La trajectoire intellectuelle de Rita Segato. Le cheminement de la pensée décoloniale en Amérique latine

Entretien avec

*

Réception : 21 juin 2022

Acceptation : 15 août 2022

En décembre dernier, Rita Segato était à Guadalajara invitée à participer à une table ronde organisée dans le cadre de la 35e édition de la Foire internationale du livre. Le thème de la tableau a fait écho à son livre1. Le matin de l'événement, j'ai eu la chance, grâce aux efforts de Renée de la Torre, de l'interviewer dans les locaux du Centre de recherche et d'études supérieures en anthropologie sociale (Centro de Investigación y Estudios Superiores en Antropología Social (ciesas).

Ce furent d'heureuses retrouvailles, cinq ans après sa dernière visite à l'Université de Guadalajara, où il avait donné la Cátedra de la Interculturalidad en 2016. À cette occasion, les organisateurs de la Cátedra ont lu ses essais sur l'Œdipe noir, la colonialité et l'anthropologie à la demande. Avec elle, il a été convenu que le thème de la conférence principale serait "Race et genre dans une perspective décoloniale", suivi d'un séminaire de deux jours où Segato et l'anthropologue na savi Jaime García Leyva participera à un dialogue sur le thème "Résistance à la pédagogie de la cruauté dans des contextes de guerre et de racisme". Comme c'est généralement le cas lors de ses présentations, nous avons eu un public actif et très nombreux. Dans le prolongement du séminaire, Segato a fait une présentation de l'expertise anthropologique culturelle et de genre qu'il a présentée à un tribunal guatémaltèque. L'expertise a établi les formes de violence et d'esclavage exercées contre un peuple q'eqchi comme cibles militaires pendant la guerre civile des années 1980.

Ses livres et ses conférences ont eu une influence sur les sciences sociales latino-américaines et ont eu un impact politique. Elle est une figure importante des études de genre, du racisme et de la défense des peuples indigènes. Il est également vrai que son travail a illustré une pratique méthodologique de l'intersectionnalité tout en offrant un forum de discussion ouvert entre l'académie et la place. Segato est une voix qui réclame l'importance de l'intellectuel public à une époque où la recherche est bureaucratisée et où l'opinion publique s'efface dans le royaume numérique des médias sociaux.

Sur La nation et ses autres (2007) écrit que "la race est un signe" et affirme qu'au-delà de la classe sociale, la couleur de la peau est un marqueur structurel de différence, même dans des sociétés comme le Brésil et le Mexique, qui se caractérisent par un degré élevé de métissage. Les mouvements antiracistes sont très présents et créatifs dans de nombreuses sociétés à travers le monde. Amérique Latine (Viveros Vigoya, 2020). L'internationalisme des mouvements se manifeste par la présence du néo-zapatisme, comme référent des luttes pour les droits des peuples indigènes, mais aussi par des figures symboliques comme George Floyd et Moïse Kabagambe, ou encore dans le mouvement Les Vies Noires Comptent (Pousadela, 2021). Outre les luttes et les mobilisations, Segato voit d'autres stratégies qui peuvent être efficaces. Il écrit dans La critique de la colonialité en huit essais (2013) sur la nécessité de politiques d'action positive de la part de l'État, d'investissement dans les ressources publiques et d'éducation aux droits. Il appelle les universitaires à exercer un pouvoir déstabilisant sur cette structure au niveau de l'université. Il appelle à "anarchiser" les pratiques et les structures d'entrée de couleur en faveur des personnes noires ; c'est-à-dire que dans un système qui recrute, forme et reproduit logiquement les étudiants sur la base d'un idéal européanisant ou blanchissant, il est nécessaire de répondre par une pratique anti-systémique qui cherche à construire un idéal plus représentatif de notre population. Elle cherche à noircissement de l'institution académique. C'est un appel qui se généralise en faveur des populations autochtones également : " La race est une manifestation visible dans les corps de l'ordre géopolitique global organisé par la colonialité " (Segato, 2013 : 276).

Ses arguments ont transcendé l'université et se sont inscrits dans la culture populaire. Dans une belle ironie, Segato, qui a commencé ses études dans le domaine de l'ethnomusicologie, est maintenant une référence dans la musique populaire de lutte qui accompagne les mouvements continentaux contre la violence sexiste au refrain de "La lutte contre la violence sexiste".Le violeur sur votre chemin", une production du collectif chilien Las Tesis qui est devenue un cri viral de protestation en 2019 sur tout le continent (Pichel, 2019). L'opinion publique s'estompe, peut-être, mais il est vrai aussi qu'elle se démocratise et descend parfois dans la rue.

