Les matrices religieuses et/ou spirituelles des théories du complot à l'époque du COVID-19

Réception : 5 août 2022

Acceptation : 24 août 2022

Introduction

La pandémie par covid-19 et l'enfermement qu'il a entraîné ont conduit le monde entier à rechercher de nouveaux modes d'organisation de la vie quotidienne. Ils ont également imposé la nécessité de repenser notre rapport à la nature et le sens de notre existence individuelle, sociale et de l'espèce.

On a ainsi vu émerger diverses interprétations, tant religieuses que spirituelles, qui, à travers leurs explications de l'origine et des implications de la pandémie, ont cherché à se repositionner comme systèmes explicatifs et normatifs, en contraste et en remise en cause ouverte de la pensée scientifique.

En particulier, nous avons vu le positionnement de diverses théories de la conspiration, définies par Hugo Rabbia comme "les idées qui attribuent divers types de responsabilité dans la crise pandémique à des groupes puissants qui conspirent secrètement pour atteindre des objectifs malveillants". Leurs intérêts incluent le projet d'un "nouvel ordre mondial", le déclin démographique ou la dictature de la santé, ainsi qu'un agenda de contrôle social et politique.

Dans ce document, quatre experts d'Espagne, du Mexique, du Brésil et d'Argentine discutent des relations entre ces mouvements conspirationnistes, de leurs liens avec les systèmes de croyances religieuses ou spirituelles, et de leurs implications pour les sociétés contemporaines.

Quels sont les défis posés par les mouvements conspirationnistes au programme de recherche ? Dans leurs travaux respectifs, quelles sont leurs approches (théoriques ou méthodologiques) et les nouveaux objets de recherche qu'ils rencontrent dans ce contexte de transformation des relations entre religion, spiritualité et science ?

La covid-19 a eu deux effets principaux : d'une part, il a contribué à rendre visible un large réseau de groupes, d'acteurs et de mouvements conspirationnistes qui existaient déjà, mais qui, dans une large mesure, restaient relativement cachés aux yeux du public. D'autre part, elle a contribué à la réarticulation de ces mouvements, a provoqué la création de nouvelles synergies et alliances, et leur a donné un coup de pouce en termes de visibilité publique et politique. Cependant, malgré le succès croissant des mouvements conspirationnistes, il convient de noter que les covid-19 a également généré l'effet inverse. C'est-à-dire qu'en période de covid il y a eu une augmentation de l'évaluation positive de la science et des institutions scientifiques dans le monde contemporain. Au niveau mondial, il semble que la population mondiale ait aujourd'hui davantage confiance dans la science qu'il y a quelques années, et que l'importance de la science dans le monde contemporain soit l'une des questions sur lesquelles il existe le plus de consensus international. Ainsi, paradoxalement, dans une période de covid-19, on observe deux évolutions opposées : la croissance du prestige mondial de la science et, parallèlement, l'augmentation de la circulation des théories du complot. Ce scénario montre que le phénomène est plus complexe qu'il n'y paraît à première vue, et qu'il faut être prudent face aux pronostics hâtifs.

Dans le même ordre d'idées, la réflexion sur le rôle de la religion dans la création, l'alimentation et la circulation des théories du complot requiert également une certaine prudence. D'une part, la religion et la spiritualité peuvent être des acteurs complices, voire des protagonistes, de la propagation des théories du complot. Le rôle de certaines communautés religieuses dans le renforcement des discours anti-conspiration a été largement documenté.établissement et en promouvant des théories de conspiration sur la réalité. Il ne faut pas aller très loin. La prise d'assaut du Capitole à l'époque de Trump avait une forte teinte religieuse, tout comme le rôle des communautés évangéliques néo-conservatrices dans le soutien aux théories du complot au Brésil. Cependant, les groupes religieux conservateurs alignés ne sont pas les seuls à avoir soutenu les théories du complot. Des secteurs importants de ce qu'on appelle la "spiritualité holistique", plus proches des secteurs de la gauche politique, ont également promu des lectures alternatives aux discours officiels sur les théories du complot. covid-19. C'est ce que l'on a appelé, en utilisant un concept de Ward et Voas, la croissance de la "spiritualité conspirationniste", c'est-à-dire le lien croissant entre certaines communautés de spiritualité holistique et les mouvements conspirationnistes. Un lien qui a donné lieu à la création d'une articulation hybride et fluctuante entre les visions conspirationnistes de la covid-19, théories syncrétiques sur l'idée de l'avènement d'un réveil spirituel à l'échelle mondiale, avec la pratique de formes alternatives de médecine et de vie.

