Stratégies de sécurité des femmes dans la périphérie urbaine de la ville de La Plata1

Réception : 6 octobre 2021

Acceptation : 9 février 2022

Résumé

L'objectif de cet article est d'analyser les stratégies de sécurité des femmes des secteurs populaires de La Plata, en Argentine. L'hypothèse directrice est que l'innovation et la routinisation des stratégies, comprises comme des rituels de la vie quotidienne qui permettent d'aller de l'avant et de projeter une dimension du futur, sont fondamentales pour l'autonomie des femmes. L'analyse se fonde sur les informations recueillies par le biais d'observations et d'entretiens semi-structurés avec des femmes de deux établissements périphériques de la municipalité de La Plata. Les résultats montrent que les stratégies parviennent à doter la vie quotidienne d'une certaine certitude et d'une colonisation de l'avenir, mais qu'elles déploient surtout des pratiques d'évitement et d'auto-restriction dans l'utilisation de l'espace urbain. De plus, ces stratégies sont médiatisées par des expériences antérieures sédimentées, tant les leurs que celles des autres.

Mots clés : , , , ,

stratégies de sécurité des femmes des secteurs populaires de la périphérie urbaine de la plata

L'objectif de cet article est d'analyser les stratégies de sécurité des femmes de la classe ouvrière à La Plata, en Argentine. L'hypothèse qui la guide est que l'innovation et la routinisation des stratégies, comprises comme des rituels de la vie quotidienne qui permettent de poursuivre et de projeter une dimension du futur, deviennent cruciales pour l'autonomie des femmes. L'analyse se fonde sur les informations recueillies par le biais d'observations et d'entretiens semi-structurés avec des femmes des établissements périphériques de la zone municipale de La Plata. Les résultats montrent que les stratégies donnent au quotidien une dose particulière de certitude et de colonisation de l'avenir, mais qui déploient surtout des pratiques d'évitement et d'auto-restriction dans l'utilisation de l'espace urbain. En outre, ces stratégies sont influencées par leurs propres expériences et celles des autres femmes.

Mots clés : sentiment d'insécurité, peur du crime, incertitude, pratiques de sécurité, La Plata.


Introduction

L'objectif de cet article est d'analyser les stratégies individuelles de sécurité déployées par un groupe de femmes issues de secteurs populaires pour faire face au problème de l'insécurité citoyenne dans la localité.2 de Los Hornos, municipalité de La Plata, Argentine. À cette fin, une stratégie qualitative a été développée dans deux quartiers de cette localité, où des entretiens semi-structurés ont été menés avec les femmes qui y vivent dans l'intention d'analyser à travers leurs récits comment elles définissent et redéfinissent ces stratégies. Des entretiens informels ont également eu lieu et des observations ont été faites dans les quartiers, dans le but d'explorer les situations, les activités et les espaces physiques pertinents qui contribuent à l'explication du problème proposé.

Si l'on part du principe que les femmes des secteurs populaires d'Argentine vivent un processus d'inégalité aiguë et de vulnérabilité sociale, on observe qu'elles se trouvent également dans un environnement imprégné d'incertitude et de manque de prévisibilité. C'est dans ce cadre que nous soutenons qu'ils développent des stratégies de sécurité. Une partie de cet environnement d'insécurité est due aux différents types de violence et aux situations de conflit qui sont devenues récurrentes dans la vie quotidienne des femmes en particulier, et des secteurs populaires en général. A l'instar de Giddens (1997), ce type de contexte en constante évolution génère diverses préoccupations chez les acteurs quant aux dangers auxquels ils se sentent exposés. Ceux-ci, qu'ils soient réels ou potentiels, donnent lieu à un manque de stabilité dans la sécurité ontologique et dans les paramètres qui organisent, donnent un sens, une cohérence et une certitude aux activités de la vie quotidienne. Cette impossibilité de coloniser l'avenir dans des environnements caractérisés comme risqués provoque à la fois une perte de confiance dans la sécurité quotidienne et de nombreuses peurs.

Pour des raisons d'espace et pour organiser ce document, les stratégies de sécurité qui seront abordées sont de deux types : les stratégies d'évitement et les stratégies d'autoprotection, qui impliquent, respectivement, d'arrêter de faire ou de faire quelque chose afin de se sentir ou d'être plus en sécurité (Sozzo, 2008). Il est important de noter que l'insécurité citoyenne n'est pas la seule à dégrader l'autonomie et la sécurité ontologique des femmes ; d'autres insécurités liées à l'environnement, à l'alimentation et au travail, pour n'en citer que quelques-unes, affectent les femmes dans les secteurs populaires.

Par conséquent, l'article est structuré de telle sorte que, premièrement, le problème du sentiment d'insécurité et de l'espace public est abordé dans le cas des femmes, suivi d'une approche théorique des stratégies de sécurité utilisées pour l'analyse dans l'article, et troisièmement, une section méthodologique est présentée, dans laquelle la stratégie de recherche et les techniques utilisées sont expliquées et les cas sont décrits et analysés en termes socio-démographiques et subjectifs. Les stratégies de sécurité des femmes sont ensuite analysées à la lumière de la proposition théorique et de sa portée. Enfin, et en guise de clôture, les principales réflexions qui ont émergé de l'analyse des entretiens, des discussions informelles et des observations sont présentées, en prenant comme point de départ le potentiel d'une analyse interactionniste pour voir dans ces stratégies à la fois la dimension créative et la dimension routinière.

Les femmes, le sentiment d'insécurité et l'espace public

D'une part, des études récentes ont montré, par le biais d'analyses quantitatives et qualitatives, que ce sont les secteurs les plus défavorisés de la société argentine qui souffrent le plus de la victimisation réelle et de la peur du crime, étant donné qu'ils font l'expérience de l'incohérence institutionnelle, de l'inégalité, de la fragmentation sociale et de la vulnérabilité de manière plus extrême.3 (Castel, 2004, 2010 ; Corral, 2010 ; Kessler, 2011 ; Míguez et Isla, 2010 ; McIlwaine et Moser, 2007). Kessler (2011) et Dammert (2007a, 2007b) rapportent qu'au sein des secteurs populaires argentins, ce sont les femmes qui connaissent les plus hauts niveaux de sentiment d'insécurité, et non la victimisation en termes agrégés, un fait qui se répète dans toute la région et qui réaffirme la relative autonomie du sentiment d'insécurité par rapport aux taux de criminalité.

Ce paradoxe de la peur (Warr, 1984) a été expliqué à partir de différentes interprétations : d'une supposée irrationalité à des perspectives féministes qui mettent en évidence différents éléments structurants de la vie sociale : la culture patriarcale, la socialisation différenciée, les rôles attendus, la position sociale inégale des femmes et des hommes en raison des structures de pouvoir et de la domination de genre (Koskela, 1999 ; Lindón, 2006a, 2006b ; Madriz, 2001 ; Mehta et Bondi, 2010 ; Pain, 2001 ; Snedker, 2015 ; Soto Villagrán, 2012). En ce sens, la justification de la réalisation de l'étude sur les femmes est que le sentiment d'insécurité (Kessler, 2011) ou d'insécurité subjective (González Placencia et Kala, 2007) chez les femmes, en plus d'être significativement élevé, est différenciable de la peur chez les hommes.

Diverses recherches quantitatives montrent que la peur de l'agression sexuelle et du harcèlement de rue sont les variables qui, lorsqu'elles sont agrégées dans les enquêtes de victimisation et de perception, perturbent et déclenchent les niveaux de peur des femmes (Dammert, 2007a ; Ferraro, 1995, 1996 ; Lane, 2013 ; Özascilar, 2013 ; Warr, 1985). Les travaux de Warr et Ferraro sont éloquents à cet égard. Warr a découvert, grâce à l'analyse de ces enquêtes, que pour les femmes de moins de 35 ans, la peur du viol et de l'abus sexuel par des inconnus atteint plus des deux tiers d'entre elles, ce qui les place en tête de leur échelle de peur, et cette peur spécifique a un effet : la thèse de l'ombre. Cette thèse implique que la peur de l'agression sexuelle a un effet amplificateur sur la peur d'autres types de crimes et occulte les spécificités des insécurités perçues par les femmes.

