le phénotype des personnes en menant un exercice de photo-interprétation avec de jeunes élèves des écoles des élites traditionnelles de Mérida, qui consiste à présenter des images de personnes dans différents lieux et avec différents phénotypes, et à inviter les élèves à recréer l'histoire des photographies, qu'elle oppose ensuite à la "véritable" histoire des profils racontée par le chercheur. L'analyse met en évidence les stéréotypes et les préjugés qui se développent en fonction du phénotype, de l'appartenance ethnique et de la classe sociale. Les profils à la peau claire sont associés à la réussite, à la supériorité, aux professions importantes et aux positions dans la société, tandis que les corps à la peau foncée sont associés à des vices tels que l'alcoolisme et la violence, la pauvreté et la marginalisation.

    L'auteur entreprend également un travail d'archives approfondi sur les médias locaux pour tenter d'identifier la dimension idéologique du racisme à travers les représentations de la mayonnaise. Elle s'intéresse aux chaînes de télévision à accès libre et se concentre en particulier sur deux programmes télévisés : Les Pechs, une vraie famille et La cuisine, c'est la cultureet, sur le plan journalistique, il analyse les questions de la Journal du YucatanLe rapport aborde également l'utilisation de photographies et le discours utilisé dans les éditoriaux.

    L'analyse montre une profonde contradiction dans la relation avec le peuple maya. D'une part, une image de protection de la culture maya ancestrale est socialisée ; d'une certaine manière, les responsables de la survie de la culture et des origines mayas au fil du temps sont également compris de manière anhistorique ; d'autre part, le mépris, l'humiliation et la discrimination profonde sont également mis en évidence, naturalisés depuis les discours jusqu'à la dynamique quotidienne. Les discours oscillent entre la fierté idéalisée et essentialiste des origines mayas de l'élite yucatèque et le rejet des corps indigènes, le rejet de leurs langues, de leurs noms de famille, de leurs pratiques culturelles et de leurs corps racialisés.

    À travers ce travail, Eugenia Iturriaga montre la multidimensionnalité du racisme dans les discours et les pratiques, en démontrant comment l'interprétation raciale continue d'être un filtre qui détermine les relations sociales, l'inclusion et l'exclusion dans certains espaces, et s'impose comme une référence pour la lecture des différences phénotypiques et culturelles. Les théories du pouvoir et son utilisation par les élites traditionnelles pour perpétuer et naturaliser les stéréotypes et les stigmates qui racialisent les groupes indigènes sont renforcées ; la complexité des relations de pouvoir est comprise en dehors d'une relation classique entre le pouvoir et la politique ou le gouvernement, en comprenant le pouvoir comme une relation de forces qui s'exercent dans toutes les relations sociales, dans toutes les sociétés construites sur la base de l'inégalité.

    D'autre part, il est également entendu que malgré le maintien du "maya" comme élément essentiel de l'héritage yucatèque, les corps indigènes, indiens et mayas sont racialisés, appauvris et dépréciés. En ce sens, l'auteur souligne que "la discrimination à l'encontre des peuples indigènes au Mexique est une discrimination coloniale, de subordination, raciale et culturelle, bien que la discrimination par la classe sociale rende souvent la race invisible" (p. 326). L'analyse des classes sociales est également abordée en profondeur en faisant l'historique de la localisation et du développement des classes moyennes et supérieures au Yucatán.

    Parmi les stéréotypes et les stigmates qui continuent d'être naturalisés dans les discours des élites yucatèques figurent l'alcoolisme, l'absence de morale et de décence, les comportements violents et sauvages, la paresse et l'oisiveté. Ces éléments ont été des réponses constantes dans les stratégies méthodologiques utilisées par l'auteur. De même, les symboles et les codes établis par l'élite yucatèque pour déterminer l'appartenance et le statut des sujets dans la société ont été identifiés. Parmi eux, la situation géographique dans l'État se distingue de manière définitive : le nord est nécessairement celui qui est protégé pour les élites, les écoles prestigieuses, les clubs sociaux, les rituels de statut, les missions catholiques et les noms de famille espagnols.

    Le rôle des femmes de l'élite est essentiel pour veiller à ce que ces codes soient maintenus et perdurent à travers les générations. Les épouses contrôlent tous les aspects sociaux et symboliques des jeunes générations afin de maintenir le pouvoir, le respect et les relations dans les espaces fermés de l'élite. Une analyse du genre et du pouvoir a beaucoup à voir avec cela, et c'est sans aucun doute une question ouverte pour de futures approches. D'autres études sur les populations afro-descendantes et asiatiques, qui ne sont apparemment pas observées par l'élite yucatèque, sont également en attente.