En bref, aborder l'étude des mouvements conspirationnistes aujourd'hui nécessite de prendre en compte la complexité et les multiples nuances du phénomène, ainsi que sa variabilité contextuelle (et temporelle).

fermer réponse

Le fait de présenter certains groupes (chrétiens, musulmans, juifs, gitans) et certaines connaissances ("sorcellerie", alchimie) comme des conspirateurs contre le reste de la population est une forme historique de conspiration fondée sur des différences culturelles, ethniques et religieuses. La conspiration d'aujourd'hui, également à la recherche de... de l'auteur d'une certaine crise (un ennemi), implique de nouveaux défis : d'une part, déchiffrer la manière dont les êtres non-humain (reptiliens, extraterrestres, machines), êtres (reptiliens, extraterrestres, machines), êtres supra-humain (progéniture de Jésus ou des anges) et les le progrès scientifique et technologique (robotique, nanotechnologie) ont occupé une place centrale dans l'imaginaire, s'imposant comme des acteurs responsables d'un contrôle social caché. En revanche, il reste à voir comment ces manières déformées d'interpréter la réalité, "pour révéler la vérité", façonnent les croyances, les styles de vie, les types d'éducation et de consommation ; elles produisent des stigmates, des tendances d'opinion politique et font germer de nouvelles anomalies.

Étant donné que les théoriciens du complot visent à "dévoiler la vérité", il est théoriquement essentiel d'examiner les généalogies discursives de la connaissance de Michael Foucault ; la construction sociale du criminel, de l'anormal et du fou, qui sont considérés comme étant en dehors de l'ordre du "discours". En suivant cette piste, nous constatons que le chaos est souvent imputé à des êtres caractérisés comme étant en dehors de l'humain, avec des "traits monstrueux" : fous, difformes ou étrangers, parce qu'ils sont considérés comme ayant des connaissances différentes ou comme ayant d'autres croyances. Un autre incontournable est René Girard ; à travers sa théorie mimétique, il montre comment la rivalité entre deux parties, qui s'exprime par l'envie, l'imitation et la dispute pour les mêmes biens, conduit à l'imputation d'un tiers : le bouc émissaire (réel ou imaginaire), accusé d'être à l'origine de la discorde ou de cacher la réalité ignorée par les autres, et sacrifié pour rétablir le pacte. D'autres indices se trouvent dans les études d'Erving Goffman sur l'"identité gâtée" et dans les études d'Émile Durkheim sur la normalité et l'anomie.

Les arguments des théoriciens de la conspiration concernant les connaissances scientifiques sont qu'elles ont été transformées au cours des siècles et sont donc inexactes. Ceci est interprété comme la principale faiblesse de la science dans l'imaginaire conspirationniste, ce qui montre l'énorme écart entre les fondements de la revendication de plausibilité de la science et la mauvaise compréhension de la manière dont la science est construite dans l'imaginaire conspirationniste.

fermer réponse

Personnellement, la "conspiration" n'a jamais été mon objet d'étude, et je n'ai jamais voulu encadrer mes univers de recherche par des théoriciens de la conspiration. Cela ne veut pas dire que je n'ai jamais enquêté sur des groupes qui font appel à des modèles explicatifs très proches de la définition qu'en donne Hugo Rabbia : " ces idées qui attribuent différents types de responsabilité de la crise pandémique à des groupes puissants qui s'entendent secrètement pour atteindre des objectifs malveillants ". J'ai entretenu une relation ambiguë avec cette notion au fil des ans pour la raison suivante : d'une part, je reconnais que la conspiration peut être une catégorie d'utilisation politique très pertinente, avec un large potentiel de positionnement et de lutte pour des idéaux libéraux, modernes et éclairés. D'autre part, je trouve la conspiration comme catégorie d'analyse peu prometteuse, car le terme est trop générique et imprécis, de sorte qu'il sert potentiellement à amalgamer des groupes et des styles de pensée si différents les uns des autres que l'ordre de connexion entre eux devient purement spéculatif.

Néanmoins, je reconnais l'émergence d'un domaine interdisciplinaire prometteur du conspirationnisme : je ne peux manquer de mentionner l'impressionnant et volumineux travail organisé par Michael Butter et Peter Knight comme un indice de ce mouvement. Cependant, dans le domaine particulier de l'anthropologie, ou du type d'anthropologie auquel je m'identifie, qualifier quelque chose de conspirateur ne veut pas dire grand-chose. Pour clarifier ma position, si nous traitons le complot comme un style de pensée, dont le travail anthropologique serait précisément de le décrire en détail au point de dépasser la généralité du terme, la catégorie devient pertinente, passagère, mais toujours provisoire.

fermer réponse

L'apparition de la pandémie de covid-La conférence a été un événement clé dans la mise en évidence d'un programme de recherche sur les mouvements et les théories conspirationnistes qui avaient déjà une certaine trajectoire dans les cercles sceptiques et en marge de certaines disciplines (comme la psychologie sociale et politique, les sciences cognitives de la religion ou les études culturelles). Selon les deux premières perspectives, l'adhésion aux croyances conspirationnistes est ancrée dans les besoins épistémiques, existentiels et sociaux de certains individus et groupes face à des événements inattendus ou choquants, tels que ceux déclenchés par la pandémie, renforcés par des situations d'isolement social, d'incertitude, de sentiments de menace et d'inefficacité personnelle, et d'inégalités sociales croissantes. Mais il existe des différences dans leurs approches. Alors que les sciences cognitives de la religion ont mis l'accent sur les styles de pensée (analytique ou intuitif) et les biais perceptifs (anthropomorphisme, mentalisation, entre autres) qui rapprocheraient les croyances conspirationnistes de certaines caractéristiques au niveau individuel de la pensée et des croyances religieuses, ésotériques et/ou paranormales, les apports de la psychologie politique ont eu tendance à peser davantage l'impact des variables politiques et contextuelles au niveau intergroupe. Ainsi, la polarisation idéologique, la méfiance institutionnelle, la facilitation des espaces pour la circulation d'informations alternatives et les régimes d'information sont des indicateurs pertinents. Dans le même temps, ces approches ont été complétées (et parfois contestées) par des approches culturalistes, dont les principaux défis tournent autour de la connaissance en tant que construction sociale et du statut de la connaissance scientifique en particulier dans une "économie de la connaissance" et un désenchantement politique.