Plus récemment et avec des données provenant d'Amérique du Sud, Dammert (2007a) a systématisé et analysé les informations enregistrées par ces mêmes instruments dans quatre mégapoles. Il y observe la même différenciation dans la perception de l'insécurité entre les sexes : avec une variabilité différente selon les cas, les femmes déclarent se sentir plus insécurisées dans tous ces cas. Selon elle, il est important de noter que si elles sont moins victimes de certains types de crimes, comme ceux perpétrés avec violence physique, d'autres sont sous-déclarés par les femmes. Il s'agit généralement de celles qui sont dirigées contre elles et leur corps, c'est-à-dire des agressions verbales dans les espaces publics ou des violences plus explicites comme les agressions sexuelles, allant du frottement du corps à l'abus. Cela est dû à la fois aux insuffisances des enquêtes de victimisation pour appréhender le problème et au fait que bon nombre des hostilités dont ils sont victimes ne sont pas classées comme des crimes. Dammert conclut donc qu'une vision androcentrique est évidente même dans la conception d'instruments publics pour la collecte d'informations liées à ce problème. Elle montre également que la dimension temporelle a un effet important sur la variation entre les hommes et les femmes, puisque les femmes déclarent se sentir "très peu sûres" lorsqu'elles marchent dans leur quartier la nuit.

Le sentiment de vulnérabilité croissante, tant physique que sociale, et l'impuissance qu'il génère expliquent aussi en partie la peur accrue des femmes, qui renforce à son tour la masculinisation de l'espace public et de ses usages et contribue à la persistance de rapports de genre inégaux (Pain, 1991). La peur de se déplacer dans la ville, en plus de renforcer leur dépendance à l'égard des autres, dégrade leur statut de citoyens détenteurs de droits en restreignant leurs libertés. De même, un autre élément pertinent pour expliquer le sentiment d'insécurité des femmes, leurs représentations et leurs perceptions est le fait de subir ou d'avoir subi des violences familiales ou des violences de la part d'un homme dans leur environnement (Kessler, 2011 ; Madriz, 2001 ; Stanko, 1995). Ces situations de conflit aggravent considérablement l'idée dominante de la vulnérabilité des femmes et du souci de leur intégrité physique et sexuelle. Ils compliquent également les hypothèses qui ont accompagné une grande partie de la criminologie et de la sociologie du crime du vingtième siècle, qui supposaient souvent que les diverses agressions et violences sont principalement spatialisées dans la sphère publique et sont perpétrées par des étrangers (Hale, 1996).

De son côté, la fragmentation spatiale urbaine ségrège les hétérogénéités : hétérogénéités de classe, socio-économiques, de genre, ethniques et d'âge, donnant lieu à la naissance d'un nouveau modèle de spatialité. Dans ce sens, la fragmentation est comprise ici comme une

phénomène spatial résultant de la rupture, de la séparation ou de la déconnexion de la forme et de la structure préexistantes de la ville [...] Il implique l'abandon de l'idée de la ville comme lieu de rencontre, d'échange démocratique et de fourniture de services universels [...] La relation entre la ségrégation socio-spatiale et la fragmentation urbaine peut être conçue en termes de relation entre la distance sociale et la distance spatiale (Burguess, 2009 : 101, 116, 120).

Par conséquent, pour les cas étudiés ici, la fragmentation est entrelacée et complexifiée avec la division sexuelle existante de l'espace, qui hiérarchise également les territoires en façonnant les lieux à travers les attentes générées et les rôles attendus. Ainsi, l'expérience des villes n'est pas la même pour les femmes que pour les hommes, ni pour les personnes vivant dans des situations marginalisées. De cette façon, les expériences des femmes analysées souffrent d'une double vulnérabilité ou d'une intersection d'exclusions, celles du genre et de la classe, qui ont des implications sur leurs expériences, leur jouissance de la ville et des espaces publics en général.

En ce sens, nous partons de l'idée que l'espace est construit de manière intersubjective et qu'il est le résultat d'une production liée à des relations de pouvoir inégales. De cette façon, nous reconnaissons l'existence de limitations et de démarcations non seulement des lieux mais aussi des horaires qui restreignent la liberté de mouvement des femmes, en leur attribuant différents rôles et autorisations, et qui découlent des constructions sociales de "l'être femme" (Lindón, 2006a ; 2006b ; Falú, 2009). Ces "espaces que nous refusons" (del Valle, 2006) sont ceux auxquels les femmes renoncent ou qu'elles traversent parce qu'ils font partie de leur vie quotidienne, mais qui sont fondamentalement médiatisés par les peurs. En termes généraux, c'est-à-dire au-delà de l'espace public, il existe certaines autorisations sociales concernant les comportements attendus et acceptés pour chacun des genres, qui sont soutenues par les valeurs et les constructions culturelles dominantes (Rainero, 2009).

De plus, comme le sentiment d'insécurité est vécu individuellement, l'interprétation et l'utilisation des espaces sont produites à partir d'une situation particulière et d'une position sociale dans la structure. En effet, l'espace public ou certains lieux en particulier, en tant que constructions socio-historiques, ne représentent le danger et l'insécurité que pour certains groupes occupant des positions sociales définies (Koskela, 1999 ; Lindón, 2006a, 2006b ; Mehta et Bondi, 2010 ; Snedker, 2015 ; Soto Villagrán, 2012). Cette restriction, qui conditionne le plus les mouvements des femmes, s'applique à de nombreuses rues et lieux publics considérés comme dangereux, ainsi qu'à des endroits inhabités et non éclairés.

Dans cette ligne, les contributions des géographies féministes sont sans aucun doute essentielles à l'analyse des corps des femmes situés dans l'espace public. La problématisation du corps comme première échelle géographique et la manière dont la structuration générique des espaces et des lieux a des effets sur les manières d'habiter et de se déplacer dans la ville font partie des grandes contributions de ces chercheurs (Massey, 2001 ; McDowell et Sharp, 1999 ; McDowell, 2000). Bien que la géographie humaniste ait nommé les corps en mettant la dimension subjective au centre de l'analyse spatiale, ils n'ont pas été considérés comme des catégories d'analyse ou d'explication. Ainsi, les auteurs ont non seulement marqué une rupture au sein de la discipline géographique mais ont également ouvert la voie à l'étude des corps en tant que sites de création et de réception d'émotions, de significations, de pratiques et d'expériences.

La privation relative de l'espace public, conséquence du sentiment d'insécurité de nombreuses femmes, conduit souvent à l'isolement ou à la réclusion partielle, mais croissante, dans la sphère privée. Cela devient particulièrement problématique, car cela restreint la possibilité de construire l'altérité par la rencontre avec l'autre dans les expériences quotidiennes typiques de l'environnement urbain (Lindón, 2006a ; Soto Villagrán, 2012). Ce retrait ou cet éloignement vécu par de nombreuses femmes contribue à

affaiblit l'estime de soi des femmes et approfondit les sentiments d'insécurité [...], [et favorise] un processus circulaire d'inversion, de production et de reproduction d'anciennes et de nouvelles subjectivités féminines dans lesquelles la peur s'exprime et les femmes y sont liées (Falú, 2009:23).

Stratégies de sécurité individuelles pour faire face à l'incertitude de l'environnement

Les dynamiques de ré-individualisation que connaissent les sociétés contemporaines ont reconfiguré les supports collectifs qui protégeaient les individus et leur permettaient de se projeter et d'affirmer un minimum d'indépendance sociale afin de " dominer les vicissitudes de l'avenir " (Castel, 2010 : 78), ceux qui ne disposent pas du capital économique, social et culturel pour faire face aux nouvelles exigences de la responsabilité individuelle étant les plus touchés (Castel, 2004). Ainsi, les routines et les habitudes que les personnes développent dans ces espaces revêtent une importance fondamentale pour l'organisation de la vie quotidienne, principalement pour faire face aux ambivalences qui se présentent et pour minimiser ou éviter les dangers (Giddens, 1997 ; Goffman, 1970).