Dans son travail, Segato décrit le patriarcat comme une structure, dans le sens avancé par l'anthropologue français Claude Lévi-Strauss dans son ouvrage classique Les structures élémentaires de la parenté (1949). Pour Lévi-Strauss, la structure de base de la société est la relation entre deux familles, fondée sur l'échange de femmes comme pratique qui forge une alliance. Les structures élémentaires de la violence (2003), Segato propose que le patriarcat moderne organise le contrôle des femmes sur la base d'un mandat de viol, une pratique qui forge l'alliance entre les hommes en tant que confrères. Cependant, elle se demande comment le patriarcat structure les relations sociales à différentes époques et dans différents espaces, une position méthodologique qui nous oblige à penser historiquement. En ce sens, elle propose et soutient que le patriarcat moderne a une forme particulière et n'est pas commun à toutes les sociétés. Les peuples originaires, par exemple, ont été caractérisés par un "patriarcat de faible intensité" qui se transforme là où ils sont davantage soumis à la logique libérale et capitaliste de la modernité occidentale.

Il ne propose pas une simple relation binaire pour caractériser la masculinité et la féminité. Il affirme que la masculinité est un statut, une hiérarchie de prestige qui repose sur l'extraction d'un tribut sous forme de viol : c'est le "mandat". La féminité, dans ce contexte, est une position subjuguée, mais plutôt que de supposer que la féminité est un attribut naturel des femmes, elle semble supposer qu'il s'agit de la caractérisation des hommes par la domination, par la violence. Son travail cherche à comprendre comment cette relation est pratiquée dans différents contextes culturels.

Contre-pédagogies de la cruauté (2018) est une lecture difficile, nommant la violence sexiste avec franchise et précision. Segato incorpore une voix technique et dialogique qui produit un récit didactique dans la présentation de ses idées. Elle aborde ici le concept de crime sexuel. Pour elle, il s'agit d'une idée problématique, car si le viol peut être compris comme un crime par des moyens sexuels, c'est le pouvoir, et non la sexualité, qui est sa raison d'être. Le message de la violation est le contrôle (Segato, n.d.) ; c'est un acte de domination, un acte politique. Il s'agit souvent d'un message envoyé à un autre. Qui est cet autre ? Il s'agit maintenant des confrères ou des compagnons de l'agresseur ; ce peut être aussi ses ennemis ou le grand public. Cette révélation, la violence sexuelle comme didactique du pouvoir, a été traitée de diverses manières dans ses textes et apparaît comme un aspect central dans l'expertise anthropologique de genre qu'elle a élaborée sur l'esclavage sexuel des femmes mayas pendant les années 1980 à Sepur Zarco, une communauté des hautes terres guatémaltèques dans le département d'Izabal. Selon l'avocat guatémaltèque Eva Rocío Herrera Ramírez,

Rita Segato expose qu'avec l'arrivée de l'armée, la communauté a été désintégrée ; les femmes n'étaient pas des butins de guerre mais la communauté a été détruite par la destruction de leurs corps, le viol a brisé leur microcosme et leur relation avec leurs maris et leur capacité de reproduction. Les enfants des femmes se sont enfuis dans les montagnes où ils sont morts de faim (2018).

Encore dans Les structures élémentaires de la violence (2003), Segato rappelle le livre Contre notre volonté (1975) de Susan Brownmiller, un classique du féminisme de la deuxième génération aux États-Unis. L'argument central est que le viol est un outil de guerre depuis les temps anciens et dans les régions les plus diverses du monde. Veena Das écrit sur le viol de femmes sikhs, musulmanes et hindoues par des hommes de groupes opposés en 1947, lors de la partition de l'Inde et du Pakistan. Une histoire similaire est racontée dans la guerre de Bosnie (1992-1995) et le génocide rwandais (1994). Après des années de dissimulation officielle, une étude récemment publiée rapport dévastateur (loi2021) sur le viol des femmes et des filles comme tactique militaire et mesure de destruction de certaines communautés pendant les guerres civiles au Liban (1975-1990). On signale maintenant l'utilisation de la violence sexiste par les soldats russes contre la population ukrainienne.