Dans nos études en Argentine, nous avons constaté que l'adhésion à des croyances conspirationnistes sur le coronavirus était un phénomène très répandu au milieu des années 2020, en particulier chez les personnes évangéliques et les personnes sans religion. Cette relation, cependant, était principalement médiatisée par l'attribution d'une agence externe à Dieu ou à une force suprême et par des attitudes fatalistes envers la pandémie. Mais plutôt que les identifications, pratiques ou attitudes religieuses ou spirituelles, les variables ayant le plus grand pouvoir prédictif étaient l'auto-positionnement idéologique (à droite du spectre, les indépendants et ceux qui ne pouvaient pas s'identifier) et le désaccord avec la gestion de la pandémie par le gouvernement.

Plus de deux ans après l'apparition du coronavirus, nous avons pris davantage de recul : toute adhésion fortuite aux théories du complot n'implique pas nécessairement une idéation ou un état d'esprit conspirationniste, ni un rejet effréné de la science (par exemple, les taux de vaccination contre le coronavirus sont toujours élevés). covid-19 en Argentine sont considérablement élevés et se recoupent dans de nombreux cas avec ceux qui ont adhéré à une croyance conspirationniste sur le coronavirus). Étudier l'adhésion, la circulation et la mobilisation des croyances conspirationnistes implique de peser le rôle joué par les référents et les mouvements sociaux, spirituels, religieux et politiques dans des processus qui, à leur tour, semblent acquérir des caractéristiques particulières pour chaque contexte national et local.

fermer réponse

De votre point de vue, quels sont les fondements qui génèrent la plausibilité des croyances basées sur des explications non scientifiques qui s'écartent de la rationalité moderne, comme les reptiliens, les terraplanétaires ou les embryons ?

Pendant des décennies, la théorie du déficit cognitif a été l'option hégémonique pour expliquer l'existence de groupes qui s'opposent aux connaissances validées par les institutions scientifiques. La théorie du déficit supposait que le problème était que les personnes qui niaient ou remettaient en question certaines idées scientifiques ne disposaient pas de suffisamment d'informations, avaient de mauvaises informations ou n'avaient pas la capacité d'interpréter les données. Ainsi, l'éducation et la promotion de politiques basées sur l'information étaient considérées comme le principal antidote à la propagation des théories du complot. Nous savons aujourd'hui que l'"analphabétisme scientifique" n'est pas la principale raison, ou du moins pas la seule, qui peut expliquer pourquoi certaines personnes font confiance à des théories qui ne sont pas validées par la communauté scientifique. La plausibilité, dans une société comme la nôtre où la fragmentation sociale et politique est considérable, est largement construite par l'identification culturelle et affective que les individus établissent avec certaines communautés. L'effet tunnel ou chambre d'écho que provoquent les réseaux sociaux intensifie encore ce phénomène. Pour réfléchir à la plausibilité de ce type de croyance, il est essentiel de comprendre comment les communautés sont construites (hors ligne et en ligne) dans les sociétés contemporaines, et dans l'investissement affectif que les individus établissent avec ces communautés. La croyance et l'affection sont plus étroitement liées que l'on pourrait le penser à première vue.

Pour comprendre sociologiquement la diffusion des mouvements conspirationnistes, il est nécessaire de les étudier non seulement comme des mouvements de déni et d'opposition, mais aussi comme des espaces d'affirmation, et de se poser des questions telles que : quels types de propositions de style de vie promeuvent-ils, quels ancrages moraux, quels types de futurs possibles envisagent-ils ? L'adoption de ce type de perspective nous permet de dépasser le portrait robot simplifié du conspirationniste, qui, comme le soulignent Harambam et Aupers, rend un mauvais service à la compréhension du phénomène.