Ainsi, la tentative des acteurs de spatialiser la peur et l'insécurité tente d'établir des démarcations entre espaces sûrs et non sûrs, même lorsque les transformations de l'espace urbain et les expériences vécues dans celui-ci ont délocalisé ou déterritorialisé l'insécurité (Kessler, 2011 ; Reguillo, 2008). L'omniprésence de l'insécurité et l'incertitude qu'elle génère vont tenter d'être atténuées par les acteurs à travers l'identification de sujets, d'objets et d'espaces sûrs et non sûrs, en leur attribuant des propriétés fixes afin d'essayer de trouver une stabilité et une certitude dans la vie quotidienne.

Mais de la même manière, dans ce contexte de désaffiliation et de diverses formes de vulnérabilité sociale, les stratégies que les femmes déploient pour affronter l'insécurité au quotidien font partie de la créativité développée par les sujets, entendue comme les manières innovantes d'agir face à de nouvelles expériences et situations (Castel, 2010 ; Giddens, 1997). Ainsi, les stratégies de sécurité seront comprises ici comme les pratiques développées par les sujets qui sont orientées vers l'évitement ou la résolution de conflits ou de menaces potentielles. Les deux sont délimités par la routine et la créativité, qui condensent une réflexivité autour de ses propres expériences et de celles des autres. En outre, ces stratégies peuvent prendre deux formes, celles qui sont menées individuellement et celles qui sont développées ou pensées collectivement et en groupe ; dans cet article, seules les premières seront décrites et analysées.

L'absence de prévisibilité, associée à la perte de crédibilité des institutions et des agents de l'État, entraîne des transformations dans les modes de sociabilité urbaine, en ce sens que les acteurs rencontrent la diversité des altérités avec leurs propres peurs, prescrivant et proscrivant certaines pratiques dans l'espace public (Reguillo, 2008). En ce sens, nous pouvons également concevoir ces pratiques comme une manière dont les sujets dans les zones où l'État s'est retiré ou est en retrait commencent à générer des moyens de gérer et de chercher à garantir leur sécurité (Walklate, 2001).

Dans le cas de l'Argentine, les fortes transformations des conditions de reproduction matérielle et de sociabilité des secteurs populaires pendant l'ordre néolibéral ne signifiaient pas que l'État était absent, mais plutôt qu'il s'agissait d'" une forme qualitativement différente de gouvernance étatique [...] qui démontre symboliquement le pouvoir arbitraire de l'État et renforce la séparation entre les populations valides et invalides " (Auyero et Berti, 2013 : 122). Pour les secteurs moyen et populaire, les politiques économiques et sociales mises en œuvre ont eu pour conséquence que l'État a cessé d'être producteur et garant de divers droits sociaux. Ainsi, plutôt qu'un retrait partiel ou total, nous trouvons une présence étatique contradictoire, sélective, intermittente et souvent violente, qui est présente à travers son bras répressif ou punitif.

Dans ce type de contextes externes insécurisés, la routinisation de ces stratégies et la "conscience pratique" deviennent fondamentales pour la recherche d'autonomie des individus, en tant que rituels de la vie quotidienne qui permettent d'aller de l'avant et de projeter une dimension du futur (Giddens, 1997). Les différentes pratiques déployées peuvent être pensées comme des capacités acquises à partir de l'expérience individuelle et collective accumulée, qui tentent de trouver, sans toujours y parvenir, des solutions différentes aux situations conflictuelles auxquelles ils sont confrontés au quotidien dans les territoires qu'ils habitent ou traversent (Rodríguez Alzueta, 2011). Cela ne signifie pas pour autant que nous considérons que ce quotidien doit être conçu en termes de naturalisation de la violence et du crime, ou qu'il implique une sorte d'immobilisme de la part des acteurs. Au contraire, dans chaque situation et rencontre en face à face, les sujets interagissent selon certaines règles dans le cadre d'un scénario où les motifs, les imputations et les intentions sont présents dans une dimension spatio-temporelle spécifique (Goffman, 1970). Dans la lignée de ce qui précède, l'utilisation et la gestion du "code de la rue" impliquent l'appropriation de certaines règles informelles et de comportements organisés dans le cadre d'interactions sociales, ce qui contribue au maintien des relations interpersonnelles dans l'espace public des quartiers populaires.4 (Anderson, 1999).

Enfin, il est important de souligner et de prendre en considération le fait que les femmes, éprouvant un plus grand sentiment d'insécurité, sont plus susceptibles de transformer leurs routines, leurs pratiques et leurs comportements par crainte d'être victimisées (Madriz, 2001 ; Rainero, 2009). Cela serait particulièrement visible dans le cas des femmes des secteurs populaires car, étant donné la rareté des ressources, elles ne disposent pas de certains conforts -comme leur propre voiture-, ce qui conduit beaucoup d'entre elles à s'auto-imposer des restrictions spatio-temporelles qui les confinent et leur causent un malaise.

Considérations méthodologiques et contextuelles

Comme mentionné, la méthodologie de l'article est qualitative. Les informations ont été recueillies entre août et septembre 2016 dans les établissements d'El Arroyito et d'El Zanjón de Los Hornos, au sud-ouest de La Plata, dans la province de Buenos Aires. L'échantillonnage était non probabiliste et en boule de neige. Vingt-deux entretiens semi-structurés ont été menés, dans lesquels les questions initiales étaient larges afin de permettre l'émergence de peurs et d'insécurités non directement liées à la criminalité ou à la sécurité publique, ainsi que d'observer le fil temporel construit dans les récits des femmes.

Il a également été tenu compte du fait que le nombre d'entretiens devait être représentatif de la pluralité des voix des femmes vivant dans chaque établissement, en fonction de leur nationalité et de leur âge, étant donné que l'intersectionnalité nous permet d'observer que chacun de ces groupes vit le sentiment d'insécurité à l'intérieur et à l'extérieur de son quartier de manière différente (voir tableau 1 en annexe). Les entretiens ont permis d'accéder aux expériences des personnes interrogées, à ce qu'elles perçoivent et à la manière dont elles l'interprètent, éclairant la nature de la vie sociale des femmes dans leur propre situation, position et ensemble de relations (Geertz, 2003 ; Weiss, 1995). De cette façon, les stratégies sécuritaires présentées ont été identifiées et extraites des récits sur la base de ce qu'elles reconnaissaient dans le traitement des différentes expressions de l'insécurité. Deuxièmement, l'observation sélective et l'observation ciblée (Werner et Schoepfle, 1987) ont été combinées afin d'explorer les situations, les activités et les espaces considérés comme pertinents et contribuant à l'explication du problème, et aussi pour reprendre des éléments qui n'avaient pas été envisagés au départ.

Caractérisation sociodémographique des agglomérations

Les logements des quartiers d'El Arroyito et d'El Zanjón sont principalement des cabanes en bois et quelques autres constructions précaires en ciment ou en briques apparentes. En termes d'accès, seules deux lignes de bus, concédées à une entreprise privée, relient les quartiers à la localité de Los Hornos et au quartier de Berisso, adjacent à La Plata. Tous deux traversent le centre de la ville de La Plata et leur parcours se termine à quelques rues des deux établissements. Ces bus sont les seuls à passer dans la zone. Ils circulent toutes les vingt minutes du lundi au vendredi, et toutes les quarante minutes le week-end. Comme les deux lignes ont des itinéraires très similaires, on peut dire que la communication entre les deux quartiers est limitée. Pour se rendre dans d'autres zones de La Plata, les habitants doivent se rendre sur les avenues principales pour utiliser ou combiner d'autres lignes du réseau de services publics. Outre l'augmentation du coût de la vie, cela reflète la ségrégation des zones dans lesquelles ils vivent. A son tour, le fait de devoir passer par le centre ville entraîne de longs temps de trajet dans la vie quotidienne de ces personnes.