Le travail de Segato sur le Guatemala apporte une contribution importante à cette littérature qui englobe la recherche, le témoignage, la mémoire et le militantisme. Il a également abordé les féminicides à Ciudad Juárez (Segato, 2013). Ces événements l'ont amenée à parler de "nouvelles formes de guerre". Elle note que la violence de genre est renforcée lorsqu'elle est appliquée à des "corps non guerriers" dans le but de détruire moralement l'ennemi. Par convention, la guerre oppose deux groupes de guerriers ; mais, de plus en plus souvent, elle génère et accroît le mépris pour les plus fragiles ou les innocents du côté de l'antagoniste. Sur La guerre contre les femmes (2018), cette réflexion générale sur l'histoire de la seconde moitié du vingtième siècle. xx l'amène à faire la distinction entre le fémicide, un crime misogyne qui victimise les femmes dans diverses circonstances, et le fémi-génocide, un crime qui victimise les femmes en tant qu'êtres humains. genreen tant que genre, dans des conditions d'impersonnalité.

Sur Contre-pédagogies de la cruauté (2018), Segato réfléchit à l'importance de faire communauté et sur les femmes comme la clé de la communauté. Elle s'appuie ici sur le travail de Julieta Paredes. Cela ressemble à une leçon utopique, mais elle contient une observation et une leçon pratique qui rassemble les expériences historiques d'un groupe de personnes. féminisme communautaire (Paredes, 2014). Cette proposition indique une voie d'organisation : la communauté est basée sur le travail des femmes, en particulier des femmes des peuples originels, comme les Aymara de Paredes. Segato trouve une place dans la communauté et la justice communautaire. On peut y déceler un certain optimisme qui repose sur les liens, l'affection et l'amitié.

Bibliographie

Herrera Ramírez, Eva R. (2018). "Caso Sepur Zarco y el uso del testimonio como prueba fundamental". Systèmes judiciairesvol. 17, n° 21, p. 135-145. Récupéré de https://sistemasjudiciales.org/wp-content/uploads/2018/05/temasgenerales_herreraramirez-1.pdfconsulté le 10 août 2022.

Legal Action Worldwide (loi) (2021). "Ils nous ont violées de toutes les manières possibles, d'une manière que vous ne pouvez pas imaginer" : les crimes sexistes pendant les guerres civiles libanaises.. Genève : loi. Récupéré de https://www.legalactionworldwide.org/wp-content/uploads/They-raped-us-in-every-possible-way-23.05.2022.pdfconsulté le 10 août 2022.

Lévi-Strauss, Claude (1949). Les structures élémentaires de la parenté. Paris : Presses Universitaires de France

Paredes, Julieta (2014). Affiner le fil. Du féminisme communautaire. Mexique : El Rebozo, Zapateándole, Lente Flotante, En cortito que's pa largo et AliFem ac. Récupéré de https://sjlatinoamerica.files.wordpress.com/2013/06/paredes-julieta-hilando-fino-desde-el-feminismo-comunitario.pdfconsulté le 10 août 2022.

Pichel, Mar (2019, 11 décembre). "Rita Segato, la féministe dont la thèse a inspiré 'Un violeur sur votre chemin' Le viol n'est pas un acte sexuel, c'est un acte de pouvoir, de domination, c'est un acte politique". bbc Nouvelles (site web). Récupéré de https://www.bbc.com/mundo/noticias-50735010consulté le 10 août 2022.

Pousadela, Inés (2021, 26 mai). "#BLM au-delà des États-Unis : les luttes antiracistes en Amérique latine". Démocratie ouverte (site web). Récupéré de https://www.opendemocracy.net/es/blm-estados-unidos-luchas-antirracistas-america-latina/consulté le 10 août 2022.

Segato, Rita (2003). Les structures élémentaires de la violence. Bernal : Universidad Nacional de Quilmes.

- (2007). The nation and its others : race, ethnicity and religious diversity in times of identity politics. Buenos Aires : Prometeo Libros.

- (2013). L'écriture sur les corps des femmes assassinées à Ciudad Juárez.. Buenos Aires : Tinta Limón.

- (2013). La critique de la colonialité en huit essais et une anthropologie à la demande. Buenos Aires : Prometeo Libros.

- (2018). Contre-pédagogies de la cruauté. Buenos Aires : Prometeo Libros.

- (2018). La guerre contre les femmes. Buenos Aires : Prometeo Libros.