fermer réponse

La prolifération des croyances conspirationnistes est la preuve d'un désenchantement face aux promesses non tenues de la modernité et d'un découragement face au monde que celle-ci a produit ; en même temps, elle est le résultat de l'absence d'utopies sociales (socialistes, anarchistes ou communautaristes) et du discrédit de la science, qui n'a pas réussi à résoudre la famine ou à soulager le cancer, ni à garantir des ressources minimales de subsistance pour tous. D'autre part, la participation démocratique et les droits de l'homme n'ont pas permis de créer une société équitable pour tous les secteurs, et la guerre reste le moyen de résoudre les différends entre les nations. Dans ce contexte, si nous supposons que les notions de modernité et de rationalité sont écartées et ne représentent pas des coordonnées de pensée et d'action pour tous les sujets sociaux, étant donné qu'elles ne représentent pas la base du développement d'une société équitable pour tous. ne sont pas convaincantsOn comprend pourquoi, pour les théoriciens de la conspiration, ils représentent des formes de tromperie. Le conspirationnisme d'aujourd'hui a été rendu possible grâce à une longue campagne de scepticisme préalable, alimentée par des gouvernements non démocratiques qui ont profité à quelques élites, la présomption d'espionnage pendant la guerre froide, la "menace du communisme", l'apparition de nouvelles maladies en pleine période positive, l'enrichissement des entreprises pharmaceutiques et la mise au jour d'informations classifiées comme WikiLeaks, entre autres.

Cependant, comment expliquer que des croyances peu plausibles aient pris la place de croyances plus plausibles dans certains secteurs ? Nous pouvons difficilement déchiffrer pourquoi les gens croient ce qu'ils croient (c'est-à-dire comment est produit le sentiment de "numinosité" qui rend la croyance possible), mais nous pouvons souligner comment ces discours sont façonnés et ensuite diffusés. PremierLe conspirationnisme est en plein essor dans un contexte de désenchantement de la modernité et d'absence de nouveaux paradigmes, où l'opinion futile de n'importe qui a la même validité que celle d'un spécialiste face à la démocratisation de la parole, principalement par internet. Deuxièmementles théoriciens de la conspiration, il y a une industrie de la conspiration qui fait des profits pour youtuberscréateurs de contenu, artistes, spécialistes du marketing, écrivains, pseudo-scientifiques, thérapeutes, promoteurs de voyages, guides spirituels, organisateurs de festivals. TroisièmementJe pense que la théorie de la conspiration, qui attribue les crises mondiales à des ennemis peu crédibles, est particulièrement répandue dans les pays de l'UE. pays développé. Les théories du complot naissent dans le Nord global : parce que c'est là que la population ne peut pas concevoir que, même en tant qu'habitants du premier monde, ils sont battables. Et si quelqu'un les bat, il ne peut pas être de ce monde ! Il doit être extraterrestre, surhumain ou androïde !

Outre l'Internet, il est important de souligner le rôle des industries culturelles dans l'émergence de l'Internet. des théories de conspiration peu crédibles. Le cinéma de science-fiction s'aventure dans des réalités alternatives : Matrix, Avalon, Terminator ou ces films où la technologie et la robotique acquièrent une autonomie et règnent sur les humains.

fermer réponse

Que se passe-t-il si je remplace les terraplanariens mentionnés dans la question par les Azande ?

Au fond, cette question me semble pouvoir être formulée dans les termes suivants : comment les non-modernes donnent-ils une plausibilité à leurs mondes ? Faire le tour des débats autour d'une telle question reviendrait à revisiter un siècle de critique des fondements épistémiques de l'anthropologie. Mais plus encore, cette question est trop moderne, elle me permet de récupérer l'œuvre de Bruno Latour, si largement lue parmi nous mais souvent non intégrée comme mode de pensée, pour convenir avec lui que c'est le fétiche de la modernité de réduire les non-modernes précisément à leur non-modernité. En tout cas, de mon point de vue, il n'y a pas de raisonnement général qui donne de la plausibilité aux diverses croyances décrites dans la question.

fermer réponse

Selon M. Barkun, les théories de la conspiration partagent une pensée commune autour des idées selon lesquelles rien n'arrive par hasard, rien n'est ce qu'il semble être à première vue et tout est interconnecté. Cela semble trouver un terrain d'entente avec les manières dont sont présentées certaines croyances religieuses, spirituelles, ésotériques et paranormales, ainsi qu'avec les conceptions transhumanistes, antispécistes et naturalistes radicales (entre autres) qui gagnent en visibilité. Il semble y avoir diverses réponses à l'anthropocentrisme et à ses effets, ainsi qu'à la démagicisation du monde comme une prophétie non réalisée de la modernité.

Ces théories "invraisemblables" semblent acquérir une plausibilité dans le même édifice de connaissances (écrasé) de la modernité occidentale. Par exemple, l'"herméneutique du soupçon", même installée dans ses versions les plus massives, vulgarisées ou marchandisées, comme celles qui peuvent nous offrir des films comme La MatriceDes séries télévisées telles que V. Invasion extraterrestre o The X-Filesou des romans tels que Le Da Vinci Code. Les cultures populaires jouent un rôle important en permettant, en faisant circuler et parfois en légitimant ces théories. Mais ils contribuent également à construire une compréhension profane de la science : du "scepticisme" à l'égard de la "mauvaise" science (le "savant fou" comme antagoniste), en passant par la science "expresse" et "infaillible" (tout chapitre de csi est un bon exemple).

Dans la circulation des théories et mouvements conspirationnistes à travers les réseaux sociaux (YouTube, Reddit, Twitter) et les conférences "alternatives", divers modes d'appartenance et de différenciation sont également proposés. Cet aspect pourrait bien être analysé par rapport à aux réseaux et circuits de vulgarisation scientifique et de scepticisme scientifique, qui ont également connu un regain de popularité dans les environnements numériques.