L'accès aux services est faible. À l'exception des avenues, les quartiers ont peu d'éclairage public et d'asphalte. Ils ne disposent pas non plus de raccordements au gaz naturel, ni de réseaux d'évacuation ou d'eau potable. La collecte des déchets publics est peu fréquente, et l'Arroyito comme le Zanjón sont saturés de détritus et de rongeurs, ce qui rend les établissements particulièrement insalubres. L'absence de trottoirs et d'asphalte complique la circulation des voisins et empêche les ambulances, la police et les camions de passer pour collecter les déchets d'un grand nombre de familles. Cela est particulièrement problématique pendant la saison des pluies et entraîne des accidents possibles tels que des chutes et des trébuchements.

Un autre élément socio-démographique est que dans la localité de Los Hornos, nous pouvons identifier deux importants flux migratoires. Dans le premier cas, au cours des années 1950, les migrants internes sont arrivés des provinces du nord et du nord-est du pays à la recherche de travail ; dans le second, qui s'est produit avec une plus grande intensité depuis 1990, les migrants sont arrivés des pays voisins, principalement de Bolivie et du Paraguay, également à la recherche d'un emploi et de la possibilité d'avoir des droits fondamentaux garantis par l'État, tels que la santé et l'éducation gratuites. Par le biais d'observations et de rencontres informelles, il a été constaté que les nouveaux colons s'installent généralement à proximité de leurs proches déjà installés, ce qui a donné lieu à la formation de zones spatialement différenciées d'Argentins, de Boliviens et de Paraguayens, qui sont liées les unes aux autres à des degrés divers de conflit. Pour les cas analysés ici, El Arroyito et El Zanjón sont principalement peuplés d'Argentins, de Paraguayens et d'enfants et petits-enfants argentins de Paraguayens.

El Arroyito et El Zanjón comme espaces vécus

En ce qui concerne la dynamique du quartier, nous soulignerons certaines routines qui ont pu être reconnues à travers les observations dans les deux établissements. Mon arrivée dans les quartiers a varié, en fonction des heures auxquelles j'ai organisé les entretiens, mais toujours en utilisant les transports publics, environ une heure et demie ou deux avant le premier rendez-vous et jusqu'à tard dans la nuit. Compte tenu des conditions de logement et des mètres carrés limités des habitations, une grande partie de la vie de quartier se déroule dans les rues, de sorte que l'espace public des secteurs populaires devient un lieu de sociabilité forcée (Rodríguez Alzueta, 2011). Cela signifie que les lieux de rencontre des enfants et des jeunes, principalement des garçons, impliquent un habiter et non un simple passage dans les rues, car les possibilités de loisirs et de consommation dans des lieux privés et fermés sont rares. Cela implique également l'imbrication des conditions et des processus urbains, économiques et culturels.

Les hommes adultes ont tendance à quitter le quartier le matin, car la plupart d'entre eux travaillent sur des chantiers de construction dans d'autres régions et le travail dans ce secteur commence très tôt le matin. Ces emplois sont particulièrement volatiles lorsque les journées de fortes pluies se prolongent et que le travail est interrompu. La proximité du Río de la Plata et des zones humides rend cette situation fréquente, de sorte que de nombreuses familles dont le revenu principal est celui du maçon masculin vivent dans une situation d'inquiétude et d'incertitude permanentes. Le lieu de rencontre des jeunes, principalement des garçons, pendant la journée et la nuit, sont les coins du quartier. Ils s'y retrouvent pour parler, jouer, boire de l'alcool ou prendre des drogues. Nous savions d'avance, grâce à des discussions informelles avec les femmes, que, qu'elles soient harcelées ou non, ces réunions ont tendance à ennuyer les voisins. Dans la mesure du possible, ils essaient d'éviter de passer par ces zones en empruntant d'autres itinéraires pour arriver à leur destination, soit parce qu'ils font des bruits gênants, soit parce qu'ils les considèrent comme une menace potentielle.

Au-delà de ce qui précède, tous les jours ne se ressemblent pas dans les colonies. Les jours de la semaine, les horaires et les saisons de l'année contribuent à délimiter les dynamiques de quartier et de famille. Les week-ends sont les périodes les plus chargées de l'année, surtout pendant les quelques jours ensoleillés et avant le coucher du soleil. Les enfants courent dehors, jouent les uns avec les autres ou font du vélo sous le regard de leurs familles, qui se tiennent devant leurs maisons pour boire du maté. En outre, on peut également voir dans les rues des jeunes hommes qui sortent acheter de la bière ou qui conduisent des motos de manière très rapide et bruyante, ce qui suscite une gêne chez les voisins, soit en raison de la gêne en termes de sensorialité auditive, soit en raison des accidents de la route qu'ils peuvent causer. Nous n'avons jamais vu de femme dans ces groupes d'hommes. La plupart du temps, les jeunes femmes habitent également l'espace du quartier en tant que groupe, mais les activités les plus fréquentes sont les promenades comme forme de loisir et de récréation plutôt que comme simple forme de transit, souvent avec des enfants en poussette.

D'autre part, il a été observé que les gens se déplacent peu, que les magasins ferment et que les activités cessent dans les rues et sur les places à la tombée de la nuit. Les rues se vident et les familles se replient sur elles-mêmes, ce qui signifie que les routines et la vie quotidienne dans les foyers sont organisées de telle sorte que les gens essaient de ne pas se déplacer dans le quartier lorsqu'il fait sombre et désert. C'est dans le contexte décrit pour El Arroyito et El Zanjón que se situent spatialement et biographiquement les réflexions des personnes interrogées sur leurs stratégies de sécurité.

Des stratégies floues dans la quête de la colonisation du futur : la société des coins de rue au regard de femme

Pour les femmes, le droit d'utiliser l'espace public est limité (Madriz, 2001). Les routines et les habitudes telles que le fait de ne pas passer par certains endroits caractérisés comme menaçants ou dangereux, de ne pas aller dans les parcs ou sur les places - principalement la nuit - ou de ne pas attendre les transports seules font partie des différentes formes que prend la restriction de mouvement des femmes interrogées. Cela implique que le développement de certaines pratiques qu'elles mettent en œuvre pour tenter d'éviter de se confronter à une situation de conflit, notamment en évitant certains espaces, est une partie constitutive de l'expérience de vie quotidienne des femmes interrogées.

La principale altérité menaçante identifiée par les personnes interrogées est celle des jeunes hommes, notamment ceux que l'on trouve au coin des rues ou à moto. L'analyse de cet article se concentre sur les stratégies qu'ils appliquent autour de cette identification.5 Wilma dit qu'elle rend rarement visite à sa sœur dans un quartier proche d'El Arroyito car elle pense que c'est dangereux et qu'elle pourrait certainement y être victime d'un crime. Selon Wilma, la dangerosité de la zone est caractérisée par l'obscurité et l'inaccessibilité de l'espace, car il n'y a pas de rues asphaltées et de multiples groupes de jeunes hommes qu'elle ne connaît pas traînent dans la zone.

La pertinence de la connaissance de l'autre se manifeste dans le fait que de nombreuses femmes ont déclaré qu'elles établissent toujours un salut cordial avec les jeunes hommes au coin des rues de leur quartier. Ils étaient calmes en parlant d'eux, affirmant que parce qu'ils les respectent, ils ne les dérangent pas, ou parce qu'ils les connaissent, ils sont sûrs qu'ils ne leur feront rien. Ces stratégies préventives manifestent la proximité et ils les adoptent dans le but de réduire la distance (Simmel, 2018) qui les sépare des jeunes, afin qu'ils ne soient pas perçus comme des étrangers. Ces voisins commentent :

Ils se rassemblent tous là [devant sa maison]. Ici au coin de la rue aussi, mais comme ils vous voient passer tous les jours, c'est comme... Si vous êtes plus connu, ils ont un peu plus de respect pour vous. Mais vous passez devant la 66 [Avenue], ou vous allez du côté du parc, la nuit vous ne passez pas devant (Nancy, 49 ans).