- (s.d.). Expertise anthropologique sur le genre. Cas de l'affaire Sepur Zarco. Municipalité d'El Estor. Département d'Izabal. Récupéré de http://www.unsam.edu.ar/pensamientoincomodo/files/Peritaje%20Antropol%C3%B3gico%20de%20G%C3%A9nero.%20Causa%20del%20Caso%20Sepur%20Zarco..pdfconsulté le 10 août 2022.

Viveros Vigoya, Mara (2020). "Les couleurs de l'antiracisme (en Afrique ladino)". Sexualité, santé et sociétén° 36, pp. 19-34. https://doi.org/10.1590/1984-6487.sess.2020.36.02.a


Robert Curley Titulaire d'un doctorat en histoire de l'université de Chicago, il travaille au département d'études socio-urbaines et coordonne le doctorat en sciences sociales de l'université de Guadalajara. Il est co-directeur de la Cátedra de la Interculturalidad. Il s'intéresse notamment à l'histoire culturelle de la xix et xxElle a publié plusieurs articles sur la pratique religieuse et l'intersectionnalité du genre, de la classe et de la colonialité. Parmi ses publications récentes, citons "The Archive, the Nun and the Problem of War Rape in the Mexican Revolution, 1914" (Histoire et graphismen° 57, 2021). Son livre Citoyens et croyants : religion et politique dans le Jalisco révolutionnaire, 1900-1930 (University of New Mexico Press, 2018) est traduit pour être publié au Mexique en 2023.

Rita Segato est né à Buenos Aires et a étudié l'anthropologie à l'Université de Buenos Aires. Avec l'état de siège en 1974, elle s'installe à Caracas, où elle poursuit ses études et travaille comme chercheuse avec Isabel Aretz, pionnière de l'ethnomusicologie latino-américaine. Elle s'inscrit ensuite à l'université Queen's en Irlande du Nord, où elle obtient une maîtrise et un doctorat en anthropologie en 1984. Depuis 1985, il travaille à l'Université de Brasilia, dans le département d'anthropologie et dans le programme de troisième cycle en bioéthique et droits de l'homme. Elle a reçu des prix et des reconnaissances dans plusieurs pays d'Amérique latine. Elle est l'auteur de livres sur l'anthropologie, l'analyse de genre, la race et le racisme, la psychanalyse et la guerre, parmi de nombreux autres sujets. Elle a notamment publié Les structures élémentaires de la violence. Essais sur le genre entre anthropologie, psychanalyse et droits de l'homme. (2003, 2010); La nation et ses autres : race, ethnicité et diversité religieuse à l'heure des politiques identitaires (2007); La critique de la colonialité en huit essais et une anthropologie à la demande (2013); L'écriture sur les corps des femmes assassinées à Ciudad Juárez. (2014); La guerre contre les femmes (2018) y Contre-pédagogies de la cruauté (2018).

S'abonner à
Notifier
guest
0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires

Institutions

ISSN : 2594-2999.

encartesantropologicos@ciesas.edu.mx

Sauf indication contraire expresse, tout le contenu de ce site est soumis à un Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0.

Télécharger dispositions légales complet

EncartesVol. 5, n° 10, septembre 2022-février 2023, est une revue universitaire numérique à accès libre publiée deux fois par an par le Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Calle Juárez, n° 87, Col. Tlalpan, C. P. 14000, Mexico City, P.O. Box 22-048, Tel. 54 87 35 70, Fax 56 55 55 76, El Colegio de la Frontera Norte, A. C..., Carretera Escénica Tijuana-Ensenada km 18.5, San Antonio del Mar, núm. 22560, Tijuana, Baja California, Mexico, Tel. +52 (664) 631 6344, Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Occidente, A.C., Periférico Sur Manuel Gómez Morin, núm. 8585, Tlaquepaque, Jalisco, Tél. (33) 3669 3434, et El Colegio de San Luís, A. C., Parque de Macul, núm. 155, Fracc. Colinas del Parque, San Luis Potosi, Mexique, Tél. (444) 811 01 01. Contact : encartesantropologicos@ciesas.edu.mx. Directrice de la revue : Ángela Renée de la Torre Castellanos. Accueilli à l'adresse https://encartes.mx. Responsable de la dernière mise à jour de ce numéro : Arthur Temporal Ventura. Date de la dernière modification : 22 septembre 2022.
fr_FRFR