    Comme le mentionne l'auteur à la fin de son ouvrage, "ce n'est qu'en connaissant le fonctionnement des élites que l'on peut comprendre une société" (p. 334), renforçant ainsi ce qui a été mentionné au début du texte. Il est également important de problématiser la manière dont les recherches sur le racisme, la racialisation et la "race" ont été orientées, en ne s'intéressant qu'à l'altérité, d'une part, et à son lien avec les classes sociales, d'autre part (Jorge Alonso, 1976). En ce sens, la contribution de l'auteur ouvre un champ important d'analyse et de construction des relations ethno-raciales, y compris du point de vue des groupes qui sont restés au pouvoir et qui, en général, sont les principaux générateurs et perpétuateurs de discours raciaux.

    Références bibliographiques

    Alonso, Jorge (1976). La dialéctica clases-elites en México. México: La Casa Chata.

    Austin, John (1920). Cómo hacer cosas con palabras. Barcelona: Paidós.

    Balibar, Étienne (1988). “¿Existe el neorracismo?”, en Immanuel Wallerstein y Étienne Balibar, Raza, nación y clase. Madrid: iepala, pp. 31-48.

    Butler, Judith (2002). Cuerpos que importan: sobre los límites materiales y discursivos del “sexo”. Buenos Aires: Paidós.

    Castellanos, Alicia (2001). “Notas para estudiar el racismo hacia los indios en México”. Papeles de Población 28: 165-179.

    Gall, Olivia (2004). “Identidad, exclusión y racismo: reflexiones teóricas y sobre México”. Revista Mexicana de Sociología 2: 221-259.

    Gómez, José (2002). Estudios sobre el racismo en México: enfoques preexistentes, antecedentes y estado de la investigación. Puebla: buap.

    Lomnitz-Adler, Claudio (1995). Las salidas del laberinto. México: Joaquín Mortiz.

    Pareto, Vilfrido (1980). Forma y equilibrio sociales. Extracto del Tratado de Sociología General. Madrid: Alianza Universidad.

    Taguieff, Pierre-André (2001). “El racismo”. Debate Feminista 12 (24): 3-14.

    Todorov, Tzvetan (2007). Nosotros y los otros. Madrid: Siglo xxi.

    Vasconcelos, José (1948). La raza cósmica. Misión de la raza iberoamericana. Buenos Aires: Espasa Calpe.

    Wieviorka, Michel (1992). El espacio del racismo. Barcelona: Paidós.


    Angie Edell Campos Lazo est candidate au doctorat en sciences sociales avec une spécialisation en anthropologie sociale au Ciesas-Occidente (Mexique), titulaire d'un master en développement communautaire de l'Universidad Estadual do Centro Oeste do Paraná unicentro (Brésil) et d'un diplôme en travail social de l'Universidad Nacional Federico Villarreal (Pérou). Elle a plus de huit ans d'expérience avec la jeunesse afro-péruvienne et est membre du conseil d'administration d'Ashanti Peru-Réseau péruvien de la jeunesse afro-descendante. Ses recherches portent sur le genre, l'interculturalité et les droits de l'homme. Elle a notamment publié le livre Femmes afro-descendantes dans le sud du Brésil : perceptions sous l'angle de la justice. E-mail : angieedell@gmail.com. orcid: 0000-0002-8488-4610.

    Jorge Rafael Ramírez est titulaire d'un doctorat en sciences sociales de l'Universidad Autónoma de Nayarit (Mexique), d'un master en politique sociale de l'Universidad Estadual de Londrina (Brésil) et d'un diplôme en travail social de l'Universidad Nacional Federico Villarreal (Pérou). Il a plus de dix ans d'expérience avec la jeunesse afro-péruvienne et est membre du conseil d'administration d'Ashanti Peru - Red Peruana de Jóvenes Afrodescendientes (Réseau péruvien de la jeunesse afro-descendante). Il a publié des articles mettant l'accent sur la participation politique des Afro-descendants et est l'auteur du livre Participation politique des jeunes afrodescendants au Pérou. E-mail : jorafaelramirez@gmail.com. orcid: 0000-0002-8488-4610

    Susciter l'intérêt
    Notifier
    guest

    0 Commentaires
    Retour d'information sur Inline
    Voir tous les commentaires

    Institutions

    ISSN : 2594-2999.

    encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

    Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

    Télécharger dispositions légales complet

    EncartesVol. 7, No. 13, mars 2024-septembre 2024, est une revue académique numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, No. 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte Norte, A. C.., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexique, Tél. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tel. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tel. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Hébergé à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière mise à jour : 25 mars 2024.
    fr_FRFR