Non, je n'embête personne... Car avant tout, il faut du respect. Tu me respectes, je te respecte et ne te dérange pas. Je dis bonjour et vous continuez... (Silvana, 29 ans).

S'ils passent par là, ils me demandent une cigarette et je la leur donne... ou je leur passe de l'eau ou une bouteille. Ils me le demandent, je le leur donne. Je n'essaie pas d'aller contre eux, j'essaie de m'entendre avec eux [...] Je n'ai jamais été une femme qui avait peur d'eux, au contraire, ils m'engueulaient et je les engueulais aussi... Je me levais le matin [et ils me disaient] "Salut, comment ça va ?", "Apporte l'addition pour boire mon pote", je leur criais dessus, donc j'essaie de m'entendre avec eux (Nadina, 58 ans).

Ce qui précède illustre également la gestion du "code de la rue" et de la Commutation de code (Anderson, 1999). Cela signifie que les femmes, en fonction de la situation, changent le registre qu'elles utilisent au quotidien afin de faire face aux différentes rencontres qu'elles peuvent faire à l'extérieur. Les femmes qui reconnaissent la compréhension et la possibilité de manier le code de l'autre, et d'en tirer parti, sont principalement celles qui passent plus de temps dans l'espace public du quartier. Ainsi, en se concentrant sur la situation, ils comprennent ces symboles et ces significations à travers l'interaction, ce qui contribue ensuite à l'interprétation des situations lorsqu'ils rencontrent l'autre. La possibilité de se déployer ainsi dans l'espace public permet d'altérer les codes et, par conséquent, certains types de comportements circonstanciels grâce à l'évaluation préalable des lignes d'action possibles (Goffman, 1974). Cette approche et cette suspension partielle de la distance sociale et spatiale leur donne confiance et prévisibilité ; moins fréquemment, ces jeunes ont brisé les attentes de l'interaction par une agression verbale ou en envahissant leur espace personnel.

En outre, on pourrait avancer l'hypothèse suivante6 que ce comportement des hommes dans leur quartier et envers les femmes qu'ils connaissent est dû aux coûts de l'interaction, puisque le fait que les voisines sachent qui ils sont, où ils vivent et connaissent les membres de leur famille augmente les chances qu'elles puissent exercer des sanctions envers les jeunes hommes. Même lorsqu'elles ne sont pas agressées ou qu'elles ne reçoivent pas de regards lubriques, les femmes continuent de percevoir cette rencontre et cette interaction en termes asymétriques, car dans leur expérience cognitive et à travers les chaînes d'interaction, ces sujets sont capables de ne pas se conformer aux attentes et aux formes de la rencontre de voisinage.

D'autre part, nous pouvons reconnaître que plusieurs femmes ont exprimé que le soir, elles ne sortent généralement pas dans la rue et qu'elles ne devraient pas avoir besoin de sortir de toute façon. Pour certaines des personnes interrogées, c'est parce qu'elles ont peur d'être victimisées ou harcelées verbalement par des jeunes hommes. Mais pour d'autres, c'est en raison des codes d'honneur qui régissent les relations et qui sont en jeu dans ces établissements, en termes de différenciation de leur propre position dans le quartier par rapport aux autres voisins et familles. Le respect - mais pas seulement pour les femmes - est un élément central dans de tels contextes et constitue en même temps un élément clé de négociation dans l'interaction du code de la rue. De même, de nombreuses mères ont déclaré qu'après l'arrivée des enfants de l'école, elles devaient rester avec eux pour s'occuper des enfants. Pour cette raison, ils n'auraient rien à faire dans les rues la nuit non plus, arguant de la restriction des heures auxquelles ils devraient cesser de se promener dans les quartiers et du retrait de leur domicile.

L'après-midi, c'est difficile pour moi [de quitter la maison]... c'est le moment où mon mari rentre à la maison... il rentre du travail à six heures [du soir], et à ce moment-là je suis déjà à l'intérieur, je cuisine et... je fais des choses [...] Oui... je fais le ménage ici, je m'occupe de ma fille, je m'occupe de ma mère qui est très malade (Wilma, 47 ans).

À cet égard, nous pouvons reconnaître que la maternité des femmes et les attentes et responsabilités sociales qui pèsent sur elles marquent également leur expérience de l'insécurité. Le poids du mandat maternaliste sur l'éducation et les soins, ainsi que le sens des responsabilités, ont conduit nombre d'entre eux à dire que leurs plus grandes inquiétudes et craintes sont liées aux menaces qui pèsent sur leur famille plutôt que sur eux-mêmes. Toutes les mères célibataires ont déclaré que lorsqu'il commence à faire nuit, elles évitent de se promener dans le quartier. Elles affirment que cela est principalement dû au fait que leurs enfants sont jeunes et qu'ils sont toujours avec elles, et que la crainte d'être harcelées lorsqu'elles sont avec leurs enfants leur fait dire qu'elles sont plus prudentes lorsqu'elles se déplacent avec eux que lorsqu'elles sont seules.

Je ne fais pas grand-chose avec les enfants. Je fais des allers-retours avec les enfants, donc je ne... je ne sors pas beaucoup le soir. Le plus que je fais c'est après huit heures [le soir] quand je reviens du club avec eux, c'est tout. Après ça... je ne... je marche à la hâte. Et assurez-vous qu'il y a toujours du monde. [...] surtout quand je viens avec eux (Karla, 34 ans).

Karla ne se déplace dans le quartier que la nuit, lorsqu'elle revient de chercher ses enfants à leurs activités sportives au club du quartier. Dans ce cas, la seule circonstance hebdomadaire où elle ne peut éviter de circuler la nuit et avec ses enfants, elle marche à un rythme pressé et à travers des lieux très fréquentés les quelques pâtés de maisons qui séparent son domicile du club. Ainsi, ce que l'on peut observer est le fait que, selon le contexte spatial mais aussi selon les personnes qui l'accompagnent, les stratégies à développer varient.

Marcher d'un pas pressé, penser à l'avenir, regarder attentivement et garder un œil sur tous les mouvements des personnes qui circulent à proximité fait partie de la vie quotidienne des personnes interrogées. En d'autres termes, " être attentif " à ce qui se passe autour de soi, être capable de " détecter le comportement inapproprié des autres " (Soto, 2012 : 58) -toujours des hommes- est quelque chose de très récurrent dans les témoignages et devient une autre stratégie qui cherche à fournir des certitudes dans les interactions dans les espaces publics. Le fait d'être en alerte implique une charge cognitive et émotionnelle négative, qui entrave la jouissance ou l'appropriation de l'extérieur en fonction du contexte spatio-temporel. En termes de proxémie, si pendant la journée, la concurrence et la proximité des autres sont évaluées positivement en choisissant d'emprunter des rues fréquentées, pendant les heures d'obscurité, cela devient une source de peur.

Dans tous les groupes d'âge, le harcèlement lié au harcèlement sexuel dans l'espace public n'est apparu explicitement que secondairement par rapport à d'autres expériences évaluées comme dangereuses, mais il est sous-jacent aux récits. Les expériences de harcèlement enregistrées étaient liées à des commentaires et des regards obscènes. Face à cela, les stratégies étaient évasives, choisissant de ne pas affronter les hommes qui les harcelaient afin de ne pas faire dégénérer le conflit en une nouvelle agression, impliquant un contact physique ou un harcèlement continu. Aucune des personnes interrogées n'a déclaré avoir fait l'expérience d'une quelconque invasion du corps, mais cette possibilité est vécue comme une menace latente. Ceci soutient la thèse de l'ombre et influence la prévalence du passage plutôt que de l'habitation de l'espace public. Dans tous les cas, des idées liées au bon emplacement du corps féminin, signifié et sexué par les autres, se glissent. Ils semblent tous savoir quelle est sa place Le fait que les relations sociales et les processus spatiaux se renforcent mutuellement (McDowell, 2000) rend difficile leur intégration dans le monde extérieur.