Enfin, l'adhésion aux croyances conspirationnistes et les discours de leurs propagateurs contiennent diverses demandes d'autodétermination et d'autonomie personnelle, ainsi que d'espoir. Nombre de ces théories sont présentées comme des modes d'"illumination", de "sensibilisation", de "désaliénation" face à un environnement qui suscite la suspicion et la méfiance à tous les niveaux, et où les grands récits idéologiques et/ou religieux semblent manquer de la capacité de pénétration et de mobilisation sociale qu'ils avaient par le passé.

fermer réponse

Que nous apprennent les théories du complot sur la revendication des libertés ? Quel est le bien-fondé et quelles sont les limites de ces mouvements qui en appellent à une liberté sans limite face aux politiques de santé publique et à la responsabilité sociale de l'État ?

La plupart des chercheurs qui étudient ce phénomène mettent l'accent sur anti-establishment et d'opposition aux pouvoirs établis des mouvements de conspiration. La construction de lectures alternatives de la réalité les amène à s'opposer à la "vérité officielle" et à mobiliser des récits politiques oppositionnels. Dans ce contexte, il existe des groupes qui ont tendance à s'isoler, à promouvoir des espaces communautaires loin du "bruit mondain" et à aspirer à construire des modes de vie alternatifs. Il y en a d'autres qui, insérés dans la société dominante, se mobilisent pour manifester leur désaccord et utilisent pour cela différentes ressources, des manifestations aux batailles juridiques, voire aux boycotts. Dans certains contextes, comme au Brésil, en Roumanie ou aux États-Unis, les théories du complot ont gagné des adhérents parmi les dirigeants et autres figures de l'élite politique, ce qui complique les lectures classiques de l'État. contre les gens.

Au moment de la covid-Nombre de ces groupes ont axé leurs mobilisations autour de la question de la santé, des politiques de santé et, plus particulièrement, de la vaccination. Les campagnes anti-vaccination sont devenues un marqueur symbolique autour duquel les dynamiques d'opposition à l'Etat et aux institutions scientifiques et sanitaires sont devenues visibles et cristallisées. Dans le même temps, ils ont servi d'espace de rencontre et d'articulation entre des personnes et des groupes issus d'horizons idéologiques très différents et ayant des projets différents, certains ayant un caractère nettement conspirationniste, d'autres non. L'idée de "toxicité" et de contamination croissante du monde et des corps est devenue un imaginaire commun dans la critique de la société contemporaine.

fermer réponse

Pendant la période d'enfermement due à la pandémie de VIH/SIDA, le covid-19 différents théories de la conspiration qui contredisaient le discours scientifique et les recommandations gouvernementales en matière de protection, en boycottant les campagnes de santé sur les réseaux sociaux ou en provoquant des troubles dans les espaces d'assainissement ou sur les places publiques. Ces actions nous amènent à réfléchir sur la mesure dans laquelle les libertés devraient être illimitées pour toutes les formes d'expression et d'opinion. Je pense qu'il est essentiel de discuter de la nécessité d'imposer des limites aux croyances qui provoquent la désinformation et qui, dans le contexte d'une pandémie, menacent la santé ; surtout, les campagnes qui menacent la sécurité de certains secteurs sociaux ; par exemple, la xénophobie envers la population chinoise et envers "l'étranger" en général ; la stigmatisation du personnel hospitalier ou même des malades.

Des explications peu plausibles déforment les causes, la forme d'expansion et les conséquences des crises, et conduisent à des actions mal rationalisées. Comme le souligne le philosophe espagnol Alejandro Martínez Gallo : le conspirationnisme est amusant tant qu'il reste en marge de la folie et n'occupe pas la plausibilité du discours, où il devient dangereux. Il convient de noter que les différents conspirationnistes sont très conservateurs et défendent des positions politiques d'extrême droite. Par exemple : le fantasme selon lequel les reptiliens se nourrissent de fœtus avortés entraîne une opposition au droit à l'avortement ; l'hypothèse selon laquelle "l'induction de l'homosexualité" chez les enfants vise à contrôler le taux de natalité et à dépeupler le monde, qui serait habité par des êtres non humains, est une croyance homophobe ; l'idée que l'étranger, le Noir, le Musulman, est un terroriste et cherche à déposséder ses propriétaires légitimes de leurs biens pour s'emparer d'une nation, alimente des identités déformées de l'autre et de sa culture ; l'idée que les Chinois, les Russes ou les Nord-Coréens produisent des maladies et aussi des drogues pour éliminer la population blanche américaine et européenne sont d'autres formes de xénophobie. Ce n'est pas une coïncidence si l'organisation Q'Anon, le plus puissant des groupes conspirationnistes américains, a soutenu Donald Trump et l'a présenté comme le seul héros capable d'affronter les reptiliens, ou si elle l'a appuyé dans sa déclaration selon laquelle l'Union européenne n'est pas une réalité. covid-19 avait été inventé dans un laboratoire chinois pour prendre le contrôle du monde avec le vaccin. Ce que je veux dire, c'est qu'il existe de puissants groupes d'extrême droite, intéressés par la promotion et la préservation d'un certain capital sociopolitique, qui promeuvent le mythe de la conspiration comme un credo qui stimule la pensée de groupe. Il est dans leur intérêt de créer des groupes de choc qui peuvent être utilisés à des moments politiquement défavorables (comme la prise du capitole à Washington en 2021 par un suprémaciste blanc, armé et d'extrême droite).