Les femmes interrogées ne limitent pas seulement leurs activités mais aussi, dans leur rôle de mère, les activités de leurs enfants par crainte que quelque chose ne leur arrive. On le voit notamment dans les récits des deux femmes qui ont des enfants adolescents. Priscila a un fils de 14 ans et, en racontant les précautions qu'elle a prises pour s'assurer qu'il n'était pas exposé à une éventuelle victimisation dans la rue ou qu'il ne s'adonnait pas à des activités qu'elle jugeait inappropriées pour un garçon de cet âge, elle a souligné dans son récit qu'elle faisait confiance à son fils, mais pas aux jeunes qui l'entouraient :

Ce que je ne voudrais pas, c'est qu'il arrive quelque chose à mon enfant. Je ne pense pas que je saurais comment faire face ou comment agir si quelque chose arrivait à mon enfant. x. Il va à l'école avec moi, il va à la trompette, je l'emmène et je vais le chercher... dans le but de prendre soin de son intégrité physique. Je lui fais confiance, je sais ce qu'il est, mais je ne fais pas confiance au reste. C'est ce qui arrive à toute mère. [Simule une conversation] "Ça ne me dérange pas de me lever à n'importe quelle heure pour te chercher, tu es mon fils. Et si je ne m'occupe pas de toi, personne ne s'occupe de toi". C'est comme ça.

Wilma, qui est mère d'une fille de 12 ans, est également préoccupée par le fait d'être seule dans la rue - de jour comme de nuit - et d'interagir avec des jeunes au coin des rues. Elle insiste sur la nécessité de parler à plusieurs reprises des précautions à prendre sur la voie publique. Compte tenu de la socialisation généralisée, il est plus courant que les filles reçoivent dès leur plus jeune âge, dans leur famille, différents conseils et impositions, selon lesquels elles doivent toujours faire attention et se comporter de manière appropriée. Les conseils portent sur la vigilance à l'égard d'éventuelles agressions sexuelles, mais aussi sur la manière de marcher, de s'habiller, de s'asseoir, d'être féminine et respectée, ce qui les distingue et les éloigne simultanément des autres. Wilma a soutenu que :

Je lui parle toujours de ces choses... de ne pas aller là où sont les enfants, de ne pas parler aux enfants... de ne pas aller dans des endroits sombres... Mais elle ne le fait pas... Elle ne sort pas ici la nuit. Non, parce que son père est déjà là et nous voulons la voir ici... Il veut la voir ici. Je lui ai acheté le tablette et elle est là dans sa chambre, à l'intérieur. Non, elle ne sort pas. C'est là qu'elle a son ami [il désigne une maison voisine]. Dans ce quartier, c'est là qu'elle va. Puis, avant que son père n'arrive, je l'appelle. Par ici, elle ne sort pas toute seule, hein ? (Wilma, 47 ans).

A travers ces deux cas, nous voyons la tentative de garder les jeunes hors de "la rue". Les mères qui se considèrent comme "décentes" affirment également être strictes avec leurs enfants, essayant de leur faire intégrer le sens des responsabilités, du travail et les "bons" principes moraux. Ces stratégies visant à empêcher leurs enfants d'interagir avec des personnes qu'ils considèrent comme ne leur ressemblant pas, parce qu'elles partagent des valeurs supposées différentes, restreignent les expériences des plus jeunes sur la base d'imaginaires construits sur l'autre. Aussi, dans la perception de ces deux personnes interrogées, le contrôle de leurs enfants permettra d'éviter les problèmes dans les espaces publics et privés, coproduisant la sécurité à travers ces pratiques restrictives (Agudo, 2016).

À la suite de Skeggs (2019), d'un point de vue macro-structurel, les femmes de la classe ouvrière ont été considérées à la fois comme le problème et la solution de l'ordre social. L'idéal domestique de la femme-mère-soignante opérant chez les deux interviewées est similaire, mais il est plus significatif car la seconde est en couple et la première non. C'est-à-dire que, bien que Wilma ne soit pas le seul parent présent, elle manifeste le même poids et le même sens du mandat de bonne parentalité, même lorsqu'elle est en couple et que l'autre interviewé ne l'est pas (Palomar Verea et Suárez de Garay, 2007 ; Skeggs, 2019). L'internalisation de ce mandat, de l'imaginaire maternel et de la prise en charge de leurs enfants, ne se fait pas sans médiation. Elle est renforcée dans les interactions avec les connaissances et les étrangers et les sanctions qu'ils appliquent aux femmes mères. Ces sanctions sont graduelles et peuvent être plus ou moins symboliques, comme, par exemple, la diffusion de ragots dans les quartiers comme forme de discipline étant donné les relations étroites.

Réflexions finales

Cet article décrit et analyse comment les stratégies individuelles de sécurité sont définies et redéfinies dans le cadre d'interactions en face à face afin de faire face au problème de l'insécurité citoyenne dans un groupe de femmes issues de secteurs populaires de la localité de Los Hornos. L'accent a été mis sur le processus d'interaction lui-même, en prêtant attention aux conversations et aux échanges afin de percevoir comment les stratégies sont configurées et modifiées dans la négociation micro-sociale, et le sentiment lui-même est l'une des contributions de cet article.

La tentative de cartographier les conditions précaires dans lesquelles vivent les femmes et leurs familles et les vulnérabilités qu'elles subissent a cherché à dépasser la simple exposition de l'espace matériel pour le comprendre en termes d'espace de vie, qui, en écoutant la voix de ceux qui y vivent, acquiert une signification particulière. La place occupée dans ce travail par l'analyse du contexte du quartier a permis de voir où s'inscrivent les stratégies face à l'insécurité.

La perception de l'insécurité et du malaise qui se manifeste dans son propre quartier reste un constat, même si le sentiment est assez répandu. La plupart des études sur la peur du crime menées au XXe siècle ont montré que les environs du lieu de résidence et la résidence elle-même étaient considérés comme des lieux sûrs, car les maisons étaient censées être un refuge contre les dangers extérieurs. Des éléments tels que le fait de connaître davantage de personnes, de savoir qui elles sont et où elles vivent pour un éventuel appel à l'aide, de connaître les rues et les trottoirs, l'emplacement de l'éclairage, entre autres, continuent de jouer un rôle dans les évaluations, mais ne sont pas suffisants pour construire une perception de la sécurité dans leurs zones de résidence.

Les stratégies d'évitement et d'autoprotection analysées se sont révélées pleines de créativité. Tous deux sont influencés par l'évaluation du contexte spatio-temporel et des mouvements corporels à déployer, ce qui donne lieu à l'action à exécuter dans la rencontre en face à face avec les autres. Et à mesure qu'elles deviennent efficaces, dans le sens où elles permettent d'éviter les situations menaçantes, les stratégies deviennent routinières. La créativité et la diversité des stratégies peuvent être clarifiées dans la perspective proposée, car en mettant l'accent sur les rencontres en face à face et en récupérant les outils conceptuels de l'interactionnisme symbolique, les négociations, les évaluations et les échanges prennent une place centrale dans l'explication. Les analyses structurelles ont apporté de grandes contributions au sous-domaine des études qui se réfèrent aux expériences des femmes dans l'espace public traversé par l'(in)sécurité, mais elles ne nous permettent pas d'approcher des explications qui rendent compte de la manière dont opère l'agence qui donne lieu à la variabilité des pratiques des femmes dans la traversée de l'espace public.