Que doit faire l'État, les États, face à ces questions ? Principalement dans le nord du monde, pour assumer la responsabilité des inégalités et des crises à l'échelle mondiale. Maintenant que nous sommes entrés dans l'utilisation politique et l'aliénation de la réalité, je trouve que le conspirationnisme, en déformant la réalité, cherche à rendre des acteurs imaginaires responsables des différences sociales (acteurs stigmatisés ultérieurement à sacrifier), nous empêchant ainsi de réaliser que l'inégalité en termes d'accès aux biens, au travail et aux services est causée par les différences de classe. En d'autres termes, l'inégalité sociale, qui devrait être interprétée, d'un point de vue marxien, comme le résultat de différences dues aux distinctions de classe (lutte des classes), est détournée vers un reptilien, un extraterrestre, un supra-humain, dans une tentative d'aliéner les classes subalternes d'une analyse critique de la réalité sociale. C'est pourquoi les classes moyennes et supérieures sont les plus assidues à ces croyances, parce qu'il s'agit de théories confortables qu'ils ne sont pas responsables d'un système d'inégalité et d'exploitation. Cette aliénation leur permet de s'en laver les mains.

fermer réponse

Dans le système de santé publique brésilien, j'ai été confronté à deux grandes controverses :

Tout d'abord, un certain nombre d'institutions et d'acteurs du domaine de la santé affirment que les médecines alternatives ne sont pas soutenues par des preuves scientifiques et ne peuvent donc pas être financées par l'argent public. En bref, pour certains groupes, ces médicaments seraient un exemple légitime de négationnisme scientifique autorisé et encouragé par l'État lui-même, promouvant des pratiques qui mettraient des vies en danger. Deuxièmement, dans une autre controverse courante dans mon domaine de recherche, les thérapeutes affirment que ce n'est pas l'inefficacité scientifique de leurs pratiques qui est au centre du débat, mais la tentative de préserver les intérêts économiques d'une alliance globale entre la médecine occidentale et l'industrie pharmaceutique qui motiverait la résistance aux thérapies alternatives. Et en réponse à l'accusation selon laquelle les thérapies alternatives ne sont pas scientifiquement prouvées, les thérapeutes affirment souvent que, même si les preuves ne sont pas nombreuses, elles sont cliniquement solides. En d'autres termes, même si la santé d'un patient utilisant l'homéopathie ne peut être expliquée par la science, elle est visible dans la clinique.

Avec la pandémie de covid-19 J'ai remarqué un curieux phénomène au Brésil. Le même argument des thérapeutes sur le manque de preuves scientifiques pour leurs pratiques, mais avec des preuves cliniques d'amélioration chez leurs patients, a été mobilisé par les défenseurs de l'utilisation de l'hydroxychloroquine. L'utilisation de ce médicament, qui s'aligne politiquement davantage sur la droite bolonariste, a affirmé que l'amélioration était visible chez ceux qui l'utilisaient, et qu'il était inutile d'attendre des preuves scientifiques pour répandre son utilisation. Ce phénomène a laissé les groupes progressistes, partisans des thérapies alternatives mais réfractaires à l'utilisation de l'hydroxychloroquine, devant un problème logique : comment défendre l'utilisation de l'homéopathie, du reiki, des fleurs de Bach, etc. et rejeter les traitements médicaux non prouvés par la science face à une pandémie ?

Cela me semble être un bon cas pour comprendre l'ampleur du problème qui nous occupe. La conspiration ne suit pas seulement un spectre politique, l'État serait mis au défi de façonner le débat en étant responsable et cohérent avec ses décisions.

fermer réponse

Dans de nombreuses mobilisations sociales de groupes et de référents conspirationnistes, il est possible de noter une forte présence de discours anti-égalitaires et, surtout, anti-systémiques. Parfois, ces mobilisations articulent des collectifs qui a priori ne semblent pas partager le même substrat idéologique, comme le note Viotti dans son analyse des antivaccinationnistes en Argentine.

D'une part, il existe des secteurs associés aux programmes et aux groupes de la nouvelle droite et du néo-conservatisme, notamment ceux liés aux discours anarcho-capitalistes, anti-populistes et libertaires de droite. Il s'agit de mouvements anti-égalitaires et également anti-sexe, au point que plusieurs propagateurs d'informations douteuses et de croyances complotistes sur le coronavirus en Argentine ont été référents de groupes qui ont également exprimé publiquement des positions fortes contre la loi sur l'interruption volontaire de grossesse ou dénoncent diverses méthodes de contraception orale.