D'autre part, il a été montré comment les normes de respectabilité, les directives et les imputations façonnent les stratégies de sécurité des voisines et les comportements et pratiques attendus qu'elles doivent maintenir en raison de leur position de femmes dans l'espace public. La répartition des espaces par sexe, les places qui leur sont refusées, les horaires restreints, les précautions prises pour effectuer certains trajets et la limitation conséquente de leur circulation dégradent les possibilités de leur expérience de la vie urbaine et leur qualité de citoyennes dans la mesure où ils restreignent leurs droits et libertés, et prolongent en même temps le rôle de femme-mère-gardienne dans l'espace public. Comme nous l'avons montré, les déplacements et les usages de la rue évoqués par les femmes sont principalement façonnés par les activités quotidiennes liées au travail reproductif et non au travail productif, même lorsqu'elles sont ouvrières.

De même, la variabilité des stratégies de sécurité est marquée par les attentes, mais aussi par l'évaluation des rencontres en face à face situées dans un espace-temps. La construction de l'autre sur la base de récits a montré comment les motifs sont tracés et assignés à un "nous" et un "eux" construits vis-à-vis des autres habitants des colonies. Les relations sociales que les femmes entretiennent au quotidien avec certains membres du quartier sont marquées par des stratégies de distance sociale et d'autodéfense, considérant qu'un épisode violent, incivil ou menaçant peut survenir à tout moment. Par conséquent, les attributions de sens établies sur ces autres manifestent et tracent non seulement une distance sociale mais aussi une distance spatiale dans l'établissement lui-même. La fragmentation urbaine, dans sa dimension spatiale et sociale, s'incarne dans le quotidien de ces femmes à travers les logiques d'exclusion décrites précédemment, telles que les difficultés infrastructurelles ou les difficultés de mobilité et d'immobilité. On a également observé comment le sentiment d'insécurité est produit de manière particulière dans un environnement de détérioration de la sphère publique, en tournant notre regard vers la présence de l'État en tant que producteur d'espaces de coexistence et d'habitabilité. Cet aspect est également lié au genre, car les attentes en matière d'interactions non menaçantes dans l'espace public sont très faibles pour les femmes, ce qui exacerbe la dynamique d'expulsion de la ville.

Comme nous l'avons mentionné, aucune des personnes interrogées n'a mentionné explicitement la peur du viol et de l'agression sexuelle physique, mais il s'est avéré que, pour le cas analysé, elle fonctionne également comme une "ombre", influençant d'autres peurs de victimisation. Outre les témoignages présentés, cela peut être étayé par le fait que l'autre peur récurrente est toujours un corps jeune et masculin. Dans les rares cas où la peur des femmes a été exprimée, il y avait toujours une connaissance préalable et un conflit interpersonnel entre la personne interrogée et l'autre. Dans les deux cas, la probabilité la plus élevée de risque évalué était évidente dans les crimes ou hostilités qui impliquaient un contact face à face et la proximité de corps, c'est-à-dire la possibilité de recevoir une sorte d'agression physique.

D'une manière générale, on peut affirmer que les différentes stratégies contribuent à donner à ces femmes un sentiment de sécurité. Ils donnent également une certaine certitude à leurs expériences de vie quotidienne, marquées par un contexte de précarité, de pauvreté et de manque de protection de et contre l'État. La récupération de la dimension subjective de la vulnérabilité sociale est une autre des contributions apportées, étant donné la plus grande importance du travail académique, au structurel ou objectif, à la vulnérabilité sociale dans son double processus.

De même, compte tenu de leur évaluation du présent et de la perception que l'État n'apportera ni sécurité ni certitude, nous considérons que les stratégies d'autoprotection se multiplient afin d'éviter les situations menaçantes ou de les anticiper afin de minimiser les conséquences possibles. Enfin, plonger dans la dimension de l'agence des femmes et de leurs pratiques dans la ville nous permet de problématiser les postulats qui soutiennent que l'espace public est interdit aux femmes, ainsi que la possibilité de penser qu'elles ne sont pas de simples reproductrices des structures et mandats sociaux. Cela contribue sans aucun doute à problématiser et à comprendre les expériences des citadins dans toute leur complexité et, partant, à élaborer des politiques publiques visant à démocratiser l'accès et la jouissance de la ville.

Enfin, dans un prochain projet de recherche, nous espérons travailler sur les stratégies et la spatialité et la manière dont elles sont construites en fonction des rôles de genre. Il sera pertinent, à titre de contribution, de réaliser une analyse comparative qui aborde la construction du sentiment d'insécurité et le développement de stratégies chez les hommes, les femmes et les enfants. lgbttti+ et une plus grande diversité de femmes ayant des trajectoires de vie différentes et que ce n'est pas nécessairement leur statut social qui les rassemble.

Bibliographie

Agudo, Alejandro (2016). "Encuentros ciudadanos con la policía y coproducción de seguridad entre el Estado y la familia", in María E. Suárez de Garay et Nelson Arteaga Botello (ed.), Violence, insécurité et société au Mexique. Le Mexique : comecso/fccytp. 223-50.

Anderson, Elijah (1999). Code de la rue. New York et Londres : ww Norton & Company.

Auyero, Javier, et María F. Berti (2013). La violence dans les marges. Buenos Aires : Katz Ediciones.

Beck, Ulrich (1999). La société mondiale du risque. Madrid : Siglo xxi. https://doi.org/10.24201/edu.v13i3.1025

- (2006). La société du risque : vers une nouvelle modernité. Barcelone : Paidós.

Bertoni, Gimena (2016). Sentiment d'insécurité et gestion des vulnérabilités chez les femmes des secteurs populaires. Thèse de maîtrise. Mexique : flacso-Mexique. Extrait de http://flacso.repositorioinstitucional.mx/jspui/handle/1026/101, consulté le 12 juillet 2022.

Burguess, Rod (2009). "La violence et la ville fragmentée", dans Ana Falú (ed.), Les femmes dans la ville. Sur la violence et les droits. Santiago : Red Mujer y Hábitat/.sudp. 99-126

Castel, Robert (2004). Insécurité sociale : que signifie être protégé ? Buenos Aires : Manantial.

- (2010). La montée des incertitudes. Le Mexique : fce.

Corral, Damián (2010). "Los miedos y el alma inquietta del barrio". Representaciones sociales sobre la inseguridad y lógicas de acción en sectores populares del Gran Buenos Aires". Dans Gabriel Kessler, Maristella Svampa et Inés González Bombal (ed.), Reconfigurations du monde populaire. Le Conurbano Bonaerense dans la période post-convertibilité.. Buenos Aires : ungs/Prométhée, p. 457-504.

Dammert, Lucía (2007a). "Entre el temor difuso y la realidad de la victimización femenina en América Latina", dans Ana Falú et Olga Segovia (ed.), Des villes pour vivre ensemble. Santiago : sur, pp. 89-107.

- (2007b). Perspectives et dilemmes de la sécurité des citoyens en Amérique latineQuito : flacso-Équateur.

Falú, Ana (2009). "Violencias y discriminaciones en las ciudades", dans Ana Falú (ed.), Les femmes dans la ville. Sur la violence et les droits. Santiago : Red Mujer y Hábitat/sur, pp.15-38.

Ferraro, Kenneth F. (1995). La peur du crime. New York : University of New York Press.

- (1996). " La peur de la victimisation des femmes : l'ombre d'une agression sexuelle ? Les forces socialesvol. 75, no. 2, pp. 667-90. https://doi.org/10.2307/2580418

Geertz, Clifford (2003). L'interprétation des cultures. Barcelone : Gedisa.

Giddens, Anthony (1994). Les conséquences perverses de la modernité. Madrid : Alianza.

- (1997). Modernité et identité du moi : le moi et la société à l'époque contemporaine. Barcelone : Península.

Goffman, Erving (1970). Rituel d'interaction. Buenos Aires : Tiempo Contemporáneo.

- (1974). Analyse du cadre. Boston : Northeastern University Press.

González Placencia, Luis et Julio Kala (2007). Approches empiriques de l'étude de l'insécurité. Mexique : Miguel Á. Porrúa.

Hale, Chris (1996). " La peur du crime : une revue de la littérature ". Revue internationale de victimologievol. 4, no. 2, pp. 79-150. https://doi.org/10.1177/026975809600400201

Kessler, Gabriel (2011). Sentiment d'insécurité : la sociologie de la peur du crime. Buenos Aires : Siglo xxi.

Koskela, Hille (1999). " Exclusions genrées : la peur de la violence et l'évolution des relations à l'espace chez les femmes ". Geografiska Annaler, série B : Géographie humainevol. 81, no. 2, pp. 111-124. https://doi.org/10.1111/1468-0467.00067

Lane, Jodi (2013). "Explications théoriques des différences entre les sexes dans la peur du crime. Research and Prospects", dans Claire Renzetti, Susan Miller et Angela Gover (ed), Routledge International Handbook of Crime and Gender Studies (Manuel international d'études sur le crime et le genre). Abingdon : Routledge, pp. 57-70.

Lindón, Alicia (2006a). "Territorialidad y género : una aproximación desde la subjetividad espacial", dans Patricia Ramírez Kuri et Miguel Á. Aguilar (ed.), Penser et habiter la ville. Affectivité, mémoire et signification dans l'espace urbain contemporain.. Madrid : Anthropos/uam Iztapalapa, pp. 13-33.

- (2006b). "Violence/peur, spatialités et ville". Maison du tempsvol. 1, n° 4, p. 8-15.

Madriz, Esther (2001). Rien de mal n'arrive aux bonnes filles. La peur du crime dans la vie des femmes. Mexique : Siglo xxi.

Massey, Doreen (2001). Espace, lieu et genre. Minnesota : University of Minnesota Press.

McDowell, Linda et Joanne Sharp (1999). Un glossaire féministe de la géographie humaine. Londres : Routledge.

McDowell, Linda (2000). Genre, identité et lieu. Une étude des géographies féministes. Madrid : Cátedra.

McIlwaine, Cathy et Caroline Moser (2007). " Vivre dans la peur : comment les pauvres urbains perçoivent la violence, la peur et l'insécurité ", dans Kees Koonings et Dirk Kruijt (ed.), Villes fracturées : Exclusion sociale, violence urbaine et espaces contestés en Amérique latine. New York : Zed Books, pp. 117-37. https://doi.org/10.5040/9781350220225.ch-008

Mehta, Anna et Liz Bondi (2010). " Discours incarné : sur le genre et la peur de la violence ". Genre, lieu et culturevol. 6, pp. 67-84. https://doi.org/10.1080/09663699925150

Míguez, Daniel et Alejandro Isla (2010). Entre insécurité et peur : instantanés de la société actuelle. Buenos Aires : Paidós.

Özascilar, Mine (2013). "Prédire la peur du crime : un test de l'hypothèse de l'ombre de l'agression sexuelle". Revue internationale de victimologievol. 19, no. 3, pp. 269-84. https://doi.org/10.1177/0269758013492754

Pain, Rachel (1991). "Space, Sexual Violence and Social Control : Integrating Geographical and Feminist Analyses of Women's Fear of Crime". Progrès en géographie humainevol. 15, no. 4, pp. 415-31. https://doi.org/10.1177/030913259101500403

- (2001). "Genre, race, âge et peur dans la ville. Études urbainesvol. 38, nos. 5-6, p. 899-913. https://doi.org/10.1080/ 00420980120046590

Palomar Verea, Cristina et María E. Suárez de Garay (2007). " Los entretelones de la maternidad : a la luz de las mujeres filicidas ". Études sociologiquesvol. 25, n° 74, p. 309-40.

Rainero, Liliana (2009). "Ciudad, espacio público e inseguridad. Aportes para el debate desde una perspectiva feminista", dans Ana Falú (ed), Les femmes dans la ville. Sur la violence et les droits. Santiago : Red Mujer y Hábitat/.sudp. 165-76.

Reguillo, Rossana (2008). "Sociabilité, insécurité et peurs : une trilogie pour penser la ville contemporaine". Altéritésvol. 18, n° 36, p. 63-74.

Rodríguez Alzueta, Esteban (2011). "Los vecinos de Las Rosas y sus estrategias securitarias". in Olga Salanueva et Manuela González (eds.), Les pauvres et l'accès à la justice. La Plata : edulpp. 113-44.

Simmel, Georg (2018). Sociologie. Études sur les formes de socialisationMexico City : fce.

Skeggs, Beverley (2019). Des femmes respectables. Classe et genre dans les secteurs populaires. Los Polvorines : ungs.

Snedker, Karen (2015). "Neighborhood Conditions and Fear of Crime : A Reconsideration of Sex Differences". Crime et délinquancevol. 61, no. 1, pp. 45-70. https://doi.org/10.1177/0011128710389587

Soto Villagrán, Paula (2012). " La peur de la violence chez les femmes à Mexico : une question de justice spatiale ". magazine invivol. 27, n° 75, p. 145-169. https://doi.org/10.4067/S0718-83582012000200005

Sozzo, Máximo (2008). Insécurité, prévention et maintien de l'ordre. Quito : flacso Équateur.

Stanko, Elizabeth (1995). "Les femmes, le crime et la peur. Les Annales de l'Académie américaine des sciences politiques et socialesvol. 539, no. 1, pp. 46-58. https://doi.org/10.1177/0002716295539001004

Valle, Teresa del (2006). "Seguretat i convivència : cap a noves formes de transitar i d'habitar", in Isabela Velázquez (ed.), Urbanisme et genre, une vision nécessaire pour tous. Barcelone : Diputació Barcelona, pp. 109-126.

Walklate, Sandra (2001). "Des communautés craintives ? Études urbainesvol. 38,
Nos 5-6, p. 929-39. https://doi.org/10.1080/004209801200 46617

Warr, Mark (1984). "Peur de la victimisation : pourquoi les femmes et les personnes âgées ont-elles plus peur ?" Social Science Quarterlyvol. 65, no. 3, pp. 681-702.

- (1985). "La peur du viol chez les femmes urbaines. Problèmes sociauxvol. 32, no. 3, pp. 238-250. https://doi.org/10.1525/sp.198 5.32.3.03a00060

Weiss, Robert (1995). Apprendre des étrangers. L'art et la méthode des études par entretiens qualitatifs. New York : The Free Press.

Werner, Oswald et Mark Schoepfle (1987). Travail systématique sur le terrain. Fondements de l'ethnographie et des entretiensLa Californie : sage.

Whyte, William (2015). La société du coin. Madrid : cis.

Annexe

Tableau 1. Profils des femmes interrogées. Source : élaboration propre basée sur les informations fournies par les personnes interrogées.

Gimena Bertoni est un candidat au doctorat en sciences sociales à l'Institut de recherche de l'Union européenne. flacso-La branche mexicaine. Maîtrise en sciences sociales de l flacso-Elle est titulaire d'un diplôme en sociologie de l'Université nationale de La Plata, en Argentine. Elle est membre de l'Association argentine pour la recherche en histoire des femmes et les études de genre (Asociación Argentina para la Investigación en Historia de las Mujeres y Estudios de Género (aaihmeg). Elle est membre du groupe d'étude sur la violence, la justice et les droits de l'homme du Centre d'études sociales et politiques de l'Université nationale de Mar del Plata, en Argentine, et participe au projet "Forces de sécurité, vulnérabilité et violence dans le contexte de la pandémie de VIH/sida". covid-19" de l'Agence nationale pour la promotion de la recherche, du développement technologique et de l'innovation d'Argentine.

S'abonner à
Notifier
guest
0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires

Institutions

ISSN : 2594-2999.

encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

Télécharger dispositions légales complet

EncartesVol. 5, n° 10, septembre 2022-février 2023, est une revue universitaire numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, n° 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte, A. C..., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexico, Tel. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tél. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tél. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Accueilli à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière modification : 22 septembre 2022.
fr_FRFR