D'autre part, il existe des secteurs liés à des modes de vie alternatifs, certains véhiculés par des groupes ou des référents de thérapie holistique. La rhétorique de l'autodétermination dans le compte rendu de leur propre vie, et pas seulement de leurs pratiques et croyances spirituelles, tend à être assez fréquente chez certaines de ces personnes, et beaucoup plus centrale que dans d'autres récits de trajectoires religieuses ou spirituelles.

De même, dans l'étude que nous avons menée en Argentine, l'auto-positionnement idéologique (de droite, mais aussi indépendant et non-identifié) était le principal prédicteur de l'adhésion aux croyances conspirationnistes sur le coronavirus, avec la croyance en un monde juste (a set de croyances proches des discours méritocratiques qui servent à justifier les inégalités sociales comme naturelles). Mais les personnes spirituelles ou les croyants sans religion d'appartenance ne se distinguaient pas significativement des athées et des agnostiques par leurs positions idéologiques (les moins à droite, et les moins adeptes des croyances globales en un monde juste et des croyances complotistes sur l'origine du coronavirus).

Alors que parmi les secteurs orientés vers la droite idéologique, ce qui est mis en cause est ce qu'ils considèrent comme de la " mauvaise science ", c'est-à-dire des connaissances qui ne se conforment pas ou ne confirment pas leurs propres croyances sur le monde (par exemple, celles qui proviendraient de ce qu'ils appellent le " marxisme culturel "), dans certains groupes de styles de vie alternatifs - pas dans tous - on préfère désancrer les arguments de toute grammaire qui pourrait faire référence à une scientificité dégradée, et mettre en avant la casuistique et la singularité de sa propre expérience sur la logique des probabilités.

fermer réponse

Il n'y a pas de diagnostic clair. En arrière-plan, dans l'expansion de ces théories du complot, nous osons entrevoir une critique, et un malaise, à l'égard de l'orientation actuelle du projet politique de la modernité. Une critique qui, à certains moments, pourrait peut-être être productive et la semence de nouveaux futurs. Cependant, à l'heure actuelle, une grande partie des mouvements conspirationnistes sont nourris (ou cooptés) par des mouvements d'extrême droite qui imposent des avenirs favorisant l'inégalité et la discrimination sociale, culturelle, politique et économique, tout en affichant des relents autoritaires contraires à la pluralité démocratique. Empêcher que la critique ou la remise en question de la réalité officielle ne débouche sur des théories du complot et des mouvements d'extrême droite est certainement l'une des tâches les plus importantes de ce début de siècle. xxi. Faire des recherches sur ces questions et montrer la complexité du phénomène auquel nous avons affaire est une première étape.

fermer réponse

Face à la désespérance de la modernité et à la pluralité des voix qui peuvent devenir virales dans les médias virtuels, sans le poids d'une épistémologie de la plausibilité, je vois une société qui croit davantage à des théories invraisemblables, qui est plus mal informée et plus polarisée. D'autre part, l'augmentation des théories du complot nous montre que nous avons échoué dans la diffusion de la connaissance scientifique, et que nous, universitaires, sommes dans un soliloque qu'il faut rompre ; que nous n'avons pas cessé de voir les crises comme des situations de dispute pour les ressources de survie, de sorte que, dans un monde aux connaissances et idéologies multiples, il faut récupérer et diffuser celles qui sont viables pour la reproduction d'une société plus équitable.

D'autre part, je me risque à une hypothèse : le confinement par les covid-19 a dévoilé la partie visible de l'iceberg des luttes auxquelles nous assisterons à l'avenir : le conflit entre l'entrepreneuriat industriel (propriétaires des moyens de production) et l'entrepreneuriat virtuel (propriétaires de la technologie numérique, des médias d'information, des réseaux sociaux et de la création de contenu). Je trouve du côté du conspirationnisme une lutte acharnée pour détruire les moyens et les pratiques qui permettent de reproduire le travail de la technologie virtuelle : attaques contre les antennes G5, refus de travailler à domicile, accusation des entrepreneurs virtuels, tels que Bill Gates et Mark Zuckerberg, de produire des nanotechnologies pour contrôler le monde. Je pense que la pandémie a donné un aperçu du type d'armes idéologiques (conspirationnistes) qui continueront à être utilisées à l'avenir pour faire pencher la balance de l'opinion publique vers un groupe ou un autre.

fermer réponse

Katharine Hayhoe a noté que, dans cette question, deux urgences sont pertinentes, qui, bien que liées, nécessitent des stratégies d'analyse et d'action très différentes. D'une part, l'urgence du processus de réchauffement climatique lui-même, qui évolue rapidement vers des situations irréversibles qui compromettent de plus en plus le maintien de la vie sur la planète. D'autre part, il faut prêter attention au large éventail d'acteurs qui se sont impliqués dans les débats sur le sujet en le niant, parfois en rejetant la réalité du phénomène lui-même, parfois en mobilisant un argumentaire laxiste qui voit dans les actions globalement concertées, comme les traités internationaux et les consortiums de recherche, des attitudes "mondialistes" qui dissimulent les visées d'une sorte d'impérialisme climatique.

Le négationnisme peut être décrit sous la forme d'étapes, marquées temporellement par la progression même des catastrophes qu'il cherche à nier, de sorte que la structure pourrait être décrite par sept maximes : 1) ce n'est pas réel, 2) ce n'est pas avec nous, 3) ce n'est pas si grave, 4) il est trop coûteux de le résoudre, 5) nous avons trouvé une excellente solution (une solution qui est invariablement inefficace), 6) il est trop tard, 7) j'aurais dû être prévenu plus tôt.

Le négationnisme est une branche du conspirationnisme ; c'est avant tout une attitude, une manière d'agir dans le monde, et le déni n'est qu'une de ses formes de manifestation. Le négationnisme n'est pas une attitude passive, mais fait partie d'une position active qui postule les réalités globales dans un agenda qui n'a pas grand-chose à voir avec la défensive.

Le deuxième aspect à souligner concerne la nature du déni des négationnistes. Structurellement, l'objet du déni n'est pas les faits, ce n'est pas ce qui est en jeu, mais plutôt l'énoncé même de ce qui est nié. Guidée par un faux dialogisme, cette controverse apparente est à la base des mouvements d'anéantissement de l'altérité. C'est en ce sens que nier les réalités du changement climatique, nier la réalisation d'une pandémie, nier l'esclavage, est le moyen et non la fin. Dans tous ces cas, l'objet en question est toujours un allié et non un ennemi.

fermer réponse

Barkun le dit très clairement : de savoir stigmatisé, les théories du complot passent par un processus dans lequel leur place périphérique devient grand publicnotamment dans la culture populaire, les réseaux sociaux et certains discours politiques et religieux. Les conspirations sont aujourd'hui des registres activés et disponibles pour être utilisés (et abusés) à différents niveaux de la vie sociale.

Je pense que nous coexisterons de plus en plus dans des archipels d'épistèmes alternatifs ; ce n'est pas un phénomène nouveau, mais il semble devenir plus visible et avoir même un impact plus net sur la sphère publique. J'insiste sur l'idée d'archipels : une société de tribus qui se confirment. Cependant, il n'y a pas une absence totale de possibilités de dialogue, il y a des passerelles, et c'est là que je pense que nous devons garder les yeux aiguisés et que nous devons continuer à travailler pour mieux comprendre comment ces articulations possibles sont conçues et fonctionnent dans chaque contexte, même parmi les groupes de conspiration eux-mêmes.

D'autre part, la science a une grande tâche à accomplir, qui consiste à devenir moins cryptique, plus accessible, plus ouverte, à mieux communiquer, à se savoir et à se présenter comme faillible, à travailler sur ses propres biais et à se préoccuper davantage de son temps. Cependant, je ne prétends pas que le débat se situe entre science et non-science, ou entre rationalité et irrationalité. L'adhésion aux théories de la conspiration semble présenter une rationalité sous-jacente et une manière particulière de définir ce qui est une connaissance valide qui conteste les épistémologies faisant autorité (comme l'épistémologie scientifique) et qui nécessite donc une exploration plus approfondie.

fermer réponse


Mar Griera est maître de conférences au département de sociologie de l'Universitat Autònoma de Barcelona et, depuis 2016, il est directeur du groupe de recherche. isorest spécialisée dans la sociologie de la religion. Son travail se concentre sur l'intersection entre la religion, la spiritualité, l'identité et la politique dans l'Europe contemporaine.

Enriqueta Lerma D. en anthropologie, chercheur au Centro de Investigaciones Multidisciplinarias sobre Chiapas y la Frontera Sur de l'Universidad Nacional Autónoma de México. Membre du système national des chercheurs. Fondateur du Laboratorio de Etnografía del cimsur.

Rodrigo Toniol est anthropologue, professeur au département d'anthropologie de l'université fédérale de Rio de Janeiro et au programme d'études supérieures en anthropologie sociale de l'Unicamp. Il est rédacteur en chef de la revue Les débats ner et chercheur sur la productivité à cnpq. Il est actuellement président de l'Association des spécialistes en sciences sociales de la religion du Mercosur.

Hugo H. Rabbia est titulaire d'un doctorat en études sociales latino-américaines. Chercheur à conicet à l'Institut de Recherche Psychologique (iipsi) à l'Université nationale de Cordoue. Professeur de psychologie politique à l'Université catholique de Cordoue.

Olga Odgers est titulaire d'un doctorat en sociologie (ehess(Paris) et chercheur à El Colegio de la Frontera Norte depuis 1998. Ses recherches portent sur l'intersection des analyses de la religion, de la migration et de la santé.

María Eugenia Patiño est titulaire d'un doctorat en sciences anthropologiques (uam), professeur et chercheur à l'Université autonome d'Aguascalientes. Ses recherches portent sur l'étude des mouvements laïcs, la vie consacrée des femmes et le catholicisme.

S'abonner à
Notifier
guest
0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires

Institutions

ISSN : 2594-2999.

encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

Télécharger dispositions légales complet

EncartesVol. 5, n° 10, septembre 2022-février 2023, est une revue universitaire numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, n° 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte, A. C..., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexico, Tel. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tél. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tél. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Accueilli à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière modification : 22 septembre 2022.
fr_FRFR